L'1visible n°23 février 2012
L'1visible n°23 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : Lourdes, l'eau de vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 UNE VIE QUI BASCULE xw n°23 février 2012 pour L’1visible Avant d’être l’auteur reconnu d’Idées reçues, une BD à l’humour décalé sur l’univers de la foi, Alain a traversé en famille des années de vaches maigres. Mais il a toujours gardé confiance. Je participais, avec l’école, à un ramassage de vieux papiers. Dans le corridor d’une maison, j’ai découvert un immense tas de BD. Tournesol, drôle de nom pour un magazine de BD. Très vite, quelque chose m’a choqué : ça parlait de Dieu ! Or « Dieu », pour moi, c’était un truc ennuyeux dont on parlait dans ces « maisons pour vieux » qui ont un clocher audessus. Alors, que venait-il faire dans mon monde ? Intrigué, j’ai lu Tournesol. Tous ces témoignages vécus de rencontre avec Dieu, ça m’a sidéré : il existerait donc vraiment ? J’ai essayé de lui parler à mon tour, sans trop savoir s’il avait le temps de m’écouter. J’ai trouvé une Bible et c’est là que j’ai réalisé que lui aussi me parlait. Petit à petit, une amitié réelle est née entre nous. Lors d’un rassemblement de jeunes, un orateur a lancé un appel : « Qui veut mettre ses talents au service de Dieu ? Qu’il se lève ! » J’ai été le seul à me lever ! L’orateur m’a demandé : « Alors, quel est ton talent ? » ; « Heu… je dessine un peu dans les cahiers de maths… qui sait, ça peut servir ? » ; « Mais oui, c’est ça, ton don ! » « Heu bon, ok… » Je ne voulais pas lui casser sa soirée. Je me mis donc à dessiner comme un forcené, des nuits entières avec un seul objectif : partager ma découverte de Dieu ! Après l’école d’art, je me suis mis à dessiner à plein temps. Avec ma femme et nos quatre enfants, nous avons connu la pauvreté. Un matin, en ouvrant le frigo, j’ai réalisé qu’il restait tout IL EST VIVANT juste la nourriture pour le jour même. Cela m’a plongé dans l’inquiétude… Le soir, assis à ma table de dessin, j’ai branché mon magnétophone : c’était, par hasard, une cassette de la Bible lue. Un passage a résonné en moi : « Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne vous dites pas : ‘Qu’allons-nous manger ?’ou bien : ‘Qu’allons-nous boire ?’ou encore : ‘Avec quoi nous habiller ?’Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. » (Mt 6,31-33). Par cette parole, Dieu répondait à mon inquiétude. Après lui avoir demandé pardon pour mon manque de confiance, je me suis endormi en paix. « Je ressemblais à un clochard » Le lendemain matin, un vieil homme est venu frapper à notre porte, les bras chargés de victuailles. « En me levant ce matin, m’a-t-il dit, j’ai pensé : ‘Aujourd’hui, j’apporte des légumes de mon jardin à la famille Auderset !’ » Ce jour-là et les jours qui ont suivi, nous n’avons jamais été Ascension du Christ dans l’église Saint-Nicolas de Véroce en Haute-Savoie. Mensuel catholique pour tous - www.ilestvivant.com Alain Auderset L’homme qui fait des bulles en reste. Durant sept ans, nous avons mangé à notre faim, et souvent de manière variée. Malgré tout, c’était dur, les souliers troués, les pantalons déchirés, un manteau militaire en hiver… Je ressemblais parfois à un clochard. Le regard des gens me pesait, parfois même à l’église. Les gens autour de nous partaient en vacances, avaient une ou deux voitures. Ils achetaient ce qu’ils voulaient dans les magasins. Heureusement, tous les jours, j’allais en forêt et là, je priais, je parlais avec le Seigneur, et cela me donnait du courage. Le 11 septembre 2001, j’ai sorti ma première BD. 5000 exemplaires vendus ! Le succès a été immédiat : en trois mois, le livre est devenu un best-seller, et a reçu un prix au festival de la Bande dessinée d’Angoulême. Puis, d’autres livres et d’autres prix ont suivi. Jusqu’à aujourd’hui, plus de 100 000 exemplaires de mes livres ont été vendus et Idées reçues a été traduit en sept langues. Voilà, l’histoire d’un simple gars de rien du tout, sans talent… jusqu’à ce jour où il a rencontré Jésus. a À LIRE IDÉES REÇUES Alain Auderset, Atelier Auderset, 2001 DR
n°23 février 2012 xw COUP DE CHAPEAU 15 ParcoursAtypique.com L’embauche sur-mesure Emploi. Certains candidats sont jugés trop différents pour être embauchés. Ce site internet les accompagne. Faire le lien entre les entreprises qui cherchent la perle rare et des candidats atypiques : c’est l’objectif du site ParcoursAtypique.com. « Qu’il s’agisse d’un ancien militaire ou d’un jeune diplômé de retour d’une mission humanitaire, les candidats qui frappent à la porte du site sont compétents, motivés et forts en qualités humaines. Mais ils ne rentrent pas dans les petites cases des sites d’emploi », explique Thomas Grimaux, fondateur de ParcoursAtypique.com. C’est le cas d’Odile, 43 ans, 20 ans d’expérience comme comptable bilingue. Blessée par un harcèlement moral lors de sa précédente expérience, elle a été contrainte de démissionner et se retrouve au chômage. Dans sa recherche d’emploi, elle s’est sentie démunie face aux questions des recruteurs. Elle a choisi de suivre des séances de coaching avec ParcoursAtypique.com, qui l’ont aidé à mieux choisir ses mots en entretien. Cet accompagnement lui a permis de trouver un nouveau travail. SUPPLÉMENT D’ÂME Pourquoi ces personnes ont-elles tant de mal à trouver du travail ? « Le CV ne montre qu’une partie du candidat », explique Thomas Grimaux. « Il faut regarder la personne dans sa globalité. On n’engage pas qu’un bras, mais aussi un cœur, un regard et une intelligence ! » C’est de cette conviction qu’il est parti pour lancer son site. En quoi diffère-t-il des autres sites d’emploi ? Ici, créer son profil prend de une à cinq heures. Mieux v a u t ê t r e motivé ! Il exige aussi l’anonymat. Un choix qui peut étonner : « Si un homme tourne en rond dans son poste actuel et cherche à changer, il mettra son emploi en danger en présentant sa candidature auprès d’un cabinet de recrutement. L’anonymat lui permet de dévoiler sans crainte son parcours. » Autre particularité du site : chaque candidat donne à sa page de profil un titre qui annonce le poste recherché. Et choisit, pour se définir, un « nuage » de mots-clés. Sur le profil d’une chef de projet, on trouve par exemple « trilingue », « Roumanie », « écoute des Prenez du temps pour Dieu Magnificat vous accompagne jour après jour avec le Compagnon de Carême, disponible par correspondance, en librairie ou sur iPhone. www.magnificat.fr autres » et « web écriture ». « C’est plus rapide à lire qu’un CV. Cela met en relief la personnalité du candidat. » Il propose aussi des séances de coaching personnalisé. « Le projet du candidat doit être réaliste et lui convenir. Alors je vais au cœur de la personne, je débroussaille. » Le leitmotiv du site, c’est qu’un parcours atypique peut être une force. Thomas Grimaux en est convaincu : « Ces personnes ont toutes quelque chose en plus : comme un supplément d’âme. » a Olivier Labesse Henri GAUD/CIRIC Ixene



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :