Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
Je sais tout - Roman et traversa son chapeau d'une balle, mais, somme toute, la cérémonie s'accomplit au jour et à l'heure fixés, et Raymonde de Saint-Véran devint M » e Louis Valméras. C'était comme si le destin lui-même eût pris parti pour Beautrelet et contresigné le bulletin (le victoire. La foule le sentit si bien que ce fut à ce moment que jaillit, parmi ses admirateurs, l'idée d'un grand banquet où l'on célébrerait son triomphe et l'écrasement de Lupin. Idée merveilleuse et qui suscita l'enthousiasme. En quinze jours, trois cents adhésions furent réunies. On lança des invitations aux lycées de Paris, à raison de deux élèves par classe de rhétorique. La presse entonna des hymnes. Et le banquet fut ce qu'il ne pouvait manquer d'être, une apothéose. NE LETTRE OUVERTE D'UN MEMBRE DE Il L'INSTITUT Mais une apothéose charmante et simple, parce que Beautrelet en était le héros. Sa présence suffit à remettre les choses au point. Il se montra modeste comme à l'ordinaire, un peu surpris des bravos excessis, un peu gêné des éloges hyperboliques où l'on affirmait sa supériorité sur les plus illustres policiers... un peu gêné, mais aussi très ému. Il le dit en quelques paroles qui plurent à tous et avec le trouble d'un enfant qui rougit d'être regardé. Il dit sa joie, il dit sa fierté. Et vraiment si raisonnable, si maître de lui qu'il fût, il connut là des minutes d'ivresse inoubliables. Il souriait à ses amis, à ses camarades de Janson, à Valméras, venu spécialement pour l'applaudir, à M. de Gesvres, à son père. Or, comme il finissait de parler et qu'il tenait encore son verre en main, un bruit de voix se fit entendre à l'extrémité de la salle, et l'on vit quelqu'un qui gesticulait en agitant un journal. On rétablit le silence, l'importun se rassit, mais un frémissement de curiosité se propageait tout autour de la table, le j ournal passait de main en main, et chaque fois qu'un des convives jetait les yeux sur la page offerte, c'étaient des exclamations. — Lisez ! lisez ! criait-on du côté opposé. A la table d'honneur on se leva. Le père Beautrelet alla prendre le journal et le tendit à son fils. — Lisez ! lisez ! cria-t-on plus fort, et d'autres proféraient  : Écoutez donc ! il va lire !... écoutez ! Beautrelet, debout, face au public, cher- chait des yeux dans le journal du soir que son père lui avait donné, l'article qui suscitait un tel vacarme, et soudain, ayant aperçu un titre souligné au crayon bleu, il leva la main pour réclamer le silence, et commença, la voix haute  : « Lettre ouverte de M. Massiban, de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. « Monsieur le Directeur, a Le hasard d'une flânerie sur les quais m'a fait découvrir une petite brochure datée de juin 1815 et intitulée  : « Problèmes historiques, par M.X..., ancien officier sous Louis XVI. » « Le volume n'a pas grand intérêt. Ces problèmes historiques sont, pour la plupart, des légendes que l'auteur expose sans le moindre souci de vérité et sans perdre son temps à d'impossibles contrôles. Le supplice de Brunehaut, le martyre des Enervés, la cage de la Ballue, le mariage de Mazarin, autant de titres de chapitres où les sujets sont à peine effleurés. « Mais il est un titre qui a tout de suite attiré mon attention, à cause des événements qui se rattachent aux deux mots qui le composent  : L'Aiguille creuse. » Ici la voix de Beautrelet s'assourdit. L'Aiguille creuse ! il était question de l'Aiguille creuse en 1815 ! Ce n'était donc pas Lupin... Il continua  : « Le chapitre qui m'intriguait comporte vingt-quatre pages que je copie textuellement en supprimant quelques longueurs, quelques redites, et l'inutile conclusion. « L'Aiguille creuse. « A travers toute cette époque que l'on est convenu d'appeler le moyen âge, et même en remontant plus haut jusqu'à la période gallo-romaine, on retrouve, dans certaines légendes, dans certaines chansons de gestes, dans certains passages de nos vieux chroniqueurs, des allusions très claires au mystère de l'Aiguille creuse. Personne ne sait ce que veulent dire ces mots, mais ce sont des mots qu'on se transmet de génération à génération. Il y a un mystère, voilà ce qui est hors de doute. « Au livre III des Commentaires de César sur la guerre des Gaules, il est raconté qu'après la défaite de Viridovix par G. Titulius Sabinus, le chef des Calètes fut amené devant César, et que, pour sa rançon, il dévoila le secret de l'Aiguille... « Grégoire de Tours, dans son Histoire des Francs, relate que l'évêque Prétextatus fut 172 - - - - -
convaincu, lors de son procès, d'avoir envoyé à Mérovée, fils de Chilpéric et époux infortuné de Brunehilde, des secours d'argent et une Aiguille — qui, parait-il, eût pu le sauver, ajoute Grégoire de Tours sans donner d'explications... « Le traité de Saint-Cl:hir-sur-Epte, entre Charles le Simple et Roll, chef des barbares du Nord, fait suivre le nom de Roll de tous ses titres, parmi lesquels nous lisons  : maître du secret de l'Aiguille... « La Chronique saxonne (édition de Gibson, page 134) parlant de Guillaume â la Grande Vigueur (Guillaume le Conquérant) raconte que la hampe de son étendard se terminait en pointe acérée, et percée d'une fente à la façon d'une aiguille... « Sur une charte octroyée par lui à ses sujets, Henri Plantagenet signe  : maître du secret... « D'après le cartulaire de l'église Saint- Ouen, si Jean sans Terre fit assassiner son neveu Arthur de Bretagne, c'est qu'il croyait l'infortuné jeune homme porteur d'un parchemin où se trouvait inscrit le plus utile des secrets... « Dans une phrase assez ambiguë de son interrogatoire, Jeanne d'Arc avoue qu'elle a encore un grand secret à dire au roi de France. A quoi ses juges repondent  : « Oui, nous savons de quoi il est question, et c'est pourquoi, Jeanne, vous périrez. » « A partir de cette époque, les allusions que l'on peut recueillir sont plus nombreuses, mais plus discrètes encore, et toujours chacune d'elles, dans les chroniques que multiplie l'invention de l'imprimerie, chacune d'elles est faite à propos de tel roi de France. « Philippe de Commines en parle à propos de Louis XI, et, plus tard, Sully à propos de Henri IV. « Par la vertu de l'Aiguille ! jure quelquefois le bon roi. » « Entre temps, François Ier haranguant les notables du Hâvre, en 1520, prononça cette phrase que nous transmet le journal d'un bourgeois de Honfleur  : « Les rois de France portent des secrets qui règlent souvent la conduite des choses et le sort des villes. » « Nous arrivons enfin au fait le plus curieux de cette histoire. Le 17 mars 1679, un tout petit livre parut avec ce titre  : « LE MYSTÈRE DE l'AIGUILLE CREUSE « Toute la vérité dénoncée pour la première fois — Cent exemplaires imprimés par moi-même et pour l'instruction de la Cour. « A neuf heures du matin, ce jour-là, L'Aiguille Creuse 173 l'auteur, un très jeune homme, bien vêtu, dont on ignore le nom, se mit à déposer son livre chez les principaux personnages de la Cour. A dix heures, alors qu'il avait accompli quatre de ces démarches, il était arrêté par un capitaine des gardes, lequel l'amenait dans le cabinet du roi et repartai t aussitôt à la recherche des quatre exemplaires déposés. A DESTRUCTION DES LIVRES SUR LE ((MYS- Ld DE L'AIGUILLE CREUSE)) « Quand les cent exemplaires furent réunis, comptés, feuilletés avec soin et vérifiés, le roi les jeta lui-même au feu et les brûla, sauf un qu'il conserva par devers lui. « Et jamais la vérité n'eût été connue, ou du moins une partie de la vérité, si le capitaine des gardes n'avait assisté à cet autodafé, et si, le roi s'étant détourné, il n'avait eu la tentation de retirer de la cheminée, avant que le feu ne l'atteignît, un autre des exemplaires. « Or, ce capitaine des gardes était le père de mon grand-père. Dans les papiers de famille qui sont en ma possession, j'ai retrouvé une page de sa main où il raconte cette anecdote par le menu. Il explique qu'il s'agit d'un secret qui fut connu des rois d'Angleterre, perdu par eux au moment où la couronne du pauvre fou Henri VI passa sur la tête du duc d'York, dévoilé au roi de France Charles VII par Jeanne d'Arc, et qui, devenu secret d'Etat, fut transmis de souverain en souverain par une lettre, chaque fois recachetée, que l'on trouvait au lit de mort du défunt avec cette mention  : « Pour le roy de France ». « Mon aïeul ajoute que le jeune homme, auteur du livre, fut témoin de la destruction de ses ouvrages, que le roi Louis XIV semblait le connaître, mais qu'ils n'échangèrent aucune parole. A la fin de l'entrevue, il fut, lui, chargé de le conduire à M. de Saint-Mars, lequel Saint-Mars enferma son prisonnier d'abord à Pignerol, puis dans la forteresse de l'île Sainte-Marguerite. Mon aïeul du reste n'en dit pas davantage sur cet homme, qui n'est autre évidemment que le fameux homme au Masque de fer. « Il n'en dit pas davantage non plus sur le livre qu'il arracha aux flammes. Pensat-il, après en avoir pris connaissance, que le secret de l'Aiguille creuse était de ceux qu'un fidèle serviteur du roi ne devait point divulguer ? Rien ne nous renseigne sur les causes de son silence. Et puis, que



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190