L'1visible n°10 décembre 2010
L'1visible n°10 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'abbaye Saint-Martin-du-Canigou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 UNE VIE QUI BASCULE xw n°10 Décembre 2010 pour L’1visible Un vendredi de septembre 1994. J’entre dans la basilique de Notre-Dame de Bonne Garde, à Longpont-sur-Orge. Dès le seuil, je me sens travaillé de l’intérieur, comme si quelque chose me labourait le cœur. Au bout d’une allée, une statue représente l’évêque saint Denis. Stupeur : l’espace d’un instant, j’aperçois, au centre de la poitrine de cette statue, un visage d’enfant. Il ressemble à ces angelots bouclés de certains tableaux. Son visage grave se retourne vers moi comme pour me dire : « Viens. Suis-moi. » Mon regard revient sur la statue : nulle trace du visage d’enfant… Je ne trouve aucune explication rationnelle. En cet instant Dieu fait irruption dans ma vie et me retourne l’âme. Il m’appelle à le suivre sur le chemin du cœur, vers ce lieu secret où il se donne. Désormais, ma vie ne sera plus la même. UNE QUÊTE INTÉRIEURE IL EST VIVANT Avant, c’est à ma naissance, la décision de mes parents de ne pas demander pour moi le baptême. Je grandis heureux au sein de ma famille, sans rien connaître de Dieu ou de l’Église. Avant, c’est aussi la période tourmentée de l’adolescence et cette quête intérieure qui me fait chercher des réponses aux questions qui me hantent : « La vie a-t-elle un sens ? Pourquoi vivre si c’est pour mourir un jour ? La vie vaut-elle la peine d’être vécue ? » Plus je cherche et moins je trouve. Littérature, art, philosophie, spiritualités orientales, expérience amoureuse, etc. Je vais de déception en déception, de désillusion en désillusion. À 21 ans, je ne crois plus en rien. À mes yeux, plus rien n’a de valeur, pas même l’amour. Extérieurement, j’ai tout pour être heureux. Intérieurement, c’est le vide jusqu’au vertige, l’abîme du doute et de l’errance, la fascination pour le néant. Je suis désespéré. « Dès lors, ma vie a un sens » Puis des témoins et des lectures m’aident à découvrir la religion chrétienne, à briser mes images fausses et négatives de Dieu et de l’Église. Je m’interroge. Je suis attiré. Sans que je le sache, Dieu me prépare à le rencontrer. Jusqu’à ce visage d’enfant. Jusqu’à cette folle semaine de septembre 1994 où, bouleversé, je découvre la présence du Christ dans l’eucharistie et dans le sacrement de réconciliation. Présence inouïe, infiniment respectueuse de ma liberté. Après bien des combats intérieurs, je me reconnais aimé de façon absolue et inconditionnelle ; je peux dire « oui » à cet amour. Dès lors, ma vie a un sens : l’amour, et seulement l’amour. Me laisser aimer par Dieu et l’aimer en retour, me laisser aimer par les autres et les aimer comme Dieu les aime : c’est tout ce que je veux vivre. Dieu m’a rendu la joie de vivre et d’aimer. Ascension du Christ dans l’église Saint-Nicolas de Véroce en Haute-Savoie. Aujourd’hui, dans nos vies - www.ilestvivant.com Dieu m’a sauvé du desespoir Adolescent, Sylvain est tourmenté par l’absurde de la vie. C’est désespéré qu’il parvient au seuil de l’âge adulte. Jusqu’à cette semaine où l’amour le saisit... Je reçois le baptême dans l’Église catholique peu avant mes 23 ans. Je peux bâtir ma vie sur ce roc qu’est le Christ et faire les choix auparavant impossibles. Le mariage avec Emmanuelle. L’enseignement de la philosophie auquel, un temps, je souhaitais renoncer. La philosophie avait tant entretenu mon désespoir ! Au nom de la raison, j’avais refusé l’existence de Dieu. Et maintenant, au nom de la foi, j’étais tenté de mettre la raison en sourdine. Jusqu’à la lecture de Foi et raison (de Jean Paul II). Exercez votre intelligence, demandait le pape aux philosophes, car elle est un don de Dieu, et au nom de la foi en Dieu, ayez confiance dans les capacités de la raison. Je comprenais que le travail de l’intelligence pouvait être mis au service de l’amour. VIVANT ET AGISSANT Pourquoi suis-je devenu catholique pratiquant ? Non par attachement à une tradition. Non par adhésion à une vision du monde ou à une morale. Non par besoin d’appartenir à une communauté. Dans cette Église, j’ai rencontré le Christ vivant et agissant, j’ai découvert, émerveillé, le Dieu des Évangiles, qui aime et veut sauver tout homme. a Sylvain Clément À LIRE LE RETOURNEMENT. DU DÉSESPOIR À LA FOI Éd. des Béatitudes, préface du cardinal Barbarin. Bernard LORETTE/PHOTOPQR/LA MONTAGNE
n°10 Décembre 2010 xw COUP DE CHAPEAU 15 UNE DATE 5 décembre 2010, journée mondiale du bénévolat. UN CHIFFRE 12 millions de bénévoles actifs dans des associations : la France est championne d’Europe du bénévolat et du volontariat. FEMMES EN FIL Implantée dans le quartier de Bellevue à Nantes, cette association est née de la volonté de montrer qu’il est possible d’entreprendre, tout en habitant en zone urbaine sensible. C’est Yasmina Abid qui l’a créée en 2009 pour favoriser l’insertion professionnelle des femmes par la couture. Grâce à son expérience dans le textile et la vente, Brigitte Morel, bénévole de Passerelles et Compétences, a permis à l’association de définir sa stratégie marketing. UN LIVRE Des talents en cadeau ! Edité par Passerelles et Compétences, ce livre dresse en 160 pages le portrait de 17 bénévoles qui ont mis leurs talents au service d’associations de solidarité. Préfacé par Claude Bébéar et postfacé par Jérôme Vignon Prix : 12 € « Bénévole professionnel Défi. Avec ses 11 millions de bénévoles en 2010, le monde associatif ne connaît pas la crise. De nouvelles formes de solidarité voient le jour comme le bénévolat de compétence. C’est normal de donner quand on a tellement reçu » déclare Valentine Chapus-Gilbert. Pour la jeune femme, le bénévolat a toujours fait partie de sa vie. Mais Valentine, consultante en Ressources Humaines, n’est pas une bénévole comme les autres. Elle met gratuitement ses compétences professionnelles au service d’associations qui ont besoin de son savoir-faire pour une mission ponctuelle. C’est Passerelles et Compétences qui a permis à Valentine de réaliser cinq missions en formation, recrutement et organisation des ressources humaines. Créée en 2002 par Patrick Bertrand, cette association a pour but de faire le lien entre des professionnels actifs ou retraités qui veulent donner un peu de temps et des associations de solidarité n’ayant pas les moyens de s’offrir les compétences d’un salarié. Passerelles et Compétences est partie d’un double constat. D’une part, la difficulté pour les Français, désireux de s’engager bénévolement mais déjà très occupés, de se repérer dans les méandres du monde associatif qui compte un million d’associations. D’autre part, les associations, pour être efficaces, ont de plus en plus besoin de professionnels -qu’il s’agisse de créer un site internet, définir une stratégie de communication ou organiser un événement- et de moins en moins de moyens. La solution à cette équation ? Le « bénévolat de compétences », un concept révolutionnaire. « ILS CHANGENT LE MONDE AUTOUR DE NOUS » Mode d’emploi : les relais font jouer leurs réseaux afin de trouver la personne qui correspondra le mieux à la mission proposée. Puis, les passerelles gèrent bénévolement les relations entre associations et bénévoles, et s’assurent du bon déroulement de la mission. Et le succès est déjà au rendez-vous : 831 missions ont été réalisées et 509 associations ont pu mieux développer leurs activités de solidarité comme s’occuper des personnes âgées, de jeunes en situation difficile, distribuer des repas aux plus démunis, etc. Selon le fondateur, « avec très peu de moyens, les gens arrivent à faire des choses extraordinaires. Ils ne changent pas le monde, mais ils changent le monde autour de nous. » Quant aux bénévoles, « ils se bousculent au portillon ». À tel point qu’ils sont trois fois plus nombreux que les missions proposées. Et comme Valentine, 90% d’entre eux veulent recommencer une mission après une première expérience. Des chiffres qui en disent long pour des personnes dont 80% ont déjà une activité professionnelle et 68% sont en charge d’une famille. a Agnès Chareton Les associations, pour être efficaces, ont de plus en plus besoin d’être aidées par des professionnels compétents. Qui peut aider l’Eglise au Pakistan ? VOUS ! MERCI POUR VOTRE PRIÈRE Envoyez vos dons à : AED, 29 rue du Louvre 78750 Mareil-Marly ou www.aed-france.org AED AIDE A L'ÉGLISE EN DÉTRESSE Partout où l’Église a besoin de nous INFORMER - PRIER - PARTAGER pub 1visible pakistan.indd 1 15/10/10 18:16:31 ioannis kounadeas - Fotolia.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :