Journal du Golf n°81 octobre 2012
Journal du Golf n°81 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°81 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Journal du Golf SAS

  • Format : (260 x 360) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 16,7 Mo

  • Dans ce numéro : Arriba Ochoa, spécial Ryder Cup.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
48 Livres The Big Miss Hank Haney et Tiger woods The Big Miss, le livre de Hank Haney sur ses six ans de collaboration avec Tiger Woods, sortira en français en librairie début novembre. Journal du Golf, partenaire du projet, vous proposera dans ses trois derniers numéros de l’année de larges extraits de ce livre événement. Avec The Big Miss, vous comprendrez pourquoi Tiger Woods est l’un des plus grands joueurs de tous les temps ; le Tigre en quête de la perfection golfique se désintéresse de tout ce qui n’est pas utile à sa réussite. Ce mois-ci, Journal du Golf vous offre le début du livre, qui commence quelques mois après les révélations sur ses frasques extraconjugales. 1. La dernière fois Enfin un moment de vérité Moins d’une heure avant de prendre le départ du dernier tour du Masters 2010, Tiger Woods marche vers l’endroit le plus éloigné de l’immense practice de l’Augusta National Golf Club. Les autres joueurs et les cadets lui lancent un coup d’œil furtif. Une ovation monte des tribunes pleines à craquer tandis que, tout près de lui, les spectateurs les plus bruyants, serrés comme des sardines derrière un cordon de sécurité, hurlent leurs encouragements. « Vas-y, Tiger ! C’est pour toi ! » Peu importe qu’il soit à ce moment-là en disgrâce, peu importe qu’il soit l’objet de moqueries, il reste une icône. Alors qu’il enfile son gant, le poids de tous ces regards, qui me mettent toujours mal à Photo Scott Halleran/Getty/AFP l’aise quand je me déplace avec lui dans un Majeur, est plus lourd que jamais. Tiger est aujourd’hui bien davantage que le plus grand golfeur vivant. Il est celui dont la chute aura été la plus rapide et la plus brutale. Ceux qui le détestent, ceux qui le comprennent, les commentateurs, tout le monde veut voir dans quel état il est. Moi aussi. Il n’est plus le même depuis qu’il est rentré il y a six semaines de la clinique où il a subi un traitement contre l’addiction sexuelle. Il est fragilisé, forcément traumatisé. Mais j’attends de savoir si le joueur a changé, lui. Tiger a toujours su se mettre mentalement dans sa bulle pour aborder un Majeur. Je suis impatient de vérifier qu’il en est encore capable. Est-il toujours Tiger Woods ? Surmonter la terrible épreuve du dimanche est ce qu’il a toujours réussi le mieux. Mais cette fois, c’est comme un couperet. Tiger est troisième, quatre coups derrière Lee Westwood et trois derrière Phil Mickelson. Il ne l’a pas formulé ainsi, d’ailleurs il n’a quasiment rien dit de toute la semaine, mais il sait qu’une bonne carte peut lui permettre de regagner le respect qu’il a perdu. On murmure même qu’une victoire aurait plus d’impact que celle de l’US Open 2008, à Torrey Pines, quand il a gagné sur une jambe après une opération du genou. Terminer
premier ici pourrait être légitimement considéré comme le retour le plus spectaculaire de l’histoire du golf. Ce serait une sorte de rédemption, un objectif qui paraît tout à coup bien plus important que de battre un jour le record de 18 victoires en Majeurs établi par Jack Nicklaus. Ça y est, c’est l’heure. Pour Tiger, l’échauffement du dimanche est traditionnellement un petit chef-d’œuvre, particulièrement quand il est à la bagarre. Après trois tours solides, il atteint généralement une maîtrise absolue et, dans un mélange d’adrénaline et de concentration, il peut aller au bout sans rater un coup. Bien que j’aie vu Tiger taper des milliers de balles, je ressens toujours une sorte de frisson à l’observer de près quand il est en pleine possession de ses moyens. Il débute son swing dans le calme et la sérénité à l’adresse, le poursuit en rassemblant toute sa puissance, sans effort apparent, et l’achève dans une explosion parfaitement coordonnée, caractéristique des athlètes hors norme, savant dosage de vitesse et de contrôle. La balle semble être cueillie plus que frappée. Quand il se relâche dans sa position d’équilibre finale, le regard fixé sur la balle qui vole, son visage exprime un sentiment d’apaisement tout à fait unique. Mais quelque chose ne va pas. Après plusieurs balles, je trouve Tiger étonnamment détaché. Il ne prend pas assez de temps entre les swings, regarde à peine où va la balle, lâche parfois une main du club avant la fin de son geste. On n’entend pas le son à la fois soyeux et sec de l’impact qui signe depuis des années sa supériorité sur les autres joueurs. Cet échauffement est épouvantable, comme s’il avait déjà renoncé. À part quelques grimaces de dépit à peine perceptibles, son visage reste d’une impavidité presque sinistre. Je me tiens à 3 mètres derrière lui, dans l’alignement de son swing, vérifiant que son shaft (manche,ndt) ne sorte pas de la ligne ni que sa tête bouge, évaluant le vol de sa balle, hésitant surtout entre dire quelque chose ou continuer de me taire. En ma qualité de coach, c’est ce que j’ai fait ces six dernières années à l’occasion d’innombrables séances d’entraînement. Mais ce jour-là, il fait comme si je n’étais pas là. J’essaye d’accrocher son regard, de percevoir les mots qu’il marmonne, histoire de justifier notre collaboration. Je n’obtiens rien. Depuis qu’il s’est levé de table après son repas au club-house, il est passé en mode glacial, celui qui lui permet habituellement de laisser n’importe qui dans l’expectative, y compris un proche. C’est à peine croyable mais, à cet instant précis, Tiger m’ignore. C’est le tarif. J’ai été initié à cela, dès ma deuxième séance de travail avec lui sur le practice du parcours d’Isleworth, en mars 2004. Il m’avait battu froid. Ça recommence. Tiger ne répond jamais aux subordonnés qui lui demandent si quelque chose ne va pas, encore moins s’ils sont en faute. Keith Kleven, qui fut longtemps son entraîneur, paniquait tout le temps à l’idée que Tiger pouvait être en colère contre lui. Plutôt que d’y voir une preuve de loyauté, Tiger prenait cela pour de la faiblesse. Dans son monde de héros testostéronés et de militaires endurcis, c’est inacceptable. Pourtant, il n’a jamais agi ainsi dans un Majeur quand il était en bonne position. Je ne réussis pas à savoir ce qu’il pense. Ma meilleure hypothèse, c’est qu’il a été rattrapé dans la nuit par la conscience, à la vue du tableau des scores, que la victoire était presque hors de portée. Il est peut-être aussi en train de me faire comprendre, avec une sourde agressivité, qu’il n’est pas satisfait du swing que je lui ai donné cette semaine. Son comportement trous entre terre et mer O MAHA BEACH GOLF - HÔTEL - SPA Escapade en Normandie ! Forfait comprenant la chambre, le petit-déjeuner et un green-fee 18 trous (parcours au choix), Hôtel MERCURE à partir de 96,00 € (Par personne sur la base d’une chambre double), Hôtel IBIS à partir de 75,00 € (Par personne sur la base d’une chambre double). (Tarifs « Groupes « et « Journées entreprises « nous consulter) Pour tous renseignements : +33 (0)2 31 22 44 44 pourrait également être dû à la blessure chronique de son genou gauche ou de toute autre partie de son corps, mais il ne s’est pas plaint une seule fois depuis le début de la semaine. Finalement, l’explication à sa froideur est probablement plus simple : il est en train de me virer en fuyant la confrontation, d’une façon qui s’apparente davantage à une rupture amoureuse qu’à une séparation professionnelle. Quoi qu’il arrive, j’ai compris une chose : il ne donnera aucune explication. journaldugolf.fr octobre 2012 Il faut regarder les choses en face. Tiger est Tiger, dans toute sa complexité. Mon job, c’est de m’adapter à son comportement pour trouver le moyen d’obtenir le meilleur de lui. C’est bien plus compliqué que ce que les gens pensent. Cela s’avère beaucoup plus dur que je ne l’imaginais moi-même. Et depuis qu’il est rentré du Mississippi, après être sorti de l’établissement au sein duquel il a suivi une douloureuse psychothérapie introspective, c’est encore plus difficile. Il joue le Masters après la préparation la plus courte, la plus chaotique et la plus minable qu’on ait jamais vue avant un Majeur. Cinq jours avant le premier tour, son jeu était tellement en lambeaux que j’ai été obligé de lui suggérer de raccourcir le geste de son swing. Cela le pénalise en distance et en contrôle mais cela lui permet au moins d’atténuer les défauts de ses coups. C’est à cela que j’ai consacré le plus clair de mon temps. Tout le monde pense que Tiger est un risque-tout, qu’il cherche à jouer les coups les plus difficiles, insensible à la peur. C’est une image fausse. Tiger est, plus que tout, un golfeur qui calcule, joue avec les statistiques et fait en sorte de toujours égarer sa balle du côté le plus sûr. Ce qu’il exècre par-dessus tout, ce sont les erreurs qui entraînent des bogeys ou pire que ça, qui ruinent la dynamique et la confiance : les mauvais drives qui vous valent des coups de pénalité, les approches approximatives qui ne laissent aucune chance de sauver le par, et les petits putts manqués d’un rien. Des bévues qui font grimper le score d’un tour et laissent entendre en fin de journée, dans la bouche des joueurs professionnels ou des cadets, la complainte des « gros ratages ». C’est en grande partie en évitant les « gros ratages » que Ben Hogan et Jack Nicklaus sont devenus d’immenses champions. C’est ce style-là que Tiger a toujours voulu imiter. Jusqu’à récemment, sa vie entière semblait à l’abri des « gros ratages ». Mais les choses changent. Tiger est arrivé à Augusta avec un jeu moins puissant, moins complet et donc moins susceptible de lui garantir des scores bas. Cela a malgré tout suffi pour lui permettre de signer des cartes solides de 68, 70 et 70, et de rester dans la course à la victoire. avec Extrait du livre : Mes années à coacher Tiger Woods - The Big Miss de Hank Haney. 2012 GolferOne - Tous droits réservé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 1Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 2-3Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 4-5Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 6-7Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 8-9Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 10-11Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 12-13Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 14-15Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 16-17Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 18-19Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 20-21Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 22-23Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 24-25Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 26-27Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 28-29Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 30-31Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 32-33Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 34-35Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 36-37Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 38-39Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 40-41Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 42-43Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 44-45Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 46-47Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 48-49Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 50-51Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 52-53Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 54-55Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 56-57Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 58-59Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 60-61Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 62-63Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 64-65Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 66-67Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 68-69Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 70-71Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 72-73Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 74-75Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 76-77Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 78-79Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 80-81Journal du Golf numéro 81 octobre 2012 Page 82