Journal du Golf n°84 mars 2013
Journal du Golf n°84 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Journal du Golf SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 128

  • Taille du fichier PDF : 37,9 Mo

  • Dans ce numéro :

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 120 - 121  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
120 121
Zoom sur Texte de ROLAND MACHENAUD - photos DR MAZAGAN RIME avec ENVIRONNEMENT Mazagan, à une heure de Casablanca, est non seulement un lieu de repos et de détente formidable doté d’un des plus beaux parcours de golf du Maroc mais aussi un exemple de développement touristique respectueux de l’environnement. N’ayons pas peur des superlatifs : le golf de Mazagan est un des plus beaux golfs du Maroc ! Non seulement parce que Gary Player y a dessiné, au bord d’une longue plage déserte, un parcours intelligent, complètement intégré dans une nature encore intacte mais aussi parce que la gestion, l’entretien et les équipements du parcours ne souffrent d’aucune critique. Et de plus, les prix sont très corrects pour un 18 trous de ce niveau (en moyenne 50 euros, quand les green fees ne sont pas gratuits parce que compris dans votre forfait !). On retiendra bien sûr des trous soit de toute beauté comme le 6 ou le 7 où l’on découvre la mer ainsi que le 15, un par 3, seul face à l’Atlantique, que le vent peut rendre très compliqué, mais aussi des trous costauds comme le 9 ou le 18 qui clôturent majestueusement l’aller et le retour. L’environnement d’abord Outre de belles photos, vous rapporterez du golf de Mazagan un souvenir ému des greens, rapides aux lignes pas évidentes, mais aussi de la qualité de la moquette des fairways : de manière surprenante, l’architecte a choisi de planter la même herbe sur l’ensemble du parcours. Du paspalum platinum, une herbe à toute épreuve qui s’accommode bien de l’eau saumâtre ou recyclée. Ce signe fort marque la volonté de respecter l’environnement de la part de tous les acteurs de Mazagan, de l’investisseur principal, le tycoon sud-africain Sol Kerzner, à l’employé jardinier en passant par le directeur général Stephan Killinger. Signe de cette politique volontariste : près de 4 000 arbres et palmiers ont été plantés, une station traite les eaux usées, la climatisation est liée à des tours aérofrigérantes modernes, un réseau de récupération de chaleur permet le chauffage des piscines, l’irrigation est assurée par le traitement des eaux usées et les étangs sont formés par les eaux pluviales. Quant au golf lui-même, Terrance, son souriant directeur d’origine canadienne, nous explique comment il se bat avec réussite pour respecter encore plus l’environnement. Nous n’arrosons qu’une fois par semaine ! Journal du Golf : Le golf de Mazagan a choisi une politique volontariste de défense de l’environnement. Quels sont les axes principaux de cette politique ? Terrance Mohamed : Dès le départ, les questions d’environnement ont été au cœur du développement du golf de Mazagan : l’équipe de Kerzner Development, de Gary Player Design et de Troon Golf ont ainsi fait le choix du paspalum platinum TE. Cette herbe mise au point par le docteur Duncan à l’université de Georgia présente un énorme avantage : elle pousse dans des sols pauvres et salins et se satisfait d’eaux saumâtres ou recyclées. Ce choix de paspalum a été d’autant plus arrêté que le resort est situé au bord de la mer et qu’un centre de traitement des eaux usées avait été prévu par les plans de l’architecte. Enfin, cette herbe amasse des substances nutritives pendant de longues périodes, ce qui la rend idéale pour son utilisation dans des sols calcaires et qui réduit beaucoup l’utilisation de pesticides. Comment gérez-vous la politique de l’eau ? Quelle est votre consommation annuelle ? T. M. : 80% de l’eau utilisée sur notre golf provient des eaux usées et traitées de l’hôtel. Le centre de recyclage rejette directement cette eau dans notre étang qui sert de réservoir au parcours. Le reste provient de deux puits. Nos pratiques d’arrosage directement inspirées par les conseils d’agronomie érigés par Troon prônent une irrigation intelligente pour obtenir une qualité suprême du gazon. À Mazagan, cette irrigation est ainsi saisonnière et dépend de l’abondance des pluies hivernales. De façon générale, nous n’utilisons de l’eau que de mars à octobre. Les greens et les départs ne sont arrosés qu’une fois par semaine car le paspalum a aussi un autre avantage : ses racines très, très longues vont chercher l’eau loin dans la terre. Les fairways le sont deux fois par semaine. Le reste du temps, l’arrosage se fait au cas par cas sur le parcours. Pour vous donner une idée, nous utilisons 3 000 mètres cubes d’eau par semaine pour une surface estimée à 34 hectares. Ce n’est pas mal ! Peut on rêver de golf 100% écologique, soit sans arrosage d’eau ordinaire, sans engrais chimiques, sans produits de traitements phytosanitaires ? T. M. : Aussi longtemps que le golfeur exigera des conditions optimales comme des greens rapides et roulants, des fairways immaculés et des parcours sans insectes et sans mauvaises herbes, nous serons dans l’obligation d’utiliser des produits chimiques. 120
Ces vingt dernières années, en tant qu’agronomes, nous avons pris conscience de l’importance des enjeux environnementaux et nous avons réduit de façon drastique l’utilisation des pesticides et des produits chimiques. Ils demeurent cependant indispensables dans l’entretien quotidien des parcours de golf. La première étape importante dans l’élimination ou la réduction des pesticides et des produits chimiques sera le changement de perception que le golfeur peut avoir dans la notion de « perfection » quand on parle de parcours : il devra alors accepter des greens plus lents, des bandes de terrain sans herbe et parfois de la mauvaise herbe ! Avant d’être directeur d’un golf, vous avez fait des études d’agronomie dans votre pays d’origine, le Canada : la vision écologiste nord-américaine est-elle différente de l’européenne, de l’asiatique ou de l’africaine ? T. M. : Difficile pour moi de porter un jugement sur la manière de gérer l’entretien d’un golf en dehors du Maroc ou du Canada. J’ai travaillé dans plusieurs pays, sous différents climats avec des herbes bien variées, j’ai toujours cru en l’établissement de programmes précis et adaptés. Faire pousser de l’herbe est une science, et chaque parcours possède des paramètres différents. Les principes de base restent toutefois identiques : l’étude des sols indique le meilleur engrais à utiliser, les bonnes pratiques pour assurer la pousse optimale de l’herbe choisie et une utilisation intelligente de l’irrigation. Le problème le plus souvent rencontré provient d’un excès d’arrosage et d’une utilisation exagérée de produits chimiques liés au mauvais état de l’herbe. En termes de fréquentation, combien de parties de golf seront jouées cette année à Mazagan ? Comment concilier les exigences de la demande, celles des actionnaires et celles des défenseurs de l’environnement ? T. M. : Notre objectif annuel de fréquentation se situe autour de 13 000 parcours joués. Nous avons bien commencé : janvier qui est un mois creux a accueilli déjà plus de 800 golfeurs. Nous ne cherchons pas la quantité, ceci aide à ne pas « stresser » le parcours et à le conserver en de parfaites conditions toute l’année. Quels sont les premiers conseils en la matière que vous donneriez à un collègue directeur de golf ? T. M. : Je crois que les intendants de golf et les agronomes qui travaillent avec eux ont tous conscience de la nécessité de respecter l’environnement et d’utiliser les produits chimiques et les pesticides seulement quand ils y sont obligés. Les engrais bio ont aussi permis de les réduire en partie : en développant l’activité microbienne dans le sol et en renforçant la santé des graminées, en limitant les dommages causés par les champignons et les insectes à travers les IPM (Integrated Pest Management) et en poussant la mise en place de nouvelles pratiques. D’autant que la crise incite chaque directeur de golf aussi à diminuer les dépenses liées à l’entretien. Enfin, je ne peux que conclure en insistant auprès de mes collègues sur la nécessité absolue de se tenir au courant en permanence de ce qui se fait en matière d’agronomie à travers le monde. Bien connaître son herbe pour avoir le plus beau des parcours, c’est une des leçons répétées tous les jours par Troon, la célèbre entreprise qui gère aussi Mazagan. Informations : www.mazaganbeachresort.com Golf illimité à un tarif imbattable ! Mazagan vient de lancer une offre incroyable : pour tout séjour de 3 nuits en chambre vue océan, vous pouvez golfer en illimité à Mazagan et bénéficier d’un green fee au Royal Golf d’El Jadida. L’offre inclut l’hébergement en chambre Deluxe King/Twin pour 2 adultes et 2 enfants, les petits déjeuners, le golf illimité à Mazagan, un green fee offert au Royal Golf d’El Jadida, un buggy gratuit, trois vouchers avec 50% de réduction sur les soins spa et les transferts aéroport gratuits par navette… Le tarif est de 235 euros par nuit en chambre avec vue océan.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 1Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 2-3Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 4-5Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 6-7Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 8-9Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 10-11Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 12-13Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 14-15Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 16-17Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 18-19Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 20-21Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 22-23Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 24-25Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 26-27Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 28-29Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 30-31Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 32-33Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 34-35Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 36-37Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 38-39Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 40-41Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 42-43Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 44-45Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 46-47Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 48-49Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 50-51Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 52-53Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 54-55Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 56-57Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 58-59Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 60-61Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 62-63Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 64-65Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 66-67Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 68-69Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 70-71Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 72-73Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 74-75Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 76-77Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 78-79Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 80-81Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 82-83Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 84-85Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 86-87Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 88-89Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 90-91Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 92-93Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 94-95Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 96-97Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 98-99Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 100-101Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 102-103Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 104-105Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 106-107Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 108-109Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 110-111Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 112-113Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 114-115Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 116-117Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 118-119Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 120-121Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 122-123Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 124-125Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 126-127Journal du Golf numéro 84 mars 2013 Page 128