Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
Je sais tout devint le livre ? Ni mon père ni mon grand-père ne m'en ont jamais parlé, et mes recherches à ce sujet ne m'ont apporté aucune lainière. « Six mois après, mon aïeul fut trouvé mort sur la grand'route de Gaillon à Mantes. Ses assassins l'avaient dépouillé de tous ses vêtements, oubliant toutefois dans sa botte droite un bijou que l'on y découvrit par la suite, un diamant de la plus belle eau et d'une valeur considérable. D'où provenait ce bijou ? Quels furent les assassins ? Là encore le mystère est entier. « Et il est probable, quant à moi, que j'eusse toujours ignoré ces aventures, si un hasard vraiment miraculeux ne m'avait fait jouer un rôle dans la suite qu'elles devaient avoir. « Il me faut d'abord déclarer que, tout en respectant les traditions et les opinions de ma famille, je n'ai pas voulu suivre mon père lorsqu'il émigra, et que je pris du service dans l'armée française. Blessé à Jemmapes, je revins à Paris et je dus accepter, pour vivre, diverses besognes qui ne me plaisaient qu'à moitié. E LA PART DU ROI, MADAME... D « Or, au début de l'année 1793, je comptai parmi les officiers chargés de la garde du Temple où était enfermée la famille royale. Un soir, nous étions plusieurs autour du roi, quand il prit à celui-ci l'idée d'interroger chacun de nous sur son nom, sur sa carrière. « Je dis mon nom et je vis très bien qu'à l'entendre le roi eut un petit soubresaut comme si mon nom ne lui était pas inconnu. Au bout d'un instant, il me dit  : « — Monsieur, vous n'aviez pas, sous mon aïeul, le grand roi, un ancêtre qui servait comme capitaine ? « — Oui, sire. « — Ah I murmura-t-il. « Ce fut tout. Mais, le surlendemain, ayant eu l'occasion de me parler en l'absence de mes camarades, il nie dit très vite, d'un ton qui ne lui était pas habituel  : « Monsieur, si je vous donnais une commission, seriez-vous homme... « Il hésitait. J'achevai la phrase. « — A ne pas vous trahir ? Oh i sire... « Il nie regarda quelques secondes et balbutia  : « — C'est pour la reine. « Tout ce qu'il me sera possible de faire je le ferai, sire. 174 Roman « — Eh bien, voilà... voilà... Il faudrait remettre vous-même à la reine... Vous la voyez quelquefois ? « — Oui, sire. « — Il faudrait lui remettre, après ma mort, ce papier... « Il sortit de sa poche un petit livre dont il arracha l'une des dernières pages. Mais, se ravisant  : « — Non, il vaut mieux que je la copie... « Il prit une grande feuille de papier qu'il déchira de façon à ne garder qu'un petit espace rectangulaire sur lequel il copia cinq lignes de points, de lettres et de chiffres que portait la page imprimée. Puis, ayant brûlé celle-ci, il plia en quatre la feuille manuscrite, la cacheta de cire rouge et me la donna. — Monsieur, vous remettrez cela à la reine et vous lui direz  : « De la part du roi, Madame... pour Votre Majesté et pour son fils... » Si elle ne comprend pas... « — Si elle ne comprend pas, sire ?... « — Vous ajouterez  : « Il s'agit du secret, du secret de l'Aiguille. » La reine complendra. Il répéta à voix basse  : « — La reine comprendra... tout en feuilletant le livre d'un air pensif, et soudain, comme s'il prenait une décision de la plus grave importance, il le jeta parmi les braises qui rougissaient dans Filtre, et il resta là, les yeux fixes, à le regarder qui se consumait peu à peu et se réduisait en cendres. Le 21 janvier, il montait sur l'échafaud. « Il me fallut deux mois, par suite du transfert de la reine à la Conciergerie, pour accomplir la mission dont j'étais chargé. Enfin, à force d'intrigues sournoises, je réussis à être envoyé de nouveau en qualité d'officier surveillant la famille royale, et c'est ainsi qu'un jour je me trouvai en présence de Marie-Antoinette « Nous n'étions pas seuls, ce qui m'obligea à la plus grande dissimulation. Tournant le dos aux gardiens, sans avoir l'air de parler, je dis de manière à ce qu'elle pût tout juste m'entendre  : « — Madame, c'est de la part du feu roi, votre mari. « Il ne lui échappa pas le moindre geste d'étonnement. Elle leva tout simplement la tête et me considéra  : — Pour Votre Majesté, repris je, et pour son fils. « Et je lui offris la lettre cachetée.
« Elle s'assura que les gardiens ne pouvaient la voir, brisa les cachets, sembla surprise à la vue de ces lignes indéchiffrables, puis, tout de suite, parut comprendre. « Elle sourit amèrement et je perçus ces mots  : * « — Pourquoi si tard ?... « Elle hésita. Où cacher ce document dangereux ? Enfin elle ouvrit son livre d'heures et, dans une sorte de poche secrète pratiquée entre le cuir de la reliure et le parchemin qui le recouvrait, elle glissa la feuille de papier. « D'un signe imperceptible, elle me remercia, et son regard était si triste et si doux que je fus payé de toutes mes peines. « — Pourquoi si tard ?... avait-elle dit... « Il est probable, en effet, que ce document, s'il avait pu, comme je le suppose, lui apporter le salut, arrivait trop tard, car, au mois d'octobre suivant, la reine Marie-Antoinette, à son tour, montait sur l'échafaud. « Voilà tout le rôle que j'ai joué dans le mystère de l'Aiguille creuse. Mais, du moins, je savais ce que personne ne sait aujourd'hui, qu'il y a un mystère de l'Aiguille creuse. Aussi lorsque, plusieurs années après, je découvris fortuitement dans les papiers de ma famille les notes manuscrites de mon arrière-grand-père, me fut-il aisé de reconstruire toute l'histoire que je viens de raconter. « Mais aussi, à partir de ce moment, n'aije plus eu qu'une idée, c'est de consacrer mes loisirs à pénétrer ce mystère. Je lus tous les auteurs latins, je parcourus toutes les chroniques de France et celles des pays voisins, je m'introduisis dans les monastères, je déchiffrai les livres de comptes, les cartulaires, les traités, et je pus ainsi retrouver les citations éparses à travers les âges. « Mais de fait nouveau, point. Si, un seul, et bien imprévu, et que le hasard, si précieux en de telles circonstances, nie révéla. « Pendant la guerre d'Espagne, je fus envoyé par l'empereur Napoléon en mission confidentielle auprès de son frère, le roi Joseph. L'ordre était d'aller vite  : je doublai les étapes. Mais un soir, mon cheval creva aux environs de Châteauroux. Je sonnai à la porte d'un château où je fus reçu par un vieux chevalier, ancien garde du roi Louis XV, et par sa femme. « Ils me donnèrent l'hospitalité. Je soupai, je dormis et, au matin, comme je le remerciais, le vieillard me dit en riant  : L'Aiguille Creuse 175 « Si vous n'étiez pas soldat de l'usurpateur, Monsieur, je vous dirais que c'est le roi de France qu'il faut remercier. « — Le roi de France ? « — Dame, oui, ce château fait partie du domaine royal, et je n'en suis que... le concierge... « — Et quel est le nom de ce château ? « — Le château de l'Aiguille. « — Le château de l'Aiguille ! m'écriai-je, bouleversé. Et la rivière qui coule au pied de ces murs ? « — Ça, mais c'est la Creuse. ARSÈNE LUPIN, DERNIER HÉRITIER DES ROIS DE FRANCE I « L'Aiguille ! La Creuse ! Est-ce que le fameux mystère trouvait là son explication ? Mais non, non, c'était impossible 1 Le château datait de deux siècles à peine, et le secret remontait à des temps bien antérieurs, à l'époque gallo-romaine, plus haut encore même. Alors que signifiait ?... « Le vieillard reprit  : « — Oh ! ils n'y tiennent guère, nos maîtres... on nous oublie là, tous les deux. A notre mort, pour sûr, la propriété sera vendue... Ah I ce n'est pas comme le grand roi... il y tenait, lui ! D'abord, c'est lui qui l'avait fait construire, à la place d'un petit rendez-vous de chasse sans importance... « — Mais qui portait le même nom, sans doute ? « — Pas du tout. Le château a été baptisé par Louis XIV, mon grand-père me l'a souvent dit. C'est sur son ordre qu'on a dressé ces clochetons, et, au milieu, la flèche qui figure l'Aiguille. « — En quelle année, à peu près ? — Il n'y a pas d'à peu près. C'était bel et bien l'année du Seigneur, 1680. « 1680 ! Un an après la publication du livre et l'emprisonnement du Masque de fer ! Je comprenais tout. Louis XIV, prévoyant que le secret pouvait s'ébruiter, avait construit et baptisé ce château pour offrir aux curieux une explication naturelle de l'antique mystère. L'Aiguille creuse ? un château à clochetons pointus, situé au bord de la Creuse et appartenant au roi. Du coup, on croyait connaître le mot de l'énigme, et les recherches cessaient. « Les miennes redoublèrent. Malheureuse  : ment jusqu'ici elles n'ont apporté aucun résultat, et c'est un problème pour ainsi dire insoluble que j'expose en ces quelques pages...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190