Journal du Golf n°84 mars 2013
Journal du Golf n°84 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Journal du Golf SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 128

  • Taille du fichier PDF : 37,9 Mo

  • Dans ce numéro :

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Chronique Propos de Nicolas Colsaerts - Photo lionel hahn l’aventure américaine de Nicolas Colsaerts C’est ma première dans Journal du Golf et je suis très excité. Une nouvelle vie commence pour moi depuis maintenant deux mois aux États-Unis. J’ai envie de faire partager cette expérience au maximum, d’expliquer la réalité des choses et que les gens se rendent vraiment compte de la façon dont cela se passe sur le PGA Tour. Les Américains sont très forts pour faire d’une chose banale quelque chose d’hallucinant. On assiste en permanence à un gonflage des choses. Tout prend une telle proportion ! Quand on vient d’où je viens, c’est assez choquant de voir tous ces gens qui font des trucs un peu fous. Ça prend beaucoup de place, ça fait beaucoup de bruit. En fait, c’est totalement différent de l’univers dans lequel je baigne depuis que je suis passé pro. Une ambiance hors du commun J’avais déjà eu un aperçu de l’ambiance américaine lors de la Ryder Cup, mais là, c’est tout de même un petit peu différent. À la Ryder, les gens choisissent un camp, une équipe ou l’autre. J’ai eu l’occasion de découvrir il y a quelques semaines le Phoenix Open. C’est le tournoi qui fait le plus de bruit. Les gradins sont là et les cordes aussi mais les gens sont beaucoup plus présents que sur n’importe quel tournoi que l’on peut jouer ailleurs sur la planète. C’est très verbal, très personnel. Le public te parle directement et c’est difficile de ne pas l’entendre. Il y en a toujours un qui va crier quelque chose plus fort que les autres pour être entendu. Tout le monde cherche à sortir le truc marrant pour faire rire les mille autres personnes qui sont autour. C’est un petit peu déconcentrant, surtout à Phoenix où le public est fortement alcoolisé. C’est très étrange. On se dit : « Ces gens sont juste là pour boire et faire la fête. » Le trou n°16 est ultra impressionnant. Même le mardi où il n’y a personne dans les gradins, on sent que ça monte un peu. Et puis le jour J, ça fait du bruit, le public gueule. Il y a 20 000 personnes, tout tremble, tu te fais huer. Moi j’ai eu deux fois un putt pour birdie. Une fois un petit peu en descente, et quand la balle est partie du putter, je me suis dit : « Mon Dieu, elle va être courte, je vais avoir deux mètres à putter pour le par. » Elle est finalement arrivée juste à côté du trou et j’ai eu un sentiment de délivrance lorsque j’ai vu qu’elle était donnée. Je n’aurais vraiment pas voulu avoir un putt de deux mètres en descente sur ce green-là, car ici si tu fais n’importe quoi, tu te fais hurler dessus, tu te fais littéralement huer. Franchement je trouve que c’est un petit peu trop. C’est marrant mais heureusement que ce n’est qu’une seule fois par an. Des débuts mitigés En dehors de cela, les gens sont très cool. Je pensais qu’ils seraient un petit peu plus rancuniers après la Ryder Cup, mais en fait pas du tout. Ils sont très « sport ». C’est vrai que la Ryder m’a créé un personnage ici, d’autant plus que je jouais contre Tiger et Stricker. Le fait d’avoir gagné ce match-là a sans doute eu plus de poids que si j’avais gagné contre quelqu’un d’autre. Concernant le jeu, mes deux premières semaines n’étaient pas terribles, tout simplement car j’ai besoin d’un petit peu de temps pour m’adapter. Tout est différent ici, y compris la nourriture. Et puis, j’ai l’impression de ne pas avoir grand-chose à faire. C’est plus difficile de tuer le temps. Mais ce n’est pas une question de qualité de jeu, je dois tout simplement me sentir à l’aise. Quand on vient juste jouer les WGC ou les Majeurs pendant quelques semaines avant de rentrer en Europe, ce n’est pas pareil. Là, j’ai vraiment eu le sentiment de partir et de laisser quelque chose derrière. La gestion du calendrier est aussi importante. J’ai joué deux semaines puis j’ai fait un break d’une semaine avant de recommencer. C’est comme s’il n’y avait pas eu de pause. À mon avis, ce n’est pas la solution, donc j’ai déjà fait une petite modification à mon calendrier pour essayer de faire une série de semaines avant de faire une vraie pause de huit ou quinze jours. Des petits soucis de matériel J’ai eu quelques petits problèmes avec mon bois 3. On a un petit peu chipoté au loft et je faisais des coups que je n’avais pas trop l’habitude de faire. Mes bons coups sont vraiment très performants, mais les moins bons sont pires qu’avant, donc c’est pour ça que j’ai passé un petit peu plus de temps que d’habitude là-dessus. Depuis que je suis arrivé, j’essaie beaucoup de matériel, mais je me rends compte qu’on a peut-être déjà passé un petit peu trop de temps la-dessus. J’ai testé ce nouveau matériel pendant deux ou trois semaines et, finalement, dans mon sac j’ai toujours les mêmes clubs que ces trois dernières années. Mais c’est toujours très enrichissant de passer du temps avec les gens de chez Callaway et avec Roger Cleveland qui est une sommité dans notre sport. Dave Stockton et le petit jeu Dave est là dans la majorité des tournois, on discute beaucoup. Il avait d’ailleurs gagné à Los Angeles dans les années 70. J’ai vu une photo de lui dans le vestiaire, avec un pantalon à carreaux « pattes d’eph » et une coupe de chanteur de rock. Forcément, j’ai pas pu m’empêcher de me moquer de lui. Concernant le jeu, il est très utile, il ajoute sa petite touche sur ces parcours et ces greens qu’il connaît très bien. Le grain des greens joue ici beaucoup plus que chez nous. Ce sont des choses qu’il faut savoir et pour lesquelles Dave est très utile. Ma rencontre avec Jack Nicklaus Je suis désormais membre de son club. Il y avait la possibilité que je l’y rencontre mais ça ne s’est pas fait. Et puis un jour, je suis là-bas avec un ami pour jouer. Je suis dans le vestiaire et j’entends la voix de Jack dans le couloir. C’était marrant de le rencontrer de cette façon-là. On a discuté cinq minutes. Il est étonnamment beaucoup plus petit que je ne le pensais. Ce type a l’air adorable, mais il sait ce qu’il veut. Il fait partie des très grands de ce jeu avec Arnold Palmer ou Gary Player. C’était intimidant. C’est le genre de moment où il vaut mieux se taire et laisser l’encyclopédie que l’on a en face de soi mener la discussion. Tu lances des sujets et tu vois ce qu’il te donne. C’est étonnant car ce genre de type est sans doute beaucoup plus ouvert aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 20 ans. Bientôt le Masters ! Pour moi, c’est un petit peu comme la Ryder. Avant d’y aller, je ne sais pas quoi imaginer. Je serai subjugué par la beauté de l’endroit, c’est certain. Je suis aussi curieux de voir comment je vais pouvoir utiliser les armes de mon jeu sur ce parcours. Il demande beaucoup de connaissances, on le sait. Je vais y aller un jour ou deux dans quelques semaines pour découvrir l’endroit. Comme il n’y a qu’un seul premier Masters dans ta vie, autant essayer de faire durer ça le plus longtemps possible. J’ai hâte de découvrir l’endroit. Il y a des trous mythiques. Cela fait déjà quelques semaines que je passe ma vie sur internet à regarder des vidéos d’Augusta. C’est clair que quand je vais rentrer pour la première fois avec ma voiture, j’aurai le cœur qui battra très fort. En tout cas je suis très impatient, j’ai trente ans et je rêve d’y aller depuis mes douze ans. Je pense que j’ai assez attendu. Il est temps que j’y aille ! 8
LANE PLUS FORTS SONT LES MUSCLES. PLUS FACILES SONT LES OBSTACLES. OPTIMUM est la dernière innovation de SLENDERTONE, destinée à améliorer votre pratique sportive. Pour pouvoir prendre encore plus de plaisir et progresser dans votre sport, Slendertone Optimum prend tout particulièrement soin de vos muscles et en optimise les performances grâce à sa technologie d’électrostimulation. Avec ses 23 programmes vous pourrez et après l’entraînement. www.slendertone.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 1Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 2-3Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 4-5Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 6-7Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 8-9Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 10-11Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 12-13Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 14-15Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 16-17Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 18-19Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 20-21Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 22-23Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 24-25Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 26-27Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 28-29Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 30-31Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 32-33Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 34-35Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 36-37Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 38-39Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 40-41Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 42-43Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 44-45Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 46-47Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 48-49Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 50-51Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 52-53Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 54-55Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 56-57Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 58-59Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 60-61Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 62-63Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 64-65Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 66-67Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 68-69Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 70-71Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 72-73Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 74-75Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 76-77Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 78-79Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 80-81Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 82-83Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 84-85Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 86-87Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 88-89Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 90-91Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 92-93Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 94-95Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 96-97Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 98-99Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 100-101Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 102-103Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 104-105Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 106-107Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 108-109Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 110-111Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 112-113Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 114-115Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 116-117Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 118-119Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 120-121Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 122-123Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 124-125Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 126-127Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 128