L'1visible n°29 septembre 2012
L'1visible n°29 septembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : construire son projet amoureux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Carnet de voyage xw n°29 x septembre 2012 La vallée accueille certains des plus anciens monastères chrétiens du Moyen-Orient, comme les monastères Notre-Dame Qannoubine, Mar Elisha (Saint-Élisée) et Saint-Antoine Qozhaya Qadisha La vallée sainte du Liban Entrez dans la Qadisha et découvrez l’un des sites monastiques les plus anciens au monde. Le monastère Saint-Elisée. La sérénité et l’aspect sauvage de cette vallée sainte, classée au patrimoine mondial par l’Unesco en 1998, sont d’autant plus frappants que le pays est bruyant et chaleureux. Les paysages semblent totalement désertés, mais un esprit saint y règne, qui habite la vallée depuis les premières heures du christianisme... Ce n’est ni plus ni moins que « le ventre maternel des maronites », précise Antoine Assaf, écrivain et philosophe franco-libanais. Nuages dans la vallée. montagnes inquiétantes À proximité de la forêt dite des Cèdres de Dieu, dans ce Liban maintes fois cité dans les Écritures saintes, la vallée de la Qadisha compte plus d’une centaine de monastères. Ses enchaînements de montagnes inquiétantes et pensives ne pouvaient que devenir des refuges où trouver la solitude propice à la méditation ou l’abri secourable à l’heure de la persécution. Il faut marcher pendant des heures, grimper ou descendre des escaliers plus ou moins rassurants à flanc de montagne pour apercevoir grottes, ermitages ou monastères aussi nombreux qu’inaccessibles, témoins de la première phase d’expansion du christianisme. Mais les paysages eux-mêmes sont marqués d’une empreinte divine et de cette spiritualité qui règne sur les lieux depuis près de deux mille ans... Les premiers maronites syriens s’y abritent, fuyant des persécutions Textes : Charlotte d’Ornellas Photos : Léonnard Leroux religieuses, rejoints par d’autres à la suite de la destruction du monastère de Saint-Maroun. ermites Aujourd’hui encore, le monde cherche parfois à comprendre les quelques ermites qui continuent à choisir ces refuges inatteignables... Et les cèdres, dont certains furent contemporains du roi Salomon, sont l’objet de nombreuses légendes... Certains racontent que, jusqu’à la fin du XIX e siècle, l’Église maronite excommuniait ceux qui s’y attaquaient... La croyance locale affirme fièrement que le Christ aurait été transfiguré dans ce lieu, ainsi sanctifié... Pour Antoine Assaf, « la vallée est au Liban ce que celui-ci est au Proche-Orient : le dernier réduit où la foi fidèle clame dans la résistance du silence et de la solitude priante, Jésus, Messie et Fils de Dieu ! En un mot, c’est le Vatican et la Rome des Chrétiens du Liban et de tout l’Orient. » a
n°29 x septembre 2012 xw Carnet de voyage La Qadisha est l’un des sites monastiques chrétiens les plus importants dans le monde. En 1998, Les églises l’Unesco de inscrit Lalibela la sont Vallée taillées de la Qadisha dans le dans tuff volcanique la Liste du dans patrimoine lequel mondial. sont les INSOLITE Dans le monastère de Saint-Antoine, l’un des plus anciens, se trouve une petite grotte devenue chapelle, dans laquelle on trouve... des marmites ! L’explication est aussi étonnante que la découverte : c’est là que viennent les jeunes femmes qui ne peuvent avoir d’enfants. Elles déposent leur marmite, implorant le ciel de leur donner un ventre rond...comme la marmite ! À SAVOIR La vallée tire son nom du fleuve Qadisha qui signifie « saint » en syriaque. Elle est parfois également appelée la pour en savoir+ vallée des saints, ou encore, la vallée aux mille couvents. histoire Une grande partie des grottes de la Qadisha occupées par les anachorètes chrétiens avait été antérieurement utilisée comme abris et tombeaux dès l’ère paléolithique. Depuis le début de l’ère chrétienne, la Vallée sainte servait de refuge aux personnes en quête de solitude. Les maronites syriens vinrent s’y abriter des persécutions religieuses à partir du VII e siècle. Ce mouvement s’intensifia www.qozhaya.com au X e siècle, à la suite de la destruction du monastère de Saint- Maroun. C’est dans le monastère de Saint-Antoine de Kozhaya également que fut installée la première imprimerie du Moyen- Orient vers la fin du XVI e siècle. Les grands monastères de la vallée ont tous leur secret. Le couvent de Qannoubine, accessible à pied par des centaines de marches et sentiers escarpés, a été le premier siège du patriarcat maronite, pendant 500 ans, tandis que l’ordre maronite a été créé dans un troisième, le couvent de Saint-Elisée. interview « Une oasis de retour à Dieu » Béchara Pierre Raï est patriarche d’Antioche et de tout l’Orient (maronite). Que retenir de l’histoire de la Vallée Sainte ? Des milliers d’ermites et de moines s’y sont sanctifiés. C’est là aussi que les patriarches maronites, fuyant les persécutions, ont vécu durant quatre siècles, sauvegardant la foi et la liberté de leur peuple. Que représente-t-elle aujourd’hui au Liban ? Un lieu de pèlerinage où des milliers de visiteurs viennent redécouvrir les conditions de dépouillement et d’ascèse dans lesquelles ont vécu nos ancêtres. Restera-t-elle une « exception chrétienne » ? Nous espérons pouvoir sauvegarder le trésor inestimable de patrimoine spirituel, historique, culturel, et même naturel qu'elle constitue, et ne pas le laisser contaminer par le mercantilisme. Il faut que cela reste une exception, une oasis de retour à Dieu. a « Sauvegarder le trésor inestimable de patrimoine spirituel, historique, culturel » 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :