L'1visible n°1 février 2010
L'1visible n°1 février 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de février 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (219 x 288) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : interview Michael Lonsdale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 PSYCHOLOGIE n°01 Février 2010 Pour sortir de la jalousie : cultiver l’estime de soi Yves Boulvin Psychologue, formateur en relations humaines, consultant en entreprise. Depuis 20 ans, Yves Boulvin anime les émissions « Foi et Psychologie » diffusées sur de nombreuses radios chrétiennes en France et en Afrique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : Choisis la vie, Renaître, La vie : combat ou cadeau ? Réussir sa vie affective (Éditions des Béatitudes) ; Rebondir après l’échec (Éditions Saint-Augustin). STÉPNANE OUZOUNOFF Parole de sagesse Trancher dans le vif ? [1 Rois 3, 16 à 28] Quand le glaive de Salomon éclaire l’une des grandes jalousies de la Bible… Deux femmes accouchent le même jour mais l’enfant de l’une meurt pendant la nuit. Il ne reste donc qu’un enfant que les deux revendiquent. On amène ces femmes devant le roi Salomon réputé pour sa sagesse. Le roi demande qu’on lui apporte un glaive et que l’on tranche l’enfant en deux. L’une s’écrie alors : « Donne-le à l’autre ! » Et Salomon se tournant Rencontre. « Jaloux, moi ? Tu crois ? » Il n’y a pas de plus grand jaloux que celui qui s’ignore ! En prendre conscience est sans doute le premier pas vers la guérison de cette maladie de l’âme qui empoisonne nos relations humaines. Au quotidien, j’ai conscience d’adopter des comportements jaloux envers mon conjoint, mes amis. Je désire qu’ils prennent plus de temps avec moi. Je veux me sentir aimé (e) d’un amour exclusif, être l’élu (e), l’« unique ». Cette jalousie peut me rendre suspicieux (se) et m’amener à tout contrôler, à interpréter leurs faits et gestes. Je sens bien, au fond de moi, que cette attitude est malsaine et excessive. LES MÉFAITS DE L’INSATISFACTION PERMANENTE L’amour conjugal et l’amitié supposent la confiance. Une confiance raisonnée, fondée sur une qualité de relations « corps, âme et esprit » vers elle déclare : « Voilà la mère ! » Le vrai amour est-il de posséder l’autre quel qu’en soit le prix ? Par exemple, beaucoup de mères ont du mal à se détacher de leur enfant grandissant, à accepter son départ du nid familial. De même suis-je jaloux (se) du travail, des gens dont mon conjoint s’occupe ? (même s’il a lui-même à veiller à me donner une place privilégiée). Ai-je accepté ma belle-fille et lui ai-je laissé la place auprès de mon fils ? a entre deux personnes. Or, on le sait par expérience, la relation à l’autre n’est jamais parfaitement harmonieuse ! Et le manque, quel qu’il soit, peut provoquer l’insatisfaction. Si cette frustration vient de mon conjoint, je me mets à craindre qu’il ne me quitte. Lorsque je suis moimême insatisfait (e), je commence à rouspéter, à harceler l’autre et il (elle) réagit mal. Et plus il (elle) réagit mal, plus je pense qu’il (elle) ne m’aime pas, plus je suis insatisfait(e). N’ayant pas atteint mon idéal d’amour ou d’amitié, je me mets à rêver à quelqu’un d’autre… La jalousie peut naître aussi d’un décalage entre les besoins et les attentes de l’un et de l’autre. Par exemple, si j’ai un tempérament sensible, le langage de l’amour passe pour moi par des mots, des regards, des moments d’intimité, des gestes de tendresse, des paroles valorisantes. Mon conjoint est peut-être une personne plus froide, plus réservée et qui ne sait pas exprimer son amour de cette façon. Elle le fait peut-être autrement, par des actions concrètes : la cuisine, le bricolage, le travail pour la famille etc., ce qu’à mon tour, je ne sais pas apprécier. Si, pour moi, le couple idéal est composé de deux êtres en harmonie sur tous les plans, qui se comprennent à demi-mots, je risque de ressentir une grande frustration. Pourtant, j’avais choisi cette personne (mais l’avais-je vraiment choisie ?) parce que j’étais attiré (e) par sa solidité, ou sa fragilité, son autonomie, sa réserve. Je nous percevais comme complémentaires et me disais que j’allais la (le) faire changer. Mais LEXIQUE Réservoir d’amour Dans la petite enfance, les gestes d’amour, les paroles valorisantes, le fait de se sentir aimé aident la personne à « construire » un Moi équilibré. Si l’amour de ses parents est envahissant ou insuffisamment manifesté, l’enfant va développer un ego qui est un faux moi, se sousestimer ou se survaloriser et revendiquer une place qu’il n’a pas ressenti avoir. Si son réservoir affectif est plein, il va pouvoir croître de façon plus harmonieuse et rechercher la complémentarité plutôt que les rapports de force. n’y arrivant pas, je ne vois plus que ses défauts. Et si j’allais plus vers lui (elle) sans exiger, sans quémander, sans attendre qu’il (elle) fasse le premier pas et en le (la) respectant ? Mon réservoir d’amour n’étant pas suffisamment rempli par cette relation, je suis en manque, je rouspète et il (elle) s’éloigne. La jalousie et le soupçon risquent alors de m’entraîner dans une spirale infernale. FAIRE LE TRI DANS LES MESSAGES REÇUS Certaines personnes sont comme des lavabos auxquels on a oublié de mettre le bouchon. L’amour qu’on leur exprime s’écoule, sans jamais demeurer en elles. Souvent, ces
TIM MCGHIE/AGE FOTOSTOCK/HOA-QUI n°01 Février 2010 PSYCHOLOGIE 11 Notre histoire familiale peut faire peser sur nous des représentations négatives qui alimentent notre sentiment de jalousie. personnes ont connu un manque affectif important dans leur enfance. Leurs parents ne leur manifestaient pas assez d’attention par des gestes ou par des paroles encourageantes. Ils ne valorisaient pas leurs dons, leurs talents, leur originalité. Ils cherchaient plutôt à les faire rentrer dans « le programme familial » ou avaient sur eux un regard trop critique. Ces enfants n’ont pas appris à reconnaître la richesse de leur identité profonde, à nommer leurs qualités. Ils doutent d’eux-mêmes, se sentent vides. Et les moqueries ou les difficultés ne les ont pas arrangés. Si je me reconnais un tempérament jaloux, qu’ai-je vécu dans mon enfance ? Ai-je reçu un amour privilégié de la part de mes parents, de mes frères et soeurs ? Est-ce que je me suis senti (e) aimé(e) de façon spécifique, originale ? a a a TÉMOIGNAGE Soigner le mal à la racine Quand l’arrivée d’un bébé réveille en moi l’enfant blessé… Une femme est venue consulter car elle avait une relation très difficile avec la seconde de ses filles. Pour son aînée, tout s’était bien passé depuis sa conception et elle avait avec elle une grande complicité. Mais lorsqu’elle fut enceinte de son second enfant, une fille, tout se présenta mal, de la grossesse à l’accouchement. Quand l’enfant vint au monde, elle s’entendit dire : « Comment j’ai pu faire une chose pareille ? » Elle eut le courage de venir me voir. Elle Celui qui s’est toujours perçu comme un « vilain petit canard » aura besoin de temps pour revêtir peu à peu sa véritable identité de cygne se demanda pourquoi elle avait eu une telle réaction. Je lui proposai alors de me parler de son enfance. Elle était l’aînée de deux filles. Son père avait toujours eu une préférence pour sa sœur, la cadette, dont elle fut dès lors très jalouse. En compensation, elle avait donné à sa fille aînée l’amour qu’elle aurait voulu que son père lui manifeste. Ensuite, inconsciemment, elle avait projeté sur sa seconde fille l’image de la rivale. J’ai connu un cas inverse. Une femme avait eu cinq enfants. Elle était manifestement injuste avec le petit dernier, un garçon, qui en souffrait beaucoup. Elle me raconta qu’elle-même était la dernière de sa fratrie et que sa mère était morte en la mettant au monde. Il suffit un jour d’un regard de son père pour qu’elle lise dans ses yeux ce terrible reproche : « Tu as tué ta mère ! » N’ayant jamais réussi à s’aimer, cette femme avait reporté ce rejet sur l’enfant, le dernier, auquel elle s’était inconsciemment identifié. a



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :