L'1visible n°14 avril 2011
L'1visible n°14 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : 24 heures avec les Bâtisseurs d'espérance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 PSYCHOLOGIE xw n°14 avril 2011 a a a Bienvenue sur la planète ado ADOLESCENCE PRÉCOCE l1visible.com MENSUEL GRATUIT CATHOLIQUE N°07 SEPTEMBRE 2010 ACTUALITÉ - SPIRITUALITÉ - PSYCHOLOGIE - CULTURE DOSSIER 8 clés pour CARNET DE VOYAGE se faire confiance PAGE 12 Madrid, ville verte Ne pas jeter sur la voie publique. « Vous avez reçu gratuitement, do nez gratuitement. » (Mt 10,8) SOCIÉTÉ Simon d’Artigue PAGE 16 Le logement étudiant PAGE 4 24 HEURES AVEC Un aumônier d’étudiants PAGE 21 « Dieu a beaucoup d’humour ! » INTERVIEW PAGE 6 Anne Roumanoff RETROUVEZ-N OUS SUR NOTRE SITE www.l1visible.com rement tournés vers eux, les flattent, les captivent (mode, portables, consoles de jeu, ordinateur, etc.) et les entraînent dans l’illusion d’une autonomie irresponsable. Et comme le monde des adultes et sa violence leur fait peur, mieux vaut pour eux rester dans l’« entredeux » confortable de l’adolescence : c’est « l’adulescence. » a ALLER PLUS LOIN LES PÈRES ET LES MÈRES Aldo Naouri, Odile Jacob, 2004. ÉDUQUER SES ENFANTS : L'URGENCE AUJOURD'HUI Aldo Naouri, Odile Jacob, 2008. BIEN COMMUNIQUER AVEC SON ENFANT Christel Petitcollin, Jouvence, 2003. www.aldonaouri.com Vous recevrez L’1visible pendant 1 an, soit 11 numéros. Vos coordonnées : Participez au développement de Souscrivez un abonnement de soutien du montant de votre choix : 20 € (mini) 30 € 45 € 60 € € Nom : Prénom : Adresse : CP : Ville : Tél. : Portable : E-mail : Bulletin à retourner sous enveloppe timbrée accompagnée de votre règlement à l’ordre de L’1visible, à l’adresse suivante : L’1visible, 20 rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris Abonnez-vous sur internet www.l1visibleetvous.com SO-L14-11 Sept clés pour… Avec les changements des conditions de vie, la maturité sexuelle est de plus en plus précoce. Aujourd’hui, les filles entrent dans l’adolescence vers 10-11 ans et les garçons vers 12-13 ans. Mais l’âge de la maturation sociale a parfois reculé à 30 ans ! Ce qui amène le marché à donner aux adolescents la satisfaction immédiate de ce qui était jadis un but à poursuivre. Plus question de faire patienter un adolescent pour se marier : la sexualité est considérée comme devant être accessible tout de suite. Il est devenu inutile de faire l’effort de tendre vers l’âge adulte. La société de consommation dit à ces ados qu’ils ont droit à tout, tout de suite. Le marketing a bien compris, en effet, le fonctionnement de la planète qu’ils constituent. La fragilité de ces jeunes en fait des proies faciles. Ils représentent aujourd’hui un marché très juteux : des pans de l’économie sont entièéduquer un ado Quelques conseils pour l'aider à grandir. N’ayez pas peur de vos adolescents. Le passage à l’âge 1 adulte signifie l’acceptation de la mort comme fin de la vie. Cela provoque inconsciemment une très grande peur chez les adolescents. Au point qu’ils font peur à leurs parents. La peur des parents majorant la leur induit un cercle vicieux qu’il faut briser. Il est important donc que les parents n’aient pas peur de leurs adolescents. Ça permettra à ces derniers d’accepter leur finitude et de devenir adulte. Affirmez-vous. Les adolescents ont besoin d’avoir la bride 2 sur le cou et non pas d’être débridés. Il ne faut pas avoir peur de s’affirmer face à eux. Même s’ils ne le disent pas, ils sont contents d’avoir des limites claires qui les rassurent malgré leurs protestations. Celui qui n’a pas eu de limites les cherche de plus en plus loin, jusqu’à ce qu’il entre en collision avec quelque chose qu’il voudra vaincre : alcool, drogue, dangers. Il pense qu’il va être plus fort. Et risque d’entrer dans un processus addictif qui est lié au non apprentissage de la frustration. Mettez en place des rites. Inventez des rites de passage. 3 Autrefois les rites de la société des adultes disaient aux ados : nous allons t’accueillir et t’aider. Mais ces rites initiatiques ont disparu à cause du marketing : en créant une grande confusion entre les âges (aujourd’hui, ils ont accès à tout ce qui avant était réservé aux adultes), on a créé une nouvelle économie qui remplace les rites. Les jeunes vont donc combattre leur angoisse de l’entrée dans l’âge adulte par le phénomène de groupe et tout ce qui lui donne vie : le portable, qui permet de rester en permanence en contact avec son groupe, les tchats, la mode, etc. Ne doutez pas de leur amour. Dans le conflit avec les 4 adolescents, la principale crainte des parents est de ne plus être aimés. C’est ce qui les amène à céder. Et les ados sont très forts pour toucher là où ça fait mal. Mais il faut tenir bon, ne pas céder, dire que c’est comme ça. Dans le conflit, laissez-le dire, laissez-le vider son sac, aller au bout de ce qu’il a à dire, ne répondez pas. Ne cherchez pas à vous en faire aimer : il y est condamné ! Trouvez des exutoires à sa violence. Poussez vos ados 5 à faire des activités physiques, du théâtre, de la musique pour leur permettre de dépenser leur énergie et leur violence inutile (cf. encadré Lexique). L’éducation doit leur permettre de les utiliser à des fins constructives. Pères, jouez votre rôle. Les garçons adolescents tendent 6 la main à leur père. Bien souvent sans succès… Ils sont condamnés à une solitude que trompe mal l’adhésion à un groupe et à son idéologie. « Si la mère est l’auteur de la naissance de l’enfant, c’est le père qui met au monde l’adolescent », disait-on chez moi. Mères, gardez votre place. Les mères ont un rôle très 7 important pour leurs filles : elles vont s’identifier à elles. Ne transférez pas sur votre fille les souffrances de votre adolescence. a
n°14 avril 2011 xw L’ÉGLISE, L’ÉGLISE C’EST POUR PAS SORCIER LES NULS ! 13 pour L’1visible Pourquoi meurt-on ? C’est un grand mystère. La Bible nous révèle que Dieu n’avait pas créé l’homme mortel : c’est à cause du péché, du mal que nous faisons, que la souffrance et la mort ont contaminé la condition humaine. Un scandale Oui, la mort est un drame... Le Christ lui-même a pleuré la mort de son ami Lazare avant de mourir à son tour. Désir d’éternité Pourquoi ce désir d’infini, d’absolu en moi ? Pourquoi cette soif d’un amour qui durerait toujours ? Pourquoi cette révolte à l’idée que la vie finirait de manière si absurde ? Un espoir ? Bien plus : une grande espérance. Le Fils de Dieu s’est fait homme pour annoncer à tous une incroyable nouvelle : la vie n’est pas absurde. Dieu est un Père, il nous aime et après notre mort, il nous ressuscitera, comme il a ressuscité le Christ. Et nous passerons, auprès de lui, une éternité de bonheur parfait. MAGNIFICAT Résurrection Sommes-nous immortels ? Le mensuel Ascension pour du Christ prier dans chaque l’église Saint-Nicolas jour avec de Véroce l’Église en Haute-Savoie. - www.magnificat.com DR Citation « Dieu a tant aimé les hommes qu’il leur a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vieéternelle. » Jn 3, 14-15 Utopique ? Les promesses d’éternité du Christ ne sont pas des paroles en l’air. D’ailleurs, ce ne sont pas seulement des paroles. Il nous a montré ce qu’il allait faire pour nous en mourant lui-même sur la croix, puis en ressuscitant. Quelle plus belle preuve d’amour ? Nous pouvons lui faire confiance. Il nous a montré que son amour est plus fort que la mort : « La mort a été engloutie dans la victoire. Ô mort, où est ta victoire », dit saint Paul (I Cor 15, 55). À ma mort À l’heure de notre mort, nous ne serons pas seuls. Pour ce grand passage, Jésus nous l’a promis : « Je reviendrai vous prendre avec moi et là où je suis, vous y serez aussi. » (Jn 14, 3) C’est la grande espérance que les chrétiens fêtent à Pâques.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :