L'1visible n°23 février 2012
L'1visible n°23 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : Lourdes, l'eau de vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SOCIÉTÉ xw n°23 février 2012 COUP DE CHAPEAU LES ÉLUS CHRÉTIENS EN PÈLERINAGE Depuis 2009, l’association Chrétien Élu Public organise chaque année un pèlerinage de trois jours, à Lourdes, pour les élus chrétiens municipaux, départementaux, régionaux, nationaux et européens. Cette année, ils vivront, du jeudi 29 mars au dimanche 1 er avril, trois jours de réflexion, d’échanges et de prière. Ils seront accompagnés et enseignés par les recteurs des Instituts catholique de Toulouse et de Lille et par Mgr de Dinechin (évêque auxillaire de Paris). Infos : Chrétien Elu Public - cep@sainteclotilde.com 01 45 50 33 86 LE LIVRE Quelle société voulonsnous ? Cardinal André Vingt-Trois, Pocket, 2012. Le cardinal André Vingt- Trois, archevêque de Paris, est président de la Conférence des évêques de France. Il vient de publier une réflexion sur l’engagement politique des catholiques : Quelle société voulons-nous ? Pocket, 2012. E. Villemain Politique Les cathos et la présidentielle Enquête. À trois mois de l’élection, quelle place prend l’Église dans le débat public ? Quelles seront les attentes de l’électorat catholique ? Tandis que les candidats à l’élection présidentielle ont déjà bien entamé leur campagne, ils savent que l’électorat catholique - deux tiers des Français (1) - n’est pas à négliger car il peut faire pencher la balance. En octobre dernier, la Conférence des évêques de France publiait Élections : un vote pour quelle société ?, dans lequel un certain nombre de points d’attention étaient listés et argumentés. Mais qu’en est-il des attentes des catholiques eux-mêmes ? Sur quels sujets leur choix s’appuiera-t-il ? CE QUE LES CATHOLIQUES ATTENDENT Plutôt ancrés à droite (58%) (2), les catholiques français accordent un rôle déterminant aux questions économiques et sociales : l’emploi (pour 68%), le pouvoir d’achat (58%), la sécurité (58%) ou la politique sociale (52%). Au-delà de ces enjeux assez « classiques », les catholiques pratiquants se Que peut apporter l’Église dans le débat politique ? L’apport de l’Église n’est pas de proposer des solutions techniques aux problèmes sociaux ou économiques ni de donner des consignes de vote. Il vise à partager la réflexion séculaire des chrétiens sur la vie sociale, et à éveiller les consciences sur des questions qui mettent en cause l’avenir de l’homme. D’où vient le dynamisme de l’engagement des chrétiens dans la vie de Les catholiques seront très attentifs aux positions des candidats sur la politique familiale et les questions éthiques. distinguent fortement par la place accordée à certains sujets qui font écho à leur identité : liberté de choisir son école (50%), héritage chrétien de l’Europe (46%). Enfin les catholiques se montreront très attentifs aux positions des candidats sur la politique familiale (43%) ou à certains enjeux de société, tels que l’euthanasie (37%), la bioéthique (26%) ou le mariage homosexuel (20%). DES SUJETS PHARES Ces attentes rejoignent finalement les treize points que la Conférence des évêques de France développe dans son document de discernement. Une première catégorie concerne la sphère familiale et les questions de bioéthique. On y trouve l’affirmation que « chaque personne est unique aux yeux de Dieu », ce qui implique un respect de l’embryon, de la personne handicapée ou de celle en la cité ? Les chrétiens sont pleinement intégrés dans les sociétés où ils vivent tout en affrontant l’opposition que l’Évangile suscite. Comme il n’y a pas de coïncidence complète entre la foi chrétienne et aucun système social ou politique, ils sont libres pour œuvrer sans se lasser à la transformation de ce monde. Dès lors, la question est de savoir si nous pouvons changer quelque chose ici-bas et si oui, de se donner les moyens de le faire. fin de vie. Ancrée sur le mariage d’un homme et d’une femme, la famille doit quant à elle être « aidée économiquement et défendue socialement » car c’est « l’avenir et la stabilité de la société qui est en jeu. » Le document présente une deuxième catégorie de points d’attention, davantage du ressort de la vie sociale : les banlieues ; l’environnement ; l’emploi, avec l’affirmation de l’importance de l’« équité des salaires, des prix et des échanges » ; l’immigration, où l’État porte la responsabilité des flux et des conditions d’accueil ; l’Europe, où le marché unique doit être « soustendu par une vision spirituelle de l’homme » ; ou bien sûr la laïcité, en rappelant que l’État se doit d’« assurer la liberté de conscience et de garantir le libre exercice des cultes ». a Claire Perol 1 : 65% des Français se déclarent catholiques, selon une étude IFOP en 2009. 2 : Étude Ifop pour l’association pour la Fondation de Service Politique, septembre 2011. Interview du cardinal André Vingt-Trois : « Éveiller les consciences » Le Cardinal André Vingt-Trois revient sur la question de l’engagement des catholiques en politique, et sur la place que l’Église doit tenir dans les débats de la vie de notre pays. Alain Le Bot/Photononstop Y a-t-il un vote catholique ? Non, mais ce qui me semble important, c’est que les catholiques se retrouvent aux côtés d’autres citoyens pour discerner les réels enjeux des élections : le choix d’un projet de société, la recherche du bien commun plutôt que les intérêts particuliers, le souci de la solidarité, le respect de la personne humaine... Chrétiens ou non, nous avons mieux à faire que de transformer les élections en un pugilat entre candidats. a Propos recueillis par Claire Perol
n°23 février 2012 xw FAMILLE 5 pour L’1visible LA VIE Comment réagir face au cannabis Éducation. Il n’y a pas de recette pour empêcher les jeunes de prendre de la drogue. Cela dit, en matière de prévention, et d’accompagnement en cas de problème, le rôle des parents est capital. Où en est mon ado par rapport au cannabis ? La question taraude les parents, et lorsqu’ils découvrent un problème, ils se sentent démunis. Incompréhension, colère, culpabilité, ces émotions peuvent entraîner des réactions qui aggravent les choses. Voici comment agir avec tact selon la situation. VOUS PENSEZ QUE VOTRE ENFANT FUME Il est important de faire la différence entre les doutes nourris par certains signes (agressivité, fatigue, argent qui disparaît…) et l’inquiétude de tout parent conscient de la facilité d’accès à la substance. Malgré tout, la vigilance s’impose. « Il faut parler des drogues aux enfants dès le collège, avant que le problème se pose », explique Serge Lebigot, président de l’association Parents contre la drogue. Lorsque les parents disent qu’ils désapprouvent, le risque de consommation est moindre. « L’important n’est pas d’abord de rechercher si l’enfant consomme, mais de n Numéros d’écoute et d’information – Drogues info service, tél. : 0 800 23 13 13. www.drogues-info-service.fr – Inter service parents, tél. : 01 44 93 44 93. n Centres d’accueil parentaux et familiaux – Le Cèdre bleu, à Lille, tél. : 03 20 08 16 60. www.cedre-bleu.fr – Parenthèse, à Perpignan, tél. 04 68 35 01 09. www.parenthese66.com vérifier qu’il va bien, qu’il dialogue, qu’il a des amis, des activités », tempère Marie- Christine Blanquart, psychiatre et thérapeute familiale. L’épidémiologiste Marie Choquet souligne que la cohésion familiale, la communication parents-enfants, le partage de repas et d’activités sont des freins à une consommation problématique. « Le contrôle parental est très important dans la prévention, souligne le psychiatre Philippe Jeammet. Lorsque les parents Pratique Où trouver de l’aide ? savent où et avec qui sont leurs enfants, les jeunes risquent moins de consommer. Ce contrôle doit s’exercer dans un cadre de confiance. » VOUS SAVEZ QU’IL FUME Il faut immédiatement en parler avec votre enfant. Oui, mais comment ? En l’écoutant. Évitez toute culpabilisation et les interro gatoires. Invitez-le plutôt à expliquer pourquoi il consomme. Ce que le jeune trouve dans le produit déter- – Point relais Oxygène, à Valence, tél. : 04 75 42 05 54. n Associations de parents – La Luciole, tél. : 01 40 34 17 66. www.laluciole.info – Parents contre la drogue, www.parentscontreladrogue.com – Pour une jeunesse sans drogue, www.jeunessesansdrogue.net a L’hebdomadaire chrétien d’actualité - www.lavie.fr dr mine les risques qu’il court. Fume-t-il comme une provocation, pour exister ? Ou avec des copains lors de soirées ? Ou tout seul dans sa chambre pour décompresser ? Demandez-vous comment il va, s’il se sent bien à l’école. Vous pourrez alors engager un dialogue en trouvant le ton juste. Expliquez-lui que le risque zéro n’existe pas. Un joint dans un cadre convivial peut mener à un accident grave sur la route. Dites-lui que ces produits modifient la façon dont on se sent… Cette attitude de dialogue ne signifie pas que vous acquiescez. L’enfant attend que vous réagissiez en éducateurs, posiez des interdits. Pensez à l’appui des tiers : parrain, médecin… IL CONSOMME SOUVENT Une consommation régulière s’établit à partir de 10 prises dans le mois. Le cannabis peut être un révélateur plutôt qu’une cause. Est-ce que l’enfant consomme parce qu’il a des difficultés scolaires ou l’inverse ? Là encore, il faut chercher les vraies raisons. La situation ne va pas se régler tout de suite. Beaucoup de patience et de dialogue sont néces saires. Garder confiance en son enfant est crucial. Dites-lui que vous savez qu’il arrêtera un jour, que vous ne le lâcherez pas. Restez fermes sur les interdits. « N’oubliez pas de lui dire que vous l’aimez ! », plaide Serge Lebigot. Il a plus que jamais besoin de réconfort. Et n’attendez pas pour vous adresser à des professionnels. Dominique Fonlupt a SPECTACLE « OURRA » Si vous avez raté la tournée 2011, inscrivez-vous en famille pour la cuvée 2012 ! Ce spectacle musical réalisé par 200 bénévoles a déjà conquis 15 000 spectateurs. Fidèle aux Actes des apôtres, il relate les débuts des premiers chrétiens. Ce texte émaillé de chansons et non dénué d’humour s’adresse à tous les publics : jeunes ou moins jeunes, athées ou convaincus. Prochaine date : dimanche 11 mars, à l’Olympia de Paris (billetterie sur le site www.ourra.net). LA BIBLE POUR LES BÉBÉS Pour offrir un éveil à la foi dès l’âge le plus tendre, ce livre présente l’histoire biblique en une quinzaine d’événements, de la Création à la Pentecôte. À vous de raconter le passage en vous appuyant sur les illustrations naïves. Un livre aux pages cartonnées qu’un petit pourra dévorer de ses deux dents. « La Bible pour les bébés », Mame, 9,90 €. FESTI’VAL DU COUPLE S’aimer toute une vie, est-ce possible ? Le diocèse de Lille propose, les 17 et 18 février, deux journées pour mieux comprendre, partager et fêter le couple. Au programme : courts métrages suivis d’un débat avec Jean- Marie Petitclerc (5 €), ateliers sur l’Histoire et la théologie, enjeux contemporains du mariage… Une messe de la Saint-Valentin sera célébrée à la cathédrale, avant un spectacle théâtral. Participation libre. Tél. : 06 20 90 95 55. Garderie le samedi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :