L'1visible n°19 octobre 2011
L'1visible n°19 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 14,1 Mo

  • Dans ce numéro : les étapes du deuil.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 CARNET DE VOYAGE xw n°19 octobre 2011 « La ville (...) est beaucoup plus belle et plus imposante que je me souvenais. Sur la colline qu’elle couronne de ses monastères, elle est blanc-rose et toute souriante. » Julien Green Assise Textes : Marilyne Chaumont Le sourire de l’Ombrie Photos : Elio Ciol Assise la médiévale, toute de pierres et de prières, rayonne la vie de saint François et de sainte Claire. Un pèlerin lit un recueil Ruelle de prières d’Assise.s. Qui n’a pas vu Assise ne mourra pas moins heureux, mais moins ébloui. Je m’en persuade à chaque fois que j’attaque les ruelles de la cité moyenâgeuse qui enfanta l’un des plus grands saints de l’Église, saint François. En montant vers la basilique qui lui est dédiée, je croise des frères en noir, gris ou marron. D’ici ou d’ailleurs, franciscains, conventuels ou capucins, ils témoignent de l’héritage si présent de leur fondateur. ATTIRANCE MYSTÉRIEUSE Le soleil s’en donne à cœur joie et, lorsque j’entre dans la basilique inférieure, je trouve un peu de cette fraîcheur qui rassérène. Le bleu des fresques de Giotto y est d’une attirance mystérieuse. Giotto di Bondone, Lorenzetti, Cimabue, les plus grands peintres du Moyen-Âge dévoilent les grandes étapes de la vie du Christ et magnifient celle du Poverello. Tous ces chefs-d’œuvre de la basilique majeure illustrent combien saint François a voulu vivre l’Évangile en tous points. Plus bas, dans la crypte, des silhouettes entourent la nudité de son tombeau. Beaucoup de visiteurs viennent ici prier le « pauvre » d’Assise. Je pars vers le cœur de la ville, me coulant dans les ruelles les moins passantes. Sur la Piazza del Comune et ses hauts murs crénelés, je croise quelques pèlerins fourbus par la marche. Ils rentrent des Carceri, l’ermitage où aimait se retirer François. Noyé dans une mer d’arbustes, ce havre de silence est seulement à quelques kilomètres de la cité. Bientôt, les cloches de la cathédrale Saint-Rufin répondent à d’autres cloches. Elles viennent comme rappeler que saint François y a reçu le baptême. Dans nombre de monastères alentours, c’est l’heure des vêpres. Avant de rejoindre celui des religieuses clarisses françaises, il me faut passer par la petite place de l’évêché. Là, François a quitté son propre père en lui rendant tous ses habits. L’évêque l’a alors drapé dans son manteau, approuvant son choix d’épouser « Dame pauvreté ». UNE TOUCHE DE FÉMINITÉ Je finis par gravir à nouveau les labyrinthes d’escaliers vers Sainte- Claire. Cette basilique donne à la ville une touche de féminité miraculeuse. Comme si tout le message du Poverello, intériorisé par Claire, s’était incrusté dans la robe rose et blanche de l’édifice. À l’intérieur s’offre le crucifix de saint Damien, devant lequel François a entendu l’appel du Christ à « rebâtir son Église ». L’envie me prend de dévaler encore toute la ville quand le soleil commence à s’évanouir. Tout le monde l’atteste : à Assise, les jeux de lumières sur les tuiles et les pierres sont comme nulle part ailleurs. Alors je reste encore, je ne sais pour combien de temps, sur le parapet de la place. Il faudra revenir, rien que pour cette douceur qu’Assise et son « jongleur de Dieu » mettent dans le cœur. a
n°19 octobre 2011 xw CARNET DE VOYAGE 17 INSOLITE Saint François se réjouissait d’une simple miette de pain… Assise décline pourtant toute la richesse du patrimoine gastronomique et œnologique de l’Ombrie : ses fameuses truffes noires, une huile d’olive parmi les meilleures d’Italie, des charcuteries et des vins incomparables, tel que le Sagrantino di Montefalco. Moins typiques mais incontournables, les gelati (glaces) aux mille parfums se font rude concurrence dans les rues de la ville. Plus d’infos pratiques sur www.assisionline.net Oratoire de Santa Chiara, dans le couvent de San Damiano. Les églises L’ermitage de Lalibela des sont Carceri, taillées où dans se retirait le tuff François volcanique pour dans trouver lequel la solitude. sont les À DÉCOUVRIR LA PORTIONCULE En contrebas d’Assise la médiévale, il faut passer le porche de la basilique Notre- Dame-des-Anges pour gagner les murs étroits de la Portioncule. Au milieu la nef, cette chapelle du VI e siècle dédiée aux anges a été remise en état par saint François en 1209. À SAVOIR Après avoir fêté le 8 e centenaire de l’ordre franciscain, Assise célèbre jusqu’à l’été 2012 celui de l’ordre des clarisses. QUELQUES DATES POUR EN SAVOIR+ www.l1visible.com 3 octobre 1226 : Mort de saint François d’Assise 1986 : Première Rencontre d’Assise, initiée par Jean-Paul II pour inviter les religions à prier pour la paix. 1997 : Un violent tremblement de terre endommage la ville, peu à peu restaurée depuis. INFOS PRATIQUES Pour préparer votre voyage, contactez l’agence Routes des hommes. Tel : 01 45 49 07 77 www.routesdeshommes.com INTERVIEW « Assise touche le cœur » Frère Antonello, franciscain, fait découvrir la basilique Saint-François. Que viennent chercher les visiteurs à Assise ? Ils arrivent des quatre coins du monde, intéressés par l’art, dans une démarche spirituelle, ou attirés par la figure de saint François. On essaie de rejoindre chacun et de faire vivre le passage du simple touriste au pèlerin. On ne repart jamais d’Assise sans rien avoir reçu. Assise touche le cœur. Quel est le lieu qui vous parle le plus ? Le tombeau de saint François. Mais chaque lieu est porteur d’une situation qu’il a vécue. La basilique Saint-François, construite après sa mort, est un extraordinaire résumé de toute sa démarche. Quel rôle les fresques peuventelles avoir ? Assise a la chance d’avoir eu des artistes comme Cimabue ou Giotto. Ils sont là pour nous raconter l’expérience spirituelle de François, qui nous aide à nous rapprocher du Christ. a « On ne repart jamais d’Assise sans avoir rien reçu » anno_mardi_1visibl_99x132:Layout 1 12/09/11 18:53 Page 1 LES MARDIS DES BERNARDINS Les mardis de 20h à 21h45, le Collège des Bernardins propose des tables rondes sur des questions de société. 4 octobre 2011 Entreprendre, on rêve ou quoi ? Soirée exceptionnelle à 20h30, en partenariat avec les Entretiens de Valpré. Duplex Paris/Lyon. Avec le Cardinal André Vingt-Trois, le Cardinal Philippe Barbarin, Jean-Paul Delevoye, Élisabeth Ducottet, Philippe Fournier, Olivier Ginon, Gérard Larcher, Augustin de Romanet. 11 octobre 2011 État, entreprises, collectionneurs : quels enjeux pour l’art contemporain ? Avec Stéphane Corréard, Xavier Franceschi, Antoine de Galbert et Catherine Tsékénis. 18 octobre 2011 Enseignants : quelle légitimité aujourdhui ? Avec Jacques Arènes, Sophie Bazin de Jessey, Laure Martin. Retransmission : sur KTO, le jour même à 20h40 ; sur Radio Notre-Dame, les mercredi et dimanche à 11h et sur RCF, les mardis d’actualité le jour même à 21h. Retrouvez les vidéos et le programme des prochains Mardis des Bernardins sur www.collegedesbernardins.fr Collège des Bernardins 20 rue de Poissy – 75005 Paris 01 53 10 74 44 www.collegedesbernardins.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :