L'Eau Magazine n°17 jun à oct 2011
L'Eau Magazine n°17 jun à oct 2011

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
80 Photothèque Veolia - Stéphane Lavoué Europe et international Golfe Persique  : répondre à des enjeux spécifiques Le groupe Veolia Eau, depuis plusieurs années, renforce sa présence dans le golfe Persique. Témoins, un chantier en phase finale à Abu Dhabi et une série d’importants contrats au sultanat d’Oman – chacun devant répondre à des besoins et des difficultés spécifiques. Un chantier situé dans le désert, à 40 km de la ville, pour une station d’épuration d’un million EH. En 2006 déjà, Veolia Water signait la première délégation d’un service d’assainissement privée dans le Golfe, avec le réseau d’assainissement de l’Émirat d’Ajman. Puis, fin 2007, le groupe signait un contrat d’exploitation et de maintenance d’une usine de dessalement hybride à Fujairah. Le contrat d’Abu Dhabi En 2008, c’est à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU) que Veolia Eau et son partenaire, le belge Besix, signait un contrat avec, l’ADWEA 1. Il s’agissait de bâtir une usine de traitement d’eau usée, pour une mise 1 Abu Dhabi Water and Electricity Authority en service en août 2011. Une usine située… en plein désert. Le contrat comprenait le financement, la conception, la construction et l’exploitation de deux usines  : l’une, celle de Wathba, dessert la capitale Abu Dhabi ; l’autre, Allahamah, traitera les eaux de la deuxième ville des EAU, Al-Ain. L’usine de Wathba est calibrée pour un million d’EH (soit 300 000 m 3 d’eau par jour), et celle d’Allahamah pour 600 000 EH (130 000 m 3 d’eau par jour). « Dans ce projet, explique Benoît Beneteau responsable des opérations de la division MPG de Veolia Water Solutions et technologies (VWS) filiale de Veolia Eau, il y a une répartition du travail entre les filiales  : Veolia Water Solutions & Technologies se charge de la conception et de la réalisation du projet – avec Besix, qui assure la partie génie civil ; et c’est également un partenariat Veolia Water – Besix qui sera opérateur des usines, pendant vingtdeux ans et demi. » Travailler en plein désert La principale difficulté de ce chantier a été sa situation, au beau milieu du désert, à quelque 40 kilomètres du centre ville. Pourquoi si loin ? Parce que la municipalité d’Abu Dhabi a anticipé le développement futur de L’eau magazine juin 2011 N°17
la ville, qui pourrait provoquer une extension rapide et importante de sa surface. « Au moment où l’ancienne station atteignait ses limites, ils ont donc décidé d’en construire une nouvelle en tenant compte de cette extension géographique future. » Il a donc fallu bâtir au milieu de rien ! À proximité du chantier se trouve tout de même une zone industrielle, qui a permis de faciliter l’acheminement en matières premières, et une immense base aérienne internationale, comprenant des unités américaines. Ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes très particuliers  : « Comme il n’y a pas de liaison filaire avec le reste du monde, nous avons dû installer une antenne radio pour communiquer. Le problème, c’est que parfois les militaires décident de brouiller les communications radios. Dans ce cas, notre chantier se retrouve complètement coupé du monde ! » Le problème sera résolu par une liaison par câble qui va être tirée le long de l’aqueduc. En revanche, l’isolement du chantier a aussi quelques avantages  : « Comme nous sommes loin de tout, il ne risque pas d’y avoir de problèmes de nuisances sonores à régler, ou d’interférence avec d’autres chantiers. Il existe en outre un accès facile à la route, ce qui permet d’alimenter le chantier par camion. » Notamment, des norias de poids lourds permettent de faire fonctionner la centrale à béton totalement autonome qui a été construite pour le chantier. Il a également fallu installer de puissants groupes électrogènes pour assurer l’alimentation électrique – le temps du chantier, car, par la suite, l’énergie sera fournie directement par le client. « La situation du chantier nous a obligé à trouver toutes sortes d’astuces pour résoudre des problèmes un peu inhabituels, raconte Benoît Beneteau, par exemple pour être alimentés en eau claire. » En effet, à cette phase du chantier, il est nécessaire de faire entrer de l’eau claire en assez grande quantité dans l’usine pour amorcer Photothèque Veolia - Stéphane Lavoué les pompes, les tester, nettoyer les bacs, etc. « La solution a été de se raccorder à l’ancienne usine de traitement, qui ne se trouve pas trop loin du chantier, le temps de terminer cette phase de lancement. » Par la suite, l’usine de Wathba renverra les eaux usées de l’agglomération, une fois traitées, à Abu Dhabi  : « En général, les eaux traitées sont rejetées dans les cours d’eau. Mais ici, l’eau est un bien trop rare  : l’eau sera donc Pendant ce temps, à Oman… Au sultanat d’Oman, c’est en juin 2006 que Veolia a remporté un important marché  : il s’agit d’un contrat d’assistance opérationnelle, d’une durée de cinq ans avec option de prolongation sur trois ans, pour OWSC (Oman Wastewater Services Company) la société publique en charge de l’assainissement de la capitale Mascate (aujourd’hui dénommée Haya Water). Concrètement, il prévoit que neuf experts du groupe soient détachés sur place pour des missions d’expertise technique (suivi des travaux, réception des installations et leur installation, mise en œuvre d’un programme de réutilisation des eaux usées), financière (pour l’établissement de la tarification, la planification des investissements et le suivi des recettes et dépenses de l’entreprise) et en ressources humaines (recrutement et formation de 400 employés). Europe et international réutilisée directement pour l’irrigation des espaces verts de la ville. » Un usage qui a obligé le constructeur à installer des filtres à sable en sortie de process. Malgré les difficultés, le chantier s’est « très bien déroulé ». Il reste maintenant à commencer les tests. « Tout doit être prêt pour le 21 juillet », précise Benoît Beneteau – date à laquelle débutera la période de tests de probation. Franck Lemarc Un an plus tard, l’essai est transformé par le biais d’un nouveau contrat portant cette fois sur la construction, le financement et l’exploitation pendant vingt ans d’une usine de dessalement d’eau de mer par osmose inverse, près de Sur. « D’une capacité de 80 000 m 3/jour, cette usine approvisionne en eau potable les 350 000 habitants de la région de Sharqiyah, commente Gérard Velter, directeur général d’Azaliya, la filiale Moyen-Orient du groupe basée à Abu Dhabi. Nous avions pour mission d’en assurer la réalisation (conception, construction, process et achat des équipements) en consortium avec la société Bahwan Engineering Company. » Une technologie de dessalement porteuse En service depuis octobre 2009, l’installation a pour caractéristique de capter l’eau de mer principalement L’eau magazine juin 2011 N°17 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 1L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 92-93L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 94-95L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 96-97L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 98-99L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 100-101L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 102-103L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 104-105L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 106-107L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 108-109L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 110-111L'Eau Magazine numéro 17 jun à oct 2011 Page 112