L'1visible n°23 février 2012
L'1visible n°23 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : Lourdes, l'eau de vie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 PSYCHOLOGIE xw n°23 février 2012 a a a On manque de manque ! tion. Là, tout de suite, comme je le sens ! L’enfant auquel on n’apprend pas à renoncer s’imagine qu’il a tous les droits. « Laissez-moi vivre ! », hurle Laurence. Laurence veut un aquarium… Elle le reçoit. Elle veut un iPod pour étudier son anglais... C’est OK. Elle espère trouver la paix de l’âme dans l’avoir. Par contre, « Je ne veux pas de votre école pourrie ! » À 14 ans, elle s’insurge face à toute exigence. Est-elle heureuse ? Assurément non. L’ado laisse régulièrement des messages de détresse à sa sœur et devient de plus en plus phobique et hypocondriaque. Aussi l’adulte a-t-il le devoir de familiariser l’enfant avec la frustration. EXPÉRIMENTER LA PERTE Le monde environnant donne l’illusion que tout est très rapidement possible. Pour certains jeunes sortis des illusions dorées d’une enfance trompeuse, le rêve s’écroule durement. Aucun humain ne peut tout être, gagner, réussir, tout contrôler, être parfait... Ce leurre ronge les perfectionnistes. Il est vital d’expérimenter la perte, l’erreur, l’ignorance, l’échec, l’impuissance ou la maladie. En les refusant, on s’enlise dans la souffrance. L’acceptation du manque est la source de notre force intérieure. En nous en souvenant de temps en temps, nous nous persuaderons que retarder l’acquisition d’un petit bonheur en double la satisfaction ! a Propos recueillis par Magali Germain ALLER PLUS LOIN AU SECOURS, JE MANQUE DE MANQUE ! Diane Drory, De Boek, 2011 CRIS ET CHÂTIMENTS Diane Drory, De Boek, 1997 LA PÉDOFOLIE Rafy Alex, De Boek, 2004 www.drory.be SOUTENUS PAR PIE XII, les évêques français contre les rafles Un regard neuf et positif sur notre histoire Un magazine de référence pour toute la famille Les meilleurs spécialistes au service du grand public Un dossier inédit et exclusif ! 6, 90 seulement ! € Histoire du christianisme magazine n°58, en janvier - février 2012 En vente chez votre marchand de journaux, dans les Relais H et en kiosque Six clés pour… Gagner à manquer Le passage par le manque est vital. Il prépare à surmonter les inévitables frustrations de la vie et booste désir et créativité. Johnny aussi l’a dit : « Qu’on me donne l’envie, l’envie d’avoir envie ! » Avoir le droit de rater et de se tromper. Penser à ce que le 1 petit n’oublie pas son goûter, faire la dissertation de son lycéen pour lui éviter l’échec, c’est amputer l’enfant d’expériences nouvelles, de responsabilisations par rapport à sa vie. N’étant pas assez confrontés à la vie et à ses expériences bonnes ou moins bonnes, ces enfants ont de la peine à intégrer que la perfection n’est pas de ce monde. Au lieu de le diaboliser, apprenons à nos enfants que l’échec est aussi important que la réussite. Errare humanum est… Rencontrer des interdits. Non, c’est non ! « Non, pas de 2 bonbon avant le repas ! » Plutôt que d’essayer la négociation pour lui éviter d’être trop malheureux, rester dans un interdit indiscutable. En disant non, on met de l’attente et de la distance par rapport au désir. Cet intervalle permet de réfléchir. L’immédiateté ne permet pas de penser. Prendre des risques. Pour passer de l’enfance à l’âge adulte, 3 l’enfant doit être en mesure de prendre des risques et de se sentir responsabilisé sur les conséquences de ses choix. C’est bien connu, on apprend plus par ses propres expériences ! De l’argent dans les poches. Tant pis s’il est perdu ou dépensé 4 dès le premier jour… l’enfant intègrera qu’il faut attendre jusqu’au mois suivant pour à nouveau s’acheter quelque chose. L’argent de poche permet d’apprendre à construire un projet personnel, d’accepter que tout n’est pas possible tout de suite et d’assumer qu’on ne peut pas tout avoir. Pour un prix modique. Écran total ? Attention, protection à revoir. Pas de télé avant 5 3 ans car l’enfant a besoin d’interagir avec son corps entier et ses 5 sens pour se construire. Pas d’écran d’ordinateur avant 6 ans car l’enfant doit découvrir l’interaction via le manuel. Pas de connexion Internet avant 9 ans car, plus jeune, il est difficile de leur expliquer les dangers d’Internet. Un enfant sur 4 de moins de douze ans possède un téléphone portable. Avant 10 ans, le portable serait encore un cordon qui relie l’enfant à ses parents. Rassuré, il a l’impression qu’il peut les joindre à tout moment. Donner un portable à un très jeune préado, c’est l’inciter à se penser invulnérable puisque capable de se relier à tout moment avec ses parents. Protection illusoire. Il est donc bien plus utile d’expliciter aux enfants comment réagir face à certains dangers, plutôt que de leur donner un portable qui ferait illusoirement office de protection. Trouver le temps long. Dans une société de l’immédiateté, 6 qui refuse la notion d’attente, l’enfant est souvent empêché de comprendre la matérialité du temps. Or grandir, apprendre, essayer, prend du temps. Il est urgent de réveiller sa faim de l’attente, de valoriser chez lui l’effort, la suite dans les idées et la persévérance plutôt que de le complimenter pour son « intelligence ». Vous ne savez plus quoi inventer pour l’occuper ? Offrez-lui un samedi après-midi vide d’activités programmées. « Tu peux t’ennuyer. » L’enfant demandera sans doute ce que cela signifie. Cela te donne le temps de penser à ce que tu aurais envie de faire. a
n°23 février 2012 xw L’ÉGLISE, L’ÉGLISE C’EST POUR PAS SORCIER LES NULS ! 13 pour L’1visible Comprendre Comme en 40… 1. Le nom du carême vient du latin quadragesima, qui fait référence à cette quarantaine de jours entre le Mercredi des Cendres et Pâques. 2. 40 jours, c’est le temps passé par Jésus dans le désert avant de commencer une vie publique, selon l’Évangile. 3. 40, c’est aussi le nombre de semaines dans les 9 mois d’une grossesse. Symboliquement, le carême est fait pour faire naître en chacun un homme nouveau ! 4. En réalité, le carême dure 46 jours. C’est parce que les dimanches sont des jours de fête pour les chrétiens… et, donc, ne comptent pas ! Prier Avec saint Anselme MAGNIFICAT Le carême La belle quarantaine Préparation. C’est la période de 40 jours durant laquelle les chrétiens se préparent à Pâques : la fête de la Résurrection du Christ ! Corinne Simon/Ciric « Seigneur, donne à mon cœur de te désirer ; en te désirant, de te chercher ; en te cherchant, de te trouver ; en te trouvant, de t’aimer ; et en t’aimant, de racheter mes fautes ; et une fois rachetées, de ne plus les commettre. » Dans la bible Luc 4, 1-2 « Jésus fut conduit par l’Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l’épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. » Appauvrir le contenu dans son assiette pendant le carême, c’est un moyen de laisser plus de place à Dieu dans sa vie. Insolite Pas de viande ? Au long de l’histoire, quand l’interdiction de manger de la viande le vendredi et pendant le carême était particulièrement stricte, des « astuces » pour contourner la règle ont été trouvées. Par exemple, un animal amphibie comme le castor a pu être classé comme un poisson, et sa chair consommée sans scrupule. Le mensuel Ascension pour du Christ prier dans chaque l’église Saint-Nicolas jour avec de Véroce l’Église en Haute-Savoie. - www.magnificat.com 1 2 4 3 5 Un geste Place aux jeûnes ! La privation de nourriture (jeûne) est la pratique la plus connue pendant le carême. On appauvrit le contenu de l’assiette, on « fait maigre », pour laisser davantage de place à Dieu et à la prière dans sa vie. Mais les privations peuvent concerner n’importe quoi : un loisir, une habitude, un goût particulier… En pratique 5 clés pour le vivre Faire le point sur sa foi. Éventuellement avec un prêtre, regarder avec sincérité quelle place on laisse à Dieu dans sa vie, et se demander comment progresser. Ne pas être trop ambitieux. Plutôt que de choisir de gros efforts, en choisir un simple et s’y tenir. Faire « plus » que d’habitude. Ajouter quelques minutes à sa prière, aller à la messe plus régulièrement… Oser le pardon. Pardonner à ceux qui nous ont blessés. Demander pardon à ceux à qui on a fait du tort ou de la peine. Et pourquoi pas à Dieu aussi, par la confession ? Partager. Donner un peu de son temps ou de son argent à une œuvre caritative ou à quelqu’un qui en a besoin.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :