L'1visible n°10 décembre 2010
L'1visible n°10 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'abbaye Saint-Martin-du-Canigou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 SOCIÉTÉ xw n°10 Décembre 2010 SOUS LE SOLEIL Les fruits et le soleil de Madagascar au petit déjeuner ! À Manakara, zone isolée et très pauvre de l’île, des coopérants français ont réussi à développer une confiturerie bio et équitable en passe de devenir un modèle de développement pour la région. On a du « pot », les produits sont en vente sur : www.nosmeilleurescourses.fr REMPLIS-SAGE La marque Blancreme propose des crèmes naturelles dans des pots en verre. L’idée originale : pour les remplir à nouveau, on va tout simplement dans un bar de la marque. Pratique, écologique et économique. www.blancreme.com LE CHIFFRE 6 Français sur dix pensent qu’il faut réduire la consommation pour améliorer la qualité de la vie. Source : Ipsos. Pascal MAITRE/COSMOS Consommer autrement La grande débrouille Course de Noël. La surconsommation de décembre est monnaie courante. Cette année, ne nous laissons pas emballer par les cadeaux : soyons des consom’acteurs futés ! Pas question de se priver ! Pourtant, entre l’excès et l’austérité, sans doute y a-t-il une nouvelle voie à ouvrir pour être des consommateurs responsables. Dieu sait en effet combien on s’emballe par ces temps d’euphorie commerciale. Résultat des courses ? Nous achetons au-delà de nos besoins et les surplus finissent… à la poubelle. L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a compté sept kilos d’aliments encore emballés par habitant et par an dans les ordures. Pour ne plus faire du pire Noël une ordure, voici six idées à s’offrir en cadeau ! 1. Faire une liste. Avant de se précipiter dans les grandes surfaces, on liste, on budgète et on prend un casse-croûte : selon l’observatoire de la consommation durable, nous achetons 30% de denrées de moins le ventre plein ! 2. Offrir une seconde vie aux objets. La récup’ou la transformation de trucs chinés En quoi ces bric-à-brac sont-ils une alternative au consumérisme ? Nous recyclons 1200 tonnes de textile par an et 500 tonnes d’objets divers et mobilier. Cette activité génère 35 emplois pour des personnes en insertion. Chaque année, les Journées d’entraide - notre grande brocante annuelle - attirent plus de 10 000 visiteurs en deux jours. Au Palais des Sports de Gerland à Lyon, nous mettons en vente les plus beaux objets collectés pendant l’année. Il y en a pour tous les prix. Modestement, ça vaut le Mieux consommer, c’est aussi aussi donner une seconde vie aux vieux objets. ou dénichés chez soi inspirent des cadeaux personnalisés, responsables et pleins de sens. En témoigne le succès des ressourceries : les temples du détournement d’objets. Quand un vieil objet devient une création unique, c’est cadeau. www.ressourcerie.fr 3. Faire soi-même. À condition de s’y prendre un peu à l’avance, v i n s d’o r a n g e, fruits déguisés et loisirs créatifs garniront les hottes de Noël. Si vous avez un peu de goût et de talent, le fait m ai s o ne s t un must ! 4. Oublier le hightech programmé pour mourir. On offre une ou deux heures de découverte, du temps de qualité à partager. On opte pour des billets de théâtre, de danse, de concert, de cirque, de cinéma… déplacement ! Certains font la queue à partir de six heures du matin… À qui les bric-à-brac viennent-ils en aide finalement ? La recette des ventes est intégralement reversée pour le secours et l’aide de 4 500 personnes en difficulté, accueillies dans les 36 structures du Foyer Notre-Dame des sans-abri. Nous permettons aussi à une catégorie de clientèle à faibles revenus de s’équiper pour très peu. Et puis, la crise aidant, nous accueillons des gens Ça n’encombre pas les placards et il y en a pour tous les budgets. www.billetreduc.com 5. S’informer, pour être sûr d’avoir vraiment dépensé autrement, et pas seulement succombé aux stratégies des marques qui profitent de nos bons sentiments. On s’offre Le guide des labels de la consommation responsable (1) pour percer le secret des soixante labels les plus utilisés sur le marché. On en profite pour réviser nos classiques en matière de gestion des déchets sur le site de l’Ademe et éviter les fausses notes en matière de tri des emballages le lendemain de Noël. ecocitoyens. ademe.fr/mes-dechets 6. Croire aux miracles ! Je peux changer mes habitudes : consommer bio, préférer les circuits de production courts, acheter équitable. Si je ne sais pas vers qui me tourner, je clique sur www.commerceequitableenligne.org, www.lemarchecitoyen.net ou www.mesmeilleurescourses.fr J’en profite pour m’informer sur les Amap, qui proposent des paniers de fruits et légumes issus d’une production locale biologique. www.reseauamap.org. a Magali Germain 1. : Guide des labels de la consommation responsable : Tous les labels pour mieux consommer, E. Laville, Pearson éducation, éd. 2009-10. Trois questions à Jean-Pierre Fues : « Bonne action et bonnes affaires » À Lyon, le Foyer Notre- Dame des sans-abri vient en aide aux sans-abris, aux femmes seules, etc. L’accueil est personnalisé en fonction de chaque situation. www.fndsa.org Jean-Pierre Fues est bénévole et coresponsable de l’ensemble des Bric-à-brac du Foyer Notre-Dame des sans-abri à Lyon. D.R. qui viennent pour faire des affaires. Avec le retour en grâce du vintage, les plus in viennent aussi se vêtir ici ! Quel genre de marché fait-on au bric-à-brac du foyer ? Vous pouvez trouver absolument de tout. Nos six boutiques solidaires offrent des conditions très intéressantes puisque tout ce qui est vendu provient de collectes et de dons. Les vendeurs sont tous bénévoles. a Propos recueillis par Magali Germain
n°10 Décembre 2010 xw FAMILLE 5 pour L’1visible LA VIE Bien vivre la trêve de la nativité Interview. On a beau vous dire que Noël est une fête, vous appréhendez le jour J où se ravivent souvent les conflits familiaux. Alors comment faire pour donner sa chance à Noël ? Une psychologue répond. La psychologue et psychanalyste Anne-Marie Saunal nous propose quelques clés pour vivre sur un mode spirituel les tensions inévitables de l’imbroglio familial. Pourquoi Noël fait-il ressortir les conflits familiaux ? A.-M.S. Le jour de Noël, les adultes redeviennent souvent de grands enfants. Et une partie de leurs réactions leur échappe. D’où un terreau favorable pour réveiller les rivalités, les vieilles querelles, les secrets ou les tabous. Comment faire pour que cela se passe bien ? A.-M.S. Notre famille, ou notre belle-famille n’est pas idéale et ne le sera jamais. Tel frère va faire une gaffe, telle bellesœur offrir un cadeau ridicule… Il faut se préparer intérieurement à retrouver ses proches tels qu’ils sont et à tolérer leurs travers. Notre objectif est de savoir accueillir l’autre dans sa radicale différence. Un travail spirituel peut « Chaque année, j’appréhende de passer Noël avec ma belle-famille, raconte Agnès. C’est compliqué de débarquer dans une maison où le récit familial compte déjà beaucoup de pages. Je m’y sens mal à l’aise, car il y a des non-dits, des tensions et des jalousies. Au fil des ans, j’ai appris à le vivre mieux en me recentrant sur le vrai sens de Noël : l’amour de Dieu, qui nous fait don de son Fils et nous apporte un message d’espérance. J’ai compris que je ne dois pas changer les autres, mais moi-même. Derrière nous aider à acquérir les vertus de la patience, au moins pour une journée. Que faire quand une réflexion énerve ou blesse ? A.-M.S. Lutter contre nos réactions pulsionnelles est très serge bloch pour la vie compliqué, car elles viennent du plus profond de notre être ; si on sent que les choses tournent mal, il est bon de s’isoler quelques minutes pour prendre du recul. Noël est une trêve et vaut la peine de fournir des efforts. Ce n’est Témoignage « Je me recentre sur le sens de la fête » ces rivalités je devine beaucoup de souffrance. Alors, je me prépare pendant l’Avent. Aidée de la prière, je fais un vide intérieur pour être dans l’attente de quelque chose de beau. Je médite aussi pour mieux donner le jour de la fête : être bienveillante, adoucir mon regard sur des enfants trop gâtés, faire attention à mes gestes et mes mots. En tant que pièce rapportée, j’ai mon rôle à jouer. Ma présence peut déplacer les face-à-face, par exemple, entre sœurs rivales, pour apporter plus de joie. » a L’hebdomadaire chrétien d’actualité - www.lavie.fr pas le moment de résoudre les conflits, alors que tout le monde est réuni. Nous sommes parfois déçus quand Noël ne répond pas à nos attentes… A.-M.S. Avant la fête, il est bon de méditer ou de prier pour nous décentrer de nous-même et de ce que nous allons recevoir, afin de prendre plus de temps pour préparer ce que nous donnerons à l’autre, sous forme de cadeau, de temps et d’affection. Il faut savoir se préparer sur ce terrain intérieur, tout aussi important que le terrain matériel. On dépense beaucoup d’énergie à réfléchir aux cadeaux et, surtout, lorsque c’est nous qui recevons, aux bons plats qu’il faut préparer, au détriment de l’essentiel ! Certaines personnes s’angoissent tellement en pensant à l’organisation de la fête qu’elles transforment la joie en corvée. Faut-il pour autant négliger les cadeaux qui relèvent du matériel ? A.-M.S. Non, même s’ils sont très chargés d’affectif et peuvent réveiller des rivalités comme l’impression d’une préférence de nos parents pour notre frère ou notre sœur. Ici, il faut se recentrer sur le fond des choses : Noël symbolise la fête du don suprême, à savoir que le Père nous donne son Fils. Nous sommes donc invités à entrer dans cette dynamique et à manifester cet amour de Dieu à travers les cadeaux. Le premier cadeau est d’offrir quelque chose de soi. a Interview Céline Marcon VIVRE NOËL AU CIRQUE Le 24 décembre, la famille Gruss vous accueille, après le spectacle de 20 heures, pour une messe de Noël à 23 heures sous son chapiteau. Présidée cette année par Mgr Dominique Rey, évêque de Toulon, la célébration est animée par une chorale de 200 chanteurs. La quête sera faite au profit des Missionnaires de la charité de Mère Teresa. Réservation indispensable pour le spectacle. Tél : 01 45 01 71 26. Cirque national Alexis Gruss, route de l’Hippodrome, bois de Boulogne, porte de Passy, Paris XVIe. AU MUSÉE DES ARTS FORAINS Manèges, automates, salons vénitiens, c’est dans un décor féerique que s’installe chaque 24 décembre, du côté de Bercy, l’association Notre Noël, menée par le dominicain PedroMeca. Accueil à 18 heures, suivi de la messe ouverte à tous et d’un grand repas pour les sans-abri de Paris pour lequel l’association recrute des bénévoles et cherche du soutien financier. www.notre-noel.com AVEC LES PETITS FRÈRES DES PAUVRES Briser l’isolement des personnes âgées, c’est leur travail de toute l’année et, au moment de Noël, l’association organise aussi des réveillons fraternels. Vous pouvez participer en offrant un don financier, en apportant des colis de Noël, en partageant des repas de quartier, en visitant une maison de retraite, en devenant « bénévole Noël » les 24 et 25 décembre. http://noel.petitsfreres.asso.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :