L'1visible n°22 janvier 2012
L'1visible n°22 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : comment accepter ses fragilités ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SOCIÉTÉ xw n°22 janvier 2012 pour L’1visible UN LIVRE UNE HISTOIRE DE L’HUMANITAIRE Philippe Ryfman, Ed. de La Découverte, Collection Repères, 2008, Paris. Cet ouvrage revisite la généalogie de l’humanitaire, en montre les émergences successives, les transformations et mutations progressives ainsi que les dynamiques à travers ses acteurs non gouvernementaux et publics. SITESWEB Le site d’Entreprendre pour la Cité : www.imsentreprendre.com Jean-Louis Chaussade, Directeur général de Suez Environnement et membre du Comité Exécutif de GDF-SUEZ. DR Entreprises et aide au développement Donner c’est capital Social. De plus en plus d’entreprises soutiennent l’action humanitaire et l’innovation sociale, sous forme de dons ou d’aides diverses. Enquête. Altruisme ou capitalisme, faut-il choisir ? Pas forcément. Car, si le point commun de toutes les entreprises est la recherche du profit, elles sont aussi de plus en plus nombreuses à s’engager dans des actions humanitaires et sociales. Sous l’impulsion de certains dirigeants d’entreprises, leur rôle dans ce domaine s’élargit peu à peu. « Le rôle de l’entreprise n’est pas seulement économique. Chaque entreprise doit pouvoir s’investir avec les moyens dont elle dispose, afin que la cité se porte mieux », affirme Claude Bébéar, président d’honneur du groupe Axa et fondateur, en 1986, de l’IMS- Entreprendre pour la Cité. De son côté, la loi encourage les entreprises, en leur donnant la possibilité de dépasser leur rôle strictement économique, en prenant des responsabilités dans la société. En France, les entreprises soutiennent ainsi de nombreux organismes, de différentes manières : dons en Quelles actions mène votre entreprise ? Nous prévoyons des mécanismes de tarification sociale de l’eau, permettant aux plus démunis d’avoir accès au service. Nous prolongeons cet engagement via le Fonds Suez Environnement Initiatives : nous finançons et participons, avec notre savoir-faire, à de nombreuses actions menées par des ONG, y compris en donnant la possibilité à notre association humanitaire interne, Aquassistance, de mener des projets partout dans le monde, pour permettre un accès à l’eau à des populations extrêmement défavorisées. Le groupe Accor soutient l’association AgriSud dans le développement économique des pays du Sud. espèces, en nature (ordinateurs, ameublement, etc.), de services ou de compétences ou mise à disposition du savoir-faire de certains salariés. Le montant des aides qu’elles apportent est encadré et se traduit par des avantages fiscaux plafonnés. Les entreprises peuvent aussi intervenir directement dans certains domaines. Le plus souvent, il s’agit de l’aide aux pays en développement. Le Groupe Randstad, 2 e groupe mondial de services en Ressources Humaines, apporte par exemple son soutien à VSO. Cette ONG internationale renforce l’action des organisations locales. Randstad offre une aide financière, met à la disposition son réseau, ses connaissances et son expertise pour la sélection et l’envoi de volontaires spécialisés à l’étranger. Les entreprises accompagnent aussi l’aide au développement local et territorial, aux droits de l’homme, à l’éducation et à la formation, les pratiques commerciales solidaires, etc. Le groupe Accor soutient ainsi Qu’est-ce qui motive cet engagement ? Parce que notre métier consiste à apporter des services essentiels à la vie et à la santé des populations, nous ne pouvons pas nous résigner à ce qu’encore 884 millions de personnes dans le monde n’aient pas accès à une eau potable de qualité. Nous nous devons d’aller plus loin car nous avons un savoir-faire à partager pour contribuer, aux côtés d’acteurs locaux et d’ONG, à la mise en place de solutions pérennes d’accès à l’eau potable et à l’assainissement mais aussi à une gestion responsable des déchets. l’association AgriSud, qui œuvre pour le développement économique des pays du Sud. Comment ? En s’approvisionnant auprès de la filière Agrisud de Siam Reap Cambodge, regroupant une cinquantaine de producteurs locaux. PRINCIPE DE GRATUITÉ Le Pape Benoît XVI, dans son encyclique, Caritas in Veritate, nous rappelle que « dans les relations marchandes, le principe de gratuité et la logique du don, comme expression de la fraternité, peuvent et doivent trouver leur place à l’intérieur de l’activité économique normale. C’est une exigence de ce temps, mais aussi une exigence de la raison économique elle-même. C’est une exigence conjointe de la charité et de la vérité. » a Gérard Biverni Interview de J.-L. Chaussade : « Nous nous devons d’aller plus loin » Le groupe Suez Environnement s’engage pour que l’accès à l’eau devienne une réalité dans les pays pauvres, avec le programme Eau pour Tous. Entretien avec son directeur général, Jean-Louis Chaussade. Agrisud RETROUVEZ L’ÉMISSION ESPRIT D’ENTREPRISE « Entreprise et Humanitaire » de Radio Notre Dame en réécoute sur www.radionotredame.com Quels en sont les fruits pour votre entreprise ? Le travail avec des ONG, des partenaires locaux pour débloquer des situations, créer des infrastructures et mobiliser les populations locales autour d’un projet, est très formateur. Nous avons beaucoup appris, notamment l’importance de l’écoute, du dialogue, du partenariat. Des valeurs et des attitudes qui nous guident au quotidien. Nous défendons un autre modèle d’entreprise, plus engagée, plus consciente de sa responsabilité. a Propos recueillis par Émilie Pourbaix
n°22 janvier 2012 xw FAMILLE 5 pour L’1visible LA VIE Petite éthique de la parole Éducation. Nous avons tous en mémoire des phrases prononcées par nos parents, amis ou professeurs qui nous ont stimulés, éclairés. Voici quelques règles de base pour parler « juste » à nos enfants. Nos paroles portent une grande part de responsabilité éducative. Dans Paroles toxiques, paroles bienfaisantes (Robert Laffont), Michel Lacroix, philosophe, père et grand-père propose des règles pour une éthique du langage, à appliquer en premier lieu dans le cercle familial. LA POLITESSE, C’EST LA BASE Elle atteste qu’on est disposé à faire société avec nos semblables. C’est le rôle des « bonjour », « merci », « s’il te plaît ». La famille étant le premier degré de la socialisation, les parents exigent légitimement de leurs enfants ces petits mots qualifiés de magiques. La transmission se fait par l’énoncé de règles, mais surtout par l’exemple. LA PAROLE DOIT ÊTRE ATTENTIONNÉE L’amour-propre d’un enfant est vite offensé par une moquerie ou une observation crue : « Tu choisis mal tes copains », « Qu’est-ce qu’il n Bien sûr, nous devons être sincères, tenir nos promesses, avoir le souci d’être justes, sans euphémisme, ni langue de bois. Cependant, la vérité ne saurait résumer une éthique de la parole. De Platon à Kant, de Thomas d’Aquin à Bergson, les philosophes n’ont cessé de juger le langage d’après le seul critère de la vérité. Or, il est aussi relationnel. Dans la parole de politesse, d’attention, pue ton doudou ! » La parole attentionnée exige du discernement. C’est encore plus délicat à l’adolescence, où il faut conjuguer l’accompagnement éducatif et une sensibilité, une pudeur exacerbée. POSITIVE MAIS PAS COMPLAISANTE Ma parole est-elle pour l’enfant une source d’épanouissement, d’estime de soi ? Une parole positive doit jouer sur ces deux registres : à la fois Question Faut-il toujours dire la vérité ? donner confiance – « tu es capable de… » – et éveiller le désir. La limite étant de ne pas verser dans la complaisance. Si un adolescent veut devenir médecin mais ne s’en donne pas ou n’en a pas les moyens, il m’appartient d’injecter du réalisme dans ses projets. RESPECTUEUSE DES ABSENTS Évitons que les repas de famille deviennent prétexte à s’amuser des travers des de positivité, il peut y avoir une légère part d’exagération. En tant que parents, il nous est déjà arrivé de « croire » notre enfant, malgré l’évidence. En lui disant : « Je te crois », on met l’enfant au pied du mur. On lui renvoie l’image de ce qu’il va devenir et non pas celle, implacable, du menteur. En matière éducative, on est parfois obligé de mettre la vérité sous le boisseau. a L’hebdomadaire chrétien d’actualité - www.lavie.fr dr profs, des amis, des membres de la famille. La médisance se présente sous l’habit respectable de l’esprit critique. Sans être des rabat-joie, les parents ont pour rôle de modérer cette tentation de la dérision. J’ai des devoirs envers les autres, même absents. LA TOLÉRANCE, ÇA S’APPREND La tolérance est une manière de discuter qui accepte d’écouter, qui n’est pas péremptoire et laisse la possibilité du dialogue avec l’autre. Cela s’apprend à la table familiale. Si un homme et une femme parviennent à parler devant leurs enfants de leur point de v u e o p p o s é s u r Nicolas Sarkozy, ou le mariage homosexuel, sans que le ton monte, ils leur auront transmis l’idée qu’une discussion est également possible dans l’espace public. Au-delà de la différence des convictions, une valeur émerge : faire une place à la parole de l’autre. AVEC LES MOTS, ON OFFRE LE MONDE Un enfant a besoin qu’on lui parle de l’intérêt de ce qu’il voit. Il aura d’autant plus envie de découvrir le monde qu’on lui en aura bien parlé, dans une ambiance de partage. « Regarde comme c’est beau ! Écoute la pluie sur les carreaux. Sens-tu comme ce poète a bien su parler de l’amitié ? » Cela suppose de prendre du temps. La parole est comme un écrin pour offrir le monde aux enfants, tel un bijou précieux. Dominique Fonlupt a VIEILLIR HEUREUX Les années d’âge mûr, ça se prépare aussi. Avec cette conférence au collège des Bernardins, à Paris, organisée le 19 janvier dans le cadre d’un cycle senior, « Nous pouvons décider de vieillir heureux ». La psychologue Marie de Hennezel, qui anime des séminaires sur l’art de bien vieillir et de vivre plus spirituellement cette nouvelle étape de la vie, nous ouvrira quelques pistes. www.collegedes bernardins.fr JEUNES EN DIFFICULTÉ Personnaliser les parcours scolaires, développer les internats, créer des maisons familiales pour soutenir les parents, mieux loger les jeunes et les former plus souvent en alternance… Ce sont quelques-unes des propositions de la fondation catholique Apprentis d’Auteuil dans un Plaidoyer pour la jeunesse en difficulté, rédigé à l’adresse des candidats à l’élection présidentielle. Un appel pour souligner l’urgence de soutenir à la fois les parents démunis et les jeunes exclus du système. www.apprentisauteuil.org TOURISME SPIRITUEL Vous cherchez un séjour spirituel dans un monastère, une abbaye, ou un lieu pour réfléchir, prier, méditer, seul ou en famille ? Le nouveau site internet Spirit, créé par des voyagistes en quête de sens, se propose de mettre en lien les aspirants à la retraite spirituelle et les centres d’accueil, classés par régions. www.spiritvoyages.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :