Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Je sais tout - - morale de son armée de terre, l'Angleterre, bien que maîtresse sur mer, se trouvait dans un réel état d'infériorité  : elle ces:- sait d'être l'arbitre de la paix européenne, l'arbitre du monde. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter le tableau placé à la page précédente et que nous avons étendu à toutes les grandes puissances européennes. L'écart était formidable, vraiment ! Alors que les Allemands travaillaient sans relâche à augmenter leur flotte et ne se gênaient pas, dès 1906, pour montrer par leurs manoeuvres navales la possibilité d'une attaque sur les côtes d'Angleterre, les Anglais n'avaient à dresser, en face des trois millions d'hommes exercés, solides, de l'envahisseur possible, que les 240.000 soldats de son armée active et 175.000 hommes des réserves. Et quelle était, encore, la valeur de ces faibles effectifs chaque jour plus difficiles à réunir ? Malgré des affiches alléchantes, malgré les efforts individuels des chefs de corps, les engagements volontaires se faisaient de plus en plus rares. En 1900, un colonel envoyait sa musique donner des concerts dans les villes ouvrières où il espérait recruter  : il n'en ramenait pas un homme. D'autres n'obtenaient pas de résultats plus brillants en faisant placarder des affiches alléchantes où l'on montrait  : « Les casernes avec leurs cottages entourés de places d'armes et de jeux, leurs restaurants, leurs cercles, leurs fumoirs, leurs salons pour sergents et caporaux. » « Pour petit déjeuner, dans le régiment de ***, les soldats ont café et pain beurré ; pour le dîner,rosbeef et pudding ; un souper excellent, des cuisiniers brevetés. » Le chiffre des engagés passait, de 1892 à 1896, de 41.650 hommes à 28.532 ! La cavalerie n'existait plus ; dans certains régiments, il y avait un cheval pour deux hommes ; l'artillerie avait 4.000 chevaux, au lieu de 12.000 qui lui eussent été nécessaires. Le colosse anglais devenait un colosse d'argile. La tentative d'armée permanente dont la campagne boër avait montré la nécessité en 1900 allait être reprise. Edouard VII, aidé de ses conseillers, venait d'envisager la question qui consiste à préparer, dès le temps de paix4 aussi bien les organes de l'armée elle-iiême que les diverses ressources du pays en vue de la mobilisation rapide, en cas de guerre européenne, de tous les hommes des réserves instruits et disponibles. 150 — Les Grands Faits Il ne dépendait pas, en - vérité, du seul souverain de décider une pareille mesure  : mais l'Angleterre, respectueuse de son roi, allait suivre docilement son impulsion en cette matière, comme elle suivait son goût en matière d'élégance, au temps où il était prince de Galles. Il avait donné le ton de l'élégance  : il allait donner celui du patriotisme éclairé. Sa seule présence à certaines manifestations était l'expression de sa volonté et de son choix  : il n'eut qu'à se montrer pour qu'on comprît. Loin de flatter l'orgueil dédaigneux de son peuple, il s'appliqua à lui faire voir le danger et le moyen de le conjurer  : en cela l'Histoire dira sans crainte qu'il fut un grand roi. ONCLUSION  : UN MILLION D'HOMMES SOUS LES ARMES EN TEMPS DE GUERRE Aussi bien, le vit-on il y a deux ans présider aux manoeuvres retentissantes du Home fleet » et affirmer la nécessité du double et même du triple pavillon. Aussi bien allait-on le voir encourager la formation des régiments territoriaux, dont la constitution est le premier pas vers l'armée permanente et le service obligatoire. Il y a quelque temps, lord Rosebery, présidant, en uniforme de colonel territorial, la distribution des prix du régiment d'Edimbourg, disait  : — Considérer une invasion allemande comme possible, c'est considérer que nous serons attaqués à l'improviste, par traîtrise ; ce genre d'attaque est presque inouï, je le veux bien, mais en ce moment bien des propos contraires au droit des gens sont dans l'air, propos poussant à croire qu'un raid peut être entrepris contre nous à la faveur d'une absence de notre flotte. Propos pessimiste, sans doute, mais qui n'en est pas moins symptomatique de la volonté royale de ne rien cacher des éventualités possibles — et même de noircir le tableau pour faciliter sa tâche de réorganisation, la montrer plus indispensable, plus urgente. Les partisans du service obligatoire en Angleterre se bornent à dire  : L'Angleterre n'a point l'armée de sa politique, celle dont a strictement besoin une nation de 44 millions d'âmes, noyau d'un Empire qui en compte 395 millions dans le monde. Les adversaires sourient à l'évocation d'un débarquement possible des Allemands, faisant valoir que cette invasion ne serait admissible qu'entourée du plus grand mys-
Edouard VII, Arbitre du Monde et des Elégances - tère et quu e la marche la verrait venir des bouts du convoi formidable qui de l'horizon. amènerait sur les côtes britanniques 200.000 hommes considération a-t-elle plus Peut-être cette seule EDOUARD VII AU DERBY D'EPSOM ne saurait passer inaperçue  : comment ne pas revement militaire que les Le roi d'Angleterre est resté un fait pour favoriserle mou- passionné du sport hippique, et il ne manque aucune occasion de se montrer sur les champs de courses, où il raisonnements les plus marquer cette forêt de cheminées vomissant des torrents de fumée et d'étin- Quoi qu'il en soit, quel- continue à donner le ton de la mode. sages ! celles... que rétive qu'ait pu être A ce tableau lord Roberts répond par longtemps la nation anglaise au service obligatoire,ce service sera obtenu d'elle.Quand ? des chiffres que personne ne peut discuter  : Dans le plus bref délai, répondent les Les Allemands comptent qu'ils ont besoin renseignés.— Comment ? — Les financiers et pour un embarquement de ce genre d'une les généraux sont seuls capables de solutionner le problème, mais il est aujourd'hui tonne, et demie par homme — matériel compris. certain que, trouvant une rivale hostile sur Pour 200.000 hommes à transporter, cela mer, menacée sur terre et décidée à vivre fait 300.000 tonnes. Ce chiffre, si l'on considère le tonnage de cuirassés type Dread- l'armée d'un million d'hommes dont elle et à vaincre, l'Angleterre aura bientôt nought (20.000 tonnes environ), ne répond a besoin. Alors elle occupera une place plus à la forêt de cheminées si dense qu'on formidable dans le monde. *etL. Y SOUVERAINS EN HERBE Le futur roi d'Angleterre est photographié ici avec sa soeur aînée Victoria, qui devait devenir la mère de Guillaume II. 151



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190