Jour de France n°26 mai 2013
Jour de France n°26 mai 2013
  • Prix facial : 2,90 €

  • Parution : n°26 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 54,2 Mo

  • Dans ce numéro : Daniela Lumbroso, la secrète.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
JOUR DE FRANCE La nouvelle Star SophieTith « Protéger ma vie privée » Christophe Guibbaud Abaca Press/D8 24 interview Elle n’a que seize ans et c’est pourtant elle qui vient de remporter le titre si convoité de « Nouvelle Star » sur D8. Pas encore le bac en poche mais avec la tête solidement sur les épaules, elle a subjugué jury et spectateurs avec ses reprises puissantes et audacieuses des plus grands standards de la chanson. Retenez bien son prénom, vous n’avez pas fini de l’entendre.
Comment vous sentez-vous après votre victoire ? C’est un petit peu redescendu. C’est plutôt cool pour le moment. J’ai eu le temps de me reposer en rentrant chez moi un week-end. Honnêtement, lorsque je me suis inscrite à la « Nouvelle Star » et que l’on me parlait de cette maison de disque, je pensais que la personne qui allait gagner serait à fond tout le temps et qu’elle allait courir partout tout le temps. En réalité, c’est beaucoup plus posé. Pour le moment en tout cas… (rires) Les médias et le public vous donnaient comme favorite. Etait-ce acquis dans votre esprit ou une pression supplémentaire ? Non, ça n’était pas du tout acquis ! Nous avions un contact avec les réseaux sociaux et l’on pouvait donc regarder ce qu’il se disait sur nous. J’avais lu que j’étais donnée comme favorite, mais à vrai dire je n’y pensais pas trop parce que cela rajoutait une pression absolument pas nécessaire. Quand Cyril Hanouna a annoncé mon prénom, honnêtement, c’est allé très vite. J’étais en train de parler à Florian en fait, et j’ai entendu mon nom. Il me dit : « C’est toi ! Réveille-toi, fais quelque chose ! » (rires). Aviez-vous un bon contact avec le jury ? On ne voyait pas tout le temps les membres du jury. On ne les voyait que le mardi soir et après le prime. C’est vrai, on a tout de suite bien parlé. Les autres candidats et moi, on a tout de suite eu un bon feeling avec eux. Personnellement, je m’entends bien avec les quatre. Je me retrouve un petit peu dans chacun. C’est assez amusant d’ailleurs. Est-ce qu’ils vous ont aidé par leurs conseils ? Oui bien sûr. Par exemple, lorsqu’Olivier Bas m’a dit : « Tu n’es pas dans la chanson, on dirait que tu t’en fiches d’être là », et bien ça m’a beaucoup aidée parce qu’après j’ai fait des prestations où j’étais réellement dedans, où j’étais vraiment dans la peau de l’auteur. Christophe Guibbaud Abaca Press/D8 Vous attaquer à des monstres sacrés comme Alain Bashung ou David Bowie ne vous faisait pas peur ? Ah si carrément ! Je me suis dit que quitte à ce que cela soit la dernière émission autant que je me donne à fond et que je prenne le plus de risques. Bon, après, je me suis un peu raté sur quelques chansons. J’ai fait plein de fausses notes sur « Fireworks » de Katy Perry et c’était atroce quand j’ai revu ça. Sur David Bowie, j’ai fait un yaourt immonde et pourtant je n’en fais jamais d’habitude, parce je n’aime pas ça. Mais là c’était l’instinct de survie, et du coup c’est sorti tout seul et c’était un peu n’importe quoi ! Vos chansons étaient-elles imposées ? Non, on ne m’imposait rien du tout. C’est une question qui est revenue souvent. On doit faire un choix entre des chansons mais elles se rapprochent un minimum de ce que nous aimons écouter. Après, c’est vrai qu’ils aiment nous rajouter des morceaux que nous ne sommes pas habitués à chanter, qui ne sont pas du tout dans notre univers. Quel est le répertoire où vous vous sentez le plus à l’aise, et celui que vous aimeriez développer dans votre premier album ? Quand je chante, je suis très à l’aise dans les registres avec une tonalité basse. Je me retrouve bien dans tout ce qui est jazz, dans des ambiances musicales posées. Mais c’est vrai aussi que j’adore faire la folle sur scène ! En temps normal, je suis quand même quelqu’un d’assez speed. Je me vois bien dans quelque chose de très rock avec des petites sonorités jazz. On peut faire des mélanges de fou. J’aime un peu tout, c’est mon problème (rires). J’aime tellement de choses que c’est difficile pour le moment de savoir où je veux aller. En tout interview cas, je vais essayer de rester dans ce que j’aime et de ne pas trop m’éloigner. Le rap ou la variété, ce n’est vraiment pas mon truc ! Vous n’avez que seize ans. N’est-ce pas un peu jeune pour se lancer dans une carrière ? Cela reste toujours un peu compliqué lorsqu’on est jeune parce qu’on a un peu peur de se faire marcher dessus ou de ne pas faire quelque chose qui nous plaît. Après, la peur de faire une carrière non, parce que si je me suis lancée là-dedans… c’est que je le veux bien ! Vous allez d’ailleurs passer votre baccalauréat en fin d’année… En ce moment, on prend notre temps pour trouver quelque chose qui me corresponde vraiment. Vu que je vais passer mes épreuves de bac cette année et l’an prochain, on va essayer de faire un emploi du temps qui soit adapté. Cela dit, je me suis découverte une vraie passion pour le travail au sein de la « Nouvelle Star », ce qui est plutôt cool. Je ne suis pas une grosse bosseuse à la base, à part quand quelque chose me motive particulièrement et là je m’y mets à fond. Je suis une grosse flemmarde en fait ! (rires) Dans une aventure comme la « Nouvelle Star », on ne peut pas être flemmard, sinon on se ramasse. Après, si je dois encore concilier les études et la musique comme je l’ai déjà fait, cela me permettra de rester dans une ambiance de travail sans trop m’égarer. Christophe Guibbaud Abaca Press/D8 Votre quotidien doit être un peu chamboulé par cette nouvelle exposition médiatique… Pas trop pour le moment en fait. Pendant l’émission, c’est vrai que nous étions assez médiatisés, nous avions des interviews, mais cela n’était pas excessif. C’était même plutôt agréable ! Même maintenant que l’émission est finie cela reste agréable. Pour l’instant, je le vis bien. Ce qui est important pour moi, c’est de protéger ma vie privée. Je ne suis pas du genre à tout balancer, dire que je pèse tant de kilos ! (rires) Pour le moment, je n’ai pas ressenti d’effet négatif à cette nouvelle célébrité. Mais qui sait ? n Propos recueillis par M.L. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 1Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 2-3Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 4-5Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 6-7Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 8-9Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 10-11Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 12-13Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 14-15Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 16-17Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 18-19Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 20-21Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 22-23Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 24-25Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 26-27Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 28-29Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 30-31Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 32-33Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 34-35Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 36-37Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 38-39Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 40-41Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 42-43Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 44-45Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 46-47Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 48-49Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 50-51Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 52-53Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 54-55Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 56-57Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 58-59Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 60-61Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 62-63Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 64-65Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 66-67Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 68-69Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 70-71Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 72-73Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 74-75Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 76-77Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 78-79Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 80-81Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 82-83Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 84-85Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 86-87Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 88-89Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 90-91Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 92-93Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 94-95Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 96-97Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 98-99Jour de France numéro 26 mai 2013 Page 100