L'Eau Magazine n°13 jun à sep 2009
L'Eau Magazine n°13 jun à sep 2009

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
SIAAP  : collecteur Blagis - Cachan District de Reims  : Station d’épuration 470 000 Eqh ADP  : Roissy 2 F SEMAPA/SNCF  : couverture partielle des voies gare d’Austerlitz Spie batignolles, c’est 150 ans d’histoire... et beaucoup de modernité ! C’est la réputation solidement établie d’un grand groupe de construction et la mise au point d’offres commerciales très innovantes. Spie batignolles TPCI sera à même de répondre à vos besoins dans les domaines des travaux souterrains, des ouvrages d’art, des stations d’épuration et des travaux de réhabilitation d’ouvrages visitables (collecteurs), de tunnels et d’ouvrages d’art. Que se soit en réalisation ou en conception-réalisation, la Direction Régionale Île de France de Spie batignolles TPCI sera à vos côtés pour mener à bien vos projets.
« Permettre à la nature de reconquérir un peu de liberté » Première usine de traitement des eaux usées d’Europe et l’une des premières au monde par sa capacité, l’usine Seine aval poursuit son évolution. Quels critères ont conduit l’usine Seine aval à occuper une place dominante dans le dispositif de traitement des eaux ? L’usine Seine aval est un équipement public majeur indispensable au fonctionnement de l’assainissement francilien. Elle traite environ 1.700.000m 3/j, soit un peu plus de la moitié de la capacité totale du SIAAP sur l’ensemble de l’agglomération parisienne. Cette réalité est le fruit de l’histoire du développement de Paris, la ville et de la banlieue depuis la fin du 19 ème siècle jusqu’à nos jours. Même si le SIAAP a mis en œuvre un véritable plan de déconcentration des moyens épuratoires avec le doublement de la capacité de l’usine Seine Amont (Valenton) à 600.000m 3/j, le triplement à l’horizon de 2012 de la capacité de l’usine Seine Grésillons à Triel sur Seine à 300.000m 3/j, et la construction à la même période de notre dernière usine Seine Morée au Blanc Mesnil (50.000m 3/j), le site Seine aval restera pour le 21 ème siècle le socle de notre capacité à protéger l’environnement en Ile de France. Une raison majeure est incontournable à cela, la réalisation dès la fin du 19 ème siècle et début du 20 ème des grands émissaires d’amenée des eaux salies sur la plaine d’Achères. Ces émissaires aujourd’hui complètement amortis, toujours maintenus en bon état, représentent aussi une chance pour le transport des eaux usées, dans une agglomération où il serait aujourd’hui impossible d’implanter de nouveaux réseaux et de nouveaux regards d’exploitation de ces équipements compte tenu de la pression foncière. Quelles contraintes avaient au fil du temps généré cette forte concentration des eaux usées sur le site de traitement d’Achères/Seine aval ? Le site Seine aval de part sa capacité hydraulique est un des tout premiers sites d’épuration au monde. L’usine est étendue sur un territoire de plus de 1.200 hectares entre la forêt de St Germain et la Seine. Le développement des différentes unités de traitement des pollutions (carbone, azote, phosphore) depuis 1940, n’a pu être réalisé sans le développement de certaines nuisances comme les nuisances olfactives. Au delà de l’importance du site, que l’on visite en voiture pour donner un ordre d’idée, c’est principalement la question des odeurs qui y est mise en avant par les riverains, même si tous les acteurs reconnaissent que de grands progrès ont été réalisés sur cette question et que le SIAAP poursuit cet effort. Siaap/le bar floréal-E.Facon Daniel DUMINY, Directeur Général du SIAAP * www.siaap.fr (*) SIAAP  : Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne. Développement durable Quels dispositifs ont été mis en œuvre au fil du temps pour réduire cette position dominante mais aussi pour adapter le site aux contraintes européennes ? Sur le plan qualitatif, les pollutions carbonées, azotées et phosphatées sont traitées. Le SIAAP élabore des projets permettant de mieux prendre en compte l’ensemble des paramètres influant sur la qualité du milieu récepteur. La question des eaux excédentaires de temps de pluie arrivant sur l’usine et induisant une dégradation de la qualité des eaux de Seine à l’aval immédiat, mais aussi le rejet des nutriments, azote et phosphore aux impacts plus insidieux, car reportés loin en aval du site sont abordés. Des essais sont réalisés à l’échelle pilote, puis grandeur réelle afin d’acquérir les connaissances nécessaires à la résolution de ces problèmes. Un plan pour les années 2000 est construit à partir de ces essais et permet de répondre dans les meilleurs délais aux nouvelles exigences réglementaires. En 2000, l’unité de traitement des pollutions phosphatées est la première réalisation destinée à traiter les eaux excédentaires de temps de pluie. Les procédés biologiques utilisés sur Seine aval n’étant pas à même de pouvoir réagir en temps réel à une forte augmentation de débit occasionnée par des évènements pluvieux, c’est un procédé physico-chimique qui est retenu pour cette installation. Mettant en œuvre des réactions chimiques rapides qui permettent d’agglomérer les particules de l’eau brute, la clarifloculation permet d’éliminer 80% des matières en suspension et plus de 60% de la pollution carbonée. La technologie permettant également de transformer les phosphates dissous N°13 - JUIN 2009 L’école Française de l’Eau 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 1L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 2-3L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 4-5L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 6-7L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 8-9L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 10-11L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 12-13L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 14-15L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 16-17L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 18-19L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 20-21L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 22-23L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 24-25L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 26-27L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 28-29L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 30-31L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 32-33L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 34-35L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 36-37L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 38-39L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 40-41L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 42-43L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 44-45L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 46-47L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 48-49L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 50-51L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 52-53L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 54-55L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 56-57L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 58-59L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 60-61L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 62-63L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 64-65L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 66-67L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 68-69L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 70-71L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 72-73L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 74-75L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 76-77L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 78-79L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 80-81L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 82-83L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 84-85L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 86-87L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 88-89L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 90-91L'Eau Magazine numéro 13 jun à sep 2009 Page 92