L'1visible n°13 mars 2011
L'1visible n°13 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ganagobie, une abbaye en Proence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Léonnard Leroux 16 CARNET DE VOYAGE xw n°13 mars 2011 Au cœur de la Provence, l'humble vie des moines dans l'abbaye romane de Ganagobie. Ganagobie Le roman de Provence Chef-d’œuvre de l’art roman provençal, Ganagobie est un haut-lieu de spiritualité depuis le XII e siècle. La pureté des voutes romanes. Arpenter ce chemin provençal en hiver est le meilleur moyen de fuir les clichés. En mars, la terre des peintres, des poètes et des mystiques prend congé d’une lumière trop célébrée. Ce n’est pas l’indescriptible bleu du ciel qui élève mon regard, mais l’escorte menaçante des nuages qui presse mon pas vers les hauteurs de Ganagobie. Et la pluie lourde efface l’éclat des pierres du plateau escarpé. Du sommet, j’entends encore la Durance rouler ses caprices, 350 mètres plus bas. La rivière aux crues redoutables tord ses méandres au fond d’une large vallée, voie de communication empruntée dès le Néolithique, faisant de Ganagobie un point stratégique convoité. Dans la perpétuelle lutte des eaux farouches à l’assaut de l’immuable promontoire de calcaire, j’entrevois le combat du dragon et de l’archange, symbole du combat spirituel. En mosaïques, le combat spirituel du cavalier contre le dragon. CALCAIRE ET CHÊNE VERT Léonnard Leroux Texte : Léonnard Leroux Photos : Léonnard Leroux et Ciric Les moines bâtisseurs, quant à eux, dans leur maîtrise de la géographie sacrée, ont couronné d’un sanctuaire cet ancien camp romain fortifié au sommet d’un relief imposant. Après un épais bois de chênes verts, je traverse des sillons de lavandes éteintes où des ruches endormies attendent leurs floraisons printanières. Le sourire bienveillant d’un moine m’invite sous le portail roman de l’église, majestueuse sculpture dont la puissance efface le sobre édifice aux allures de forteresse. Après un siècle de restaurations, à nouveau, les chants grégoriens s’unissent quotidiennement aux voûtes romanes. Je vibre avec elles. Dans le chœur, je retrouve la lutte spirituelle que m’avait inspiré le paysage. Les mosaïques médiévales décrivent un cavalier terrassant un dragon encadré d’entrelacs. Les douze moines entonnent un chant vespéral comme une méditation sur ces jours sombres de l’hiver, tournés vers l’autre monde : que peut faire l’homme sinon espérer la promesse du printemps ? Ressusciter avec la création ! Dans le ventre obscur de la nef, à défaut de voir, j’écoute. Et me répète la règle des moines : « Ouvrons nos yeux à la lumière de Dieu. Laissons la voix puissante de Dieu frapper nos oreilles, et écoutons ce qu’elle nous dit. » a
n°13 mars 2011 xw CARNET DE VOYAGE 17 L'abbaye est perchée sur un promontoire de calcaire, à 350 mètres d'altitude. "Laissons la voix puissante de Dieu frapper nos oreilles et écoutons ce qu'elle nous dit." INSOLITE Inaugurés en 2006, les vitraux de l’église sont l’œuvre de Kim En Joong. Religieux dominicain d’origine coréenne, cet artiste est reconnu dans le monde entier et expose dans les galeries les plus prestigieuses. Œuvre unique en France, les mosaïques tricolores furent réalisées vers 1124. Elles représentent les motifs traditionnels de l’époque, entrelacs, chevaliers, dragons et autres animaux fantastiques. À DÉCOUVRIR C’est ici qu’est fabriqué le fameux « baume du pèlerin ». Les corps fourbus des voyageurs trouveront aussi les bienfaits de bien d’autres sains délices fabriqués par les moines... Au bord des antiques voies romaines de la région, se cachent d’autres merveilles telles que l’ermitage Saint- Donat ou le site admirable de la montagne de Lure. QUELQUES DATES POUR EN SAVOIR+ www.l visible.com Vers 960 : c’est probablement saint Mayeul, enfant du pays et abbé de Cluny qui inspira la fondation de ce prieuré, le plus important de Provence. 1789 : suppression du prieuré, par décision du conseil d’État du roi. 1891 : Le prieuré est cédé aux bénédictins de Sainte- Madeleine, fondés à Marseille en 1865 par Dom Guéranger. 1898-1992 : Installation définitive des moines d’Hautecombe. INFOS PRATIQUES Le site web de l’abbaye : www.ndganagobie.com HENRI GAUD/CIRIC Léonnard Leroux Léonnard Leroux INTERVIEW « Accéder à la paix » Abbé de Ganagobie, le père René-Hugues de Lacheisserie a entendu l’appel à la vie monastique à l’âge de 17 ans. Quel est le style de vie d’un bénédictin à Ganagobie ? Comme tout monastère bénédictin, notre propos est de « chercher Dieu ». Que vous inspirent ces pierres millénaires ? La beauté des pierres développe certes le sens de la louange, mais ce sont les pierres vivantes qui élèvent l’édifice. Notre confiance dans le Seigneur nous conduit à la confiance en l’avenir. Tenir bon pour accéder à la paix. Avec quoi repart-on d’ici ? Les appréciations que nous lisons dans le cahier des visiteurs attestent que beaucoup goûtent profondément ce lieu de calme et de recueillement d'où ils repartent apaisés et plus forts pour reprendre le quotidien. Même des personnes musulmanes viennent prier ici, se confier à la tendresse de la Vierge Marie et remercier les moines de continuer leur mission de prière et d'accueil. a « Ici les visiteurs goûtent un lieu de calme et de recueillement d'où ils repartent plus forts. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :