L'Eau Magazine n°18 nov 11 à mai 2012
L'Eau Magazine n°18 nov 11 à mai 2012

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Territoires Antilles-Guyane  : mieux maîtriser une ressource abondante La région souffre d’un manque de structures que les Offices de l’eau et les collectivités ont commencé à pallier. 22 « 90% de l’assainissement non collectif n’est pas aux normes. » En Antilles-Guyane, on nage dans le paradoxe permanent. Les ressources en eau sont immenses, la Guyane possède même, juste après le Canada et la Russie, les troisièmes ressources mondiales d’eau douce mobilisable, avec 800 000 m 3 par habitant. La Martinique produit 60 millions de m 3 d’eau douce par an, alors que la quantité mobilisable se monte à 500 millions de m 3. Et la Guadeloupe prélève 4 millions de m 3 tandis que les nappes souterraines à elles seules représentent un potentiel de 60 à 105 millions de m 3. Et pourtant, dans ces trois DOM, soit on souffre de pénurie à certaines périodes, soit une partie de la population n’a pas d’accès à l’eau. Ainsi en Guyane, comme le souligne Clara Nicolas, la directrice de l’Office de l’eau, « 20% de la population n’a pas accès aux réseaux collectifs d’eau potable, soit plus de 30 000 personnes. » C’est le cas dans les zones à habitat très isolé, loin des bourgs, ou dans les quartiers insalubres, où l’habitat est souvent illégal. En Guadeloupe et en Martinique, l’accès à l’eau potable est garanti à la très grande majorité de la population. En revanche, en période de Carême (la saison sèche, de février à avril), les deux îles souffrent de pénurie. « L’eau se trouve principalement au nord de l’île, en période de sécheresse, elle doit être transportée dans le Sud », explique Jeanne- Émerante Defoi, directrice de l’Office de l’eau de la Martinique. En Guadeloupe, on passe d’un volume de l’ordre de 1,7 million de m 3 par jour à 259 000 m 3 par jour si le Carême est moyen, à 57 000 m 3 par jour, si le Carême est sévère. Avec une situation très contrastée  : sur le sommet de la Basse-Terre, on enregistre une moyenne de 11 m de pluie annuelle au volcan de la Soufrière. Sur la Grande-Terre, les précipitations annuelles sont inférieures à 2 m dans la région de Pointe-à-Pitre et s’amenuisent jusqu’à moins de 1 m au fur et à mesure que l’on s’éloigne vers le nord et l’est. Or, L’eau magazine novembre 2011 N°18
c’est en Grande-Terre que sont concentrés les besoins en eau potable et surtout en irrigation. « Actuellement les besoins en eau potable sont de l’ordre de 170 000 m 3 par jour, mais la capacité de stockage des réservoirs est d’environ 110 000 m 3 », détaille Myriam Roch-Bergopsom, directrice de l’Office de l’eau de Guadeloupe. En Guyane, le but est donc de raccorder les habitants des quartiers insalubres au réseau, notamment lors des opérations de réhabilitation. Dans le cas de l’habitat isolé, la solution tombe du ciel. « L’eau de pluie est d’excellente qualité et le Conseil supérieur de l’hygiène a autorisé la population qui réside loin des bourgs à la récupérer pour la boire », informe Clara Nicolas. Une initiative bien meilleure que celle qui consiste à creuser un puits sans précaution au risque d’avoir une eau contaminée. Le problème de l’assainissement Dans les îles antillaises, l’objectif est plutôt d’exploiter les ressources naturelles. « Plus de 95% de l’eau provient des rivières. Nous avons Baie de Fort-de-France Un contrat historique Le contrat de la Baie de Fort-de-France, la première démarche territoriale en Martinique, a pour objectif la mise en œuvre d’une véritable politique de gestion durable de l’eau sur la baie de Fort-de-France et l’ensemble de son bassin versant, et d’une démarche de développement durable visant à l’amélioration des milieux sur l’aire du contrat. Signé en mai 2010 pour les cinq ans à venir, il a pour but de partager l’aménagement du territoire et faire cohabiter et se développer les activités économiques telles que le tourisme, la pêche, l’agriculture, l’industrie ainsi que les activités récréatives. Ce contrat de Baie, selon les dires de Jeanne- Émerante Dufoi, directrice de l’Office de l’eau de Martinique, devrait se transformer en contrat Littoral  : « Il couvrirait toute la partie du Littoral Sud, donc plus de territoire et aurait donc davantage de cohérence, puisqu’il traiterait toutes les eaux et tous les milieux aquatiques. » Les enjeux sont de lutter contre  : – l’hyper sédimentation, l’envasement de la baie et la dégradation des récifs coralliens ; – la contamination des milieux littoraux par différents micropolluants métalliques et organiques ; commencé à explorer les ressources souterraines », souligne Jeanne-Émerante Defoi. Mais aussi de réparer les canalisations. On compte 50% de pertes dans certaines zones en Martinique comme en Guadeloupe (voir p.24). Mais c’est l’assainissement qui se révèle le plus problématique. Sur les trois DOM, seulement 40% de la population est raccordée à un réseau d’assainissement collectif. « Et, ajoute Jeanne Émerante Defoi, 90% de l’assainissement non collectif n’est pas aux normes. » Sans compter les fuites des tuyaux et les débordements, en cas de fortes pluies, dans les îles antillaises. En Guyane, le rendement est de 70%, puisque le réseau est très récent. D’où l’action menée par les Offices de l’eau d’aide financière et de conseil auprès des collectivités locales, qui montent de plus en plus de programmes  : une station d’épuration sur le littoral en Guyane, une sécurisation progressive anti-sismique des réseaux aux Antilles... Élisabeth Maheur – la contamination bactérienne des eaux destinées à la baignade et aux loisirs nautiques ; – l’enrichissement trophique des eaux littorales, en vue de l’amélioration de la qualité écologique et chimique des cours d’eau du bassin versant. Le montant prévisionnel du contrat est de 42 962 000 euros, dans lequel l’assainissement des eaux usées domestiques compte pour 19 380 000 euros à lui seul. Territoires Repères Fort-de-France Baie de 70 km 2 environ 345 km 2 de bassin versant hydrographique (un tiers de la surface de la Martinique) 14 communes concernées, 16 avec le contrat Littoral 290 000 habitants, soit plus de 70% de la population totale de l’île 15 millions de litres d’eaux usées sont rejetés par jour à Fort-de-France Fort-de-France compte 90 498 habitants. L’eau magazine novembre 2011 N°18 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 1L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 96-97L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 98-99L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 100-101L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 102-103L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 104-105L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 106-107L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 108-109L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 110-111L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 112-113L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 114-115L'Eau Magazine numéro 18 nov 11 à mai 2012 Page 116