Je Sais Tout n°50 janvier 1906
Je Sais Tout n°50 janvier 1906
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°50 de janvier 1906

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 204

  • Taille du fichier PDF : 138 Mo

  • Dans ce numéro : l'évasion d'Arsène Lupin.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 120 - 121  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
120 121
où Vécut Cinq-Mars, et c'est grâce à lui que la chapelle du cardinal d'Amboise a retrouvé sa splendeur première. C'est dans ce beau et historique château que les fiançailles dont il s'agit ont été décidées. LES ur-Loire, CHAPEAUX cette superbe AU THEATRE demeure où Vécut Cinq-Mars, et c'est grâce malgré à lui que toutes la chapelle les tentatives du cardinal les d'Amboise I chapeaux a retrouvé au théâtre sa splendeur continuent à être de plus en plus Volumineux. Il n'y a qu'à Paris que première. C'est dans ce beau et historique château que les fiançailles les spectateurs dont il s'agit se plaignent ont été d'avoir décidées. devant les yeux un échaufadage de plumes et d'aigrettes. Dernièrement LES CHAPEAUX à Londres AU un monsieur THL-'A î RE se trouvant derrière une dame accompagnée malgré toutes de son les mari tentatives et coiffée les d'un colossal chapeaux chapeau au théâtre commença continuent à se plaindre à être tout de plus haut en et plus fit de volumineux. violentes remarques Il n',2 a sur qu'à ce Paris chapeau que les qui spectateurs lui cachait se la plaignent Vue  : A un d'avoir moment devant donné, les'eusc au un milieu échau des f adage plus Véhémentes de plumes et imprécations, d'aigrettes. Dernièrement retourna à Londres et dit d'une un monsieur voix calme se  : le mari se trouvant a Vous avez derrière parfaitement une danse raison. accompagnée Peut-être. de son le meilleur mari et moyen coiffée de » d'un forcer colossal les femmes chapeau à enlever commença leurs à se chapeaux plaindre serait-il tout haut celui et fit que de proposlentes un remarques de nos confrères sur ce chapeau  : a si vio- j'étais qui lui directeur cachait de la Vue théâtre,  : \un écrit-il, moment aucune donné, dame au n'oserait milieu des rester plus véhémentes coiffée chez imprécations, moi. le mari se « retourna Le public et dit pourrait, d'une voix en effet, calme lire  : partout « Vous de avez grands parfaitement avis ainsi raison. conçus »  : Peut-être,c. Les dames le meilleur âgées sont moyen seules de autorisées forcer les femmes à garder à leur enlever chapeau. leurs » chapeaux serait-il celui que propose CHOCOLAT un de nos confrères JE SAIS TOUT  : « si j'étais directeur de théâtre, écrit-il, n des grands confiseurs des aucune dame n'oserait rester U boulevards, M. Gouache, a coiffée chez moi. eu, à l'occasion du nouvel an, une « Le public pourrait, en effet, lire aimable idée. A son élégante Vitrine, on peut voir en petites piles partout de grands avis ainsi conçus  : « Les dames âgées sont seules toutes sortes de n" de Je sais tout, autorisées à garder leur chapeau. » avec les couvertures bien connues de Lelong, CHOCOLAT de Grün, JE SA15 de Wély, 7-01)7- n des grands confiseurs des U boulevards, M. Gouache, a eu, à l'occasion du nouvel an, une aimable idée. A son élégante Vitrine, on peut Voir en petites piles toutes sortes de nu'de Je sais tout, avec les couvertures bien connues de Lelong, de Grün, de 1Vél", -Les boites de bonbons "Je sais tout ", formées de plusieurs *turnes de "le sais tout " creusés et remplis de cbocolats. -Les boîtes de bonbons " J e sais tout ", formées de plusieurs volumes de « le sais tout " creusés et remplis de chocolats. Élégances e Décembre 1905'. >,. ; ,.  : a:Q :.{ ;  : >rir6a " {:ai't. ; ÿ..,: '(, -,.:.:'R ; J. :.. i':{j': ; t:{M:':4i..:..2},:i':4+0Cv : : ?':i:Y:". Toilette Empire en drap 9ioline, boléro incrusté de Luxeuil ourlé de cbenille du mente ton que la robe. Elle est de style Empire atténué, qui lient le milieu entre celui-ci et la robe priicesse. (Cl. Bayer) d'AV. ?. Est-ce que les confiseurs ‘'ont Toilette se mettre Empire à vendre drap des, ioline, Magazines ? incruslé Non, sans de doute, Luxeuil ce ourlé temps de boléro n'est chenille pas du encore'flétrie Venu. ton que Soulevez la robe. la Elle couverture... est de styla Empire Quelle atténué, prose délicate, lient le quelle milieu poésie entre celui-ci exquise. et la Ce robe ne qui sont priacesse. que bonbons, fondants, (C1. chocolats. Boyer) Après le je sais tout des gourmets, d'A". le Est-ce je sais que tout des les confiseurs gourmands. Font se mettre à Vendre des Magazines ? Non, sans cloute, ce temps n'est pas LE encore JUPON venu. A LA Soulevez MODE la couverture... our être bien Quelle u jupée prose » selon déli- mode. quelle il poésie ne faut exquise. pas que Ce ne le la pcate, jupon sont que soit bonbons, trop long. fondants, Il ne doit chocolats. plus bas que les chevilles, pas descendre il faut Après qu'il le soit je sais rond, tout très des ample gourmets, le bas je sais et tout serré des aux gourmands. hanches. dansi.e jupon de jour doit se porter simple, sans LE JUPON dentelles A ni LA balayeuses. MODE Pour celui du soir la plus grande our être bien « jupée » selon la fantaisie est adoptée. p mode. il ne faut pas que Comme jupon du soir, le Newle jupon soit trop long. Il ne doit pas York Hera/drecommande un jupon descendre plus bas que les chevilles, ensatin rayé rose et bleu changeant  : il faut qu'il soit rond, très ample Ce mélange de couleurs produit un dans le bas et serré aux hanches. mauve ravissant le jupon est orné Le jupon de jour doit se porter d'un haut Volant de mousseline de simple, soie mauve sans plissé dentelles très ni finement, balayeuses. et Pour celui du soir la plus grande dans le bas se trouve un Volant de fantaisie est adoptée. haute Valenciennes monté d'un galon de soie mauve à jour et reflets Comme jupon du soir, le J1Netiè- York Herald recommande un jupon argentés. La tête du Volant consiste en satin ra'lé rose et bleu changeant  : en incrustations d'entre-deux de Ce mélange de couleurs produit un Valenciennes de différentes longueurs, entourés de galon. Une mauve ravissant ; le jupon est orné d'un haut Volant de mousseline de avalanche de balayeuses de taffetas mauve garnit le bas du jupon. soie mauve plissé très finement, et clans le bas se trouve un Volant de haute Valenciennes monté d'un galon de soie mauve à jour et reflets 766 argentés. La tête du Volant consiste en incrustations d'entre-deux de Valenciennes de différentes longueurs, entourés de galon. Une avalanche de bala,ieuses de taffetas mauve garnit le bas du jupon. 766 nit a délaissé l'Hermine, la trou-,/Vaut sèche et peu élégante, on la relègue au rôle de doublure pour les grands manteaux du soir qui sont fort luxueux. Le Chinchilla a pris sa place pour les élégances du jour, le manteau chinchilla est le manteau FOURRURES ultra-chic, le manteau sensationnel, qui naturellement n a délaissé est réserVé l'Hermine, à un la trou- très petit Vant nombre, sèche étant et peu donné élégante, son prix. un excessif. la relègue au rôle de doublure pour les La grands Zibeline manteaux se maintient, du soir on qui la mélange sont fort Volontiers luxueux. à l'Irlande avec laquelle Le Chinchilla elle se marie a pris sa harr. place enjeusement. les élégances Comme du fourrure jour, le pratique, manteau pour la chinchilla Martre de est le France manteau et le ultra-chic, Castor remplacent le manteau sensationnel, l'Astrakan tout qui à naturellement Les est deux réservé formes à actuelles un très fait délaissé. de petit Vêtements nombre, étant sont la donné jaquette son prix et le paletot-sac, excessif. jaquette plus ou moins longue, La Zibeline bien ajustée, se maintient, paletot on sac, ? a ample mélange et Volontiers assez long. à l'Irlande avec laquelle elle se marie haro  : onieusement. LETTRE Comme DE fourrure FAIRE pratique, PART Martre ne nouvelle de France et jolie et le coutume Castor Uremplacent pour les l'Astrakan lettres de tout faire à part fait de délaissé. naissance Les deux  : ce sont formes maintenant actuelles les de vêtements aînés, dans sont chaque la jaquette famille, et qui le annoncent paletot-sac, à jaquette leurs amis plus l'heureuse ou moins arrivée longue, bien du petit ajustée, frère paletot ou de sac, la petite ample sozur. et assez long. LETTRE DE FAIRE PART LA FLEUR DANS ne nouvelle LA MODE et jolie MASCULINE coutume U pour les lettres de faire part a fleur ne se porte plus avec de naissance  : ce sont maintenant l'habit. Elle est admise seulement avec la redingote ou la ja- les aînés, clans chaque famille, qui annoncent à leurs amis l'heureuse quette, l'après-midi, pour le thé. arrivée du petit frère ou de la De même que l'épingle doit être petite soeur. piquée négligemment dans les plis de la cravate, LA la fleur FLEUR doit DANS être s piquée LA dans MODE la boutonnière MASCULINE la queue dépassant par-dessous le revers a et fleur les feuilles ne se porte étant conservées. plus avec L Toutes l'habit. fleurs Elle se est portent, admise pourvu seulement avec ne soient la redingote pas arborées ou la ja- en qu'elles u quette, boutonnières l'après-midi, ». pour le thé. De même que l'épingle doit être piquée négligemment dans les plis de la cravate, la fleur doit être « piquée » clans la boutonnière la queue dépassant par-dessous le re- Vers et les feuilles étant conservées. Toutes fleurs se portent, pourvu qu'elles ne soient pas arborées en « boutonnières ». 24 manière de porter la fleur d la boutonnière  : une fleur seule, la quel e dépassant sous le m'ers de la reetgok ou de la jaquette. -La manière de porter la fleur à la boutonnière  : une fleur seule, la gt  : cue dépassant sous le re'ers de la redingote ou de la jaquette.
CURIOSITÉS. _èt Décembre 1905 (i) UNE PÉPITE D'ORnnvient d'exposer dans la Ville de Nome, territoire de l'Alaska, au Nord-Est des Etats-Unis une superbe pépite d'or qui compte parmi les plus grosses pépites d'or connues. Elle contient environ 125. o oo fr. d'or pur et a UNE été recueillie PÉPITE D'OR dans l'extrême nord de l'Alaska qui est n Vient d'exposer dans la Ville la région aurifère. de N orne, territoire de l'Alaska, Cette pépite est renfermée dans au Nord-Est des Etats-Unis une une sorte de cage formée de fils superbe pépite d'or qui compte de fer épais, à côté de laquelle se parmi les plus grosses pépites tient constamment un gardien muni d'or connues. d'un revolver. Sur un côté de Elle contient environ 125.000 fr. cette case est percée une ouverture, assez large pour laisser pas- d'or pur et a été recueillie clans l'extrême nord de l'Alaska qui est ser le poing fermé, mais trop pela région aurifère. Cette pépite est renfermée dans une sorte de cage formée de fils de fer épais, à côté de laquelle se tient constamment un gardien muni d'un revolver. Sur un côté de cette cage est percée une ouverture, assez large pour laisser passer le poing fermé, mais trop pe- Une pépite d'or qui l'au, 125.000 fr. Lite pour qu'il soit possible de retirer la masse d'or. Sur ce séduisant morceau est collée une bande de papier avec cette légende  : s II Vous est permis de soupeser la pépite, mais défense de l'emporter. » Une Pendant pépite toute d'or qui la journée Saut 125.00o les gens fr. défilent devant la cage et chacun veut pouvoir dire qu'il a tenu dans tite pour qu'il soit possible de retirer la masse d'or. Sur ce sédui- la main, ne fût-ce que pendant une fraction de minute, un morceau d'or de 125.000 francs. sant morceau est collée une bande de papier avec cette légende  : s lI vous est permis de soupeser la pépite, mais défense de l'emporter. » COMMENT LES PHILIPPINS PRODUISENT DU FEU Pendant toute la journée les gens défilent e briquet devant des la Morus, cage et peuplade chacun Veut L musulmane pouvoir dire des qu'il Philippines, a tenu clans est un la main, instrument ne fût-ce très que curieux. pendant Il se compose, une fraction comme de minute, le montre un morceau d'or de 125.000 de deux francs. notre photographie, cylindres CURIOSITÉS. Décembre 1905 (1) Le briquet dont les Philippins se servent pour produire du feu. réunis entre eux par une petite pièce de bois, et d'un long morceau de bambou. Ces deux cylindres servent de récipients à l'amadou et t la pierre à feu qui, chez les Morus, est un morceau Le briquet dont les Pbilippins sc'de porcelaine, non un fragment de serVent pour produire du feu. silex. Le bambou est un des bois les réunis entre eue par une petite plus durs que l'on connaisse. En le pièce de bois, et d'un long morceau de bambou. Ces deux c-I- frappant vivement dans le sens longitudinal avec le coupant lindres serVent de récipients à éclat de porcelaine, il s'en détache l'amadou et à la pierre à feu qui, une fibre imperceptible qui.s'enflamme instantanément en produi- chez les `Toros, est un morceau de porcelaine, non un fragment de sant une étincelle tout en longueur. Le morceau d'amadou con- silex. Le bambou est un des bois les venablement placé le long de la plus durs que l'on connaisse. En le baguette de bambou, s'enflamme.frappant ViVement dans le sens Cet appareil se porte à la ceinture ; un Moro s'en sépare rare- longitudinal aVec le coupant d'un éclat de porcelaine, il s'en détache ment et le préfère aux allumettes une fibre imperceptible qui..s'enflamme instantanément en produi- importées d'Europe et du lapon. sant une étincelle tout en longueur. Le morceau d'amadou con- L'ANCÊTRE DE LA MACHINE A ÉCRIRE Venablement placé le long de la baguettern constatant de bambou, avec quelle s'enflamme. perfec- L tion Cet appareil marchent se les porte machines à la ce ;nture ; un Moro s'en sépare rare- b ment et le préfère aux allumettes importées d'Europe et du Japon. L'ANCÊTRE DE LA MACHINE A ÉCRIRE n constatant aVec quelle perfeclion marchent les E machines..La première machine à écrire (1876) écrire que liVre actuellement le commerce, on a tendance à oublier que ce merveilleux instrument est à peine vieux d'un quart de siècle. En effet, le premier typnerikr (machine à écrire) ne fit son apparition qu'en 1876. C'est celui que représente notre photographie, obligeamment communiquée par le écrire Scientific que —51merican. livre actuellement Il fut inventé le par commerce, R. Allen, on et, a tendance malgré à ses oublier imperfections, que ce merVeilleuti fut aussitôt instrument adopté est par à peine plusieurs Vieux d'un administrations quart de siècle. de NetV-York. En effet, le premier typevèriter (machine à écrire) ne fit son apparition qu'en 1876. C'est celui On remarquera la forme primitive des touches, constituées par que représente notre pho tographie, des cubes de bois. Le transport de obligeamment communiquée par la feuille de papier pour le passage le Scientiic,Jimerican. Il fut inventé d'une ligne à la ligne suivante par R. Allen, et, malgré ses imperfections, fut aussitôt adopté par plusieurs administrations de N e\V-.York. On remarquera la forme primitive des touches, constituées par des cubes de bois. Le transport de la feuille de papier pour le passage d'une ligne à la ligne suivante Poche en caoutchouc remplie d'aur qui permet de se maintenir sur l'eau. s'obtenait à l'aide d'un jeu de corde, poulie et poids, disposé à l'intérieur de la machine. Pour être exact, nous devons rappeler que de grossiers essais de Poche machine en caoutchouc à écrire avaient remplie d'air été imaginés qui permet en dc'se Amérique maintenir dès sur 1864. l'eau. Ils m'aient à peine attiré l'attention du public. En 1873, M. Sholer produisit s'obtenait une à machine l'aide d'un plus jeu satisfaisante, corde, poulie mais et que poids, dédaigna disposé l'in- à de dustrie. l'intérieur La de même la machine. année, Remington Pour prit un être breVet exact, pour nous une devons machine"appeler assez que semblable de grossiers à celle essais de Sholer. de machine à écrire avaient été imaginés Mais répétons en Amérique que le dès 1864. typrOriter Ils d'Allen aVaient fut à peine le premier attiré l'attention qui fut du fabriqué public. à de En nombreux 1573, M. Sholer exemplaires et fut livré aux produisit une machine plus satis- administra- faisante, mais que dédaigna l'industrie. La même année, Remingtions et bureaux de Ne‘V-'iork. ton prit un brevet pour une ma- COMMENT LES PHILIPPINS (s) L'ensemble PRODUISENT des « memenlo DU FEU r publiés dans chacune de nos rubriques constitue, chine en même assez temps semblable qu'un aperçu à celle vivant de et complet des événements du mois précédent, une sorte d'encyclopédie permanente, Sholer. qui sera le plus bel ornement de la e briquet des Mores, peuplade bibliothèque. On aura, par la suite, mille occasions de s'y reporter, — Ce n'est pas un Mais journal répétons et c'est mieux que le qu'un typeWriter livre. L musulmane des Philippines, est d'Allen fut le premier qui fut un instrument très curieux. Il se 767 fabriqué à de nombreux exemplaires et fut livré aux administra- compose, comme le montre notre photographie, de deux. c'llindres La première machine à écrire (1876) tions et bureaux de Ne`V-"York. (s) L'ensemble des « memento a publiés dans chacune de nos rubriques constitue, en méme temps qu'un aperçu vivant et complet des événements du mois précédent 's,rte d'encyclopédie permanente, qui sera le plus bel ornement de la bibliothèque. On aura, par la suite, mille occasions de s'y reporter. — Ce n'est pas un journal et c'est mieux qu'un livre. 767



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 1Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 2-3Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 4-5Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 6-7Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 8-9Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 10-11Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 12-13Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 14-15Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 16-17Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 18-19Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 20-21Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 22-23Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 24-25Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 26-27Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 28-29Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 30-31Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 32-33Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 34-35Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 36-37Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 38-39Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 40-41Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 42-43Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 44-45Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 46-47Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 48-49Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 50-51Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 52-53Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 54-55Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 56-57Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 58-59Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 60-61Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 62-63Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 64-65Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 66-67Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 68-69Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 70-71Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 72-73Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 74-75Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 76-77Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 78-79Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 80-81Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 82-83Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 84-85Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 86-87Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 88-89Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 90-91Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 92-93Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 94-95Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 96-97Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 98-99Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 100-101Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 102-103Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 104-105Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 106-107Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 108-109Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 110-111Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 112-113Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 114-115Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 116-117Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 118-119Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 120-121Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 122-123Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 124-125Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 126-127Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 128-129Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 130-131Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 132-133Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 134-135Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 136-137Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 138-139Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 140-141Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 142-143Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 144-145Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 146-147Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 148-149Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 150-151Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 152-153Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 154-155Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 156-157Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 158-159Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 160-161Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 162-163Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 164-165Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 166-167Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 168-169Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 170-171Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 172-173Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 174-175Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 176-177Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 178-179Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 180-181Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 182-183Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 184-185Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 186-187Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 188-189Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 190-191Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 192-193Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 194-195Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 196-197Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 198-199Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 200-201Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 202-203Je Sais Tout numéro 50 janvier 1906 Page 204