L'1visible n°13 mars 2011
L'1visible n°13 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Ganagobie, une abbaye en Proence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 PSYCHOLOGIE xw n°13 mars 2011 a a a Émotions : peut-on les gérer ? sible d’apprendre aux personnes à se rendre un peu plus heureuses que ce vers quoi leur passé les prédispose spontanément. RAISON ET ÉMOTIONS « L’esprit règne, mais ne gouverne pas », écrivait Paul Valéry. De même, notre raison doit partager le pouvoir avec les émotions en matière de conduite de nos existences. L’intelligence émotionnelle réside exactement en cela : un bon usage des émotions. Ces dernières sont de très efficaces signaux d’alarme (la colère pour les frustrations, la peur pour les dangers, la tristesse pour les pertes et insatisfactions, l’envie pour les écarts entre nous et les autres, etc.), mais une fois ce rôle d’alarme accompli, il ne fait pas si bon les laisser continuer à diriger nos existences. Elles sont, selon la formule, de « bons serviteurs et mauvais maîtres » …. Seulement voilà, elles sont un matériau vivant, parfois violent, et gérer ses émotions ressemble en général davantage à l’art – gratifiant mais risqué - de l’équitation qu’à celui – plus paisible - de la bicyclette ! a ALLER PLUS LOIN LES ÉTATS D’ÂME, UN APPRENTISSAGE DE LA SÉRÉNITÉ Christophe André, Ed. Odile Jacob, 2009. LA FORCE DES ÉMOTIONS, Christophe André, François Lelord, Ed. Odile Jacob, 2001. LES COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES Moira Mikolajczak, Ed. Dunod, 2009. LE PARTAGE SOCIAL DES ÉMOTIONS Bernard Rimé, PUF, 2005. http://christopheandre.com Depuis 20 ans, l’ICES s’investit entièrement dans la formation intellectuelle et humaine, de milliers d’étudiants. Grâce à un encadrement privilégié, les étudiants vivent l’expérience de l’école universitaire, véritable tremplin vers la vie professionnelle. Portes ouvertes : samedi 19 mars 2011 Licences & Masters Biologie Droit Histoire Langues Lettres Mathématiques Physique-Chimie Sciences politiques 8 filières www.ices.fr 17 Bd des Belges - 85000 La Roche Sur Yon 02 51 46 12 13 - info@ices.fr Anglais Biologie Histoire Lettres modernes Lettres classiques Dix clés pour… Bien vivre avec ses émotions Accepter d’être ému. Ce n’est pas un signe d’infériorité 1 ni d’échec. Juste le rappel de notre humanité imparfaite, fragile et sensible. Tout le monde ressent les mêmes émotions que nous : lorsque les autres les voient, ils sont plutôt enclins à la compréhension et à l’empathie qu’au jugement et au rejet. Chaque fois que possible, permettre à nos émotions 2 de s’exprimer. Nous avons parfois à les dissimuler mais ces moments sont l’exception (certaines situations professionnelles notamment). La règle, c’est de laisser vivre nos émotions. Laisser vivre ne veut pas dire laisser faire. Toute émotion doit être accompagnée, et son expression canalisée. En 3 fonction des circonstances et des interlocuteurs. Considérer nos émotions comme des alliées. Elles 4 peuvent guider nos intuitions, servir de starter à nos actions (ce qu’on appelle des impulsions), et tout ceci sera très utile et nous amènera souvent dans la bonne direction. À condition que nous restions dans la position du pilote et non celle du passager. Nos émotions nous donnent de l’énergie pour agir, mais c’est à nous de tenir le volant et de choisir le chemin. Comprendre et clarifier notre ressenti. L’émotion est 5 un signal que quelque chose qui nous touche est en train de se passer. Se connecter à ses valeurs. Et aux besoins fondamentaux 6 qui leur sont reliés : être aimé, respecté, rassuré, etc. Les émotions nous parlent de nos besoins. Elles sont négatives si ceux-ci sont bafoués, positives si ils sont satisfaits. Apprenons à identifier ces besoins, pour ne pas seulement réagir lorsqu’ils ne sont pas satisfaits mais aussi apprendre à les cultiver et les protéger « calmement » (sans agitation émotionnelle excessive). Ne pas seulement penser aux émotions négatives. 7 Apprendre à cultiver et à savourer les bons moments et les émotions positives. Elles ne dureront pas (nous disent les pessimistes) ? C’est vrai ! Et alors ? Ce qui est éphémère et passager peut aussi nous rendre heureux. Ici-bas, nous n’avons pas à chercher la béatitude permanente, mais le bonheur, intermittent. Accepter toutes les émotions, positives et négatives. 8 Les impulsions à réagir et à changer viennent parfois des émotions négatives, mais celles à persévérer et à construire viennent plus souvent des émotions positives : nous avons besoin des deux. Prendre soin de son corps et de ses liens sociaux. Faire 9 de l’exercice physique régulièrement (pas forcément du sport, la marche peut suffire) et voir régulièrement des proches ou faire de nouvelles connaissances sont deux facteurs très puissants de notre bon équilibre émotionnel. Accepter l’éternel retour des émotions négatives. Ce 10 n’est pas le signe que nous sommes impuissants à nous changer, mais juste que le développement personnel est un chantier permanent. Et, heureusement pour nous, passionnant… a
n°13 mars 2011 xw L’ÉGLISE, L’ÉGLISE C’EST POUR PAS SORCIER LES NULS ! 13 pour L’1visible Faire le bien « Je ne réalise pas le bien que je voudrais faire, mais je fais le mal que je ne voudrais pas. » Cette phrase de saint Paul dans la Bible, nous en faisons chaque jour la cruelle expérience ! Pour nous aider à faire de nos vies une véritable aventure d’amour, Dieu nous confie trois dons : la foi, l’espérance et la charité (ou amour vrai) – qu’on appelle les vertus « théologales », c’est-à-dire « qui viennent de Dieu ». Définition Les vertus sont des dispositions à faire le bien, contrairement aux vices qui sont des dispositions à faire le mal. La foi Par la foi, nous exprimons notre confiance en Dieu notre Père, et en Jésus, venu nous le révéler. Il ne faut pas confondre la foi et la croyance : à la messe, on ne dit pas « Je crois à Dieu » (« Dieu existe ») mais « Je crois en Dieu » (« J’ai confiance en Dieu »). MAGNIFICAT Foi, espérance, charité Et si notre bonheur était en jeu ? Le mensuel Ascension pour du Christ prier dans chaque l’église Saint-Nicolas jour avec de Véroce l’Église en Haute-Savoie. - www.magnificat.com La Collection/Lois Lammerhuber/Photoagentur Lammerhuber L’espérance L’espérance chrétienne n’est pas un vague espoir, elle est ancrée sur le roc de la foi et le témoignage de tant de chrétiens depuis les apôtres : Jésus est le Fils de Dieu, il est ressuscité des morts et nous appelle à vivre avec lui, même après la mort. Nous attendons fermement que se réalisent les promesses de l’Évangile. La charité La charité, c’est l’amour divin que Jésus est venu manifester, répandre et communiquer. Pour avoir part à cet amour divin, il s’agit pour nous d’aimer les autres en actes et en vérité, jusqu’au bout, comme Jésus nous a aimés. Une citation « Voici quel est le commandement de Dieu : croire au nom de son Fils Jésus Christ et nous aimer les uns les autres. » (1 e Lettre de saint Jean 3, 23).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :