Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
suis complètement perdu depuis ce matin, J'ai fait un héritage assez rondelet, de cent cinquante mille francs de titres... que j'ai là... dans cette serviette, et que je vais porter à la banque. Mais, vous plaît-il que nous nous asseyions un instant pour prendre un apéritif ? FORTUNÉ. — Ce sera ma dernière absinthe... Je me marie demain... HENRY. — Comment, Monsieur ? vous vous mariez demain ?... Je suis content de savoir ça... Je vous donnerai des billets de théâtre... Je suis musicien à l'Opéra... Ce qui fait que je suis très peu au courant des choses de la banque... Un artiste, n'est-ce pas ?... (Appelant) Garçon ! Vous donnerez deux absinthes. (A Fortuné) Il paraît que pour effectuer ce dépôt, il faut la procuration de ma femme ? FORTUNÉ. — On vous a dit ça, monsieur ? HENRY. — Oui, Monsieur ? FORTUNÉ. — C'est que cela est. Il faut faire signer votre femme. HENRY. — Mais malheureusement, elle est à la Roche-sur-Yon. Il paraît qu'en déposant les titres chez un notaire on n'a pas besoin de la procuration... C'est facile à dire ! Où trouver ce notaire ? Un notaire qui ne me connaît pas... FORTUNÉ. — S'il n'y a que ça, n'est-ce pas ? je puis vous conduire chez M. Fournereau de Boitz qui demeure trois maisons plus loin. C'est le notaire de mon patron... HENRY. Ohl monsieur, vous êtes mille fois aimable ! FORTUNÉ. Je connais peu le notaire ; je ne connais pas beaucoup non plus le principal clerc... Moi, je préfère avoir affaire aux petits clercs de l'étude... Il y a un nommé Rambaut auprès de qui je vous conduirai tout à l'heure... HENRY. — Oh ! Monsieur, je suis tout à fait confus... J'ai hâte, voyez-vous, de me débarrasser de cette serviette... Je suis gêné de me promener toute la journée avec cent cinquante mille francs de titres. FORTUNÉ. — Oh ! si vous aviez l'habitude comme moi... (Il baisse la voix.) Aujourd'hui, j'ai trente mille francs sur moi. HENRY. — Ah ! Ah ! FORTUNÉ. — Hier, j'avais quatre-vingtdix mille francs. HENRY. — Ah ! Ah ! Et demain ? FORTUNÉ. — Ah ! demain ! Je me marie. HENRY. — Vous m'avez dit ça. Mais vous allez me le raconter plus au long, n'estce pas ? Nous allons déjeuner ensemble. FORTUNÉ. — C'est que je voulais prendre un morceau rapidement, parce qu'il faut Je sais tout 218 que je retourne à la banque tout à l'heure. HENRY. — Eh bien ! moi je suis aussi très pressé. Nous allons prendre un morceau rapidement... (Appelant) Garçon ! Est-ce que vous avez du bon champagne ? LE GARÇON. — Oui, Oui, nous avons tout ce qu'il vous faudra. La maison n'a pas l'air, mais on trouve tout ce qu'il faut ici. HENRY à Fortuné. - Nous allons boire en l'honneur de votre mariage. LE GARÇON. — Ce serait beaucoup mieux que vous entriez par là, si vous voulez manger un morceau. HENRY. — Eh bien ! nous allons par là... (A Fortuné) Tenez, vous allez me raconter l'histoire de votre mariage, puis nous irons chez le notaire tout à l'heure. (Au garçon) Vous me donnerez également une bouteille d'eau de Vittel, parce que j'ai quelquefois des douleurs de reins... (A Fortuné) Ah ! C'est que je ne suis plus jeune comme vous, moi 1 Et vous vous mariez demain ? FORTUNÉ. — Oui, Oui, demain. HENRY. — Racontez-moi donc ça. Il le prend par le bras. Ils entrent tous les deux dans la salle du restaurant. SCÈNE VI CALDÉROL, LESOLON CALDÉROL. — VOUS voulez mon opinion, Lesolon ? Eh bien, votre filleul est un petit serin, vous m'entendez ? Un serin de pure race... D'ailleurs, vous le savez aussi bien que moi. LESOLON. — Mais, Monsieur Caldérol, je vous assure que c'est de ma faute, que c'est moi qui ai fait l'erreur. CALDÉROL. — Enfin, le plus clair de tout ça, c'est qu'il n'a pas dans le portefeuille les trente mille francs de L'EMPLOYÉ titres qu'il de- LESOLON. - Innocente vait déposer à la manie ! (Page 220, col. 1.)
banque. Et qu'est-ce qu'il a emporté à la place ? LESOLON. Oui, oui, je me suis trompé de paquet. Il y avait aussi, dans votre coffre fort, une liasse de titres sans valeur, des actions des gisements aurifères du Raincy. CALDÉROL (avec une rage concentrée). - VOUS savez ce que c'est qu'un daim, Monsieur Lesolon ? Certains de ces animaux arrivent à un âge avancé. Alors on les appelle de vieux daims... Pourquoi diable aviez-vous gardé dans le coffre de ces actions des mines aurifères du Raincy, qui ne valent pas six centimes pièce ? LESOLON. — Je me proposais toujours de les jeter au panier. CALDÉROL. — Je me proposais ! Je me proposais !... Aujourd'hui, vous me mettez dans une situation stupide. Moi, Caldérol, qui suis à la tête d'une maison enfin honorable, j'envoie à la Banque de France des titres à six centimes ! Et avec ça que cette histoire des gisements du Raincy n'a pas été absolument pure ! C'est une mauvaise LE PATRON CALDÉROL. — Non, très dangereuse, je commence à le croire. (Page 220, col. 2.) Le Jeu de la Morale et du Hasard note pour un financier comme moi d'avoir garclé ces titres entre les mains... Nous n'avons qu'une ressource  : c'est d'aller à la Banque, de mettre la main sur votre filleul et de réparer vos bévues... Est-ce qu'il vient quelquefois dans ce café-ci ? LESOLON. — Oui. J'y suis même venu deux ou trois fois avec lui. CALDÉROL. — C'est égal, vous savez, si je n'étais pas un homme bien élevé, je vous donnerais tous les noms que vous méritez... vieux gâteux, triste imbécile, fourneau ! LE GARÇON (s'approchant). - Qu'est-ce que Monsieur prend ? LESOLON. — Ça va bien ! ça va bien ! CALDÉROL. — Nous tâcherons de repasser ici tout à l'heure. Ils sortent. LE GARÇON. — Oui, quand ils disent qu'ils repasseront tout à l'heure... Ce sont des gens qui n'ont pas soif... C'est curieux, de nos jours on a de moins en moins soif ! Encore quelque chose qui s'en va... Rentrent Henry et Fortuné. SCÈNE VII FORTUNÉ, HENRY FORTUNÉ (un peu allumé). - Alors, c'est entendu, tu es mon témoin ? HENRY. — Je te crois ! FORTUNÉ. — J'avais un de mes cousins qui voulait me servir de témoin, mais je vais lui dire de ne pas se déranger... HENRY. — C'est entendu. Je devais aller à la campagne,'mais je vais prendre mes dispositions pour ajourner mon voyage. Tu me présenteras à ta femme demain. (Il s'assoit.) FORTUNÉ. — C'est entendu. HENRY. — La vié est belle ? FORTUNÉ. — La vie est belle ! Je suis content d'avoir fait ta connaissance ! HENRY. — Tant mieux ! Tant mieux ! Moi, ce qui me gâte un peu mon plaisir, c'est ces douleurs de reins... (Il essaie de se lever.) Oh ! la ! la ! la ! la ! Je craignais de m'asseoir, j'avais raison  : quand je m'assois, je ne peux plus me relever... Allons chez le notaire... Oh ! la ! la ! la ! lal... Ça y est, je ne peux plus me lever ! FORTUNÉ. — Tu as très mal ? HENRY. J'en ai pour deux heures... Ce n'est pas de veine, hein ? FORTUNÉ. — Mais l'étude n'est pas loin, c'est à trois minutes d-ici... HENRY. — Mais ça serait à trois mètres 219.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190