Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Je sais tout - Théâtre sur les planches et qu'il mettait tout en jeu pour leur plaire. — C'est l'oeil qui résume la physionomie de l'acteur en scène, répétait-il, il en est la lumière, la transparence, la vie ; c'est là que le public vous cherche, là qu'il veut vous déchiffrer  : soyez-y donc tout entier. Si vous lancez le regard inexpressif, errant, désintéressé de ce qui se dit ou se passe, le public se déroute, il ne sait où il en est ; il se demande  : « Tiens ! Il n'écoute pas... qu'est-ce qp'il a ?... Il regarde dans la salle... Qui donc regardet-il ?... Cette dame, là, aux secondes loges... Maintenant, il regarde les frises... Diable ! Est-ce qu'il y aurait le feu ?... » Et pendant que le public se fait ces réflexions, que devient la pièce ? Vous avez un récit à faire  : que votre oeil voie la chose que vous racontez, le public la verra par reflet dans votre oeil. C'est pourquoi, entre parenthèses, vous ne poûvez.faire un récit de profil. Que vous l'entamiez ainsi, faisant face à votre interlocuteur, bien ; mais, petit à petit, vous virez ; vous voici, enfin, face au public ; votre oeil, alors, se fixe sur un point dont il ne bouge plus, parce que c'est là que vous voyez ce que vous racontez. Cet oeil fixe fait haleter le public sur ce que vous dites. Ce que vous allez dire y est déjà avant d'être sur votre bouche et la parole ne fait, en quelque sorte, qu'enfoncer d'un second coup, dans l'attention du spectateur, le trait déjà lancé par le regard. On recommandait à Coquelin un jeune artiste. — Ne m'en parlez pas, s'écria-t-il, c'est une canaille ! Mais en quoi ? — Comment, en quoi ? Il laisse tomber les finales ! OQUELIN PHILANTHROPE. LA MAISON DE PONT-AUX-DAMES On pense bien qu'il était ennemi du réalisme, de ce que l'on aappelé l'école d'Antoine, école qui nous a donné, d'ailleurs, d'admirables artistes. Il restait un lyrique impénitent, ayant coutume de déclarer, en manière d'aphorisme, que l'auteur devait observer d'abord, puis embellir de poésie et d'idéal son observation. — Le théâtre, affirmait-il, c'est la consolation de la vie, ce n'est pas la vie ellemême. Le théâtre, c'est le rêve, ce n'est pas la réalité. 158 On a souvent parlé de sa vanité. Ce n'est pas être vaniteux qu'aimer son art et avoir conscience de le servir fidèlement. On ne doit pas oublier que Coquelin ne fut jamais décoré. Pourtant, républicain de la première heure, ami intime de Gambetta, rien ne lui aurait été plus facile qu'orner sa boutonnière du liseré rouge. Il n'y tenait pas. Il se conten - a d'appuyer de toutes ses forces ceux qui sollicitèrent la croix pour Got et l'emportèrent. La seule distinction qu'il reçut fut la Grande Médaille d'or de la Mutualité pour sa fondation de Pontaux-Dames, destinée aux vieux artistes qui n'eurent pas de chance ou se montrèrent imprévoyants. J'emprunte à un de nos confrères le récit de cette cérémonie  : « Ce fut par une belle journée d'été. Le soleil se glissait entre les arbres, sur les pelouses. D'illustres ou de brillants invités, en petit nombre, étaient, à table, les hôtes de Coquelin. Le Président de la République, M. Fallières, présidait. Autour de lui MM. Clemenceau, Barthou, Thomson, Georges Leygues, Adrien Achard, Eugène Etienne, etc., etc. Coquelin rayonnait. Il s'agitait, se multipliait, faisant visiter jusque dans ses recoins sa chère maison. Il exultait. Avec son chapeau de paille sur le haut du front, il offrait le visage de l'homme heureux et la grande minute de cette journée fut pour lui celle où, le cortège s'arrêtant au milieu d'une cour, M. Clemenceau se tourna soudain vers M. Fallières et, à haute voix, lui dit  : — Monsieur le Président, dès mon retour, j'aurai l'honneur de soumettre à votre signature un décret qui confère à Coquelin la Grande Médaille d'or de la Mutualité. M. Robert de Flers conte la joie du bon « Coq » faisant visiter sa Maison des Comédiens où il était arrivé à donner un beau parc,.— un vrai décor, — aux Célimènes décrépites et aux Alcestes trébuchants, aux Scapins éclopés et aux Marinettes en cheveux blancs. — Coquelin aimait à faire visiter sa chère maison. Je me souviens qu'il voulut bien me guider dans cette promenade, et, en me faisant entrer dans une chambre  : — Voici, me dit-il, le lit du vieil acteur. I1 se lève, il ouvre la fenêtre, et voilà le paysage qu'il a sous les yeux. Sil s'ennuie, il frappe au mur, et son voisin vient le retrouver... Ils s'assoient tous les deux ici, au coin du feu. Ils parlent « théâtre », naturellement, ils évoquent leurs succès, leurs insuccès. — Je les entends d'ici, interrompit une
Grand Comédien, Grand Philanthrope COQUELIN " PRIVE " Le grand artiste a été surpris par les photographes sous ses aspects les plus divers  : répétant, l'épée à la main, son rôle (le Cyrano, ou causant familièrement avec.11-'Sarah Bernhardt (photographie de Mn- Rostand), avec le comique Dranem, avec le ministre Waldeck-Rousseau, avec le comédien Leloir, prononçant un discours, montant en automobile ou inaugurant la Maison derc'lruile (les Comédiens à Pont-uu.r-Dames. 159



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190