Inform@ctions n°66 nov 19 à avr 2020
Inform@ctions n°66 nov 19 à avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de nov 19 à avr 2020

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Fédération des Investisseurs Individuels & des Clubs d'Investissement

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : une stratégie nationale pour l'éducation financière?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Foncières cotées Actions SCPI Logements Paris Bureaux France Or Logements France Obligations Assurance-vie Livret A Inflation Sicav monétaires Source IEIF 0,4% 1,0% endement annuel des placements - 1,4% 2,% 3,0% 4,% actions baisse également de façon continue. Le recul est d'autant plus significatif chez les particuliers les plus âgés et les plus aisés financièrement, souligne l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans sa lettre de l'Observatoire de l'épargne. Seule la détention via des unités de compte au sein de l'assurance-vie progresse. A noter que les Français ne font pas exception. En Europe, les fonds actions pour les particuliers ont enregistré 78 semaines de décollecte sur les 81 dernières 3, soit près de 100 milliards d'euros de flux négatifs depuis le début de l'année. « Les gérants actions affichent des niveaux records de liquidités dans leurs portefeuilles », observe Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements chez Natixis Wealth Management, interrogé par Les Echos. our une meilleure éducation des épargnantsC et de leurs conseillers On le voit, des capitaux indispensables dorment actuellement dans des comptes d'épargne et autres produits destructeurs de valeur. Cet énorme potentiel ne peut être exploité que si les épargnants sont mieux protégés contre les ventes inadaptées, ont accès à des produits plus simples et plus transparents, et obtiennent au bout du compte de meilleurs rendements. Ce sont les ingrédients nécessaires de la confiance. Il est plus important que jamais qu’ils soient suffisamment préparés pour faire face aux futures tempêtes qui affecteront la santé financière, la croissance économique, la création d'emplois et, en définitive, la démocratie. L'année 2018 a été la plus volatile sur les marchés depuis la récession. Fort heureusement, les pouvoirs publics semblent enfin avoir compris que le temps de la complaisance est révolu. L’Union européenne a lancé le Plan d’action pour l’union des marchés de capitaux (UMC) qui vise à favoriser le développement de l’épargne longue. De nombreux pays membres ont lancé de multiples initiatives dans ce domaine. Chez nous, la Banque de France coordonne les efforts auxquels l’Education nationale commence (timidement) à contribuer. 5,% 5,4%, 2%,% , 1% 12,0% 0,0% 2,0% 4,0% 6,0% 8,0% 10,0% 12,0% Signe des temps, les acteurs de l’épargne commencent à prendre conscience de leurs responsabilités. Car une éducation efficace des épargnants ne pourra se déployer efficacement sans la participation active de leurs conseillers. Dans un appel lancé en mars aux autorités européennes, la F2iC et BetterFinance, l’association européenne des épargnants, réclamaient, entre autres, la promotion de « l'éducation des investisseurs, clé du succès d'une vraie UMC en offrant une éducation de base en mathématiques financières et en investissement dès l’école, en exigeant des distributeurs qu’ils améliorent la connaissance des mécanismes de marché de leurs employés et qu’ils minimisent leurs conflits d'intérêts en ce qui concerne des produits d'investissement plus indirects, plus complexes et comportant plus de commissions. » Le livre blanc 4 que vient de publier l’Association française de la gestion financière (AFG), le reconnaît à demi-mots. Ce texte, qui décrit très clairement les enjeux (il est téléchargeable gratuitement sur www.afg.asso.fr), recommande qu’une relation plus étroite et plus approfondie s’établisse entre le conseiller et son client. Le rapport estime que « un des rôles de l’intermédiaire est de donner confiance à l’épargnant afin que ce dernier soit capable de prendre des risques, même modérés, pour améliorer la rentabilité de ses placements, en toute sérénité. » Pour se faire, il faut que le conseiller soit en mesure d’apporter « des conseils complets et indépendants de son offre produit. » André Babeau, professeur honoraire à l’université Paris-Dauphine est plus brutal quand il affirme que « si l'on veut vraiment répondre aux attentes, il faut faire de l'éducation financière des Français une véritable « cause nationale » qui doit être prise en compte, non seulement par notre système éducatif, mais aussi par les institutions financières elles-mêmes  : depuis longtemps, s'agissant des actions cotées, certaines banques ont, pour faciliter le placement de leurs produits, cessé de contribuer au développement de la culture de leurs clients. » (3) A fin septembre 2019 (4) Education financière – Des épargnants éclairés acteurs de l’économie de demain. Septembre 2019 D"" ! Novembre 2019 - N°66 - INFORM@CTIONS <11>
DOSSIER es raisons dFespérer Fort heureusement, les Français sont en train de prendre progressivement conscience de l’incompatibilité entre leur aversion excessive au risque et leurs attentes en matière de rendement. Ils sentent confusément que le retrait progressif de l’Etat, l’effondrement des performances des produits qu’il privilégiaient jusqu’à présent et le rallongement de l’espérance de vie et ses conséquences, font peser des risques inédits sur leurs épaules. Une étude réalisée fin 2018 pour Air Liquide montre que les deux premières préoccupations de plus de 75% des 25 – 41 ans sont de préparer leur retraite et de se créer un patrimoine. Paradoxe, ils souhaitent à plus de 50% avoir régulièrement des intérêts plus importants que ceux d’un livret mais c’est pourtant dans ce type de placements que les deux tiers d’entre eux investissent. Une autre étude réalisée un an plus tôt sur la même population montrait que pour les 25 - 40 ans, les principaux freins à l’investissement en entreprise, outre le risque, sont essentiellement liés à une méconnaissance des sociétés, du fonctionnement de la Bourse et des démarches à suivre pour investir. Il est temps d’agir. La compagnie d’assurance Generali Vie vient d’annoncer aujourd’hui sa décision de ralentir fortement la collecte sur les fonds garantis en euros et de favoriser clairement la souscription par ses clients d’unités de compte, c’est-à-dire concrètement de SICAV ou FCP. Cette décision fait la une de la presse spécialisée car Generali tire logiquement la conclusion de deux phénomènes  : D’une part, nous sommes dans une situation de taux d’intérêts très bas, voire négatifs qui conduit la rentabilité des actifs garantis, majoritairement obligataires à être de plus en plus faibles. Le point sensible est que, plus la collecte sur les fonds en euros sera élevée, plus ils seront investis sur des titres à taux bas, et la rentabilité de l’ensemble sera en décroissance. Nombreux sont désormais les assureurs qui souhaitent dans leur inconscient collectif une vague de rachat sur les actifs en euros devenus un boulet couteux pour la Place. D’autre part, les marchés financiers à long terme, globalement les marchés d’actions, sont dans une dynamique positive depuis le début de l’année. <12> Novembre 2019 - N°66 - INFORM@CTIONS o1rse, les r8gles d’or En Bourse, ne placez pas l’argent des courses ! Investissez progressivement. Diversifiez-vous sans vous éparpiller afin de pouvoir suivre votre portefeuille. Ne consacrez jamais plus de 10% des actifs investis sur une seule "ligne". Conservez toujours une poche de liquidités. Ça peut servir ! Privilégiez les sociétés qui diffusent une information fréquente et de qualité. Méfiez-vous des modes et de l'engouement porté à certains titres. Les retournements de tendance sont parfois brutaux ! Ne croyez pas aux plus-values faciles. Ne vous laissez pas influencer par les bruits et les supposés "tuyaux". Un gros dividende peut cacher des situations qui ne sont pas forcément synonymes de prospérité ! Évitez les "allers/retours" trop fréquents. Sachez prendre vos bénéfices, car on ne vend jamais au plus haut ! L’important est de se fixer des objectifs de cours. Soyez curieux. L'observation du comportement de nos contemporains vous livrera de précieuses informations pour vos placements. L’avis de l’expert Daniel Hag1et, ro#esse1r associé de Finance 5 lEdhec 1siness chool CAC 40 EuroStoxx 50 Dow Jones 1 an glissant 10,9% 11,2% 7,0% Du 01/01 au 11/10/2019 19,8% 18,9% 15,0% Mais, ils ne peuvent pas l’être de manière continue et nous aurons à déplorer des accidents de parcours. Cette décision, si elle est suivie par les autres assureurs de la place, va conduire à un fort changement de paradigme pour les épargnants français. Fini les supports sécurisants et bienvenue aux supports plus rémunérateurs mais aussi plus volatils. Les particuliers vont devoir se familiariser avec les concepts de risque et rentabilité, volatilité, indices, etc. Et la nécessité d’une bonne éducation financière pour tous deviendra une vraie responsabilité collective. art des répondants donnant les bonnes réponses au  : questions de base sur les connaissances et sur lFévaluation du risque 67% 63% 19% 19% 60% 17% Source  : llian*, International Pensions 201 57% 15% 56% 12% 54% 52% 14% 14% 48% Connaissances financières Evaluation du risque 45% 9% 11% Autriche Allemagne Suisse Pays-Bas Royaume-Uni Espagne Belgique France Portugal Italie 40% 15%



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :