Journal du Golf n°84 mars 2013
Journal du Golf n°84 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Journal du Golf SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 128

  • Taille du fichier PDF : 37,9 Mo

  • Dans ce numéro :

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Portrait L’envie « L’idée d’arrêter m’a traversé l’esprit. Mais jouer, comme à l’Australian Masters en 2009, devant 20 000 personnes, c’est trop bon et je veux revivre ça ! Le plaisir de jouer, c’est surtout quand tu joues en compétition. Mais je ne sais pas trop quand je pourrai jouer cette année, c’est un gros problème. Et c’est encore plus dur de se motiver avec la météo parisienne, même si c’est moins pire que dans certains pays frontaliers (rire taquin)… Quand je ne descends pas à Cannes pour m’entraîner, je tape des balles à Paris. Je fais du 10 h-16 heures, plus une séance de cardio. Ça suffirait pour revenir sur le Tour, voire s’y imposer. Pour le top 50 mondial évidemment, rester sur Paris ne serait pas possible. L’idéal serait de passer les trois mois d’hiver à Dubaï, c’est le top, là-bas. » Le Challenge Tour « Heureusement, il y a sur ce circuit une super ambiance entre Français. En 2003, on n’était qu’une poignée, avec Jean-François Lucquin, notamment. Aujourd’hui, nous sommes une quinzaine et ça bosse plus dur qu’avant. Pas forcément mieux. Mais plus. Ce n’est pas dur de faire des top 10 sur le Challenge Tour. Mais pour gagner, c’est une autre histoire. Comme seules les trois premières places payent vraiment, les mecs jouent ultra-agressif ! Sur cent mecs qui suivent ce raisonnement, vingt vont bien driver, dix vont bien putter et cinq auront de la chance. Ça fait une demi-douzaine de joueurs à -20 chaque semaine, donc il est compliqué d’accrocher un podium. Sur les quelques invitations dont je bénéficierai, il faudra que je sois très bon. Si je veux goûter à nouveau au Tour européen, pas le choix ! » EPD Tour/Alps Tour « D’ici début mai, j’essaierai de jouer un maximum de tournois sur ces circuits satellites, principalement au Maroc. Les parcours y sont à chaque fois très bons, comme à Mogador, et l’organisation carrée. Ça me ferait une très bonne préparation pour le Challenge Tour, qui ne commence vraiment qu’au mois d’avril. » Les amis du Tour « Hormis un message récent de Grégory Havret, qui s’entraîne également avec Benoît Ducoulombier, je n’ai pas de nouvelles des autres Français du Tour. Je n’en attendais pas, donc pas de problème. On joue un sport individuel, après tout. Chacun fait son chemin, ce qui ne m’empêchera pas de tous les retrouver avec plaisir, quand je reviendrai sur le Tour. Mes amis, je les connais et je les ai régulièrement au téléphone. Avec Jean-François Lucquin, on s’appelle souvent, quand on a envie de déprimer (rires). Comme moi, il n’est pas dans une super situation. » Benoît Ducoulombier : « comme un animal malade » « Pendant trois ans sur le Tour, j’ai observé sa dégringolade. Et ça m’a fait de la peine. En faisant appel à moi, mi-juillet dernier, c’était comme un appel au secours. Ce garçon a un réel talent, et nous ne passerons qu’une dizaine de jours par an ensemble en individuel, plus une dizaine d’autres en groupe. J’étais effectivement très étonné de le voir dégripper ainsi. Du fait de son anxiété, il se ronge les ongles au point de s’en meurtrir, ce qui l’empêche de serrer la canne. Car avec plus de pression dans les mains, son swing est parfait ! J’écouterai son discours et ses envies, mais je ne lui ferai aucune concession. Quand on va chez le docteur, ce n’est pas le patient qui décide du traitement. En fait, je serai comme un vétérinaire avec un animal malade. La bête, elle, ne cherche jamais à expliquer ses maux à celui qui la soigne ! Il pourra me dire ce qu’il veut sur son passé, c’est moi qui impose le diagnostic et les remèdes. En tapant droit, sa confiance va peu à peu revenir et ses angoisses vont disparaître. Ses deux années de chute ont laissé des traces, évidemment, mais je le trouve assez fort. Prendre autant de claques et réussir à y retourner, c’est rassurant sur son état d’esprit. Pour autant, impossible de dire si François s’en sortira, malgré son intelligence de jeu, car il n’a encore jamais gagné chez les pros. À lui maintenant de faire son boulot : scorer. » Retour de force « Je swingue mieux, donc je peux accélérer davantage le swing. Avec Benoît, on s’est aperçus que je ne décidais pas de l’intensité du coup, avant de le jouer. On a corrigé cela, car l’an dernier, je me faisais overdriver par des gars à qui je collais vingt mètres par le passé... J’utilise un manche très raide, qui nécessite un engagement à 100%. C’est donc comme cela que je dois jouer mes mises en jeu, et cela commence à sentir bon ! Car au lieu d’être dans les bois à 260 mètres, je me retrouve sur le fairway à 290 mètres. Ça change la vie et ta façon d’aborder les parcours, car tu perds moins de temps et d’énergie à batailler pour sauver le par, et les occasions de birdies sont plus nombreuses. » Pas le seul à galérer « Voir des Oliver Wilson ou Nick Dougherty perdre également leurs droits de jeu ne me réconforte pas. D’autant plus que ce sont des gars que j’apprécie. Mais qu’ils soient 1000e mondiaux ou numéros 1, je m’en fiche : c’est ma position qui m’intéresse. Depuis Ian Baker-Finch et David Duval (vainqueurs du British Open, respectivement en 1991 et 2001,ndlr), on sait tous que perdre son golf peut arriver. Je ne me compare pas à ces vainqueurs de Grand Chelem, bien sûr. Mais prenez l’exemple de Lee Westwood qui est tombé très bas après avoir gagné l’ordre du mérite, avant de passer numéro 2 mondial… J’ai les capacités techniques pour remonter, je l’ai déjà fait sans trop m’investir à l’entraînement. Tout dépend de moi, désormais, de la qualité de mon travail et de ma motivation en arrivant en tournoi. Il faut que ça le fasse, car je ne vais quand même pas passer ma vie sur l’Alps ou le Challenge Tour ! » 40
CONCUS EXCLUSIVEMENT POUR LES FEMMES Conçus exclusivement pour les femmes qui ont un swing plus lent, les clubs Serene possèdent une technologie qui vous aidera à envoyer les balles plus loin et plus droit. Avec le Driver et les bois de parcours vous découvrirez de nouvelles distances grâce à des vols de balles plus hauts et plus longs. Également notre combinaison fers/hybrides vous permettra d’être plus longue sur chaque club. Ajoutez-y notre Sur Mesure Ping, leader de l’industrie dans ce domaine et vous taperez la balle plus loin et plus droit que jamais auparavant. POUR PLUS DE DETAILS SUR LA SERIE SERENE, RENDEZ VOUS CHEZ UN REVENDEUR SPECIALISTE PING OU SUR PING.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 1Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 2-3Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 4-5Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 6-7Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 8-9Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 10-11Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 12-13Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 14-15Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 16-17Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 18-19Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 20-21Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 22-23Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 24-25Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 26-27Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 28-29Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 30-31Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 32-33Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 34-35Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 36-37Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 38-39Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 40-41Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 42-43Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 44-45Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 46-47Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 48-49Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 50-51Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 52-53Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 54-55Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 56-57Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 58-59Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 60-61Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 62-63Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 64-65Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 66-67Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 68-69Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 70-71Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 72-73Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 74-75Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 76-77Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 78-79Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 80-81Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 82-83Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 84-85Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 86-87Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 88-89Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 90-91Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 92-93Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 94-95Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 96-97Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 98-99Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 100-101Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 102-103Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 104-105Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 106-107Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 108-109Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 110-111Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 112-113Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 114-115Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 116-117Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 118-119Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 120-121Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 122-123Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 124-125Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 126-127Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 128