Jardin Magazine n°38 nov-déc 11/jan 2012
Jardin Magazine n°38 nov-déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°38 de nov-déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 40,3 Mo

  • Dans ce numéro : un magnifique jardin d'hiver.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Conseil Le phytophthora : l’ennemi des conifères C’est un champignon de sol qui attaque les arbres, particulièrement les conifères et les éricacées. Les dégâts sont considérables et la maladie difficile à éradiquer. Conseils pour en venir à bout. Elsa Faure Un mal récent Depuis une vingtaine d’années, le phytophthora s’est considérablement développé en pépinière suite à l’introduction des conteneurs en plastique. La maladie, provoquée par un champignon de sol particulièrement coriace, est diagnostiquée lorsque le feuillage de vos thuyas (l’arbuste le plus touché) passe du vert au brun, plus ou moins foncé. Un champignon malin Il existe en fait 7 ou 8 espèces différentes de phytophthora. Le phytophthora cinnamomi constitue la variété la plus répandue et aussi hélas la plus préjudiciable. Le champignon s’installe au niveau des radicelles et contamine les plantes par l’intermédiaire de zoospores (des petites parties détachables du champignon). Ces dernières peuvent vivre 2 à 3 jours et se déplacent dans le sol en suivant les eaux qui ruissellent. Une fois arrivées à destination, elles pénètrent dans les radicelles ou dans une blessure de l’arbre. 66 l’EssentielduJardin Conseil 56 - Jardin magazine n°38 Des symptômes évidents Il est très facile de détecter un arbre ou arbuste atteint de la maladie. Les premiers symptômes visibles sont une décoloration du feuillage qui vire du vert au marron, plus ou moins foncé. Des nécroses accompagnées d’une couleur violacée et des crevasses peuvent également apparaître au niveau du collet. Mais bien avant ces signes visibles, des taches de pourriture, brunes et molles, émergent sur les jeunes racines avant de s’étendre pour atteindre toute la base de la plante. Seule arme : la prévention Le champignon étant particulièrement coriace, il est préférable de miser sur la prévention plutôt que sur le traitement, qui n’intervient qu’une fois le diagnostic posé, c’est-à-dire trop tard. Il ne faut évidemment pas utiliser de substrat contaminé ou douteux pour vos nouvelles plantations, veillez à ne pas abîmer le collet de la plante et choisissez des spécimens sains, qu’ils proviennent d’une grande jardinerie ou d’un petit pépiniériste. Évitez l’excès d’humidité au sol et les supports de culture qui retiennent trop l’eau comme la tourbe, par exemple. Mélangez-la à de la terre de jardin ou à des écorces compostées pour obtenir un substrat drainant. Enfin, éliminez rapidement les sujets malades puis brûlez-les ou enfermez-les dans un sac et ne replantez pas de variété sensible à la place (azalées, rhododendrons). Replanter après les dégâts Si vous avez dû déraciner un arbre trop malade et que vous souhaitez le remplacer, retirez le maximum de terre et de racines autour du trou, 1 mois à l’avance. Désinfectez le sol à la vapeur et poursuivez un traitement régulier pendant au moins 1 ou 2 ans pour éviter une recontamination des nouveaux plants.
La tavelure du pommier C’est sans doute la maladie la plus crainte dans les vergers. Si elle attaque parfois les poiriers, la pomme reste son domaine de prédilection. Elsa Faure Champ d’action Venturia inaequalis, tel est le nom de ce champignon qui œuvre comme un fléau. Il se dévoile sous la forme de taches brunes sur les fruits et sous son effet néfaste, le feuillage se couvre de décolorations rondes et olivâtres. Extrêmement courante, la maladie reste difficile à soigner. Cette dernière s’attaque aux feuilles, aux jeunes rameaux et aux fruits. À l’automne, lorsque chutent les feuilles, les spores hivernent à même le sol et se répandent au printemps suivant, en contaminant les arbres avec l’aide du vent. Les petites taches brun olivâtre qui apparaissent après 3 semaines environ se répandent à leur tour par temps humide. Symptômes révélateurs La maladie s’observe à plusieurs niveaux. - Les feuilles : au printemps, elles se couvrent de taches arrondies, décolorées, qui virent en très peu de temps au brun olivâtre. Avec le temps, elles finissent par se rejoindre. Elles sont visibles pour l’essentiel sur la face supérieure qui finit par se dessécher. - Les fruits : comme les feuilles, ils se couvrent de taches. Le champignon provoque un arrêt de croissance de la peau, ce qui forme avec le temps des petites crevasses. - La tavelure produit également une chute des feuilles et un dessèchement des jeunes rameaux. Comment lutter ? L’idéal est de traiter la maladie dans sa globalité. Lors de l’achat des arbres fruitiers, d’abord, prenez en compte votre climat. En effet, la pluie favorise les contaminations. Si vous vivez dans une région humide, évitez de planter les variétés de pommiers les plus sensibles : golden delicious, reinette blanche du Canada, cox’s orange. Préférez ces espèces plus résistantes : court-pendu gris, reinette du Mans, patte de loup (familles anciennes), liberty, goldrush, belle de boskoop, florina (races plus modernes), akane Conseil et melrose (essences récentes). En prévention, lorsque les bourgeons ont bien grossi et sont prêts à s’ouvrir (débourrement), pulvérisez de la bouillie bordelaise (20 g/l). Une seconde vague lorsque les fruits ont la taille d’un noyau de cerise ne peut pas faire de mal. Avant et après la floraison, vaporisez un produit à base de soufre (6 g de soufre mouillable pour 10 litres d’eau). Ce traitement doit être répété tous les 2 à 3 semaines (toutes les semaines en cas de pluie) jusqu’à mi-juillet. En traitement de fond, mettez régulièrement du purin d’orties, produit bio qui renforce la résistance du feuillage. Enfin à l’automne, ramassez et brûlez tous les fruits tavelés et les feuilles tombées au sol. l’EssentielduJardin 67 Jardin magazine n°38 - 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 1Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 2-3Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 4-5Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 6-7Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 8-9Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 10-11Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 12-13Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 14-15Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 16-17Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 18-19Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 20-21Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 22-23Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 24-25Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 26-27Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 28-29Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 30-31Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 32-33Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 34-35Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 36-37Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 38-39Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 40-41Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 42-43Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 44-45Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 46-47Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 48-49Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 50-51Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 52-53Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 54-55Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 56-57Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 58-59Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 60-61Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 62-63Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 64-65Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 66-67Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 68-69Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 70-71Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 72-73Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 74-75Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 76-77Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 78-79Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 80-81Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 82-83Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 84-85Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 86-87Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 88-89Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 90-91Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 92-93Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 94-95Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 96-97Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 98-99Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 100-101Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 102-103Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 104-105Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 106-107Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 108-109Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 110-111Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 112-113Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 114-115Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 116-117Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 118-119Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 120-121Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 122-123Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 124-125Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 126-127Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 128-129Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 130-131Jardin Magazine numéro 38 nov-déc 11/jan 2012 Page 132