Je Sais Tout n°48 janvier 1909
Je Sais Tout n°48 janvier 1909
  • Prix facial : 1 F

  • Parution : n°48 de janvier 1909

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Publications Pierre Lafitte

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 178

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : interview du tsar des Bulgares.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 154 - 155  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
154 155
L'Auto-Shrapnell pris mon billet et gagnai le quai. Ça mordait  : il me suivait ! « Le train entre en gare. Des employés sautent prestement sur le quai et, puisque nous étions à la station de Bréguet-Sabin, ils se mettent à crier « Ouori ! Ouori ! » pour que nul n'en ignore. « Les aspirants voyageurs se précipitent ainsi qu'il est d'usage, afin d'empêcher de descendre ceux que le train amène à destination, comme font les Américains à l'égard des immigrants chinois. « Mon homme, qui méditait à coup sûr quelque redoutable esclandre dans le train en marche, presse avec zèle et s'engouffre dans le wagon. Je feins de ne pas le voir, et, je règle mes mouvements de manière que je sois toujours rejeté en arrière par mes enragés concurrents. « Le sifflet gargouille.La petite trompette vagit. Et voilà mon train qui part, tandis qu'un employé croit me sauver des suites d'une dangereuse folie en me criant  : « Trop tard ! » et m'envoyant, d'une poussée philanthropique, bousculer un distributeur automatique. « Mais j'.étais tout à l'intense satisfaction d'adresser de la main de petits « au revoir ! » à mon aimable camarade que le train emportait vers des régionsiointaines et bénies. J'eus encore le temps et le délice de le voir grimacer de rage impuissante derrière un fort empilement de citoyens. « Cette victoire nie rendit confiance. « Je ne suis pas un emballé, mais, dès lors, je me piquai au jeu. Je'voulus en avoir le dernier mot. Or, Crapoussin pouvait prendre un jugement, me saisir, me vendre !... Ah ! mais, c'est qu'on ne me dindonne pas à plaisir ! Tout à coup, j'eus une idée. Je dis à Manglion  : « — Mon vieux, nous allons faire des amusettes de ce Crapoussin. Ecoute-moi ce petit plan assez napoléonesque  : je mets mon loyer à ton nom et, quand notre gaillard s'en viendra, le nez enfariné, pour saisir, il se le cassera, son répugnant petit naseau de canaille, contre ta jolie quittance bien en règle et, moi, j'aurai le sourire. Alors, pour plus de vraisemblance, tu vas venir demeurer chez moi et c'est toi qui me donneras l'hospitalité. Qu'est-ce que tu dis de ça ? « — Ça ? cria Manglion avec enthousiasme, je dis que c'est une idée à hauteur. Pour t'arranger ton affaire, amis comme nous le sommes, il n'y a pas de sacrifice que je ne consente. C'est d'autant plus fameux comme idée que tu voyages souvent. Comme ça je garderai tes meubles, tes bibelots, tes vêtements. OMMENT L'INGÉNIEUR MANGLION SUT SE C CRÉER DE TOUTES PIÈCES UN FOYER « Tout fut donc mis en règle et je vous prie tie croire que je me fis quelque bon sang le jour où Crapoussin me dépêcha un huissier pour me saisir. « Crapoussin tenta bien de venir faire du scandale, mais il dut baisser pavillon devant l'attitude résolue de Manglion, qui est fort comme un Turc et n'a pas froid aux yeux. Il lui dit  : « — Mon petit enfant, sache que je suis chez moi et que M. Derriberry est mon hôte. Mon hospitalité est tellement écossaise, que je n'aurai jamais assez de carreaux pour te faire filer au travers. CONSTATATION « Tu prétends que,.liais c'est épouvantable ! pour tes casseroles (Page 818, col. 2. d'autos, il n'est pas de côtes. Moi, je prouverai que, pour toi, il n'est pas d'escalier, en te passant par-dessus la rampe. « — Voleur ! cria Crapoussin en descendant l'escalier avec vélocité, tu as pourtant touché quinze cents francs de commission. « — M. Derriberry, riposta Manglion se penchant sur la rampe, sera enchanté d'apprendre qu'une faible partie de son argent est tombée dans la poche de son meilleur ami au lieu de profiter à un malhonnête homme.' « En somme, c'était vrai... J'étais rayonnant d'un aussi bon tour. Car, enfin, vous avouerez que ce n'était pas si mal trouvé. « Peu de jours après, Manglion m'annonçait son mariage avec une demoisellle de 817
Je sais tout —_Nouvelle Cormeilles-en-Parisis qui lui apportait une dot très acceptable. Il allait enfin pouvoir exploiter quelques-unes de ses inventions et travailler tranquillement à ses risques et périls, sans devoir rien à personne. « - Je ne pouvais que me mettre à sa disposition pour les frais de première installation. Il me remercia fort, accepta les deux billets de mille qu'il me restait à ce moment et me dit que, pour l'installation, c'était déjà une affaire réglée. « Bon ! il se marie, je suis son premier témoin. Le soir, il me prend par un bouton de mon habit, m'emmène dans un coin et me dit  : « — Ce que j'ai à te dire est un peu délicat. Mais tu es homme du monde, tu me comprendras. Il me semble que tu ferais mieux, maintenant, de te chercher un autre logement. Il m'est assez difficile de te garder et, pour toi-même, la position ne laisserait pas que d'être fausse. « Entendu, mon vieux, lui répondis-je, un peu surpris. Tu as été assez gentil pour que je fasse quelque chose pour toi. Je veux bien te céder mon appartement, seulement tu aurais dû me prévenir plus tôt, afin que je prisse les mesures voulues  : arrêter un déménageur, etc. Enfin, on enlèvera mes meubles et tout mon bazar dès demain... « — Qu'est-ce que tu me chantes là ? interrompit Manglion. Tu sais bien qu'il est convenu que je garde tes meubles et tout ça. Eh bien ! je les garde, voyons. « — Quoi ? quoi ? « — Mon cher ami, on ne revient pas, entre gens d'honneur, sur la parole donnée. Heureusement que j'ai ma quittance en règle ! Ah ! j'aurais bien dû me méfier de toi, après ta conduite envers Crapoussin que je t'avais présenté. Ah ! mais, Manglion, voilà qui frise l'indélicatesse au petit fer. « — Des insolences ? après les bontés que j'ai eues pour toi. D'ailleurs la moitié de ça suffit ; en voilà assez. Du balai, n'est-ce pas ? « Que pouvais-je ? La plus élémentaire dignité me commandait de me retirer. Mais, vraiment, c'est trop fort ! Qu'est ce qui a pu changer soudainement cet homme du tout au tout ? » Et le brave jeune homme déchargea sur la table un si violent coup de poing que Me Oliphant se réveilla en sursaut et, brandissant son couteau à papier, s'écria  : — Douze francs cinquante, pas un sou de plus ! Mais il comprit tout de suite qu'il n'était pas dans l'échoppe de ce monstre de petit cordonnier de la rue de Babylone et il expliqua à son client  : — C'est un droit de timbre qu'on paie souvent dans des cas analogues au vôtre. — En somme, maître, vous m'avez entendu ; que me reste-t-il à faire ? — Mais, à me payer cent francs, coût de cinq sabliers. — Naturellement ; mais vis-à- vis de Manglion ? Comment la loi me protège-t-elle ? Voilà un garçon qui profite d'une fausse situation pour me garder mes meubles et mon appartement... — Oui, oui. Je sais bien... Ce Manglion n'est pas bête, ma foi... Eh bien ! il n'y a rien à faire. L'appartement est à son nom, et, du moment qu'il ne vous a pas donné de reconnaissance, cet ingrat, « en fait de meubles, possession vaut titre », c'est un axiome de jurisprudence. Alors, tenez-vous tranquille. Et j'ajoute que vous feriez bien de payer aussi les cinq mille francs à Crapoussin. Il peut vous intenter un procès. Un procès n'est jamais gagné. Alors, il vaut mieux le perdre avant qu'après ; c'est moins cher. — Mais c'est épouvantable ! — Monsieur, je n'y puis rien. Ce n'est pas moi qui ai fait la loi et mon sablier est à bout. Faut-il le retourner ? M. Derriberry paya, salua profondément et sortit. CNAhLFS TORQUET. E FINITA... Monsieur, je n'y puis rien. Ce n'est pas moi qui ai fait la loi et mon sablier est à bout. Faut-il le retourner ? (Page 818, col. 2.) 818



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 1Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 2-3Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 4-5Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 6-7Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 8-9Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 10-11Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 12-13Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 14-15Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 16-17Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 18-19Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 20-21Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 22-23Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 24-25Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 26-27Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 28-29Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 30-31Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 32-33Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 34-35Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 36-37Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 38-39Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 40-41Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 42-43Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 44-45Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 46-47Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 48-49Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 50-51Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 52-53Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 54-55Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 56-57Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 58-59Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 60-61Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 62-63Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 64-65Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 66-67Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 68-69Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 70-71Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 72-73Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 74-75Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 76-77Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 78-79Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 80-81Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 82-83Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 84-85Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 86-87Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 88-89Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 90-91Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 92-93Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 94-95Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 96-97Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 98-99Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 100-101Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 102-103Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 104-105Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 106-107Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 108-109Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 110-111Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 112-113Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 114-115Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 116-117Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 118-119Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 120-121Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 122-123Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 124-125Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 126-127Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 128-129Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 130-131Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 132-133Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 134-135Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 136-137Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 138-139Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 140-141Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 142-143Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 144-145Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 146-147Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 148-149Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 150-151Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 152-153Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 154-155Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 156-157Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 158-159Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 160-161Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 162-163Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 164-165Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 166-167Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 168-169Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 170-171Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 172-173Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 174-175Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 176-177Je Sais Tout numéro 48 janvier 1909 Page 178