Koikispass n°131 septembre 2016
Koikispass n°131 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Koikispass SARL

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : dossier spécial sur les bistrots de la Nièvre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
i IT BISTROTS DE LA NIÈVRE, ON VOUS PAYE LA TOURNÉE ! NEVERS MOULINS ENGILBERT Le Bar du Commerce Chez Lucette on vient pour La chaleur de Lucette, la terrasse fleurie, les fresques en trompe-l’œil dans le village.. Mémère Dans un coin du bistrot, sur le mur, elle pose aux côtés de François Feldman, Herbert Léonard, Gold et Image, les gloires des années 80. À l’époque employée chez un traiteur, Lucette suivait les tournées Centre-France pour nourrir les vedettes. Aujourd’hui et depuis 1987, elle bichonne les habitués et les touristes de passage dans son établissement. Avec le sourire, toujours. « Les gens qui me font l’honneur de venir se détendre chez moi, je leur dois de les soigner. C’est un troc. » Les ados du village ont passé chez elle leurs meilleures années, confiant à « Mémère » (son surnom), le blues dont on ne pouvait parler à la maison, les habitués ont murmuré au bar leurs petites et grandes misères qu’elle a gardées au chaud - « je suis tenue au secret professionnel ». 20 KOIKISPASS SEPTEMBRE 2016 Les coups de main au fil des années, Lucette ne les compte plus - « je suis une dépanneuse ! », le rôle social du bistrot et l’empathie nécessaire de son propriétaire, elle en est bien consciente  : « Je dis pas que c’est un don mais on ne devient pas cafetier ou bistrotier sans un petit machin ». C’est sans doute « ce petit machin » qui lui fait ouvrir son bar et les cœurs pratiquement non stop, même si l’ambiance n’est plus vraiment la même  : la faute à la société qui va trop vite, aux portables, à la vie qui s’étiole dans les petits villages  : « Je dis pas qu’on est devenus neurasthéniques, mais bon... » N’empêche que jusqu’au bout elle sera là, avec le sourire, pour soigner ses hôtes. « Mémère » est une grande dame...
_—_-.maatunieele" Le Poêlon Chez Mimi Depuis 1989, Le Poêlon à Tronsanges c’est plutôt chez Mimi, un bar-restaurant créé dans une ancienne annexe du garage et qui fleure bon la Nationale 7 de Trénet  : « Avant on voyait passer 13 à 15 000 voitures par jour, depuis la construction de l’autoroute, on n’en voit pas 150 » explique Michel alias « Mimi », 67 ans dont 28 consacrés aux amis. Aujourd’hui, les gens de passage ne passent plus et ce sont les habitués qui font bouillir la marmite  : « Je propose toujours des repas le midi, mais le soir principalement pour les copains » qui viennent notamment déguster une tête de veau dont la notoriété a fait le tour de la Nièvre. N7 on vient pour L’ambiance N7, la gentillesse des propriétaires, la tête de veau. BISTROTS DE LA NIÈVRE, ON VOUS PAYE LA TOURNÉE ! TRONSANGES NEVERS Chez Mimi, c’est aussi un garage à l’ancienne. Ici pas de valise électronique mais la débrouille de ce mécanicien toujours aussi passionné qui souvent répare ce qu’on ne répare plus. Et c’est tout cela qui a fait de lui un personnage local – qui est même passé sur D8 lors du grand embouteillage de la Fête de la Nationale 7 de Pougues-les-Eaux  : « Ce jour-là, avoue Michel avec un peu de nostalgie, on retrouve l’ambiance qu’il y avait ici il y a 25 ans, du temps où tout le monde se croisait ». Les jeunes, eux, sont moins nombreux  : « C’est surtout qu’ils ont vieilli ! » sourit Michel, comme Hervé, 46 ans, accoudé au comptoir ce jour-là  : « Je suis venu ici en quittant l’armée, c’était en 1989 et depuis je m’arrête toujours prendre un café ou boire un verre ». Et quand on lui demande ce qui l’attire ici, la réponse est claire  : « Je viens pour le patron ! ». Loin des sentiers autoroutiers Mimi et sa femme Marlène continuent de faire vivre le plus ancien commerce de ce village qui il y a vingt ans comptait deux restaurants, un bistrot et une station-service. La retraite ? « J’y suis depuis 7 ans ! je m’arrêterai peut-être à 70 ans... mais on verra ça... ! ». KOIKISPASS SEPTEMBRE 2016 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :