Je Sais Tout n°50 mars 1909
Je Sais Tout n°50 mars 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de mars 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : un hors texte en trois couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
Je sais tout « foires ». La foire Saint-Germain, la foire Saint-Laurent, la foire Saint-Ovide, attiraient la Cour et la Ville et tous les badauds de Paris y tenaient leurs assises. On y rencontrait non seulement des bateleurs, des marchands d'orviétan, des marchands d'affiquets, des marchands de vins et des saltimbanques, mais on y vendait des toiles, des draps, des rubans, des croix de Jeannette, des poteries et des faïences. En 1678, la duchesse de Cleveland fit exposer en foire Saint-Laurent (à peu près sur l'emplacement de l'actuelle gare de l'Est) et vendit à l'encan sa magnifique collection de porcelaines chinoises. Ce fut une vente sensationnelle. La foire de la place Dauphine attirait en plus des ordinaires baladins, les rebouteux et les charlatans  : « On y rencontre, dit le voyageur sicilien de 1698, une infinité de gens qui donnent des consultations. Les uns remettent les dents tombées, les autres font des yeux de cristal ; il y en a qui guérissent des maux incurables ; celui-ci prétend avoir découvert la vertu de quelques simples ou de quelques pierres en poudre pour blanchir et embellir le visage ; celuilà assure qu'il rajeunit les vieillards ; il en est qui effacent les rides et qui posent des jambes de bois... » Si bien que tout le monde y trouvait son compte  : les artistes y vendaient leurs tableaux et s'y taillaient une réputation, les bons vivants, les joyeux lurons vidaient bouteilles, chantaient et sifflaient, — car la vente des sifflets devança le florissant commerce des mirlitons à la fête de Neuilly, — on festoyait dans une odeur de friture et de saucisses retournées dans des poêles et rissolées à point, les belles dames n'hésitaient pas à « venir s'encanailler » en si joyeuse compagnie ; les foires locales faisaient la joie de Paris. Plus tard il y eut la fête des jours gras, avec la promenade grotesque du pauvre Boeuf, victime enrubannée et expiatoire, à travers les rues tumultueuses de Paris... Jusqu'aux dernières années du xixe siècle, dès que les appels rauques (les cornets à bouquin en terre cuite annonçaient la naissance du carnaval, les rues et les boulevards étaient envahis par les masques et les déguisés... déguisés misérables, masques loqueteux la plupart du temps. Seuls, quelques gentils bébés costumés en marquis, en zouaves, en magiciens, en Pierrettes, en Colombines, en laitières, en pâtissières, mettaient une note élégante et 204 Variétés jolie dans ce fouillis vulgaire où dominait l'écoeurant spectacle d'hommes en femmes et de femmes en hommes. Ces derniers représentants de la gaîté française sont d'ailleurs visibles encore, à notre époque, le jour de la mi-carême. Ce jour-là, c'est la fête des confetti ; des milliers de badauds paraissent éprouver une joie sauvage à se mitrailler à bout portant de rondelles de papier... ramassées trop souvent dans la boue. C'est ignoble, bête et sale... Quant à la promenade du boeuf gras, elle n'a plus le don de révolutionner Paris. Il est loin le temps où, sur le « passage du cortège », toutes les fenêtres étaient louées à prix d'or. Pendant des heures, on faisait la haie pour être au premier rang ; d'ingénieux industriels louaient, — fort cher, des chaises branlantes et des tables disloquées « pour mieux voir le défilé » ; chaises et tables, surchargées d'un public trop pesant, ne manquaient jamais de s'effondrer au bon moment... L" PROMENADE DU BŒUF GRAS Quant au cortège lui-même, il était ignoble et ridicule. Une ordonnance signée Dubois, ministre de la Police (1805), nous apprend de quelle étonnante façon était composée « l'escorte du boeuf gras »  : dix mameluks en velours, six sauvages, six Romains, quatre Grecs cuirassés, six chevaliers français (?) , quatre Polonais, quatre Espagnols, deux coureurs, huit Turcs ordinaires (?) , un tambour-major, six tambours en gladiateurs, deux fifres en Chinois, dixhuit musiciens en habits de caractère, deux sacrificateurs ornés de haches et de massues ! Enfant en amour !... Encadré de si nobles seigneurs, le malheureux boeuf « recouvert d'un tapis doré » mâchait son foin en parcourant cette voie triomphale aboutissant à l'abattoir ; les pistons faisaient rage, les musiques déchaînaient leurs pas redoublés, les femmessouriaient... on se redisait le nom du boeuf, qui était le plus souvent le nom d'un des hommes célèbres de l'année... L'on s'explique alors, — devant un tel enthousiasme, — ces vers nostalgiques de Ch. Monselet.. Et l'on n'a pas été grand'chosc Tant qu'on n'a pas été boeuf gras I Cela explique, commente et justifie l'éternel succès des fêtes populaires. Elles sont de tous les temps, de toutes
-= Tableaux Parisiens d'Autrefois UNE REPRÉSENTATION GRATUITE AU THEATRE DE L'AMBIGU (Tableau de Bofill}) Pendant des heures, la foule fait queue aux portes du théâtre de l'Ambigu où va avoir lieu ; tue représentation gratuite. les saisons... j'allais dire de tous les jours  : bien malin en effet celui qui saurait délimiter le point exact où commence et surtout où finit une « fête populaire ». Il en est de « populaires » par définition  : les revues, le 14 juillet, les fêtes du Trône, des Invalides, de Neuilly, et surtout les « foires locales », dont la tradition renouvelée des Grecs, comme le jeu de l'oie, ne s'est jamais perdue. Comme jadis, à des dates précises, ces « foires en plein vent » réunissent tout le petit peuple d'un quartier autour de tirs à la carabine, de jeux de massacres, de tourniquets à lots, de cinématographes, de baraques mystérieuses où les somnambules extra-lucides, et les femmes-torpille, disputent la palme du succès à des jeunes géantes, à des naines de race illustre, à des femmes colosses exhibant à un public d'élite des mollets pareils à des jambons, roulés en des bas tricotés. 205 Aux clameurs d'un tintamarre féroce où le trombone alterne avec le piston, où les sifflets des machines à vapeur se mêlent aux roulements du tambour battus par le pitre « faisant le boniment » sur le seuil de la boutique voisine, les rauques appels des lutteurs convient MM. les amateurs « à accepter le caleçon du défi ». — Les bons badauds entourent le jeu de Siam et le billard anglais (un lapin pour le vainqueur, une rose en papier doré pour le maladroit qui a raté la quille)... Rêveuses, les midinettes pressent fiévreusement un tube de verre où l'alcool, sous l'action de la chaleur dégagée par la main, s'agite en bonds plus ou moins désordonnés  : cela s'appelle le « baromètre du sentiment »... elles rougissent devant les aimables plaisanteries de leurs compagnes, puis, pour se remettre, s'en vont faire un tour sur les « cochons de bois » qui, comme chacun sait, ont avantageusement remplacé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 mars 1909 Page 190