Junk Page n°29 déc 15/jan-fév 2016
Junk Page n°29 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Évidence Éditions

  • Format : (245 x 360) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : Eagles of Death Metal, vendredi 13 novembre 2015...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
SONO MUSIQUES TONNE Depuis le succès du film de PedroAlmodóvar, Talons aiguilles, le nom de Luz Casal, qui y interprétait le déchirant Piensa en mí, est définitivement lié à cette chanson mexicaine des années 1930. Mais ce n’est là qu’un épisode de son histoire d’amour avec la musique sudaméricaine. LUMIÈRE LATINE Luz Casal chante avec passion, (La Pasión, titre de son précédent disque), de toute son âme (Alma, titre de son nouvel album). Nul hasard, plutôt l’engagement total d’une femme qui surmonta ces dernières années deux cancers et voue désormais toute sa flamme au répertoire du continent latinoaméricain. Son dernier effort en témoigne, conjugué en quatre langues latines. On retrouve dans le parcours de la chanteuse espagnole la marque de son attachement à une musique devenue emblématique pour elle, en commençant par un hymne à la vie comme l’immense Gracias a la vida de Violetta Parra qui, dans sa bouche, sonnait comme une délivrance à sa sortie (2011). Aujourd’hui, la Galicienne emprunte au brésilien les meilleurs couplets d’Antônio Carlos Jobim, mais également à l’italien, au français, et signe même deux compositions en espagnol. Plus que jamais, la veine entre bossa et boléro domine l’ensemble. Voici une de ces rares interprètes qui vieillit avec son public, avançant sereinement telle une humble diva, inspirée par les mannes des deux seules idoles qu’elle se reconnaisse  : la Callas et Barbara. À mi-chemin des deux figures, quelque part, sur un territoire qui n’appartient qu’à elle, elle rayonne. Ne jamais oublier que « luz » signifie « lumière » en espagnol. José Ruiz Luz Casal, samedi 12 décembre, 20 h 30, Casino Barrière, Bordeaux. www.lucienbarriere.com 12 JUNKPAGE 29/décembre 2015 Miguel Reveriego Sensation finlandaise de l’année, Jaako Eino Kalevi est responsable d’un des plus beaux disques publiés, toutes catégories confondues. OLE des Trente années séparent Enrico Rava et Stefano Di Battista. Autant dire une génération entière. Le premier, trompettiste septuagénaire, et le second, saxophoniste quadragénaire, ont cependant bien choses à faire entendre. HYVÄ SOMMET Autant l’admettre sans détour, son premier ITALIEN album, après un EP publié il y a trois ans, a cueilli son petit monde par surprise, avec le même goût de reviens-y que les débuts de son compatriote Jimi Tenor sur l’étiquette Warp. D’ailleurs, à ce sujet, savoir le garçon Nous sommes en 1957 et le jeune Enrico Rava signé sur Domino Records (écurie anglaise de vient de subir le choc qui décidera de sa vie Franz Ferdinand et de Hot Chip, notamment) d’artiste  : il sort du concert de Miles Davis a contribué (également) à la curiosité tant qu’il vient de découvrir sur scène avec ce label reste majoritairement insulaire. une seule idée, celle de jouer lui aussi de la Quoi qu’il en soit, ce n’est certes pas pour trompette. En suivant sa voie, il ira d’abord le folklore lapon que l’affaire a été conclue. en Argentine (où il jouera avec Gato Barbieri), Loin de là. puis à New York où il passera huit ans. Multi-instrumentiste, le trentenaire a Sa carrière est lancée. méthodiquement conçu son disque à la Il partagera la scène avec ses congénères maison, allant même jusqu’à recruter sa Joe Henderson ou John Abercrombie, mais compagne Sonja Immonen pour assurer aussi avec des aînés tel Lee Konitz, de jeunes certaines voix. Hormis ce touchant détail premiers (Michel Petrucciani) et quelques domestique, on devine le soin apporté à benjamins (Pat Metheny, Richard Galliano). cette entreprise et rares sont de nos jours les Son jeu de trompette sait se faire cajoleur ou œuvres clairement pensées « à l’ancienne » flamboyant, et il a régulièrement intégré à ses (face A, face B, ouverture, conclusion…). C’est à groupes successifs des saxophonistes. se demander si la presse spécialisée n’était En invitant le bouillant Stefano Di Battista pas obnubilée par un détail biographique  : avec son quartet, Rava réunit deux courants Jaako Eino Kalevi était conducteur d’un jazz indomptable et s’approprie avec ses de tramway à Helsinki tel un héros compatriotes – le quartet est 100% italien – d’Aki Kaurismäki. Bref. une forme musicale entre free jazz racé et Storytelling mis à part, l’essentiel réside néo hard bop. indubitablement au cœur de ces dix On pourrait presque avancer que Di Battista morceaux naviguant dans un éther a conservé de son passé de musicien de banda rétrofuturiste sans sombrer un seul instant la fougue et le côté bateleur. On attend les dans la caricature ou l’exercice de style. étincelles quand les deux hommes entrent Cette espèce de pop rêveuse, souvent en présence l’un de l’autre, le quartet derrière en apesanteur, multiplie les couches pour souffler sur les braises. Rencontre synthétiques avec un raffinement d’orfèvre. au sommet annoncée. JR Si quelques pistes évoquent une atmosphère à la Michael Mann, c’est au mythe canadien Lewis Balou que l’on songe. Soit la grande classe. MAB Winter Camp Festival #4 Jaako Eino Kalevi + Sean Nicholas Savage, vendredi 11 décembre, 19 h 30,i.Boat. www.iboat.eu Harley Weir Enrico Rava New Quartet & Stefano Di Battista, vendredi 11 décembre, 19h, Auditorium,salle Dutilleux. www.opera-bordeaux.com Stefano Di Battista - D. R.
GLOIRE LOCALE par Guillaume Gwardeath Textes francs, voix chaudes, instrus riches. Nouvel album et succès national indéniable pour Odezenne à la une de Tsugi comme des Inrocks. Et quand Bordeaux attend leur prochain live, le chanteur Alix propose carrément un festival. BOUCHES À OREILLES Vers Saint-Seurin, Alix, MC du trio, mène la visite  : « On habite tous les trois dans la même maison. Une grande baraque. Chacun un étage. Chacun avec sa meuf. » De retour de leur exil créatif à Berlin, les membres d’Odezenne sont à présent tous bordelais. Alix se souvient très bien de leurs débuts sous le nom d’O2Zen  : « C’était à l’invitation du bar concerts l’Inca. On y a fait trois concerts en avril, mai et juin 2007. C’est ça qui nous a fait dire  : « Allez, on va continuer ! » » Puis ce fut un plateau à la Rock School Barbey, une expédition au Printemps de Bourges et une grosse étape, il y a trois ans, avec une carte blanche au Rocher de Palmer. « J’avais invité des potes – Grems, Djedjotronic – pour que les gens en aient pour leur argent. Quand je me suis rendu compte que la salle était pleine et que j’ai vu la ferveur des gens, j’avoue que j’ai un peu halluciné. » À Bordeaux, Odezenne fait carton plein à chaque rencard  : pour Agora, au pied du pont Chaban (« c’était gavé, c’était ouf ») comme pour la soirée de dévernissage de l’exposition Transfert à Castéja (« Ils ont vendu les Carnet de Voyage Une écriture du Monde Lettres du monde vous invite à rencontrer des auteurs de récits de voyages, des peintres, dessinateurs, carnettistes, globe-trotteurs, ethnologues, architectes, musiciens, agronomes, archéologues... 3 jours de voyage assurés ! Du 4 au 6 décembre Marché des Douves, Bordeaux Programme complet sur lettresdumonde33.com aquitaineenscene.fr billets par vagues  : cent tickets par soir, pendant une semaine. Et, à chaque fois, les billets partaient en moins d’une demi-heure. Ça aussi, c’était assez ouf. »). Prochain événement ? Un projet de « festival un peu chiadé », pour lequel Alix a mis le Rocher de Palmer, le Krakatoa, la Rock School Barbey et Rock & Chanson « autour de la table ». « L’idée, c’est de faire un beau retour de résidence pour Odezenne car toutes ces salles nous ont aidés à préparer notre concert à l’Olympia. On ne pouvait pas organiser un concert chez l’un ou chez l’autre, et alimenter les querelles, donc on s’est dit qu’on allait le faire ailleurs. Et quitte à le faire ailleurs, pourquoi ne pas être à l’initiative d’un festival, avec la scène locale, mais pas que ? » Alix nous donne rendez-vous au printemps 2016 en croisant les doigts  : « J’espère que ça va se faire. » Dolziger Str.2 (Tôt ou Tard) www.odezenne.com 150 ÉVÉNEMENTS SOUTENUS PAR LA RÉGION AQUITAINE Mathieu Nieto Visuel Carnet de voyage2016



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :