L'1visible n°20 novembre 2011
L'1visible n°20 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 14,2 Mo

  • Dans ce numéro : Notre-Dame de Montligeon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 DOSSIER xw n°20 novembre 2011 Le mystère des origines de la Vierge Marie Question de foi. Le 8 décembre 1854, le Pape Pie IX proclame que la Mère de Dieu a été préservée du mal depuis le premier instant de sa conception. Elle est l’Immaculée Conception. Ce dogme est-il une invention du Pape ? Enquête. 1 « Immaculée Conception » : que signifie ce terme très compliqué ? Il signifie que la Vierge Marie a été préservée du péché originel, qui touche tous les hommes à leur naissance depuis Adam et Ève. Marie, au contraire, est « immaculée » depuis sa conception : littéralement, cela signifie qu’elle est « sans tache », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de trace du mal en elle. 2En réalité, vous faites de la Vierge une divinité. UNE MYSTÉRIEUSE PROPHÉTIE... Marie n’est pas une déesse ! Cependant, elle n’est pas non plus tout à fait une femme comme les autres : elle est celle qui a été choisie par Dieu pour être la mère de son Fils. Il paraît donc assez logique qu’il ait voulu qu’elle soit parfaitement pure, pour être totalement disponible à sa présence dans sa vie, son cœur, et son corps. Marie exprime cette totale disponibilité à Dieu, dans la phrase qu’elle répond à l’ange Gabriel, venu lui annoncer qu’elle sera la mère du Sauveur : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole. » (Luc 1, 38). 3Encore un dogme de l’Église dont on ne retrouve aucune trace dans les Écritures. Paris, 1830. La Vierge apparaît à la jeune Catherine Labouré, Fille de la charité, dans la chapelle de sa communauté, rue du Bac. Elle lui demande de faire graver une médaille et d’y inscrire : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Marie se présente donc comme l’Immaculée Conception, vingt-quatre ans avant le dogme. a... ET SA CONFIRMATION Lourdes, 1858. Bernadette demande à la « dame » qui lui apparaît dans la grotte son nom.Celle-ci répond dans en patois : « Que soy era immaculada councepciou » (« Je suis l’Immaculée Conception »). Bernadette répète, sans la comprendre, la phrase au curé, bouleversé. La Vierge venait de confirmer elle-même le dogme de l’Immaculée Conception, proclamé quatre ans plus tôt par Pie IX. a Il est vrai que la Bible ne parle pas de l’Immaculée Conception directement. Cependant, comme tous les dogmes, cette idée n’est pas sortie de la tête du Pape ! Dans la Bible, plusieurs passages de l’Ancien Testament évoquent une femme « immaculée » victorieuse du mal. Dans le Nouveau Testament, l’ange Gabriel s’adresse à elle en lui disant : « Réjouis-toi, comblée de grâce ! » Cela signifie que Marie est totalement remplie par la vie de Dieu : il n’y a pas de place pour le mal en elle. Par ailleurs, la croyance en la conception immaculée de Marie est ancrée dans la foi populaire depuis les premiers chrétiens. C’est le peuple qui a le premier commencé à croire à cette conception « sans tache » de Marie. L’Église n’a fait que suivre cette dévotion du peuple. 4Je ne comprends pas du coup comment est arrivé le dogme. Il est né de la rencontre entre cette puissante foi populaire et la réflexion des théologiens. Cela s’est réalisé très progressivement, au cours des siècles. Dès le II e siècle, les Pères de l’Eglise saint Justin et saint Irénée de Lyon, exaltent la sainteté de Marie. Puis, à partir du VII e siècle, les églises d’Orient célèbrent la conception de Marie le 8 décembre. Et elle commence à être célébrée en Occident à partir du XI e siècle. Au Moyen-âge, cette foi du peuple est développée par les théologiens. Ce sont les franciscains en particulier qui s’appliquent le plus à démontrer la conception immaculée de Marie, au début du XIV e siècle. Simultanément à cette réflexion théologique très poussée, la fête continue de se répandre dans l’Église, progressivement, par les monastères et les ordres religieux, qui l’inscrivent à leur calendrier. En 1439, le concile de Bâle définit le dogme de l’Immaculée Conception de Marie. Mais ce concile est déclaré invalide et ses décisions irrecevables. Il faudra attendre 1854 pour que le dogme soit enfin proclamé officiellement par le Pape Pie IX. 5Quel rapport avec les apparitions de la rue du Bac et de Lourdes ? Vingt-quatre ans avant le dogme, la Vierge se présente comme « conçue sans péché » à Catherine Labouré, rue du Bac, à Paris. Et quatre ans après le dogme, elle apparaît à Bernadette, à Lourdes, en se présentant comme « l’Immaculée Conception » (cf encadré), confirmant la décision de l’Église. Il y a ainsi une grande part de merveilleux dans ce dogme. On voit donc bien comment peu à peu la foi de l’Église se précise, se construit à partir des Écritures saintes, de la foi populaire, la réflexion théologique, les révélations divines et la décision finale du Pape, après consultation des évêques. L’Église tout entière croit déjà en l’Immaculée Conception quand le Pape en proclame le dogme : il ne fait en réalité que suivre et confirmer la foi des croyants. Il n’impose rien. a
DR n°20 novembre 2011 xw DOSSIER 17 FOCUS La fête du 8 décembre à Lyon : des milliers de chrétiens se rassemblent chaque année pour fêter la Vierge Marie, demander sa protection maternelle, lui confier des intentions et la remercier de tout ce qu’elle fait pour les hommes. Le 8 décembre Marie à Lyon EN DATES 1643 : La peste est revenue à Lyon pour la 10 e fois en moins d’un siècle, faisant des ravages dans la population. Le 12 mars, les notables lyonnais - les Échevins - demandent la protection de la Sainte Vierge pour la ville. Ils lui consacrent la ville, font le voeu de venir la prier à la chapelle de Fourvière et de lui offrir chaque année un écu d’or et sept livres de cire blanche. Et le miracle se produit : la peste quitte la ville. Ce voeu est renouvelé chaque année depuis cette date. POUR EN SAVOIR+ 1832 : Le choréla arrive aux portes de Lyon. Les Lyonnais montent en procession à Notre-Dame de Fourvière. Ils implorent de nouveau la protection de la Vierge. La ville est de nouveau miraculeusement épargnée. 1852 : Le 8 septembre est prévue l’inauguration du nouveau clocher de la chapelle Notre-Dame de Fourvière et la statue de la Vierge. Mais cette date ne pourra être respectée en raison d’une inondation. L’inauguration est reportée au 8 décembre. Mais ce jour-là, une pluie torrentielle s’abat sur la ville et empêche l’illumination prévue. Pourtant, malgré la décision officielle de décaler la cérémonie, les fenêtres des Lyonnais s’illuminent spontanément, au point que toute la ville en est éclairée. Ainsi est née la tradition de fêter la Vierge en illuminant la ville. 1870 : En pleine guerre contre la Prusse, la ville est menacée. Les Lyonnais se rendent en procession à Fourvière. L’archevêque de la ville fait le voeu de bâtir une basilique au sommet de la colline si la ville est épargnée. Elle le sera. En 1872, http://lyon.catholique.fr les travaux de construction commencent. LA PRIÈRE Mère de Jésus Christ, je ne viens pas prier. Je n’ai rien à offrir et rien à demander... Je viens seulement, Mère, vous regarder. Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela : que je suis votre fils et que vous êtes là. Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête, être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes, ne rien dire, regarder votre visage, laisser le coeur chanter dans son propre langage, parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée. Paul Claudel « J’aime Marie, la mère de Jésus, de tout mon cœur. Et j’éprouve une réelle émotion à participer à l’hommage qui lui est rendu. » Jean-Régis, 31 ans DR DR DR « Ce qui m’a touché c’est que les gens dans la rue étaient très intéressés de comprendre l’origine de cette fête et de découvrir que, depuis des siècles, quelqu’un - Marie - veillait sur eux et leur cité. » René, 46 ans « Comme Lyonnaise, j’aime ce rituel du 8 décembre, cette fête populaire. Chaque année je confie tout à Marie, chaque année je lui dis merci pour tout ! » Caroline, 35 ans En bref MISSIONNAIRE DU 8 ! La fête du 8 décembre à Lyon a besoin de missionnaires. Alors que des millions de personnes s’apprêtent à participer à la Fête des Lumières, l’Église catholique à Lyon veut témoigner des origines religieuses de cette fête et de sa foi, accueillir toutes les personnes, quelles que soient leurs croyances, pour un moment de partage et, pour ceux qui le souhaitent, de prière. Devenez l’un des 500 Missionnaires du 8, pour permettre, du 8 au 11 décembre une immense opération portes ouvertes dans les églises de Lyon. Contact : 8decembre@catholique-lyon.cef.fr MERCI MARIE SE PROPAGE EN FRANCE - En 2010 plus de 800 paroisses ou écoles ont relayé l’opération ; - plus de 10 0000 dépliants et 15 000 affiches ont été diffusés ; - 3000 affiches en France chez les commerçants, dans le metro Merci Marie à Tarascon. et les gares ; - déjà deux paroisses en Belgique ; - plus de 50 000 lumignons avec l’image de Merci Marie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :