L'Eau Magazine n°13 jun à sep 2009
L'Eau Magazine n°13 jun à sep 2009

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
DR PUBLISCOPIE ◗ Des laboratoires pilotes Le Centre Technique de Recherche dispose également de laboratoires pilote pour effectuer aussi des tests sur les matériaux et leur comportement dans des conditions, réelles et simulées, de traitement des eaux usées domestiques. Des filtres reproduits à l’échelle permettent de faire de nombreux tests  : garniture et matériaux divers, variations de charges (hydrauliques et massiques). Dans des chambres thermostatées, des massifs filtrants sont suivis en permanence sur plusieurs paramètres de fonctionnement, notamment le gain en poids, directement lié à la colonisation du matériau par la biomasse épuratrice. Des prélèvements sont régulièrement effectués, en entrée et sortie des filtres pour suivre leur rendement et établir des bilans. 70 L’école Française de l’Eau N°13 - JUIN 2009 DR DR 20 ANS DE SUIVI ET D’EXPÉRIMENTATION SUR LES FOSSES TOUTES-EAUX Un retour d’expérience particulièrement riche sur le fonctionnement des dispositifs de prétraitement. Présenté aux 5 ème Assises de l’ANC à Lons le Saunier, il a suscité un vif intérêt. Les études menées par EPARCO sur les dispositifs d’ANC depuis plus de vingt ans ont permis d’acquérir une masse considérable de données sur le fonctionnement des fosses septiques toutes-eaux et de répondre à un grand nombre questions concernant ce dispositif  : Il est clairement démontré que leurs performances, aussi bien en termes de rétention des matières solides qu’en termes de production de boues, sont conditionnées par la conception et le dimensionnement des dispositifs. Elles influencent directement le fonctionnement de l’élément épurateur situé à l’aval. Ce travail, le premier du genre et sur une si longue période, pose les bases d’un véritable protocole qui permettrait de qualifier le niveau de performance des différents modèles de fosse. Les matériaux-composite utilisés pour la fabrication des fosses et bac filtres. Mise au point et test de nouveaux matériaux, contrôles qualité des matériaux existants, élaboration de nouveaux procédés comme celui qui élimine la diffusion de tout composé volatil (COV) dans l’atmosphère lors de la fabrication des matériaux composite. ◗ Un laboratoire itinérant Le Centre Technique se déplace sur le terrain afin de faire des bilans de pollution, d'observer les matériels et leur évolution partout en France. Les prélèvements sont analysés sur place. Sont effectuées, notamment, des mesures de DBO5, DCO, MES, Nitrates, NH4, pH, conductivité, turbidité, oxygène dissous et décantation. www.eparco.info
Développement durable « Promouvoir la gestion des ressources et services d’eau par bassin hydrographique » Aujourd’hui en France, une majorité de la population est desservie en eau potable par une entreprise spécialisée, liée à la collectivité par délégation de service public. Un mode de fonctionnement original, qui présente de nombreux avantages. Le Président de la Fédération Professionnelle des Entreprises de l’Eau, Marc RENEAUME, nous explique pourquoi. Avec un prix de l’eau et de l’assainissement à 3,01 e par m 3, les particuliers français bénéficient d’un coût parmi les plus avantageux au sein de l’Union européenne (étude NUS Consulting, janvier 2008). Comment expliquer cette disparité ? Les bons résultats de la France s’expliquent en premier lieu par l’implication forte d’entreprises spécialisées dans la gestion de ce service public. Du point de vue technique comme de celui des prestations offertes à la clientèle, la cohabitation d’un système concurrentiel et d’opérateurs publics produit incontestablement un effet vertueux sur le rapport qualité-prix. La seconde raison est fiscale  : certains pays intègrent également la taxe pluviale, ce qui n’est pas le cas en France. Peut-on peut en conclure que la délégation de service public constitue un dispositif performant pour la gestion des services de l’eau ? Quels sont les atouts de ce modèle original ? Ces résultats sont à rapprocher de deux autres chiffres  : les entreprises distribuent de l’eau potable à 72% des Français, et fournissent des services d’assainissement à 55% de la population. L’efficacité de la délégation de service public réside dans ses fondements mêmes  : la collectivité, autorité décisionnelle, peut choisir de confier la mission de service public à un opérateur privé. Résultant DR Marc RENEAUME, Président de la Fédération professionnelle des Entreprises de l’Eau (FP2E) d’une mise en concurrence, ce contrat est non seulement exigeant mais aussi contraignant pour le professionnel. Ce dernier, tenu à des obligations de résultats, est naturellement incité à améliorer ses performances, d’autant plus que la puissance de contrôle des collectivités s’est considérablement renforcée. Contrairement aux systèmes en régie, ce mode de fonctionnement présente également l’avantage de garantir un prix fixé pour toute la durée du contrat, évoluant exclusivement à travers une formule de variation pour tenir compte de certaines variables (énergie notamment). Quelles sont les compétences proposées par les professionnels de l’eau aux collectivités locales ? Nos entreprises sont sollicitées en général pour gérer des services de configurations techniques délicates  : en cas de captages nécessitant des traitements complexes (eaux de surface), ou encore dans le cadre de zones balnéaires confrontées à une pression démographique saisonnière liée au tourisme (population multipliée par 3, voire 5 en période estivale)… De plus, nous nous distinguons également par une grande disponibilité vis-à-vis des usagers du service public, démontrée au cours d’une étude réalisée il y a deux ans et qui signalait des plages d’ouverture des accueils clients sensiblement supérieures à celles des collectivités en régie (60 heures contre 40)… Station de traitement En outre, face aux crises sanitaires ou environnementales, nous savons faire preuve d’une grande réactivité, comme ce fut le cas lors de la récente tempête qui a touché le Sud-ouest et les Pyrénées-Orientales. Ces compétences font notre cœur de métier et, à ce titre, nous sommes d’ailleurs bien souvent sollicités pour épauler les régies elles-mêmes. Dans le contexte économique actuel, comment les entreprises de l’eau peuvent-elles s’impliquer dans une démarche nationale de développement durable ? Nous sommes en mesure de proposer une meilleure efficacité aux collectivités lorsqu’elles doivent faire évoluer leurs ouvrages rapidement (approches concessives de certains appels d’offre). De plus, nous travaillons énormément sur des installations plus sobres en énergie et en emprise foncière (pompes à vitesse variable, ouvrages compacts)… Nous veillons, en engageant des travaux, à minorer les coûts d’exploitation et de maintenance. Je tiens en outre à rappeler un chiffre  : plus de 100 millions d’euros sont investis annuellement en R&D, encourageant ainsi les avancées technologiques. Le Forum mondial de l’eau a eu lieu à Istanbul du 16 au 22 mars 2009. Quels enseignements en avez-vous tiré ? N°13 - JUIN 2009 L’école Française de l’Eau 71 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 1L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 92