Junk Page n°29 déc 15/jan-fév 2016
Junk Page n°29 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Évidence Éditions

  • Format : (245 x 360) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : Eagles of Death Metal, vendredi 13 novembre 2015...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
SCÈNES Anne Alvaro est Anna Politkovskaïa, une « femme nonrééducable » sur la scène du Théâtre des Quatre-Saisons et au Liburnia. Une pièce hommage à la journaliste russe assassinée en 2006 qui prend le parti d’un théâtre documenté. Sans pathos, mais avec violon. CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE Le 7 octobre 2006, la journaliste Anna Politkovskaïa connue pour ses reportages sur la guerre en Tchétchénie disparaissait, assassinée par balles dans l’escalier de son immeuble. Le jour de l’anniversaire de Vladimir Poutine. Neuf ans plus tard, ce dernier est toujours au pouvoir. Et la pièce rappelle douloureusement, un an après le début de la guerre en Ukraine, que la Russie n’en a pas fini avec ses désirs expansionnistes. « Comme tout le monde, j’ai appris l’assassinat d’Anna Politkovskaïa dans les journaux. Inutile de feindre de m’être intéressé à son cas ou à ses reportages dérangeants auparavant  : la première fois que j’ai entendu parler de cette femme, ce fut précisément à l’annonce de sa disparition. » Ainsi s’exprime Stefano Massini, auteur du texte de la pièce Femme non-rééducable en 2007, qui, sous la forme d’un journal de bord, retrace le combat d’une femme pour défendre sa liberté de journaliste, sa vision d’une guerre – celle de la Russie en Tchétchénie –, très loin de correspondre aux exigences du pouvoir déjà détenu par Vladimir Poutine. C’est parce qu’elle a cherché la vérité sur le conflit tchétchène qu’elle sera classée « non-rééducable » selon la vision dichotomique d’une circulaire interne de la présidence russe rédigée en 2005  : « Les ennemis de l’État se divisent en deux catégories  : ceux qu’on peut ramener à la raison et les incorrigibles. Avec ces derniers, il n’est pas possible de dialoguer, ce qui les rend non-rééducables… » Déjà montée plusieurs fois, la pièce a fait un retour fracassant en 2014 sous la direction d’Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Étienne ; sous-titrée Mémorandum théâtral, comme pour mieux souligner la dramaturgie documentaire, distanciée, sans psychologie ni romanesque. Ramassé (la pièce dure 1h20), ce récit tendu 26 JUNKPAGE 29/décembre 2015 comme un reportage de guerre, expose des faits, dans un montage au cordeau qui préfère la clarté au lyrisme. Au cœur de cette boîte noire modulable, Anne Alvaro, silhouette fragile et intense, est Anna Politkovskaïa face à un Régis Boyer incarnant toutes les figures masculines, narrateur soldat ou officier russe, terroriste tchétchène, nervi du KGB. La comédienne, qui a d’ailleurs reçu le Molière pour ce rôle, sublime la figure de cette femme obstinée et obsédée par la seule idée d’exercer son métier comme elle l’entend. « Je ne fais que raconter et quand je vois que les impôts servent à financer la violence et la torture, je me dois de l’écrire. » Cette obstination lui vaudra une persécution tenace des autorités russes, qui la jettent en prison et la malmènent plusieurs jours en Tchétchénie en 2001, un mystérieux empoisonnement en 2004 dans un avion qui l’emmène vers la prise d’otages de Beslan. À partir de cette vie extraordinaire, la mise en scène de Meunier, comme le texte de Massini, parie sur l’épure et la puissance de la matière première  : les écrits de la journaliste. D’un geste sobre, sans filtre interprétatif, ils accompagnent le destin tragique d’une citoyenne ordinaire qui n’a pas voulu céder. En fond de scène, le violon de Régis Huby résonne comme la bande-son funèbre d’une mort annoncée. SP Femme non-rééducable  : Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa de Stefano Massini, mis en scène par Arnaud Meunier, jeudi 3 décembre, 20 h 30, théâtre du Liburnia, Libourne, mardi 15 décembre, 20 h 15, théâtre des Quatre-Saisons, Gradignan. www.ville-libourne.fr www.t4saisons.com Jean-Louis Fernandez Le théâtre Olympia, à Arcachon, accueille le Ballet du Capitole de Toulouse pour une relecture fantasmagorique de La Bête et la Belle, signée de son directeur Kader Belarbi. LA BÊTE EN ELLE Quasimodo dans Notre-Dame de Paris, Rothbart dans Le Lac des cygnes, le loup dans le ballet éponyme de Roland Petit, etc.  : les êtres disgracieux, différents ou animalisés hantent contes et ballets. Personnages bien plus riches que le pâle et lisse prince charmant qui souvent reste sans nom. C’est ce qui a intéressé le directeur de la danse du Ballet du Capitole et ancienne étoile à l’Opéra de Paris, Kader Belarbi, en créant La Bête et la Belle, en 2005, pour les Grands Ballets canadiens de Montréal. « J’avais précédemment fait une étude sur le thème de l’animalité pour Étranges voisins. L’animal qui côtoie l’homme avec les distorsions, la tension musicale. Cela m’a donné envie d’aller plus loin, avec un ballet narratif. » D’où le choix du conte de Madame Leprince de Beaumont (1756) avec une inversion du titre, La Bête et la Belle, qui témoigne d’une réinterprétation. Avec Josseline Le Bourhis, « nous avons souhaité décaler le propos  : la Bête est moins un homme transformé par quelque sortilège en animal que le révélateur de l’animalité qui est en nous ». Donc rien à voir non plus avec le conte de Walt Disney et son happy end. Dans ce ballet contemporain à la lecture plutôt classique, la Bête reste humaine, avec juste une anomalie. « C’est la parole de la danse qui doit montrer la Bête. Au-delà du geste chorégraphique, il y a aussi un jeu de comédien. » Recréée en 2013 pour le Ballet du Capitole, la pièce se déroule en deux rêves, plutôt que deux actes, et mobilise les trente-cinq danseurs de la compagnie. La musique de Ravel des Contes de ma mère l’Oye ouvre le ballet. Le chorégraphe convie ensuite Guöygy Ligeti, qu’il considère comme « un peintre sonore », et Haydn pour jouer sur les émotions sonores. Sur scène, un lit et une armoire remplie de doudous que la Belle prend et jette. Dans le premier rêve, une sorte de mur avance et recule. La Belle, dans un château, est confrontée à elle-même. Le chorégraphe joue avec la verticalité de la danse sur pointes. Dans le deuxième rêve, une peinture abstraite apparaît et disparaît suggérant la forêt. La Belle est à présent une femme, une grande aristocrate qui part à la chasse à courre. Elle ressent de l’attirance pour la Bête. Elle la chasse et la protège. Des pas de deux proches du body contact rendent ses émotions, pulsions, peur, désir, amour. Et si ce n’était que la bête en elle-même que la Belle chassait ? Tout un parcours de rencontres initiatiques jalonne le ballet. La Bête n’est qu’une fantasmagorie, un rêve. Pourtant, dans le dernier tableau, on retrouve la Belle dans sa chambre. Elle range ses doudous dans l’armoire. Mais elle n’a plus sa robe courte de jeune fille. Rêve ou réalité ? À noter  : en mars 2016, les Ballets de Bordeaux et de Toulouse marchent de concert. La Reine morte de Kader Belarbi rentre au répertoire du Ballet de l’Opéra de Bordeaux avec des représentations au Grand-Théâtre du 15 au 18 mars. Dans le même temps, c’est le Coppélia de Charles Jude qui fait son entrée au Capitole. SC La Bête et la Belle, chorégraphie & mise en scène de Kader Belarbi, vendredi 4 décembre, 20 h 45, Théâtre Olympia, Arcachon. www.ville-arcachon.fr David Herrero
o É L VOE QUE F. MONOPRIX T 0 U DU 5 AU 31 DÉCEMBRE LE 2 ÈME GRATUIT SUR LE PRODUIT ALIMENTAIRE DU JOUR AVEC LACARTE MONOPRIX BORDEAUXC.C. SAINT CHRISTOLY — RUE JABRUN DU LUNDI AU SAMEDI DE 9H À 21H ET LES DIMANCHES 6, 13 ET 20 DÉCEMBRE'MONOPRIX AU BOUSCAT BD GODARD - ENTRE PLACE RAVEZIES ET BARRIÈRE DU MÉDOC DU LUNDI AU SAMEDI DE 9H À 20H I ET LES DIMANCHES 20 ET 27 DÉCEMBRE** DE 9H À 12H30 30 AVENUE DE LA LIBÉRATION DU LUNDI AU SAMEDI DE 8H30 À 20H30 ET LES DIMANCHES 13, 20 Er 27 DÉCEMBRE MONOPRIX.FR * Remise immédiate en caisse sur présentation de LACARTE de fidélité Monoprix ou cartes portant le logo S'Miles, ou en réglant avec votre carte Monoprix Cofinoga dans les magasins Monoprix participant à l'opération et ayant les produite concernée. Cumulable avec foules unie promolions en cous. Voir conditions de la carte Pompe Canon en magasin ou sur menace& Ouverturee pecepeonneksi, vol hargne en napalm'. POUR VOTRE SANTÉ. PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE.WWW.MANGERBOUGER.FR EM, T VCOM ES TRAINS QUI 0 HH L'ÉTÉ,'EN RÊVE... MOI, JE NE RÊVE PAS JE PREND MES BILLETS DÈS LE 8 DÉCEMBRE OUVERTURE DES VENTES ÉTÉ 2016. RÉSERVEZ VITE VOS BILLETS DE TRAIN, 1ERs ARRIVÉS, 1ERs SERVIS ! À PARTIR DE 9 € * "Offre soumise à conditions. Prix à partir de 19 € , par personne pour un aller simple en 2^" classe, certains jours, sur certains trains. Circulations jusqu'au 11 septembre 2016. *Catégorie Transport collectif de voyageurs - Étude Inference Operations - Viséo Conseil - mai à juillet 2015 - Plus d'infos sur  : www.escda.fr iDTGV, société par actions simplifiée, RCS Nanterre B 478.221.021. 2, place de la Défense, CNIT 1, 92053 Paris La Défense Cedex. Junkpage est distribué dans tous les iDTGV Paris/Bordeaux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :