Je Sais Tout n°50 janvier 1906
Je Sais Tout n°50 janvier 1906
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de janvier 1906

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 138 Mo

  • Dans ce numéro : l'évasion d'Arsène Lupin.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 142 - 143  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
142 143
ce qui me condamne Rien de ce qui m'excuse 1... Elle est si belle, ma vie, dès le premier jour 1 — Je ne sais seulement pas où je suis née 1... De mes parents, je ne me rappelle qu'une femme, toujours ivre de gin, qui m'envoyait toute petite mendier par les rues de Londres, et me rouait de coups si je rentrais les mains vides Zicka. — Ma Par mère, vos notes à ce qu'il de police, parait oui !... !... Un Tout soir on ce qui m'apprit me condamne qu'elle s'était !... Rien fendu de le ce front qui m'excuse pavél... et Elle qu'elle est si en belle, était ma morte, vie, dès et ce le premier qui me sur le toucha jour ! — le plus, Je ne c'est sais que seulement je ne serais pas pas où je battue suis ce née soir-là !... De mes Un parents, voisin je me ne recueillit... me rappelle Il qu'une m'apfemme, prenait à toujours voler... et ivre quand, de gin, lasse qui de m'envoyait servitude, de toute faim, petite de mendier misères, par de les hontes rues de toute Londres, sorte, et me je m'enfuis, rouait de vivant coups le si jour, je rentrais Dieu sait les comme, mains vides et couchant 1... Ma la mère, nuit dans à ce les qu'il maisons paraît !... de Un refuge, soir on ou les m'apprit taudis qu'elle de la Cité... s'était je fendu fus prise le front faisant sur le seul pavé métier et qu'elle qu'on en m'eût était appris, morte, jetée ce dans qui une me toucha prison d'où le plus, je ne c'est sortis que pas je ne meilleure... serais pas battue Puis, ce comme soir-là j'étais 1... Un jeune voisin et, malgré me recueillit... la misère, Il m'apprenait jolie, je à vous voler... fais et grâce quand, de ces lasse années-là. de servitude, Jus- assez qu'au de faim, jour de où, misères, à Vienne, de hontes je fus arrêtée de toute injustement je m'enfuis, comme vivant complice le jour, d'un faussaire. Dieu sait Et comme, encore sorte, et couchant toujours la prison nuit dans les J'étais maisons désespérée, de refuge, maou lade, les mourante... taudis de la On Cité... m'offrit je fus ma prise liberté faisant et de le seul quoi métier vivre en qu'on échange m'eût des appris, services jetée que dans vous une savez prison 1... d'où C'était je ne presque sortis l'indépendance pas meilleure... et l'honnêteté, au j'étais prix jeune du reste... et, malgré J'acceptai la misère, !... assez Et la Puis, comme voilà, jolie, je ma vous vie fais 1... qu'elle grâce de fasse ces horreur... années-là. Ah Jusqu'au jour oui !... où, et à Vienne, à personne je fus plus arrêtée qu'à moi injuste- !... 1 Dieu, ment Mais comme s'il y a quelque complice chose d'un là-haut... faussaire. le Et Ciel encore me et doit toujours une belle la prison revanchel... J'étais ! — Eh désespérée, bien, dans malade, enfer-là mourante... 1... J'avais On mon m'offrit rayon ma de liberté soleil... et l'a- de cet quoi mour vivre de cet en homme échange ! (Debout.) des services Et il faut que encore vous savez que cettel... C'était fille arrive presque et qu'elle l'indépendance me le vole et 1... l'honnêteté, Kraft. au — prix Je comprends du reste... que J'acceptai vous ne 1... l'aimiez Et la pas. voilà, ma vie 1... qu'elle fasse horreur... Ah ! Dieu, Zicka oui'sourdement]. !... et à personne — Ah ! si plus je la qu'a hais moi 1... Ah ! !... Mais ça, oui... s'il y vrai... a quelque je le chose hais bien là-haut... 1... le Ciel me I doit Kraft. une — belle Oh revanche ! ma chère, 1 — si Eh mauvaise bien, dans que cet cela enfer-là ? !... J'avais mon rayon de soleil... l'amour Zicka. de — cet homme Oh 1 mais ! (Debout.) je ne suis Et il pas faut bonne, encore moi que cette !... je fille laisse arrive ça aux et qu'elle gens heureux me le vole ! ça !... leur est Kraft. bien facile — Je comprends 1... Depuis que vous je suis ne sur l'aimiez terre, pas. on ne m'a fait que du mal... Et celui que je pourrai Zicka ! sourdement). faire aux autres — Ah !... ! A si je elle la surtout hais !... Ah ! 1...'Elle ça, oui... remonte.) vrai... je le hais bien !... Kraft. — Et Oh après ! ma 7... chère, si mauvaise que cela Zicka ? (gagnant la gauche, au-dessus de la table) Zicka. —— Après Oh ? ! J'ai mais presque je ne suis de quoi pas vivre bonne, !... J'ai moi horreur, !... je laisse je suis ça lasse aux gens de tout heureux 1... J'irai ! ça finir leur quelque est bien facile part... !... Toute Depuis seule... que dans je suis mon sur coin... terre, on Kraft ne m'a (qui fait l'a que suivie du mal... avec intention, Et celui que à sa je droite). pourrai — faire Par aux exemple, autres !... la petite A elle maison surtout que 1..., (Elle vous remonte.) aviez louée, cet hiver, à Nice... Kraft. Zicka. — Et Par après exemple, ?... oui !... Kraft Zicka (bonhomme). (gagnant la — gauche, Eh bien, au-dessus comtesse, de la il ne table) tient — qu'à Après vous ? J'ai qu'elle presque vous de appartienne quoi vivre !... J'ai Zicka horreur, (surprise). je suis — lasse Comment de tout ? l... J'irai finir quelque Kraft. — part... Toute seule... dans mon coin... Les mariés partent pour l'Italie, Kraft. — Le voyage classique... mais ils vont droit à Borne... (Le capitaine et quelques invités passent au fond, le capitaine aperçoit le baron à qui il vient serrer la main sur le seuil.) Keriolan. — Ah ! baron 1 Kraft. — Bonjour 1 Zicka. Keriolan. — Oui, — Il ce y soir. a un siècle qu'on ne vous a vu Kraft. 1 Ill remonte — Le voyage dans la classique... galerie tandis mais que ils vont Van der droit Kraft à Rome... redescend vers Zicka près du canapé et, (Le baissant capitaine la voix, et quelques reprend la invités conversation.) passent au fond, Kraft. le — capitaine Ils vont aperçoit à Rome, le dis-je, baron et à qui pourquoi vient 7... serrer C'est la que main M. sur de le Maurillac seuil.) emporte les il notes Kerjolan. préliminaires — Ah ! baron à un 1 certain traité francoitalien... Kraft. — Ces Bonjour notes constituent 1 tout un petit dossier Keràolan. qu'il a rapporté — Il y a du un ministère siècle qu'on hier ne au vous soir a 1 vu Elles 1 (ll sont remonte là ! (Il dans indique la galerie sans se tandis retourner que Van le secrétaire der Kraft redescend au fond.) vers Zicka près du canapé et, Zicka baissant (même la voix, jeu). — reprend Dans cela meuble conversation.) ? Kraft. — Sûrement. Ils vont à Rome, dis-je, et pourquoi Zicka. ?... — C'est Oui, que mais M. de fermé Maurillac !... Et tout emporte un dossier notes à prendre. préliminaires à un certain traité franco- les italien... (On voit Ces les notes invités constituent dans la pièce tout un du petit fond, dossieriver, qu'il aller a et rapporté venir.) du ministère hier au soir ! ar- Elles Kraft. sont — là Non ! (Il indique un seul sans document, se retourner la clef de le secrétaire tous les autres. fond.) Zicka. iméme — Quiieu). est ?... — Dans ce meuble ? Kraft. — Sûrement. Une feuille double... le texte... italien, Zicka. avec — des Oui, notes mais marginales fermé !... Et et tout certaines un dossier phrases à prendre. vigoureusement soulignées au crayon rouge !... (On voit Que les je invités sois, dans ce soir, la pièce en possession du fond, arriver, ce document... aller et venir. Et J demain la petite maison de de Nice Kraft. est — à vous Non 1... un seul document, la clef de tous Zicka les (suivant autres. son idée). — Oh ! la maison, nous Zicka. en reparlerons — Qui est ?... 1 C'est que j'ai bien peu de temps Kraft. ! S'ils — Une partent feuille à trois double... heures le 1 texte... italien, Kraft. avec — Chère des notes amie, marginales si la chose et était certaines simple, je phrases n'aurais vigoureusement pas recours à vous soulignées ! au crayon rouge !... Zicka. — Que C'est je sois, bien difficile. ce soir, en possession de ce Kraft. document... — Mais Et si appétissant demain la petite I maison de Nice Zicka. est — à vous Copier I... !... Trop long. Kraft. Zicka —(suivant Donnez-moi son idée). l'original !... — Oh ! la Il maison, ne voit nous rien qu'en reparlerons route 1... 1 Croit C'est que à quelque j'ai bien oubli... peu de soupçonnât-il temps ! S'ils partent le fait, à trois cela heures m'est 1 égal 1... La mèche Kraft. est — éventée. Chère amie, si la chose était simple, je Zicka n'aurais (à pas elle-méme, recours à descendant vous 1 à l'avantscène). Zicka. — Oui C'est !... bien et difficile. s'il découvrait, au contraire Kraft. 7... — Mais si appétissant 1 Kraft. Zicka. — Hein Copier ?... 1... Trop long. Kraft. Zicka. — Rien... Donnez-moi une idée l'original à moi... !... mon Il ne plan voit que rien je qu'en médite route ! Vousl... rentrez Croit à chez quelque vous ? oubli... soupçonnât-il Kraft. — Non, le je fait, pars cela demain m'est pour égal Vienne,l... La ce mèche soir, est je éventée. dîne ville, mais je serai chez moi à onze Zicka heures... (à elle-méme, minuit. descendant à l'avantscène). Zicka. — Oui Eh !... bien, et baron, s'il découvrait, je crois qu'à au cette contraire ?... ce sera chose faite ! Kraft. — A Hein la bonne ?... heure 1 Je vous retrouve I heure-là, Voyez-vous, Zicka. — Rien... chère une comtesse, idée à contre moi... les mon grands plan chagrins, que je médite il n'y ! Vous a qu'un rentrez remède chez !... vous Le ? travail ! Kraft. Zicka (à — elle-méme). Non, je pars — Oh demain 1 il y pour a aussi Vienne, autre Je sali tout - —° n'est-ce Kraft pas ? (qui l'a suivie avec intention, à sa chose... ce soir, je dîne en ville, mais je serai chez moi droite). — Par exemple, la petite maison que à onze heures... minuit. vous aviez louée, cet hiver, à Nice... Zicka. — Eh bien, baron, je crois qu'à cette Zicka. — Par exemple, ouil... heure-là, ce sera chose faite ! Kraft (bonhomme). — Eh bien, comtesse, il Kraft. — A la bonne heure 1 Je vous retrouve I ne tient qu'à vous qu'elle vous appartienne !... 788 Voyez-vous, chère comtesse, contre les grands Zicka (surprise j. — Comment ? Kraft. — Les mariés partent pour l'Italie, n'est-ce pas ? 788 chagrins, il n'y a qu'un remède !... Le travail ! Zicka (à elle-méme). — Oh 1 il y a aussi autre chose...
SCÈNE III Les mêmes, Mion. Mion (en belle toilette, accourant par le fond). Kraft. — Je ne suis pas vu ici d'assez bon — Ah ! monsieur le baron !... Ah ! madame 1 oeil pour y chercher un mauvais compliment... V'là tout le monde ! V'là les voitures dans L'Espionne la C'est convenu, c'est dit ? cour ! Ah ! que c'est donc gai, une noce 1 Et m'am'zelle 1 faut voir comme elle est jolie ! Zicka. — Oui ! (Grand mouvement d'arrivée Kraft. — Mam'zelle ? Madame à présent. au fond, à droite.) SCÈNE III Mion. — Oh ! aujourd'hui on peut bien Les mêmes, encore dire mam'zelle. (Elle sort par la droite.) (Il sort par la galerie. — Deux personnes au Kraft. Mion. — On envahit le salon ! bonne chance 1 Mion Kraft. (en — belle Voyez-vous toilette, accourant ça... la petite par le 1... fond). (A fond Kraft. saluent — Je Kraft ne suis à sa pas sortie, vu ici Toupin d'assez peu bon — Zicka.) Ah ! Je monsieur me sauve le 1 baron !... Ah 1 madame ! après oeil pour cause y chercher avec le capitaine un mauvais Kerjolan compliment... et deux V'là Zicka. tout le Pourquoi ? monde ! V'là les voitures dans la invités, C'est convenu, à gauche, c'est près dit de ? la porte.) cour ! Ah ! que c'est donc gai, une noce 1 Et m'am'zelle ! faut voir comme elle est jolie 1 Zicka. — Oui ! (Grand mouvement d'arrivée Kraft. — SCÈNE au IV fond, à droite.) Mam'zelle ? Madame à présent. Mion. — Oh 1 Zicka, aujourd'hui la Princesse, on peut la bien Marquise, encore Fart-one, Kraft. — André, On envahit Toupin, le salon etc. ! bonne chance ! (Au dire fond, mam'zelle. allées et (Elle venues. sort Tout par le la mouvement d'un retour droite.) (Il sort par la galerie. — Deux personnes au Kraft. — Voyez-vous d'église.) ça... la petite I... (A tés qui la saluent.) Mon gendre 1 où est mon gendre fond saluent 1 Kraft à sa sortie, Toupin peu Zicka.) La Princesse Je me sauve (entrant ! par la droite). — Pouh ! après Toupin cause (continuant avec le capitaine la conversation Kerjolan avec et deux on Zicka. étouffe _—là-dedans Pourquoi ! ? Kerjolan et (A Zicka.) Comment, ma invités, à les gauche, deux autres, près de en la descendant porte. j à gauche). — Non., moi, voyez-vous, en fait de ligne chère, vous êtes là ? Je vous cherchais à la sacristie ! SCÈNE politique, 1V je n'ai qu'une ligne à la Chambre. Zicka. — Il faisait une telle chaleur, que j'ai Zicka, la Princesse, la Marquise, J'ai Favrolle, l'oeil sur André, Griffart que je ne peux pas sentir ! failli me trouver mal ! Si Griffart grogne, Toupin, etc. j'applaudis ! S'il applaudit, La (Au Princesse. fond, allées — Eh et bien venues. ! et Tout là-dedans, le mouvement embrassade d'un retour d'église.) gendre Kerjolan. ! — C'est simple. La Princesse Marquise (entrant par par la le droite). fond, — tout Pouh em- ! Toupin (continuant (à l'avant-scène la conversation à gauche). avec — Mais, Ker- c'est je tés grogne qui la ! saluent.) Voilà toute Mon ma gendre ligne 1... 1 où est mon une on panachée étouffe et là-dedans aux invités 1 (A du Zicka.) fond). Comment, — Mon gen- ma par jolan exemple, et les deux ce autres, qui me en passionne, descendant c'est à gauche). — Non, sociale moi, ! Et voyez-vous, qu'est-ce que en fait la question de ligne la dre chère, !... Mon vous gendre êtes là ? Je Princesse vous cherchais ! vous n'avez à la question pas sacristie vu mon gendre ?... sociale politique, ? C'est je n'ai la femme qu'une 1 ligne à la Chambre. La Zicka. Princesse. — Il faisait — Il une est telle là, votre chaleur, gendre... que j'ai J'ai Kerjolan l'oeil sur (appuyant). Griffart que — je Ça ne I... peux pas sentir pour failli me tâcher trouver qu'on mal lui ! laisse un peu de sa Si Toupin. Griffart — grogne, Et quelle j'applaudis femme, ! surtout ?... S'il applaudit, La femme La Princesse. !... — Eh bien ! et là-dedans, c'est femme je grogne légère, 1 Voilà vu toute son ma importance ligne 1... actuelle une La embrassade Marquise. — 1 Merci I... (Elle passe à Zicka./dans Kerjolan. société. — C'est (Favrolle simple. entre avec André par ! Ah La I comtesse Marquise ! (entrant Dora me par disait le  : fond, « Mais tout où empanachée qui et ne aux m'a invités pas embrassée du fond). ? — Mon gen- par Kerjolan..— exemple, ce Alors, qui vous me passionne, l'étudiez ?... c'est la est la Toupin droite.) (à l'avant-scène à gauche). — Mais, Zicka, dre Zicka. !... Mon — J'y gendre vais ! 1... (Elle Princesse sort par 1 vous la droite.) n'avez question Toupin. sociale — Chez ! Et elle qu'est-ce ! dans ses que moeurs, la question ses pas La vu Princesse. mon gendre — Eh ?... bien, maman, vous voilà. aptitudes sociale ? C'est et ses la femme tendances 1 ! D'où vient-elle ? dans La toutes Princesse. vos émotions. — Il est là, votre gendre... Où Kerjolan va-t-elle (appuyant). ? Que veut-elle — Ça ? !... pour La Marquise. tâcher qu'on — Ah lui 1 si laisse ansiouse un peu pour de cette sa Favrolle. Toupin. — Et Votre quelle argent femme, 1... surtout ?... La enfant femme 1... que j'aimerais mieux prendre sa femme Toupin. légère, — Très vu bien son ! Pourquoi importance ? actuelle place La Marquise. 1... — Merci !... (Elle passe à Zicka.) dans Favrolle la société. Ide ? aine, (Favrolle tranquillement). entre avec André — Pour par lAh La ! Princesse.comtesse ! — Dora Eh me bien disait 1 maman,  : « Mais qu'est-ce où le la manger droite.) ! que Zicka, vous qui dites ne m'a là ? pas embrassée ? Toupin Keriolan. (avec chaleur). Alors, vous — l'étudiez Parfait ! ?... Est-ce logique Toupin. ? C'est — logique Chez elle ! Pourquoi ! dans ses ? Parce moeurs, qu'elle ses La Zicka. Marquise — J'y vais (pleurant ! (Elle et sort se mouchant). par la droite.) — Quand La Princesse. je pense — que Eh cette bien, anze maman, qui né vous m'a voile jamais dans toutes quittée vos d'oune émotions. minoute qu'elle va partir la Où question va-t-elle sociale ? Que veut-elle posée d'une ? façon, formida- n'en aptitudes a pas. et Et ses pourquoi tendances n'en a-t-elle ! D'où vient-elle pas ? Voilà ? toute La Marquise. seule avec — oun Ah hômme. ! si ansiouse pour cette ble. Favrolle. (Il remonte — Votre par le argent milieu, !... vers Kerjolan et enfant La Princesse. !... que — j'aimerais Dame !... Maman... mieux prendre Voyons !... sa les Toupin. autres — au Très fond.) bien ! Pourquoi ? place La Marquisel... (à mi-voix). — Princesse... oun André Favrolle (à Kerjolan). (de même, — tranquillement). Eh bien ! cher — ami Pour I... conseil, La Princesse. entre nous — ?... Eh bien ! maman, qu'est-ce vous le manger ne lunchez ! pas ?... que La vous Princesse. dites là — ? Allez !... Kerjolan. Toupin (avec — C'est chaleur). fait ! — Parfait ! Est-ce logique Favrolle. ? C'est — logique C'est ! toi Pourquoi qui devrais ? Parce faire qu'elle un La Marquise (en (pleurant confidence). et se mouchant). — Etes-vous — pour Quand que je je pense loui que dise cette quelque anze petite qui né chose m'a ou jamais dou quittée tout d'oune ! minoute qu'elle va partir la André. question — sociale Nous souperons posée d'une en façon route. formida- bon n'en repas a pas. avant Et pourquoi ton départ ! n'en a-t-elle pas ? Voilà rien, toute La Princesse. seule avec — oun Rien hômme. du tout ! ble. Toupin. (Il remonte — L'express par le ? milieu, vers Keriolan et La Princesse. Marquise. — Dame !... Pourtant, Maman... en Espagne, Voyons !... ça, les André. autres — au Du fond.) soir, oui, jusqu'à Dijon. nous La Marquise disons tout. (à mi-voix). — Princesse... oun Toupin André (à Ise Keriolan). retournant — Eh vivement). bien ! cher — ami Chez !... conseil, La Princesse. entre nous — ?... Laissez-les donc tranquilles. moi vous ! ne (Le lunchez prenant pas par ?... le bras.) Dites donc, cher maman La Princesse. 1 Ils s'expliqueront — Allez !... bien tout seuls ! ami, Keriolan. si vous — voyez C'est ma fait femme 1 là-bas, tâchez (Elle La remonte.) Marquise (en confidence). — Etes-vous de Favrolle. la calmer — ? C'est toi qui devrais faire un pour La Marquise que je loui (de dise même). quelque — Si, petite si. (Aux chose invi- ou bon André. repas — avant Comment ? ton départ ! rien dou tout ! La Princesse. — Rien du tout ! 789 La Marquise. — Pourtant, en Espagne, ça, nous disons tout. La Princesse. — Laissez-les donc tranquilles, maman ! Ils s'expliqueront bien tout seuls ! (Elle remonte.) La Marquise (de méme). — Si, si. (Aux invi- 789 André. — Nous souperons en route. Toupin. — L'express ? André. — Du soir, oui, jusqu'à Dijon. Toupin (se retournant vivement). — Chez moi ! (Le prenant par le bras.) Dites donc, cher ami, si vous voyez ma femme là-bas, tâchez de la calmer ? André. — Comment ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 1Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 190-191Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 192-193Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 194-195Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 196-197Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 198-199Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 200-201Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 202-203Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 204