L'1visible n°5 juin 2010
L'1visible n°5 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : carnet de voyage... le désert du Hoggar.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SOCIÉTÉ xw n°05 Juin 2010 COUP DE CHAPEAU À LA FÊTE DES VOISINS « Immeubles en fête - la fête des voisins » offre à tous ceux qui le souhaitent une occasion de se rencontrer entre voisins, au cours d’une soirée festive. Cette initiative est une opportunité unique pour développer la convivialité, la solidarité de proximité, rompre l'anonymat et l'isolement des villes. Lancées en France il y a dix ans, ces fêtes réunissent près de sept millions de voisins français chaque année et se développent dans le monde entier. ELLE L’A DIT « La solitude et le sentiment de n'être pas désiré sont les plus grandes pauvretés. » Mère Teresa de Calcutta LE CHIFFRE 45% des habitants des trois plus grandes agglomérations françaises (Paris, Lyon, Marseille), disent souffrir de solitude. SSVP La solitude Analyse. À la veille de l’été, beaucoup de Français préparent activement leurs vacances. Pourtant, d’autres appréhendent ce temps estival, synonyme pour eux de solitude et d'isolement. À 25 ans, je suis seule : pas d'homme dans ma vie, pas véritablement d'ami(e)s. Je ne vois personne à part les collègues du travail, chacun a sa vie, a ‘ ses’amis à voir le week-end. Le dimanche, cela devient insupportable… » Sur ce forum internet, Lyly231 exprime la souffrance de nombreuses personnes. Les conséquences de la solitude sont importantes : fragilités psychologiques, dépression, suicide, etc. En France, la solitude recouvre des réalités diverses, selon Jean-Louis Pan Ké Shon, sociologue à l’Ined (Institut national d’études démographiques) : « Les personnes vivant sans conjoint mais avec des enfants ; les personnes vivant en couple mais se sentant seules, les faits démentent ce ressenti ; les personnes seules ayant peu de relations amicales et vivant un grand isolement relationnel. » Il y a un réel écart entre le sentiment de solitude et la solitude effective. En clair, on peut être objectivement seul, les faits démentent ce ressenti et ne pas Qui est touché par la solitude ? La solitude est partout, à tous les étages de la société. Elle est parfois plus prégnante chez les personnes âgées. Mais elle se manifeste aussi chez « l'orphelin de 16 heures », la maman avec ses trois enfants dont le père a disparu, le veuf dans sa maison, etc. L'éclatement des liens familiaux entraîne des solitudes. Beaucoup de personnes souffrent d’isolement en France. ressentir la solitude ou au contraire, être entouré et se sentir très seul. Ainsi, d’après un sondage TNS-Sofres, réalisé en partenariat par la Société Saint-Vincent-de-Paul et le journal La Croix, bien que 88% des Français pensent que les personnes âgées sont les plus seules, les faits démentent ce ressenti. En effet, dans ce sondage, parmi les 30% de Français disant souffrir de solitude « souvent » ou « quelquefois », 33% ont moins de 25 ans, contre 28% de plus de 65 ans. Les personnes les plus touchées par la solitude sont les séparés ou divorcés (48%) et les veufs (47%). Trois questions à Bruno Dardelet « Vivons la fraternité » Bruno Dardelet est président de la SSVP. Elle compte 17 000 bénévoles en France. La solitude, l'inacceptable indifférence, Bruno Dardelet, Ed. CLD, 2010 www.ssvp.fr Que peut faire l'institution ? Elle peut dénoncer, regretter, solliciter, proposer. N'oublions pas que parmi les trois vertus de base de la République, celle qui couronne les deux autres, c'est la fraternité. Cette fraternité, il appartient à chacun d'entre nous de la porter et de la partager. C'est notre vocation citoyenne. Nous sommes responsables des autres, de notre voisine handicapée, du gamin d'à côté qui a besoin d'un coup de main pour ses devoirs, de l'indigent qui dort sous un carton, etc. L’institution doit s’appuyer sur les associations de bénévoles. Ainsi, l’absence de conjoint est la plus grande source de sentiment de solitude. Ce que confirme Jean-Louis Pan Ké Shon. Pour lui, l’augmentation de la solitude en France est liée à un changement culturel depuis la fin des années soixante : « C’est le début du travail des femmes. Elles ont acquis les moyens de vivre seules et cela a fortement participé à augmenter le risque de rupture de couple, entraînant l’apparition de nombreuses familles monoparentales. Or, les personnes sans conjoint, élevant seules des enfants, se sentent souvent très seules pour faire face aux difficultés de la vie. » Pour le chercheur, il y a donc un lien évident entre « l’augmentation de la solitude et l’augmentation de la dépression en France. » C’est pour lutter contre cette pauvreté des pays riches que certaines associations s’attaquent au problème, par une présence sur le terrain et en sensibilisant l’opinion. a Emilie Pourbaix Les bénévoles de la Société Saint-Vincent-de-Paul vivent la charité de proximité. Fondée il y a 177 ans, l’association vient de lancer sa sixième campagne de lutte contre la solitude. Di Carlo Darsa/Altopress/Andia Que fait votre association ? Nos bénévoles sont attachés à des convictions fortes de spiritualité et de service. Ils œuvrent au service de tous les pauvres et, en premier, ceux dont la pauvreté naît dans la solitude. C'est une action engagée et généreuse, dont la base est la visite à domicile mais aussi l’accueil et l’accompagnement des personnes en difficulté. Cette action irremplaçable conduit à la fraternité, au sens plein et chrétien du terme. a Propos recueillis par Emilie Pourbaix
n°05 Juin 2010 xw FAMILLE 5 pour L’1visible LA VIE L’accueil d’enfants pour les vacances La bonne idée. Chaque année, 3 000 familles reçoivent un ou plusieurs enfants issus de milieux défavorisés. Pour le Secours catholique, il s’agit de leur faire connaître de nouveaux horizons. Enrichissant pour tous ! Pour la deuxième année consécutive, Catherine et Joseph partagent leur été avec Antoine et Bilal, des enfants qui, sans eux, ne seraient pas partis en vacances. Ils rejoignent ainsi les 3 000 familles qui reçoivent, dans le cadre de l’Accueil familial de vacances (AFV), un ou plusieurs enfants de 6 à 14 ans, issus de milieux défavorisés. ÉPANOUISSANT Créée au sortir de la Seconde Guerre mondiale, cette structure associative a pour objectif de permettre aux enfants de « se refaire une santé », selon les mots de son fondateur, Mgr Jean Rodhain. « Il s’agit de sortir l’enfant de son milieu, de lui faire connaître d’autres loisirs pour qu’il crée une relation épanouissante avec d’autres adultes », explique Cécile Crouzet, déléguée du Secours catholique dans l’Essonne. Idéal, mais pas si simple. « Nous avons eu des difficultés avec leurs habitudes, témoigne Le nombre de familles d’accueil diminue. Le Secours catholique appelle donc à la solidarité de tous. Mais avant de se lancer, mieux vaut savoir à quoi on s’engage. L’enfant doit être accueilli pour une durée fixe de 3 semaines et demie ou de 7 semaines, avec des dates d’arrivée et de départ imposées. Car tous les enfants sont acheminés par car, accompagnés par des bénévoles de l’association. La famille d’accueil doit prendre en compte des Joseph et Catherine Debroise avec Bilal et Antoine, à Nantes. En pratique Et si vous tentiez l’expérience ? modes de vie différents : l’enfant vient d’un milieu social autre, avec des habitudes et, parfois, une religion qui ne sont pas les siennes. Aux hôtes de trouver un équilibre entre le respect de ces traditions et ses propres règles. Enfin, la famille s’engage dans la durée, car il s’agit de nouer avec l’enfant des liens solides. Secours catholique, 106, rue du Bac, 75341 Paris Cedex 07. Tél. : 01 45 49 73 00. Autre organisme : Secours populaire, 9-11, rue Froissart, 75140 Paris Cedex 03. Tél. : 01 44 78 21 00. a L’hebdomadaire chrétien d’actualité - www.lavie.frisabelle levy-lehmannpour la vie Catherine. Rester à table pendant le repas, ranger ses affaires, ne pas regarder la télé tous les soirs, ça n’allait pas de soi. Mais ils se sont vite pliés à ces petites règles de vie. » UN ENGAGEMENT Avant de plaire aux enfants, le couple a dû séduire le bénévole du Secours catholique. Les enfants auront-ils une chambre séparée ? Qu’avez-vous prévu de faire pour eux ? Et s’ils réclament leur maman ? Rien n’est laissé au hasard. Car, si aucune condition n’est requise pour devenir famille d’accueil, les responsables de l’association n’en sont pas moins exigeants. « C’est le bénévole qui évalue les conditions de l’accueil. Ensuite, la famille doit se plier à deux visites de contrôle et à un bilan. Elle doit être joignable à tout moment », explique Cécile Crouzet. Autre impératif, c’est la famille accueillante qui doit adapter ses dates de vacances, pas le contraire. Des contraintes qui en freinent plus d’un. De fait, le Secours catholique constate une forte diminution du nombre de candidats. Il y a quinze ans, en Loire-Atlantique, ils étaient 600, en 2008, 280. Pas assez pour faire face – chaque année, près de 3 millions d’enfants ne partent pas en vacances. Accueillir un enfant est un engagement qui bouleverse le quotidien, mais quelle plus belle récompense que ses éclats de rire ? Pour Catherine, c’est décidé : l’an prochain, Bilal et Antoine reviendront ! a Géraldine Bordère DES MAMANS PLUS ÂGÉES 30 ans : c’était en 2009 l’âge moyen, en France, des femmes qui ont eu un enfant, qu’il s’agisse ou non du premier. Le développement de la contraception, l’allongement des études, l’accès plus large à l’emploi (80% des 25-49 ans travaillent) expliquent cette évolution relevée par l’Ined. Les Françaises ont choisi de tout concilier et cela n’empêche pas notre pays d’afficher le meilleur taux de fécondité de l’Europe des 27. LES JMJ SUR FACEBOOK Déjà plus de 6 000 fans pour la page JMJ en français sur Facebook. Une manière de participer d’ores et déjà à ces Journées mondiales de la jeunesse organisées par l’Église catholique et ouvertes à tous, qui auront lieu à Madrid du 16 au 21 août 2011 autour du thème « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi ». Des témoignages, des projets de préparation, des vidéos de Madrid, des rendez-vous s’y échangent. www.facebook.com/journeemondiale delajeunesse ? ref=sgm MON VOISIN D’ABORD L’inconnu du métro, c’est un blog qui dresse le portrait d’inconnus, croisés dans une rame ou une station : jeune comédien, touriste chinoise, hommes d’affaires de passage à Paris… Pour l’auteur – qui tient à rester anonyme –, il s’agit de lutter contre la peur de l’autre, de découvrir que tout à côté, il y a beaucoup à partager. http://linconnudumetro. wordpress.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :