L'1visible n°11 janvier 2011
L'1visible n°11 janvier 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de janvier 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : Roland Giraud... confession théâtrale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 PSYCHOLOGIE xw n°11 Janvier 2011 a a a « Maman, ne me quitte pas ! » recherche de l’événement qui lui a fait croire qu’il avait été abandonné. Il rejoint l’enfant dans sa peur en mettant des mots sur ce qu’il a probablement ressenti alors : « À ce moment, tu as cru que tu allais mourir parce que tu étais tout seul » ; « Cela t’a mis dans une grande colère de voir ton petit frère arriver » ou « Tu as eu très peur et cela aurait été horrible si maman t’avait abandonné, mais maintenant tu peux comprendre que ce n’était pas vrai… », etc. Cette mise en parole permet au petit de comprendre ce qui s’est réellement passé et de déprogrammer en lui les conséquences néfastes de ce malentendu. Il peut alors librement choisir – ou pas – de rétablir la relation de confiance avec ses parents. En ce cas, il pourra de nouveau obéir, retrouver un comportement normal, s’abandonner dans le sommeil, etc. La thérapie engage l’enfant à reconsidérer la l1visible.com MENSUEL GRATUIT CATHOLIQUE N°07 SEPTEMBRE 2010 ACTUALITÉ - SPIRITUALITÉ - PSYCHOLOGIE - CULTURE DOSSIER 8 clés pour CARNET DE VOYAGE se faire confiance PAGE 12 Madrid, ville verte Ne pas jeter sur la voie publique. « Vous avez reçu gratuitement, do nez gratuitement. » (Mt 10,8) SOCIÉTÉ Simon d’Artigue PAGE 16 Le logement étudiant PAGE 4 24 HEURES AVEC Un aumônier d’étudiants PAGE 21 « Dieu a beaucoup d’humour ! » INTERVIEW PAGE 6 Anne Roumanoff RETROUVEZ-N OUS SUR NOTRE SITE www.l1visible.com réalité telle qu’elle est et non telle qu’il l’a interprétée. Et plus on intervient tôt dans la vie de l’enfant, plus les progrès ont des chances d’être rapides. a ALLER PLUS LOIN LE SITE « MIEUX CONNAÎTRE L’ANGOISSE DE SÉPARATION » : www.mcads.org « MAMAN, NE ME QUITTE PAS ! » Bernadette Lemoine, Ed. Saint-Paul, 2000. DÉTACHE-MOI ! SE SÉPARER POUR GRANDIR Marcel Rufo, Livre de poche, 2007. LA GUÉRISON DES BLESSURES REÇUES DANS LE SEIN MATERNEL Nell. Astelli Hidalgo, Ed. Saint-Paul, 1993. AU CŒUR DES ÉMOTIONS DE L’ENFANT Isabelle Filliozat, Marabout, 2001. Vous recevrez L’1visible pendant 1 an, soit 11 numéros. Vos coordonnées : Participez au développement de Souscrivez un abonnement de soutien du montant de votre choix : 20 € (mini) 30 € 45 € 60 € € Nom : Prénom : Adresse : CP : Ville : Tél. : Portable : E-mail : Bulletin à retourner sous enveloppe timbrée accompagnée de votre règlement à l’ordre de L’1visible, à l’adresse suivante : L’1visible, 20 rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris Abonnez-vous sur internet www.l1visibleetvous.com SO-L11-10 Cinq clés pour… Éviter l’angoisse de séparation Tout est dans la préparation. Les séparations seront 1 le plus souvent bien vécues si elles ont été préparées avec soin. Il faut absolument et toujours annoncer que l’on va s’absenter, même si c’est très brièvement, et que l’on reviendra. Et expliquer à l’enfant qu’il a le droit d’être triste de notre absence. Les paroles dites avec amour, en vérité, vont rejoindre la conscience d’amour de l’enfant, même tout petit bébé. Cette séparation, éventuellement douloureuse, ne sera pas ressentie comme un danger pour sa relation d’amour avec sa mère. Si l’enfant est plus grand, on pourra le mettre face à son désir de grandir pour lui permettre d’accepter la séparation. Offrir à son enfant une éducation à la séparation. 2 Il n’y a pas de vie sans séparation, temporaires ou définitives, longues ou brèves, parfois douloureuses. Il serait donc dramatique de s’abstenir de toute séparation d’avec l’enfant pour lui éviter d’être blessé. Apprendre à se détacher est vital : l’enfant devra prendre progressivement de la distance par rapport à ses parents pour devenir autonome et acquérir une maturité affective d’adulte. Quand la mère ne travaille pas à l’extérieur, il est bon, à partir de neuf mois, que l’enfant soit confié progressivement, de temps en temps, une journée ou une demi-journée. L’art de la séparation. L’éducation à la séparation doit 3 être progressive et expliquée. Comment ? En prévenant le petit de ce qui va se passer, quel que soit son âge, même un bébé : « Je t’emmène à la garderie. Je vais partir et tu vas être confié à untel. Tu as le droit d’être triste ou en colère, mais je continue de t’aimer en étant loin et je reviendrai. » Avant de confier un enfant, mieux vaut lui donner le temps de s’adapter et le préparer progressivement, comme cela est très souvent et très bien fait, dans les crèches, par exemple. La bonne durée. Même bien préparé, il est vraiment préférable de ne pas quitter un enfant de moins de trois mois 4 plus d’une demi-journée. Avant six mois, en moyenne et par précaution, on évite les séparations de plusieurs jours. De six mois à un an, on peut se séparer de l’enfant un ou deux jours. Vers dix-huit mois, l’absence peut durer plus de trois ou quatre jours. Ces indications ne sont pas absolues : cela dépend de chaque enfant. Un contexte rassurant. Il est indispensable de toujours 5 laisser un enfant à une personne qu’il connaît bien, maternante, et dans un lieu bien connu (si possible chez lui), pour créer un climat favorable à la confiance. Changer à la fois de personne et de lieu est beaucoup d’un seul coup et peut être difficile pour l’enfant. Pour se sentir en sécurité, il a également besoin d’avoir avec lui un « objet transitionnel » qui va le rassurer en faisant un lien avec son univers : doudou, vêtement empreint de l’odeur de sa maman, etc. a
n°11 Janvier 2011 xw L’ÉGLISE, L’ÉGLISE C’EST POUR PAS SORCIER LES NULS ! 13 pour L’1visible L’histoire Après la naissance du Christ, des mages - c’est-à-dire des savants - arrivent à Jérusalem. Ils ont compris qu’une chose extraordinaire est en train de se passer, en voyant apparaître une nouvelle étoile dans le ciel. Et c’est finalement vers une étable de Bethléem que les guide cette étoile, et qu’ils trouvent Jésus. Étaient-ils trois ? On ne le sait pas exactement. Mais ils apportèrent trois cadeaux : de l’or (pour dire que le Christ est Roi), de l’encens (pour dire qu’il est Dieu) et de la myrrhe (parfum pour embaumer les morts, qui annonce la mort de Jésus sur la Croix). La tradition rapporte depuis le VI e siècle que les rois mages s’appelaient Gaspard, Melchior et Baltazar. Citation « Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie », Évangile de saint Matthieu. MAGNIFICAT Comme les rois mages… Suivez l’étoile Le mensuel Ascension pour du Christ prier dans chaque l’église Saint-Nicolas jour avec de Véroce l’Église en Haute-Savoie. - www.magnificat.com Christie’s images, bridgeman giraudon Adorons-le ! Au terme de leur voyage, les mages se prosternent pour adorer l’enfant Jésus. Et leur adoration passe par l’offrande de leurs présents. Impossible en effet d’aimer Dieu sans donner un peu de soi, sans se donner soi-même. Du courage Il faut du courage pour suivre l’étoile. Quand un signe très fort ou un événement marquant survient pour nous ou pour nos proches, sommes-nous capables de remettre en cause le chemin que nous suivons pour en choisir un autre, à la suite du Christ qui est l’étoile de nos vies, en lui faisant confiance ? Une attente L’arrivée des mages venus de loin montre que la manifestation de Dieu sur Terre (c’est le sens du mot épiphanie) était désirée par beaucoup de peuples. À travers des divinités ou l’adoration de la nature, ils exprimaient déjà l’attente de Dieu, présente dans tous les cœurs, y compris le nôtre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :