Je Sais Tout n°50 janvier 1906
Je Sais Tout n°50 janvier 1906
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de janvier 1906

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 138 Mo

  • Dans ce numéro : l'évasion d'Arsène Lupin.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
Lupin  : « Je n'assisterai pas à mon procès. » Au bout d'un mois de recherches minutieuses, l'énigme se présentait avec le même caractère indéchiffrable. On ne pouvait cependant pas garder indéfiniment ce pauvre diable de Baudru. Son procès eût été ridicule  : quelles charges Lupin  : avait-on.s Je n'assisterai contre lui ? pas Sa mise à mon en liberté procès. fut » signée par le juge d'instruction. Mais Au bout le chef d'un de mois la Sûreté de recherches résolut d'établir minutieuses, de l'énigme lui une se surveillance présentait active. avec le même autour caractère L'idée provenait indéchiffrable. de Ganimard. On ne pouvait A son cependant de vue, pas il garder n'y avait indéfiniment ni complicité, ce pauvre ni hasard. diable point de Baudru Baudru. était Son un procès instrument eût été dont ridicule Arsène  : quelles Lupin charges avait joué avait-on avec son contre extraordinaire lui ? Sa habileté. mise en Baudru liberté fut libre, signée par lui, par on le remonterait juge d'instruction. jusqu'à Arsène Mais le Lupin, chef de ou la du Sûreté moins jusqu'à résolut quelqu'un d'établir autour de sa bande. lui une surveillance active. On L'idée adjoignit provenait à Ganimard de Ganimard. les deux A son inspecteurs vue, Folenfoux il n'y avait et ni Dieuzy, complicité, et un ni matin hasard. de point de Baudru janvier, était par un temps instrument brumeux, dont Arsène les portes Lupin de avait la prison joué s'ouvrirent avec son extraordinaire devant Baudru habileté. Désiré. Baudru Il parut libre, d'abord par assez lui, on embarrassé, remonterait et marcha jusqu'à Arsène comme Lupin, un homme ou du qui moins n'a jusqu'à pas d'idées quelqu'un bien de précises sa bande. sur l'emploi de son temps.11 suivit la rue On de adjoignit la Santé et à la Ganimard rue Saint-Jacques. les deux inspecteurs boutique Folenfoux d'un fripier, et Dieuzy, il enleva et un sa matin veste de et Devant la son janvier, gilet, par vendit un temps son gilet brumeux, moyennant les portes quelques de sous, la prison et, remettant s'ouvrirent sa devant veste, s'en Baudru alla. Désiré. Il parut traversa d'abord la Seine. assez Au embarrassé, Châtelet, l'omnibus et marcha comme Montmartre-Place un homme Saint-Michel qui n'a pas le d'idées. dépassa. bien Il voulut précises y sur monter. l'emploi Il de n'y son avait temps. pas 11 de suivit place. rue Le contrôleur de la Santé lui et la conseillant rue Saint Jacques. de prendre Devant un la numéro, boutique il entra d'un dans fripier, la salle il enleva d'attente. sa veste et son A gilet, ce moment, vendit son Ganimard gilet moyennant appela ses quelques deux sous, hommes et, remettant près de lui sa et, veste, sans s'en quitter alla. de vue le Il bureau, traversa il la leur Seine. dit en Au hâte Châtelet,  : l'omnibus Montmartre-Place — Arrêtez une voiture... Saint-Michel non, le deux, dépassa. c'est Il plus voulut prudent. y monter. J'irai Il avec n'y l'un avait de pas vous de et place. nous le Le suivrons. contrôleur lui conseillant de prendre un numéro, Les hommes il entra obéirent. dans la Baudru salle d'attente. cependant ne paraissait A ce moment, pas. Ganimard s'avança appela ses  : il deux n'y avait hommes personne près dans de lui la et, salle. sans quitter de vue le — bureau, Idiot que il leur je suis, dit en murmura-t-il, hâte  : j'oubliais la — seconde Arrêtez issue. une voiture... non, deux, c'est plus Le prudent. bureau communique, J'irai avec l'un en de effet, vous et par nous un couloir le suivrons. intérieur, avec celui de la rue Saint- Martin. Les hommes Ganimard obéirent. s'élança. Baudru Il arriva cependant juste ne à temps paraissait pour pas. apercevoir Ganimard Baudru s'avança sur l'impériale  : il n'y de avait Batignolles personne Jardin dans la des salle. Plantes qui tournait au — coin Idiot de que la rue je suis, de Rivoli. murmura-t-il, Il courut j'oubliais et rattrapa la seconde l'omnibus. issue. Mais il avait perdu ses deux agents. Le bureau Il était communique, seul à continuer en effet, la poursuite. par un couloir Dans intérieur, sa fureur, avec il fut celui sur de le la point rue Saint- de le prendre Martin. Ganimard au collet s'élança. sans plus Il de arriva formalité. juste à N'était-ce temps pour pas apercevoir avec préméditation Baudru sur l'impériale et par une de ruse Batignolles ingénieuse, Jardin que des ce soi-disant Plantes qui imbécile tournait l'avait au coin séparé de la de rue ses de auxiliaires ? Rivoli. Il courut et rattrapa Il regarda l'omnibus. Baudru. Mais Il il somnolait avait perdu sur ses la deux banagents. Il était seul à continuer la poursuite. quette, et sa tête ballottait de droite et de gauche. La bouche un peu entrouverte, son visage avait une incroyable expression de bêtise. Non, ce n'était pas là un adversaire capable de rouler le vieux Ganimard ; le hasard l'avait servi, voilà tout. Au carrefour des Galeries Lafayette, l'homnie - guette, sauta de et l'omnibus sa tête ballottait dans le de tramway droite et de gauche. la Muette. La bouche On suivit un le peu boulevard entrouverte, Hausniann, l'avenue avait une Victor-Hugo. incroyable Baudru expression ne descendit bêtise. que Non, devant ce n'était la station pas là un de adversaire la Muette. ca- Et son visage pable d'un pas de nonchalant rouler le vieux il s'enfonça Ganimard ; dans le le hasard bois l'avait de Boulogne. servi, voilà tout. Au Il passait carrefour d'une des allée Galeries à l'autre, Lafayette, revenait l'homni sur sauta ses pas, de s'éloignait. l'omnibus Que dans cherchait-il ? le tramway Avaitil la un Muette. but ? On suivit le boulevard Haus- de mann, Après l'avenue une heure Victor-Hugo. de ce manège, Baudru il semblait ne descendit harassé que de devant fatigue. la De station fait, avisant de la Muette. un banc, Et d'un il s'assit. pas nonchalant L'endroit, situé il s'enfonça non loin dans d'Auteuil, le bois au de bord Boulogne. d'un petit lac caché parmi les arbres, était Il passait absolument d'une allée désert. à l'autre, Une demi-heure revenait sur s'écoula. ses pas, s'éloignait. Impatienté, Que Ganimard cherchait-il ? résolut Avaitil un en but conversation. ? d'entrer Il Après s'approcha une heure donc de et ce prit manège, place aux il semblait côtés de Baudru. harassé de Il fatigue. alluma une De fait, cigarette, avisant traça un banc, des ronds il s'assit. sur L'endroit, le sabtedu situé bout non de sa loin canne, d'Auteuil, et dit  : au — bord Il ne d'un fait petit pas chaud. lac caché parmi les arbres, était Un absolument silence. Et soudain, désert. dans Une ce demi-heure silence un éclat s'écoula. de rire Impatienté, retentit, Ganimard mais un rire résolut joyeux, d'entrer en conversation. le rire d'un enfant pris de fou-rire, et heureux, qui Il ne s'approcha peut pas, donc qui ne et peut prit place pas s'empêcher aux côtés de rire. Baudru. Nettement, Il alluma réellement, une cigarette, Ganimard traça sentit des ses ronds cheveux sur le sable se hérisser du bout sur de le sa cuir canne, soulevé et dit de  : son crâne. Il fait Ce pas rire, chaud. ce rire infernal qu'il connaissait Un silence. bien Et !... soudain, dans ce silence un éclat D'un de geste rire retentit, brusque, mais il saisit un l'homme rire joyeux, par les heureux, parements le rire de d'un sa enfant veste et pris le de regarda fou-rire, profondément, ne peut pas, violemment, qui ne peut mieux pas s'empêcher encore qu'il de et qui rire. ne l'avait Nettement, regardé réellement, aux assises, Ganimard et en vérité sentit ce ses ne fut cheveux plus l'homme se hérisser qu'il sur vit. le C'était cuir soulevé l'homme, de son mais crâne. c'était Ce en rire, même ce rire temps infernal l'autre qu'il connaissait si bien !..., le vrai. Aidé D'un par geste une brusque, volonté complice, il saisit l'homme il retrouvait par la les vie parements ardente des sa yeux, veste il complétait et le regarda le masqufondément, amaigri, violemment, il apercevait mieux la chair encore réelle qu'il sous pro- l'épiderme ne l'avait regardé abîmé, la aux bouche assises, réelle et en à travers vérité ce le rictus ne fut plus qui la l'homme déformait. qu'il Et vit. c'était C'était les l'homme, yeux de l'autre, mais c'était la bouche en même de l'autre, temps c'était, l'autre c'était, le surtout vrai. son expression aiguë, vivante, moqueuse, Aidé par spirituelle, une volonté si claire complice, et si jeune ! il retrouvait la « vie Arsène ardente Lupin, des yeux, Arsène il complétait Lupin » balbutiat-il. amaigri, Et subitement, il apercevait pris de la rage, chair lui réelle serrantla sous le masque gorge, l'épiderme il tenta abîmé, de le la renverser. bouche réelle Malgré à travers ses cinquante rictus qui ans, la il déformait. était encore Et d'une c'était vigueur les yeux peu de le commune, l'autre, la bouche tandis que de son l'autre, adversaire c'était, semblait c'était en surtout assez son mauvaise expression condition. aiguë, Et vivante, puis, quel moqueuse, de spirituelle, maître s'il parvenait si claire et à si le jeune ramener ! ! coup « La Arsène lutte fut Lupin, courte. Arsène Arsène Lupin Lupin » balbutia- se défendit à peine, et, aussi promptement qu'il avait Je sais tout Roman t-il. Et subitement, pris de rage, lui serrantla gorge, il tenta de le renverser. Malgré ses cinquante ans, il était encore d'une vigueur peu Dans sa fureur, il fut sur le point de le 740 prendre au collet sans plus de formalité.commune, tandis que son adversaire semblait N'était-ce pas avec préméditation et par une en assez mauvaise condition. Et puis, quel ruse ingénieuse, que ce soi-disant imbécile coup de maître s'il parvenait à le ramener ! l'avait séparé de ses auxiliaires ? La lutte fut courte. Arsène Lupin se défendit à peine, et, aussi promptement qu'il Tl regarda Baudru. Il somnolait sur la ban- avait î4°
attaqué, Ganimard lâcha prise. Son bras droit pendait inerte, engourdi. — Si l'on vous apprenait le jiu-jitsu au quai des Orfèvres, déclara Lupin, vous sauriez que ce coup s'appelleudi-shi-ghi en japonais. Et il ajouta froidement  : — Une seconde de plus, je vous cassais le attaqué, bras, et Ganimard vous n'auriez lâcha eu prise. que Son ce que bras vous droit pendait méritez. inerte, Comment, engourdi. vous, un vieil ami, que j'estime, — Si l'on devant vous qui apprenait je dévoile jiu-jitsu spontanément au quai des mon Orfèvres, incognito, déclara vous abusez Lupin, de vous nia sauriez confiance ? que ce C'est coup mal... s'appelle Eh bien,udi-shi-ghi quoi, qu'avez-vous en japonais. ? Ganimard Et il ajouta se froidement taisait. Cette  : évasion, dont il se — jugeait Une responsable seconde de — plus, n'était-ce je vous pas cassais lui, qui, le bras, par sa et déposition vous n'auriez sensationnelle, eu que ce avait que induit vous méritez. la justice Comment, erreur ? — vous, Cette un évasion vieil ami, lui semblait j'estime, la honte devant qui sa carrière. je dévoile Une spontanément larme roula que mon vers sa incognito, moustache vous grise. abusez de ma confiance ? C'est — Eh mal... ! mon Eh Dieu, bien, Ganimard, quoi, qu'avez-vous ne vous faites ? pas Ganimard de bile  : si se vous taisait. n'aviez Cette pas évasion, parlé, dont je me il serais jugeait arrangé responsable pour — qu'un n'était-ce autre pas parlât. lui, qui, par Voyons, sa déposition pouvais-je sensationnelle, admettre que avait l'on induit condamnât justice Baudru en erreur ? Désiré — ? Cette évasion lui sem- la blait — Alors, la honte murmura de sa carrière. Ganimard, Une larme c'était roula vous qui vers étiez sa moustache là-bas ? C'est grise. vous qui êtes ici ! — Eh Moi, ! mon toujours Dieu, moi, Ganimard, uniquement ne vous moi. faites pas — de Est-ce bile  : possible si vous ? n'aviez pas parlé, je me serais — Oh arrangé ! point n'est pour besoin qu'un d'être autre sorcier. parlât. Il suffit, Voyons, comme pouvais-je l'a dit ce admettre brave président, que l'on de condamnât préparer Baudru pendant Désiré une douzaine ? d'années pour se être — prêt Alors, à toutes murmura les éventualités. Ganimard, c'était vous qui étiez Mais là-bas ? votre C'est visage ? vous Vos qui yeux ? êtes ici ! — Moi, Vous toujours comprenez moi, uniquement bien si moi. j'ai travaillé — Est-ce dix-huit possible mois ? à Saint-Louis avec le docteur — Oh Altier, ! point n'est ce n'est besoin pas d'être par amour sorcier. de Il suffit, l'art. J'ai comme pensé l'a que dit celui brave qui président, aurait un de jour se l'honneur préparer pendant de s'appeler une.douzaine Arsène Lupin, d'années devait pour être se soustraire prêt à toutes aux les lois éventualités. ordinaires de l'apparence — Mais et de votre l'identité. visage ? L'apparence ? Vos yeux ? Mais on la — modifie Vous a comprenez son gré. Telle bien injection que si hypodermique dix-huit de paraffine mois vous à Saint-Louis boursouffie la avec peau le j'ai travaillé docteur juste à l'endroit Altier, choisi. ce n'est L'acide pas par pyrogallique amour de vous l'art. J'ai transforme pensé que en celui Mohican. qui aurait Le suc un de jour la grande l'honneur chélidoine de s'appeler vous Arsène orne de Lupin, dartres devait et tumeurs se soustraire du plus aux heureux lois ordinaires effet. Tel de procédé l'apparence et de agit l'identité. sur la pousse L'apparence ? de votre barbe Mais on et chimique la de modifie vos cheveux, a son gré. tel autre Telle sur injection le son hypoder- votre mique voix. Joignez de paraffine à cela vous deux boursoutfle mois de la diète peau dans juste à la l'endroit cellule n°choisi. 24, L'acide des exercices pyrogallique mille vous fois répétés transforme pour ouvrir en Mohican. ma bouche Le suc selon de cela grande rictus, pour chélidoine porter vous nia tête orne selon de dartres cette inclinaison et du mon plus dos heureux selon cette effet. courbe. Tel procédé Enfin et de tumeurs cinq chimique gouttes agit d'atrophine sur la pousse dans de les votre yeux barbe pour les et de rendre vos cheveux, hagards et tel fuyants, autre sur et le le tour son de est votre joué. voix. — Je Joignez conçois à cela pas.que deux les mois gardiens... de diète dans — La la métamorphose cellule n°24, des a été exercices progressive. mille Ils fois n'ont répétés pu en pour remarquer ouvrir ma l'évolution bouche selon quotidienne. rictus, pour porter ma tête selon cette incli- ce naison — Mais et mon Baudru dos Désiré ? selon cette courbe. Enfin cinq gouttes d'atrophine dans les yeux pour les La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin rendre hagards et fuyants, et le tour est joué. 741 — Je ne conçois pas.que les gardiens... — La métamorphose a été progressive. Ils n'ont pu en remarquer l'évolution quotidienne. — Mais Baudru Désiré ? 741 — Baudru existe. C'est un pauvre innocent, que j'ai rencontré l'an dernier, et qui vraiment n'est pas sans offrir avec moi une certaine analogie de traits. En prévision d'une arrestation toujours possible, je l'ai mis en sûreté, et je nie suis appliqué à discerner dès l'abord les points de dissemblance qui nous séparaient, — Baudru pour les existe. atténuer C'est un en pauvre moi autant innocent, que cela que j'ai se pouvait. rencontré Mes l'an amis dernier, lui et ont qui fait vraiment passer n'est une nuit pas au sans Dépôt, offrir de avec manière moi une à ce certaine qu'il en sortit analogie à peu de traits. près à En la même prévision heure d'une que arrestation que la toujours coïncidence possible, fût facile je l'ai à mis constater. en sûreté, Car, moi, et et notez-le, je me suis il fallait appliqué que à l'on discerner retrouvât dès la l'abord trace de les son points passage, de dissemblance sans quoi justice qui nous se fût séparaient, qui pour j'étais. les atténuer Tandis qu'en moi lui autant offrant que cet demandé excellent cela se pouvait. Baudru, Mes il amis était lui inévitable, ont fait passer vous entendez, une nuit au inévitable, Dépôt, de qu'elle manière sauterait à ce qu'il sur lui, en et sortît que à malgré peu près les à difficultés la même heure insurmontables que moi, et d'une que la substitution, coïncidence fût elle facile préférerait à constater. croire Car, à la substitution notez-le, il fallait plutôt que d'avouer l'on retrouvât son ignorance. la trace de — son Oui, passage, oui, en sans effet, quoi murmura la justice Ganimard. se fût demandé — Et qui puis, j'étais. s'écria Tandis Arsène qu'en Lupin, lui offrant j'avais cet entre excellent les mains Baudru, un il atout était formidable, inévitable, vous une carte entendez, machinée inévitable, par moi qu'elle dès le sauterait début  : l'attente sur lui, où et que tout malgré le monde les était difficultés de mon insurmontables évasion. Comprenez d'une substitution, donc que, elle pour préférerait m'évader... croire sans à la m'évader, substitution il plutôt fallait que que d'avouer l'on crût son d'avance ignorance. à cette — évasion, Oui, oui, que en effet, ce fût murmura un article Ganimard. de foi, une — conviction Et puis, s'écria absolue, Arsène une vérité Lupin, éclatante j'avais comme entre les le mains soleil. un Et atout ce fut formidable, cela, de par une nia volonté. carte machinée Arsène par Lupin moi dès s'évaderait, le début  : l'attente Arsène Lupin où tout n'assisterait le monde était pas de mon à son évasion. procès. Comprenez vous donc vous que, pour êtes levé m'évader... pour dire sans  : Et quand « m'évader, Cet homme il fallait n'est que pas l'on Arsène crût d'avance Lupin ! » à cette il eut évasion, été surnaturel que ce fût que un tout article monde. foi, ne une crût conviction pas immédiatement absolue, une que vérité je n'étais éclatante pas comme Arsène Lupin. le soleil. Qu'une Et ce seule fut cela, personne de par doutât, ma volonté. qu'une seule Arsène émit Lupin cette s'évaderait, simple restriction Arsène  : « Lupin Et si c'était n'assisterait Arsène Lupin pas à son ? », à procès. la minute Et quand même, j'étais vous perdu. vous Il êtes suffisait levé de pour se pencher dire  : « vers Cet moi, homme non pas n'est avec pas l'idée Arsène que Lupin je n'étais., ! » pas il eut Arsène été surnaturel Lupin, comme que tout vous le l'avez monde fait, ne vous crût pas et les immédiatement autres, mais avec que je l'idée n'étais que pas je pouvais Arsène Lupin. être Arsène Qu'une Lupin, seule personne et malgré doutât, toutes qu'une mes précautions, seule émît on cette me reconnaissait. simple restriction Mais  : j'étais « Et si tranquille. c'était Arsène Logiquement, Lupin ? », psychologiquement, même, j'étais personne perdu. Il ne suffisait pouvait de avoir se pencher cette à la minute simple vers moi, petite non idée. pas avec l'idée que je n'étais* pas Arsène Lupin, comme vous l'avez fait, vous LUPIN et les REPREND autres, SA mais VIE ÉLÉGANTE. avec l'idée que je pouvais être Arsène Lupin, et malgré toutes mes précautions, on me reconnaissait. Mais j'étais Il saisit tranquille. tout à coup Logiquement, la main de psychologiquement, — Voyons, personne Ganimard, ne pouvait avouez avoir que cette huit Ganimard. jours simple après petite notre idée. entrevue dans la prison de la Santé, vous m'avez attendu, chez vous, à Lquatre heures, comme je vous en avais prié ? — U Et votre REPREND voiture SA VIE pénitentiaire ÉLÉGANTE. ? dit Ganimard, évitant de répondre. Il saisit tout à coup la main de Ganimard. — Voyons, Ganimard, avouez que huit jours après notre entrevue dans la prison de la Santé, vous m'avez attendu, chez vous, à quatre heures, comme je vous en avais prié ? — Et votre voiture pénitentiaire ? dit Ganimard, évitant de répondre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 1Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 190-191Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 192-193Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 194-195Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 196-197Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 198-199Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 200-201Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 202-203Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 204