Jour de France n°50 mai 2015
Jour de France n°50 mai 2015
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°50 de mai 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 59 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Pierre et Nathalie Pernaut... un bonheur de couple.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
patrimoine Le château de Bagneux La duchesse de Saumur En faisant l’acquisition il y a dix ans du château de Bagneux, dans le Val-de-Loire, Jean-Luc et Florence Goupil de Bouillé ont réhabilité leurs ancêtres, chassés de la région trois cents ans plus tôt. 66 JOUR DE FRANCE Pour Jean-Luc et Florence Goupil de Bouillé, les châteaux sont l’histoire de leur vie. Il y a encore dix ans, le couple était propriétaire du château des Réaux, un héritage entré dans la famille à la fin du XIXe siècle, où ils organisaient des visites touristiques et géraient des chambres d’hôtes. Alors qu’ils songent à arrêter leur activité au début des années 2000, pour se consacrer à leur famille, un riche homme d’affaires ukrainien séjourne aux Réaux et propose de reprendre le flambeau. Monsieur et Madame Goupil de Bouillé vendent le château des Réaux en 2005, une page se tourne. Une nouvelle aventure débute alors. Le couple fait l’acquisition du château de Bagneux, dans un ancien petit village, rattaché à Saumur au début des années 1970. Le domaine est en ruines. C’est un travail de longue haleine qui attend les jeunes retraités avant de pouvoir profiter de la beauté des lieux avec leur grande famille. Le château de Bagneux est un lieu chargé de souvenirs, symbole de la disgrâce de leurs ancêtres trois siècles auparavant. En 1771, René Louis Goupil de Bouillé, receveur des tailles et des octrois de Saumur de son état, est chassé de la petite ville de Bagneux. C’est le maire de la commune, propriétaire du château où il siège en tant que juge, qui est l’instigateur de cet exil. Le procès s’éternise pendant une cinquantaine d’années, mais René-Louis Goupil de Bouillé n’obtient jamais gain de cause. Banni, il s’installe à Paris où il est vraisemblablement exécuté pendant les heures sombres de la Révolution française. Son frère, François, ancêtre de Jean-Luc Goupil de Bouillé, s’isole dans le canton de Bourgueil. Trois cents ans après ce procès, Jean-Luc et Florence ont pris leur revanche sur l’histoire…
Les Goupil de Bouillé réhabilitent le château de leurs ancêtres C’est en toute intimité que les châtelains profitent de leur famille. Le château de Bagneux abrite des fondations troglodytiques datées du IV e siècle : les habitants vivaient à l’époque dans les caves toujours intactes, entourées de remparts pour se protéger des Vikings qui remontaient la Loire. Bagneux vient du latin « balneus », « les bains », ce qui laisse supposer qu’une ancienne villa romaine aurait été construite sur les caves troglodytes. D’ailleurs en France, plusieurs châteaux se nomment Bagneux. Des agrandissements notoires sont effectués aux XV e et XVI e siècles, avec la construction de la salle des seigneurs, des salons et dépendances. Les objets et documents témoignant de ce passé sont conservés non loin, au château de Saumur et aux archives municipales. Jean-Luc et Florence Goupil de Bouillé ont aménagé leur nouvelle demeure avec des meubles de famille, clin d’œil encore une fois à l’héritage ancestral. À Bagneux, c’est dans un cadre strictement privé de 600m 2 habitables que les châtelains profitent de leurs trois enfants et onze petits-enfants. Au programme, lecture au coin du feu dans le salon, goûter dans la vieille cuisine aux murs de pierre, et, quand les beaux jours arrivent, les trois générations partent se promener dans le grand parc du domaine, classé au titre des sites pittoresques. Ils y croisent parfois à tout hasard un sanglier, un chevreuil ou un blaireau. Quand l’agitation retombe, Florence Goupil de Bouillé s’assied à son bureau, où elle se consacre à ses correspondances. Bagneux a retrouvé toute sa douceur de vivre. Mélissa Bellouti Photos : Fanny Basterreix Dans toutes les pièces de Bagneux, des meubles de famille. Les châteaux lui disent merci Florence Goupil de Bouillé a consacré vingt-cinq ans de sa vie à la présidence de l’association Route de la Vallée des Rois. Grâce à sa passion et sa détermination, des petits châteaux ont pu ouvrir leurs portes aux touristes, tandis que d’autres ont vu leur nombre de visiteurs s’accroître. Grâce à un système de parrainage, les grands châteaux ont soutenu les petits, et aujourd’hui ils sont 71 domaines à faire partie de l’association. En 2008, Amaury de Louvencourt, propriétaire du château de Montpoupon, a pris la succession de Florence Goupil de Bouillé. JOUR DE FRANCE 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 1Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 2-3Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 4-5Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 6-7Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 8-9Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 10-11Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 12-13Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 14-15Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 16-17Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 18-19Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 20-21Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 22-23Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 24-25Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 26-27Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 28-29Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 30-31Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 32-33Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 34-35Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 36-37Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 38-39Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 40-41Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 42-43Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 44-45Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 46-47Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 48-49Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 50-51Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 52-53Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 54-55Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 56-57Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 58-59Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 60-61Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 62-63Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 64-65Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 66-67Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 68-69Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 70-71Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 72-73Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 74-75Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 76-77Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 78-79Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 80-81Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 82-83Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 84-85Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 86-87Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 88-89Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 90-91Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 92-93Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 94-95Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 96-97Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 98-99Jour de France numéro 50 mai 2015 Page 100