Journal du Golf n°84 mars 2013
Journal du Golf n°84 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Journal du Golf SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 128

  • Taille du fichier PDF : 37,9 Mo

  • Dans ce numéro :

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 126 - 127  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
126 127
Chronique Marions-les ! Pierre-Michel Bonnot Journaliste golf et rugby au journal L’équipe Et vous y croyez, vous ? Non, pas à la liaison entre Tiger Woods et la skieuse Lindsay Vonn. Car si quelques cyniques doutaient encore du sérieux de l’idylle entre l’ex-maître du monde en passe de remonter la pente et la dévaleuse de sommets, les hurlements déchirants de cette dernière à la retombée de sa pétrifiante chute de Schladming, ligaments arrachés et plateau tibia fracturé, seraient venus à propos leur clouer le bec. C’est bien connu, en effet, rien n’est plus nocif à la trajectoire d’un champion, un vrai, que les enivrantes diversions de l’amour en ses premiers élans avec un autre champion, un vrai. Et ça fonctionne pour les deux sexes. Sergio Garcia perdu pour le golf après avoir croisé la route de la volcanique Martina Hingis ou Rory McIlroy et Caroline Wozniacki, pareillement déboussolés à l’aube d’une liaison pourtant fort peu secrète, peuvent en témoigner. Déconcentration soudaine, euphorie coupable et galipettes enfiévrées, le jeune bouchercharcutier du coin ou votre inspecteur des impôts, les symptômes sont communs à tous les mortels, nous direz-vous. La différence, c’est que le premier rate rarement son ficelage de paupiettes en mondovision et que le second n’est jamais interviewé après avoir oublié un abattement à votre déclaration d’impôts. Et puis surtout, les histoires d’amours entre champions, des vrais, finissent encore plus mal que les autres, en général. C’est que les champions, les vrais, sont des êtres puissamment nombrilistes, obsessionnels et parfaitement monomaniaques et autant dire tout à fait invivables sauf à avoir fait le sacrifice de toute ambition personnelle. Ce qui ne peut être à long terme le cas de l’autre champion, le vrai, frappé de stupeur amoureuse qui là, tout de suite, est plongé dans l’infini de ses yeux, l’air légèrement crétin, dans la douce lumière de candélabres qui baigne leur table au soir de la Saint-Valentin. Et que ceux qui doutent que le Tigre soit un champion, un vrai, peut-être même le plus grand, et par voie de conséquence, osons le dire, un parfait trou du cul définitivement invivable au quotidien, jettent un œil sur The Big Miss (éditions Golfer One), le livre revanchard que son ancien coach Hank Haney lui a consacré. Ça ne donne pas envie de partir en vacances avec Woods ! Et encore moins de partager une partie de golf avec lui. On sait bien que des milliers d’innocents accepteraient de terminer le restant de leur carrière de golfeur tiraillés entre « yips » cruels et humiliantes « sockets » pour jouer ne serait-ce que neuf trous avec lui, mais si c’est pour qu’il tire la gueule tout du long du parcours et qu’il oublie de payer sa mousse à l’arrivée, merci bien, il vaut mieux jouer avec sa moitié. Ce qui s’entend sans distinction de sexe, bien entendu. Et donc si Woods est bien entiché de Vonn, s’il a envoyé dit-on son jet privé récupérer la malheureuse en Autriche avec plus de célérité que le président des États-Unis expédiant Air Force One évacuer un ambassadeur en danger, s’il leur faudra recoller les morceaux avant même leur première dispute et si ça durera ce que ça durera, on se demande bien ce qu’il fricote par ailleurs avec Rory McIlroy. Parce que, pour revenir à nos champions, vous y croyez-vous à l’amitié Woods- McIlroy ? Franchement, on ne voit pas ce que ça leur apporte ? On veut dire, en dehors des cent millions de dollars promis à McIlroy par leur manufacturier commun et d’une virginité médiatique toute neuve à l’érotomane repenti. D’ailleurs on a beau chercher, on ne voit pas ce que ces deux-là peuvent avoir à partager. En dehors d’un talent immense, d’une authentique soif de dominer le monde et d’une précocité qui a amené Tiger Woods à faire le clown au Bob Hope Show à l’age de deux ans et McIlroy à expédier à neuf des chips dans un tambour de machine à laver sur Ulster télé. En dehors du fait que treize ans les séparent, on n’arrive pas à les imaginer faisant voiture commune pour aller partager la partie en voisins à Palm Beach Garden. D’abord parce que vu la fâcheuse tendance du Tigre à escalader les bouches d’incendie en voiture en sortant de chez lui, on ne saurait trop conseiller à McIlroy de s’y rendre par ses propres moyens ; et puis surtout parce qu’ils vont avoir du mal à se mettre d’accord sur le timing. Le premier a établi un compte à rebours d’une précision comtoise qui le mène du practice au putting green en soixante minutes selon un rituel immuable, quand le second passe directement de son lit au tee du 1 sans même se donner un coup de peigne. Et si Tiger n’a été disqualifié qu’une fois, en junior, parce qu’il y avait un autre Woods engagé et qu’il avait omis de préciser son prénom en demandant son heure de départ, « Rors » n’est pas passé loin du scratch lors de la dernière Ryder Cup. Ça n’a pas empêché leur équipementier de tourner une pub, plutôt poilante, sur le thème du défi au practice. « Eh toi le tout p’tit, tu sais la faire celle-là ? », demande Woods en expédiant une balle dans le gobelet accroché à la tondeuse d’un green keeper. « Pas mal l’ancien ! », réplique l’autre en balançant un drive directement dans la tasse de petit déjeuner d’un pauvre bougre à trois cents mètres de là. Si peu plausible que les deux « amis » n’ont pas réussi à faire emploi du temps commun pour se retrouver à la même date sur le lieu du tournage. On ne voit pas ce que Woods, sphinx hautain d’une décennie triomphale, peut bien gagner à jouer les boute-en-train à contre-emploi. On ne comprend pas bien pourquoi McIlroy qui règne désormais sur le monde avec une souriante autorité se complaît à jouer au petit frère La différence, c’est que le premier rate rarement son ficelage de paupiettes en mondovision et que le second n’est jamais interviewé après avoir oublié un abattement à votre déclaration d’impôts qu’on taquine sur sa taille. On peut se demander si leur fournisseur commun, très probablement à l’origine de cette mascarade, ne fait pas fausse route en jouant sur la corde du brutal coup de foudre amical entre les deux rivaux. Le sport en son sommet se nourrit de duels singuliers, pas de claques dans le dos. Et si Palmer et Nicklaus que plus de dix ans séparent également sont aujourd’hui les meilleurs amis du monde, c’est parce qu’ils se sont déchirés comme des chiens des années durant, pas parce qu’ils ont échangé des risettes au plus fort de leur rivalité. Ou alors… Ou alors c’est que Rors et Tiger sont vraiment amoureux et que leurs liaisons tapageuses avec les deux championnes complices n’est qu’un écran de fumée destiné à brouiller les pistes. Et pourquoi pas ? On avait bien prétendu à l’époque que la liaison entre les stars du tennis Andre Agassi et Steffi Graf avait été fabriquée par leur agent pour dissimuler leur homosexualité. Alors pourquoi pas le schéma inverse ? Allons, allons, on plaisante bien sûr. C’était juste pour voir si vous suiviez. Vous pensez bien que c’est impossible ! D’abord parce qu’il n’y a pas d’homosexuel dans le sport masculin, en tout cas pas dans le golf, ou alors aucun qui ait pensé à le signaler. C’est curieux, mais c’est comme ça. Même dans les années soixante-dix, quand les joueurs donnaient parfois l’impression d’avoir mangé un clown avant de se présenter au départ du British Open en pantalon jaune « PetT » et pull à jacquard criard, il n’en a jamais été question. Mais si ça durera sans doute plus longtemps que l’amitié de carton pâte entre Woods et McIlroy, ça viendra forcément. C’est aussi inéluctable que statistique. Un jour on verra un beau barbu tomber dans les bras d’un vainqueur de Grand Chelem et l’étreindre amoureusement. Et, aussi vrai que voilà les homosexuels autorisés à convoler en justes noces, personne n’y trouvera à redire. Si, si, vous verrez, vous vous y ferez. Mais tout de même, vous avez raison, passés devant monsieur le maire ou pas, il ne faudrait tout de même pas qu’ils en profitent pour essayer de s’inscrire sournoisement à la Coupe des Ménages de votre club. 126



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 1Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 2-3Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 4-5Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 6-7Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 8-9Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 10-11Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 12-13Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 14-15Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 16-17Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 18-19Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 20-21Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 22-23Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 24-25Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 26-27Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 28-29Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 30-31Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 32-33Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 34-35Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 36-37Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 38-39Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 40-41Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 42-43Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 44-45Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 46-47Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 48-49Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 50-51Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 52-53Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 54-55Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 56-57Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 58-59Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 60-61Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 62-63Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 64-65Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 66-67Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 68-69Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 70-71Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 72-73Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 74-75Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 76-77Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 78-79Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 80-81Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 82-83Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 84-85Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 86-87Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 88-89Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 90-91Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 92-93Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 94-95Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 96-97Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 98-99Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 100-101Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 102-103Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 104-105Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 106-107Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 108-109Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 110-111Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 112-113Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 114-115Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 116-117Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 118-119Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 120-121Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 122-123Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 124-125Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 126-127Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 128