L'1visible n°19 octobre 2011
L'1visible n°19 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : les étapes du deuil.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SOCIÉTÉ xw n°19 octobre 2011 pour L’1visible COUP DE CHAPEAU À LA SOCIÉTÉ MPO MPO a recruté régulièrement dans son histoire parmi les jeunes générations, ce qui lui a permis de négocier au mieux les différents virages technologiques propres à son activité. La société MPO est une société française spécialiste des technologies utilisées pour la fabrication de biens culturels. Elle comptait 4 personnes lors de sa création en 1957. Aujourd’hui, avec 1 300 personnes, MPO développe en Europe et en Asie des services et des produits innovants. Elle est passée du vinyle au CD, 25 ans plus tard, du DVD au Blue Ray. Elle s’oriente maintenant vers les énergies renouvelables avec la cellule photovoltaïque MPO SOLO. DR Emploi. Une entreprise saine a une pyramide des âges équilibrée. Exit la logique de mettre les seniors à la retraite pour laisser la place aux jeunes. Pour faciliter l’accès des jeunes générations (15-24 ans) au monde du travail et réduire ainsi le chômage de cette classe d’âge sacrifiée, l’État français a financé pendant 25 ans des plans de départ à la retraite anticipé. Pourtant, concernant l’emploi des jeunes, ce système s’est avéré tout aussi coûteux qu’inefficace : le taux d’emploi des séniors est descendu à 38,4% et celui des juniors n’est qu’à 32%. À l’échelle européenne, certains pays ont adopté des politiques inverses à celle de la France, pour des résultats bien meilleurs. En Suède, par exemple, 70% des séniors travaillent et 42% des juniors. Preuve que le travail de ces deux classes d’âge n’est pas concurrentiel. COMPLÉMENTARITÉ « La synergie des âges, via la mise en place de binômes qui permettent aux jeunes et aux seniors d’échanger leurs compétences, est un bon moyen de doper la compétitivité des entreprises et d’améliorer la 80 70 60 50 40 30 20 Privilégiez-vous la jeunesse ou le savoir-faire ? Les gens font carrière chez nous et nous sommes fiers qu’ils fassent ce choix. Il y a peu de turn-over. De même que plusieurs générations de notre famille travaillent ensemble dans l’affaire, nous nous attachons au talent et à la motivation plus qu’à l’âge. 34,4% 38,4% 54% Italie France situation de l’emploi », remarque Anne-Marie Guillemard, professeur de sociologie à l’université Paris-V (1). Pour être performante, l’entreprise a en effet besoin de la capacité d’innovation, de la créativité des jeunes générations, mais aussi de l’expérience des séniors. En France, beaucoup d’entreprises, au gré des crises des années passées, ont été amenées à geler les embauches de jeunes pendant plusieurs années. Aujourd’hui, nombre Allemagne L’activité des séniors en Europe en 2008. 58% Royaume Uni d’entre elles présentent une pyramide des âges tout à fait étonnante : un chameau avec un creux chez les quadras. Elles ont en effet beaucoup de 45 - 55 ans et de 25 - 35 ans mais peu de quadras, coincés entre les cohortes bien fournies de ceux qui les précèdent et de ceux qui les suivent. Ces générations de quadra sont du coup actuellement peu présentes aux postes clés des entreprises, en raison du « mur démographique » que constituent leurs Pourquoi ce choix ? Notre secteur est très concurrentiel et nous sommes exigeants dans le recrutement et les résultats, mais nous souhaitons attirer et conserver les compétences et des talents. Ils sont la richesse de l’entreprise et c’est un véritable avantage que d’avoir des équipes attachées à leur entreprise. Est-il vrai que vous proposez à vos salariés de continuer après l’âge de leur retraite ? Nous ne le proposons pas mais certains salariés le demandent. Arrivé à l’âge de la retraite, 95% des salariés demandent à faire valoir leurs 70,1% Pays Scandinaves aînés. À l’inverse, les jeunes managers qui occupent la première « bosse du chameau » risquent d’être placés en situation de management assez rapidement. Mais sans y avoir été réellement préparés. L’EXCEPTION 3 questions à Philippe d’Ornano : « Ils sont la richesse de Sisley » Philippe d’Ornano est directeur général de Sisley, une entreprise de 4000 salariés, créée par son père il y a 30 ans. Il est aussi vice-président d’ASMEP-ETI (syndicat des Entreprises de Taille Intermédiaire). RADIO NOTRE DAME Entreprises La lutte des classes… d’âge Les Entreprises de taille intermédiaire (ETI) - 250 à 5 000 salariés - présentent des pyramides des âges plus équilibrées. Elles ont continué à recruter même dans les périodes difficiles et surtout elles ont licencié le moins possible dans les moments de crise, préférant trouver des solutions de réductions d’horaires, de minorations de rémunération négociées, etc. Toute mesure afin de conserver leurs compétences, leurs talents et leur capacité à rebondir. Une entreprise saine présente un ensemble de collaborateurs où toutes les générations sont représentées. a `Gérard Biverni 1 : auteur des Défis du vieillissement, Armand Colin. Philippe d’Ornano est directeur général de Sisley, entreprise française de cosmétiques. Il attache beaucoup d’importance au savoir-faire des séniors. La vie prend un sens - www.radionotredame.com droits. Ensuite, ils viennent nous voir et nous disent : « Qu’est-ce que je fais maintenant ? » On a beaucoup de salariés qui poursuivent leur activité, souvent avec un rythme moins soutenu. Tel est le cas de nos démonstratrices en parfumerie qui travaillent alors à mi-temps. Cela leur permet de gérer comme ils le souhaitent une transition vers une vie un peu moins active, pour le plus grand bénéfice de leur santé ! a Propos recueillis par Gérard Biverni
n°19 octobre 2011 xw FAMILLE 5 pour L’1visible LA VIE Comment mieux vivre l’héritage Transmission. L’héritage déchire parfois, mais passionne toujours les familles. Des ressorts que nous avons voulu décrypter pour vous aider à aborder cet événement avec plus de sérénité. H éritage, succession, donation. Des mots qui évoquent la mort autant que l’avenir. Qui parlent de patrimoine, d’argent, de bijoux, mais aussi d’amour, de partage et de rivalités. Car ce qui se joue à travers la transmission d’un patrimoine, aussi modeste soit-il, n’est pas uniquement d’ordre matériel. UNE EXPÉRIENCE PSYCHIQUE Hériter de ses parents est avant tout une expérience psychique. « Le lien qui nous unit à nos géniteurs influe sur la façon dont nous recevons les biens qu’ils nous lèguent », explique Ginette Lespine, psychologue, auteur de Hériter sans se déchirer (Albin Michel). De fait, il suffit qu’un seul enfant n’ait pas réglé son problème d’autonomie pour empoisonner la succession d’une fratrie. Comme si prolonger le conflit familial autour du décès des parents était en quelque sorte nécessaire pour supporter leur disparition. « Quand le parent meurt, on perd un être cher, n Réfléchissez à la destination de votre patrimoine. Tout en veillant à un partage équitable, vous pouvez indiquer que tel bien ira en priorité à l’un de vos enfants si vous estimez qu’il en fera le meilleur usage. n Expliquez vos choix. Si jamais pour une raison que vous jugez nécessaire – handicap, fragilité psychique… –, vous deviez mais aussi une partie de soi, poursuit Ginette Lespine. Les objets reçus en héritage nous aident à compenser le vide. Par les questions qu’ils nous forcent à nous poser, les biens permettent de poursuivre la relation avec le défunt dans l’imaginaire. » Dans les familles où les relations fraternelles sont apaisées, le partage des objets se fait assez facilement. « Après le décès de mes parents en 2005, raconte Patrick, nous avons eu la surprise de constater que tel meuble, tel bibelot, possédait manifestement une charge symbolique différente pour chaque enfant. » DES DÉCISIONS À EXPLIQUER Les parents ne mesurent pas toujours le poids affectif des objets. C’est une dimension à prendre en compte si on envisage de transmettre directement un tableau ou un bijou à un petit-enfant en sautant une génération. Valérie s’est trouvée meurtrie En pratique Pour préserver la paix des familles avantager l’un de vos héritiers, exposez clairement vos motivations. Cela vaut toujours mieux que le silence. n Ne confondez pas amour et héritage. Vous avez le sentiment d’être lésé ? Dites-le ! Et tentez de faire la part des choses : celui qui semble avantagé était sans doute perçu par le donateur comme le plus fragile. a L’hebdomadaire chrétien d’actualité - www.lavie.fr dr de voir sa mère offrir sa bague de fiançailles à sa petite-fille pour ses 18 ans. Le symbole de l’amour parental était confié à sa propre fille sans qu’elle ait son mot à dire. « Il n’est pas anodin d’être une génération niée, sautée, prévient Ginette Lespine. Ces décisions nécessitent beaucoup de délicatesse de la part des donateurs. » « Les cas les plus douloureux sont ceux où les parents ont avantagé un enfant sans expliquer pourquoi », estime Me Sylviane Plantelain, notaire à Saint-Germain-en- Laye (78). Une part de l’héritage appelée « quotité disponible » peut être attribuée à un seul d’entre eux. Les frères et sœurs d’une personne handicapée, par exemple, acceptent souvent cette décision sans problème. À condition d’en parler. Quand ce choix est incompréhensible, ce peut être la catastrophe. Ainsi, Colette a appris avec stupeur la teneur du testament de sa mère, déclarant sa plus jeune sœur légataire universelle. Pour elle, c’était comme si sa mère avait annulé deux de ses filles. À la lumière de cet événement, Colette relit l’histoire de ses relations avec sa mère, sa préférence pour sa dernière fille, sous prétexte de sa fragilité. « Pour éloigner la colère, dit-elle, j’essayais de me rappeler les bons moments, mais je n’en trouvais pas… Maintenant, je réalise que ma mère m’a transmis sa force et son goût de la vie. C’est finalement l’essentiel. » Dominique Fonlupt a BÂTISSEURS D’URGENCE À la rentrée 2011, l’École spéciale des travaux publics (ESTP) propose un nouveau master à ses étudiants : urgentiste bâtiment et infrastructures (ubi). Ces spécialistes pourront intervenir dans la reconstruction d’urgence en cas de catastrophes humanitaires. Ce programme a été créé en partenariat avec la fondation Architectes de l’urgence. www.estp.fr MALADIES RARES Il existe plus de 7 000 maladies rares. Mais chacune touche moins d’une personne sur 2 000, et elles sont encore peu connues. Pour aider les patients et leur famille à mieux les comprendre et à s’orienter vers les services adaptés, Maladies rares info services organise un chat les lundis 3 octobre et 7 novembre entre 18 et 19 heures. Il suffit de poser sa question pour recevoir une réponse en quelques instants, en se connectant le jour J sur le site www.maladiesraresinfo.org DES MINEURS PRÉSIDENTS Il n’est plus besoin de patienter jusqu’à sa majorité pour créer une association. Le 7 juillet, la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale a adopté un amendement à la loi de 1901, permettant aux jeunes de créer et de présider une association à partir de 16 ans. L’objectif est d’encourager leur responsabilisation et leur implication citoyenne. Les mineurs avaient jusqu’alors la possibilité de s’impliquer dans le cadre de juniors associations.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :