L'1visible n°19 octobre 2011
L'1visible n°19 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : les étapes du deuil.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Christophe Géral. 6 L’ENTRETIEN xw n°19 octobre 2011 « La cécité la plus grave est celle de l’esprit. » Gilbert Montagné Le clairvoyant Rencontre. Le plus beau compliment ? Le comparer à Stevie Wonder. Pas pour sa cécité, mais pour le talent et surtout pour la couleur de peau. Gilbert Montagné est noir, et il n’y a que nous qui ne le sachions pas. Par Emmanuelle Dancourt décembre 1951. Jeanne Montagné accouche de son quatrième enfant à cinq mois de gros- 28 sesse. Pesant à peine 950 grammes, le bébé se bat pour vivre. Il sort de couveuse au bout de trois mois, vivant mais aveugle, le nerf optique brûlé par un trop plein d’oxygène. De cette épreuve fondatrice il a tiré une force incroyable, une joie de vivre qui ne s’est jamais démentie. KTO pour L’1visible La télévision catholique - www.ktotv.com Quelle entrée dans la vie ! Oui, sur la table de la cuisine ! Plus j’avance dans ma vie, plus les images de ma naissance sont claires et me reviennent à l’esprit. Comment pouvez-vous parler d’images ? L’imagination est faite d’images. Elles n’arrivent pas à mes yeux mais à mon esprit. Quand je pense à vous, je pense plus à comment ma voix rebondit sur votre visage qu’à votre visage en particulier. C’est une vision… différente ! SA PHRASE « On n’a pas seulement à apprendre du monde. On a à apporter au monde. » SON OBJET Un anneau porté à la main gauche avec un A et un M en braille abrégé qui signifient Amour. SON DVD Rendez-vous en terre inconnue (l’émission de Frédéric Lopez), meilleure audience de toute la collection. Gilbert est devenu parrain du petit garçon du reportage avec lequel il a vécu pendant ces trois semaines chez les Zanskarpas de l’Himalaya. 
 SON DERNIER ALBUM Gilbert Montagné Unplugged, en pianovoix acoustique, sorti en 2009. Le mot aveugle vous agace-t-il toujours autant ? J’ai évolué. Au départ ça m’énervait que ce mot soit toujours péjoratif : « Je l’ai vu, je ne suis pas aveugle ! » On parle aussi d’un attentat aveugle ; évidemment, un attentat ne peut pas être clairvoyant ! La cécité la plus grave est celle de l’esprit. Que pouvez-vous nous dire des ténèbres ? Je ne suis pas dans les ténèbres ! J’ai ma propre forme de vision, aussi légitime que celle d’un voyant. Le noir, je ne sais pas ce que c’est, le blanc non plus, ce qui m’a évité de vrais problèmes. Je me sens très noir dans ma façon de chanter, de penser, de parler. Votre maman a essayé d’avorter de vous. Ce qui est très beau, c’est qu’elle vous l’a confié. J’ai compris que l’on est seul dans notre corps. Mais ce n’est pas triste ! Pendant mes trois mois de couveuse et de solitude, je me suis construit un amplificateur de force à l’intérieur. Les problèmes ne sont que passagers. On a tous en soi les ressources pour s’en sortir. « Vous souffrez de ce malheur qui vous accable. Vous n’imaginez pas ce que votre fils pourra faire. Il vous épatera ! », a dit le méde-
n°19 octobre 2011 xw L’ENTRETIEN 7 cin en annonçant votre cécité à vos parents. Il leur a ouvert la route des possibles. Maman m’a toujours dit que je n’apportais pas la souffrance ni les ténèbres mais la lumière. J’ai vécu très heureux dans un petit appartement parisien, entre mes frères et sœurs. J’allais au cinéma avec eux, je faisais tout avec eux. On est tous différents mais tous importants. C’est ce que je dis toujours à mon public. Le soleil brille pour tout le monde… Le soleil, c’est très important pour moi. Il nous a été donné par le Créateur comme l’eau et l’air. Je vois le soleil quand vous ne le voyez pas. Même caché derrière les nuages, je le sais là. Vous êtes proche de la nature. The fool, un de vos succès, a été inspiré par le chant d’un oiseau sur un chemin du Bourbonnais. Je suis parti des premières notes jouées par cet oiseau et la mélodie m’est venue instantanément ! J’aime les oiseaux, leur chant, le bruit qu’ils font en s’envolant, j’aime les caresser aussi. J’ai compris que vous, les voyants, pouvez voir les choses de loin. Moi il faut que je touche pour savoir, alors à la maison j’ai des oiseaux empaillés, un cerf, un renard aussi. Quel regard porte-t-on sur vous ? Dès l’âge de trois ans, j’ai senti le regard inquisiteur et peiné des gens. C’est moi qui les consolais ! Et comme les gens sont gênés, c’est aussi moi qui vais à leur ✂ BON DE COMMANDE Je commande Réf. Prix Qté Total Hos-série La mort 05.1089 8,90. Participation aux frais d’envoi 3 Total de la commande... Merci de nous retourner ce bon avec votre règlement par chèque bancaire à l’ordre de Prier à : Prier/VPC - TSA 81305 75212 PARIS CEDEX 13 - Tél. 01 48 88 51 05 EN VENTE ÉGALEMENT EN LIBRAIRIE SPÉCIALISÉE rencontre. L’important n’est pas qui fait le premier pas, mais que le premier pas soit fait. Votre livre J’ai toujours su que c’était toi (éd. Calmann-Levy) est sorti en braille. Heureux ? Très ! C’est émouvant pour moi de le lire. Le braille, c’est très sensuel. « Je me sens bien dans les chapelles » C’est beau tous ces points blancs en relief sur le papier immaculé… C’est vrai, c’est blanc ? J’aime bien savoir. Vous racontez l’incroyable histoire de vos parents et de votre mère, juive, sauvée de la gestapo par la première épouse de votre père dont elle ignorait parfaitement l’existence ! La première femme de mon père portait le même prénom que ma mère, Jeanne. Papa avait gardé son passeport et s’en est servi pour maman. Lui n’a jamais rien dit de cette histoire. C’est ma mère qui m’a tout raconté. Après avoir vu au cinéma le film Lucie Aubrac, vous décidez de retrouver cette première NOUVEAU D épouse, déjà âgée. Jeanne avait suivi ma carrière, persuadée que j’étais le fils de son premier époux. Quand je l’ai appelée, elle m’a dit « J’ai toujours su que c’était toi ». Je lui ai raconté comment elle avait sauvé ma mère sans le savoir. Nous avons vécu quatre années de complicité magnifique avant son décès. Avez-vous été élevé dans la religion juive ? Mon père était catholique non croyant et ma mère juive à voix basse. Suite à l’holocauste, elle a refusé d’investir sa judaïté. Elle a voulu pour nous une éducation catholique « au cas où ça recommence ». J’ai été baptisé à trois ans Boulevard des Invalides, ça ne s’invente pas ! Et aujourd’hui ? Mon éducation religieuse a été très complète. J’ai fait du chant grégorien et enregistré pour la messe du dimanche de France Culture. Aujourd’hui je me sens bien dans les chapelles et je fais aussi shabbat parfois. Dans l’évangile de Jean un aveugle est guéri par Jésus. Qu’est-ce que ne voient pas ceux qui croient voir ? Que voient mieux que nous les non-voyants ? Ceux qui voient avec leurs yeux ne voient que dans une seule direction, la vue extérieure. Ils sont amputés de la vision intérieure et il leur faudra toute la vie pour la trouver. Moi je suis totalement dans cette vision intérieure. La bonne nouvelle, c’est qu’on a tous la possibilité de la trouver ! a Dans notre société, la mort est un tabou et l’on est souvent démuni face à la perte d’un proche. Colère, tristesse, culpabilité, insécurité, impuissance, peur… Que faire avec ces sentiments générés par la perte d’un proche ? Le deuil est un processus qui permet de cicatriser la blessure, d’« apprivoiser » l’absence, de découvrir peu à peu de nouveaux repères et de retrouver le goût de vivre. Ce nouveau hors-série de prier vous propose de parcourir les grandes étapes du deuil et d’aborder au rivage de l’espérance chrétienne. Il se décline en quatre parties : honorer la mémoire du défunt, traverser le vide de l’absence, se reconstruire, vivre la communion avec nos défunts. Tout au long de ce parcours prier donne la parole à des intervenants qui nous éclairent de leurs précieux conseils et expérience : Jean Monbourquette, Lytta Basset, Annick Ernoult, Christophe Fauré, Patrice Gourrier, Stéphane Allix, Anselm Grün… Des prières, textes spirituels et de belles photos pour accompagner notre cheminement. Format : 21 x 28 cm - 52 pages - 8,90 € Nom/Prénom.. Adresse.. Code postal Ville... Tél E-mail. 51E4B Offre valable dans la limite des stocks disponibles jusqu’au 31/12/2011 pour la France métropolitaine. Livraison entre 1 et 2 semaines. En application de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéfi ciez d’un droit d’accès et de rectifi cation des informations vous concernant, en vous adressant au service des abonnements. Ces informations peuvent être exploitées par Malesherbes Publications et ses partenaires à des fins de prospection. R.C. Paris B 323 118 315



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :