L'1visible n°20 novembre 2011
L'1visible n°20 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 14,2 Mo

  • Dans ce numéro : Notre-Dame de Montligeon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 UNE VIE QUI BASCULE xw n°20 novembre 2011 pour L’1visible Joseph-Marie Verlinde De l’hindouisme à Jésus Sa quête spirituelle l’avait conduit vers l’Himalaya et l’hindouisme. C’est là que le Christ se révéla à lui. Aujourd’hui, Joseph-Marie Verlinde est prêtre et fondateur d’une communauté. J’étais chercheur au CNRS en chimie nucléaire quand éclatèrent les événements de mai 1968. Ils remirent radicalement en question mon appartenance au Christ et à son Église. Cédant à l’un des nombreux slogans de l’époque selon lequel, pour être libre, il fallait lâcher la béquille religieuse, j’ai renoncé à ma foi chrétienne et tenté vainement de donner un sens strictement humanitaire à ma vie. Devant cet échec, j’ai repris ma quête spirituelle, qui m’a conduit à la Méditation Transcendantale de Maharishi Mahesh Yogi – celui-là même qui initia les Beatles. Le gourou fondateur se prit d’affection pour moi et m’a invité à le suivre dans son ashram de l’Himalaya. Là, j’ai pu, durant environ quatre années, approfondir ma connaissance de l’hindouisme et de ses pratiques. FONDRE MA CONSCIENCE C’est là, sur le toit du monde, alors que je ne cherchais rien d’autre qu’à fondre ma conscience personnelle dans le Soi impersonnel divin, que le Seigneur Jésus s’est révélé à moi au cours d’une rencontre fortuite avec un naturopathe français. Ayant appris que j’avais été baptisé, celui-ci se fit écho de l’interrogation centrale des évangiles : « Aujourd’hui, pour vous, qui est Jésus ? » Cette question semble avoir ranimé les flammes de mon baptême. Dans l’instant, j’ai été saisi par l’Esprit et mis en présence de Celui que j’avais renié : j’ai découvert, à ma plus grande confusion, qu’il ne m’avait jamais abandonné. Bien plus, il m’offrait à bras ouverts sa miséricorde et son amour, sans IL EST VIVANT me faire le moindre reproche de mon reniement. J’ai compris que, pour connaître Dieu, je n’avais pas à m’immerger dans les énergies de ce monde : il suffisait de m’ouvrir à sa présence en son Fils Jésus Christ, lui qui s’est fait proche pour m’offrir inconditionnellement son amitié. « Ma quête spirituelle m’a conduit à la Méditation Transcendantale » Ascension du Christ dans l’église Saint-Nicolas de Véroce en Haute-Savoie. Mensuel catholique pour tous - www.ilestvivant.com Cette rencontre bouleversante avec le Christ Jésus vivant m’a conduit à m’engager sur les chemins de l’Évangile, à la suite de Celui que j’avais définitivement choisi comme Maître, Seigneur et Sauveur bien-aimé. Revenu en Europe, je me suis mis en quête d’une oreille attentive et compétente, qui puisse m’aider à intégrer les expériences que je venais de vivre. Je fus attiré par un groupe de réflexion, ignorant qu’il s’agissait en réalité d’une écoleésotérique « christique » mais guère chrétienne. Croyant avoir trouvé un cercle qui me permettrait de vivre ma foi chrétienne tout en y intégrant mon expérience de l’Orient, j’ai étudié leur doctrine et pratiqué leurs techniques. En réalité, celles-ci ont développé en moi des pouvoirs occultes, que j’étais invité à mettre au service de mon prochain « au nom du Christ », par les responsables du groupe. Ce n’est qu’après plusieurs mois de pratique que j’ai compris, à la lumière de la Parole et de l’enseignement de l’Église, que le chemin de l’ésotéro-occultisme est incompatible avec celui de l’Évangile. NOUVEL ÂGE, NOUVELLE MISSION Ordonné prêtre en 1983 pour le diocèse de Montpellier, j’ai participé à la fondation de la Famille de Saint Joseph, au sein de laquelle j’ai prononcé mes vœux définitifs en 1991, et dont je suis actuellement le Prieur. Ce qui m’a conduit à renoncer à un ministère d’enseignant à l’Université Catholique de Lyon pour me consacrer à la prédication de retraites et à un apostolat auprès des personnes attirées par le Nouvel-Age ou par les mystiques orientales : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ! » (Mt 10,8). a Propos recueillis par Laurence Meurville À LIRE L’EXPÉRIENCE INTERDITE Le témoignage de Joseph-Marie Verlinde en dvd. www.final-age.net Picturetank
Sophie Paré n°20 novembre 2011 xw DOSSIER 15 Apparitions de la Vierge Marie Tour de France Le chiffre On recense plus de 2000 apparitions de la Vierge Marie dans le monde ! (Dictionnaire des apparitions, abbé Laurentin) Quatorze seulement sont officiellement reconnues par l’Église. Marie et la France Sur les quatorze apparitions officielles de la Vierge Marie dans le monde, cinq ont eu lieu en France ! Le but de ces apparitions est d’aider chacun à approfondir le mystère de l’amour du Christ. Retour sur une longue histoire d’amour entre Marie et la France. Pontmain (Mayenne). Le 17 janvier 1871, pendant la guerre contre la Prusse, la Vierge apparaît à quatre enfants. Elle porte une robe bleue parsemée d’étoiles. Une banderole s’inscrit autour d’elle : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. » Tout le village est autour des enfants et prie pour la paix. Ce soir-là, les Prussiens sont aux portes de Laval mais ne prennent pas la ville. L’armistice est signé huit jours plus tard. a www.sanctuairepontmain.com DR Lourdes (Pyrénées). Le 11 février 1858, Bernadette Soubirous voit une belle dame dans une grotte, alors qu’elle ramasse du bois : « J’aperçus une dame vêtue de blanc : elle portait une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied. » C’est la première des dix-huit apparitions dont elle bénéficie. La Vierge lui sourit et lui demande, en particulier, de prier beaucoup pour les pécheurs : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! », lui dit-elle. a fr.lourdes-france.org DR La Salette (Isère). Le 19 septembre 1846, Mélanie et Maximin, deux jeunes bergers, gardent leur troupeau lorsqu’ils voient une dame en train de pleurer. Elle porte sur sa poitrine un crucifix. La lumière qu’il dégage les enveloppe tous les trois. Il est entouré d’un marteau et de tenailles. Elle a sur les épaules une lourde chaîne et des roses. Elle leur transmet un message d’affliction devant le monde qui oublie son Fils, en particulier en n’allant pas à la messe le dimanche. a lasalette.cef.fr DR Le Laus (Alpes de Haute-Provence. La Vierge apparaît à une bergère de 17 ans, Benoîte Rencurel, pour la première fois en mai 1664 puis plusieurs centaines de fois jusqu’à sa mort, en 1718. La jeune fille décrit une « belle dame au visage resplendissant tenant un enfant par la main et portant une couronne ». Marie demande à Benoîte de beaucoup prier pour les pécheurs. Le sanctuaire du Laus est un lieu privilégié pour la réconciliation. a www.sanctuaire-notredamedulaus.com DR L’histoire Louis XIII et la reine Anne d’Autriche n’arrivaient pas à avoir d’enfant. Après 23 ans de mariage, la reine tombe enceinte. Alors qu’elle en est à son deuxième mois, en remerciement pour cette grossesse inespérée, le roi consacre la France à la Vierge Marie. Sept mois plus tard naît le futur Louis XIV. Le 15 août - jour de la fête de l’Assomption de Marie au ciel - devint aussi à cette occasion la fête nationale. La date Le 8 décembre, c’est la fête de l’Immaculée Conception de Marie, dans le monde entier. La Vierge au crucifix. La Vierge dans la grotte. Marie à la Salette. La Vierge et Benoîte. Les deux faces de la médaille miraculeuse. La rue du Bac (Paris). En juillet, novembre et décembre 1830, Marie apparaît trois fois à Catherine Labouré, une Fille de la Charité de 24 ans. La jeune religieuse dira que sa figure est « si belle qu’il me serait impossible de dire sa beauté. Elle avait une robe de soie, blanc aurore ». Il sort de ses mains, comme par faisceaux, des rayons de lumière. Elle entend une voix qui lui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que Marie obtient aux hommes. » Autour de la Vierge, Catherine peut lire : « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Marie lui demande de faire frapper une médaille portant cette inscription. Quand éclate, à Paris, en février 1832, une terrible épidémie de choléra, qui va faire plus de 20 000 morts, les Filles de la Charité commencent à distribuer les premières médailles. Les guérisons se multiplient, comme les protections et les conversions. C’est un raz-de-marée. Le peuple de Paris appelle la médaille « miraculeuse ». Elle est connue dans le monde entier. a www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :