Je Sais Tout n°50 janvier 1906
Je Sais Tout n°50 janvier 1906
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de janvier 1906

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 138 Mo

  • Dans ce numéro : l'évasion d'Arsène Lupin.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
dûment, sans s'inquiéter de la balle que je lui lançai sans viser, du haut d'un tronc abattu où je me tenais en équilibre. Une autre fois, je me buttai presque à un énorme ours endormi. D'abord, il parut ignorer ma présence et se secoua sur ses pattes, d'un air bon enfant. Mais ses poils se dûment, hérissaient sans sur s'inquiéter ses épaules de la et balle sur sa que nuque ; je lui l'entrevue lançai sans prenait viser, du une haut tournure d'un tronc menaçante. abattu où Ma je balle me tenais le frappa en équilibre. entre les deux yeux et il tomba Une foudroyé. autre fois, je me buttai presque à un énorme Je souviens ours endormi. qu'étant en D'abord, compagnie il parut d'un de ignorer mes bouviers ma présence (t), je poursuivis et se secoua à pied sur une ses ourse pattes, et d'un son ourson air bon dedeux enfant. ans. Mais Elle ses eût poils pu facilement hérissaient s'échapper sur ses sans épaules son étrange et sur tactique. sa nuque ; A se l'entrevue chaque instant, prenait elle une s'arrêtait tournure et s'asseyait menaçante. sur ses Ma jambes balle le de frappa derrière entre pour les nous deux regarder. yeux et A il la tomba fin, foudroyé. nous pûmes l'approcher à portée du fusil Je me et je souviens la blessai, qu'étant bien que en peu compagnie grièvement. d'un de Elle mes fonça bouviers sur mon (i), compagnon, je poursuivis qui à pied la tua. une ourse Un et grizzly son ourson que de je deux tuai ans. il y Elle a bien eût pu longtempslement s'échapper s'abattit à sans ma son première étrange balle, tactique. qui A faci- avait chaque pénétré instant, dans elle l'estomac. s'arrêtait et Il s'asseyait nous laissa sur ses approcher jambes de sans derrière essayer pour de nous s'enfuir, regarder. et en A la prouvant fin, nous par pûmes son attitude l'approcher une intense à portée curio- du sité. fusil et je la blessai, bien que peu grièvement. Elle Nous fonça crûmes sur mon qu'il compagnon, avait eu les qui reins la brisés, tua. et Un mon grizzly compagnon que je s'avança, tuai il y prêt a bien à l'achever longtemps, d'une halle s'abattit de revolver. à ma première Le projectile balle, eut qui un avait effet contraire pénétré dans à celui l'estomac. que nous Il nous attendions. laissa Comme approcher tiré sans de sa essayer torpeur, de l'ours s'enfuir, se dressa et en et prouvant prit sa course par son à travers attitude la forêt une intense avec une curio- rapidité sité. vertigineuse. Nous Les ours crûmes noirs qu'il ne avait sont eu pas, les reins à quelques brisés, et exceptions mon compagnon près, de s'avança, formidables prêt adversaires. à l'achever On d'une en balle a vu de s'élancer revolver. sur Le le projectile chasseur eut et un le tuer, effet mais contraire ils se à contentent celui que nous presque attendions. toujours Comme de broyer tiré un de membre sa torpeur, entre l'ours leurs se puissantes dressa et prit mâchoires sa course avant à travers de se retirer. la forêt avec une rapidité Un vertigineuse. jour, je tirai sur l'un d'eux à bout portant. Les Il ours se mit noirs à pousser ne sont des pas, cris lamentables, à quelques exceptions et, affolé, commença près, de formidables à bondir de adversaires. la façon la On plus en désordonnée a vu s'élancer entre sur les le arbres, chasseur où et il se le tuer, heurtait mais violemment. ils se contentent Il me presque fut facile toujours de de l'achever. broyer un membre entre leurs puissantes mâchoires Il m'est arrivé avant de fréquemment se retirer. de surveiller des Un ours jour, à leur je tirai insu sur et de l'un pouvoir d'eux étudier à bout leurs portant. habitudes. Il se mit Un à jour, pousser j'observai des cris longuement lamentables, un grizzly et, affolé, qui commença travaillait à laborieusement bondir de façon à déterrer plus désordonnée des caches (2) entre d'écureuil les arbres, sur le penchant où il se la d'une heurtait colline violemment. couverte de Il pins. me Par fut deux facile fois, de j'assistai l'achever. aux comiques évolutions d'un ours autour Il m'est d'une arrivé carcasse fréquemment qu'il avait de l'intention surveiller des (t) ours Nul n'ignore à leur que insu Théodore et de pouvoir Roosevelt, étudier condamné leurs par habitudes. les médecins Un jour, de New-York j'observai comme longuement phtisique (!) un à l'àge de 25 ans, émigra dans le Far-West, où il entreprit l'élevage. grizzly qui travaillait laborieusement à déterrer (2) Expression des caches franco-canadienne. (2) d'écureuil sur Les le écureuils penchant et d'une d'autres colline animaux couverte cachent dans de des pins. trous Par du deux sol ou fois, dans j'assistai le creux des aux arbres comiques leurs provisions évolutions d'hiver. d'un ours autour d'une carcasse qu'il avait l'intention Je sais tout _.Tous les Sports (i) Nul n'ignore que Théodore Roosevelt, condamné par les médecins de New-York comme phtisique (!) à l'âge de 25 ans, émigra dans le Far-West, où il entreprit l'élevage. (2) Expression franco-canadienne. Les écureuils et d'autres animaux cachent dans des trous du sol ou dans le creux des arbres leurs provisions d'hiver. d'enterrer, en prévision d'une famine possible. Rien de plus comique que ce spectacle ! L'ours avait des gestes vraiment humains. Tantôt, il soulevait « à deux bras » le cadavre du daim déjà à demi dévoré, tantôt il le retournait sans le moindre effort apparent, ou encore l'empoignait à pleines dents et le traînait, d'enterrer, quand en prévision il ne s'y d'une attelait famine pas des possible. deux pattes Rien de de plus devant.comique Il lui que arriva ce de spectacle ! lâcher prise L'ours et de avait rouler des gestes sur le vraiment dos. Cette humains. chute humiliante l'irrita. Tantôt, Il il se soulevait vengea sur « à la deux carcasse bras » en le cadavre du daim une formidable déjà à demi taloche, dévoré, de tantôt même il lui allongeant qu'un le retournait enfant sans heurte le moindre d'un coup effort de apparent, pied le meuble ou encore où l'empoignait il vient de se cogner. à pleines dents et le traînait, quand il ne s'y attelait pas des deux Lpattes A PREMIÉRF. de devant. Il JOURNÉE lui arriva DE de CHASSE lâcher prise  : A LA et de rouler POURSUITE sur le dos. D'UN Cette LYNX. chute humiliante l'irrita. Il se vengea sur la carcasse en lui allongeant Et je citerai une encore formidable souvenir taloche, de de cet même ours qu'un noir que enfant je surpris heurte en train d'un de coup déjeuner. de pied Très le actif, meuble il soulevait où il vient de de ses se deux cogner. pattes de devant les roches et les troncs, les repoussait d'un effort, LA PREMIÈRE et, sans donner JOURNIE aux DE rats CHASSE et aux  : souris A LA le temps de revenir de leur surprise, les gobait littéralement. POURSUITE D'UN LYNX. De Et je dessous citerai encore un tronc le abattu souvenir il délogea de cet ours un cinpniunk noir que je (t) surpris qui chercha en train à de s'enfuir. déjeuner. Pendant Très actif, plusieurs il soulevait minutes, de ses il joua deux avec pattes la de bestiole devant comme les roches un et chat les avec troncs, une les souris, repoussait dansant d'un deci effort, de-là et, avec sans plus donner d'agilité aux que rats de et maladresse, aux souris lançant le temps des revenir coups de de patte leur surprise, au malheureux les gobait littéralement. qui zigzaguait désespérément dans gibier, l'herbe De dessous rase, et, un finalement, tronc abattu l'engloutissant il délogea un chipmunk dans son énorme (i) qui chercha gueule. à s'enfuir. Pendant plusieurs Cela, c'était minutes, le vieux il joua temps, avec quand la bestiole je chassais en amateur, un chat avec sans une autre souris, compagnie dansant que de- comme ci ma de-là carabine. avec plus Cette d'agilité fois-ci, que j'allais de maladresse, chasser l'ours lançant avec des des coups chiens. de patte le reconnais au malheureux que, si gibier, nous nous qui étions zigzaguait rencontrés désespérément cette fois, dans avec quelques l'herbe rase, grizzlys, et, finalement, il y aurait eu l'engloutissant des prouesses à dans accomplir. son énorme Mais, gueule. sauf de très rares exceptions, Cela, les c'était ours noirs le vieux ou bruns temps, sont quand condamnés je chassais en amateur, quand les sans chasseurs autre compagnie se font accom- que d'avance pagner ma carabine. par une Cette meute fois-ci, aussi redoutable j'allais chasser que l'était l'ours la avec nôtre. des chiens. je reconnais que, si nous Les nous véritables étions rencontrés héros de notre cette fois, partie avec de quelques chasse furent grizzlys, les chiens, il y aurait et aussi eu des leurs prouesses maitres, à cake accomplir. et Johnny, Mais, qui les sauf avaient de très si bien rares dressés. exceptions, devrais les ours étendre noirs mes ou bruns éloges sont aux condamnés chevaux, Je d'avance pour leur quand extraordinaire les chasseurs endurance se font et accompagner sûreté par une de leurs meute jarrets. aussi redoutable que l'admirable l'était Quant la nôtre. aux autres (et je me comprends dans Les cette véritables catégorie), héros notre de seul notre mérite partie consista chasse tout furent au les plus chiens, à rester et aussi de longues leurs maîtres, jour- de nées lake et en Johnny, selle et qui quelquefois les avaient à gravir si bien ou dressés. à descendre devrais à pied étendre des pentes mes éloges presque aux perpendicu- chevaux, Je laires pour leur en tirant extraordinaire nos montures endurance par la bride. et l'admirable Notre sûreté première de leurs journée jarrets. de chasse fut mou- (i) Quant Ecureuil aux qui vit autres dans des (et terriers. je me comprends dans cette catégorie), notre seul mérite consista tout au plus à rester de longues journées en selle et quelquefois à gravir ou à descendre à pied des pentes presque perpendiculaires en tirant nos montures par la bride. Notre première journée de chasse fut mou- (i) Ecureuil qui vit dans des terriers. 720 720
Mes Chasses, par le Présid 2 n t Roose'el t à C=0 7.1".411kat.1 Tree. ". nen-%4 4 UN COUP DE FUSIL PRÉSIDENTIEL M. Roosevelt vient d'abattre un énorme mirs brun, d'une férocité extraordinaire. — C'est à peine si les chiens de la meule, très éprouvés par les coups de griffes du fauve, osent s'approcher pour flairer le cadavre. UN COUP DE FUSIL PRÉSIDENTIEL M. Roosevelt vient d'abattre 111i énorme ours brun, d'une férocité extraordinaire. — C'est cl peine si les chiens de la meule, très éprouvés par les coups de griffès duJauve, osent s'approcher pour flairer le cadavre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 1Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 190-191Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 192-193Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 194-195Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 196-197Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 198-199Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 200-201Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 202-203Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 204