Inform@ctions n°64 nov 18 à avr 2019
Inform@ctions n°64 nov 18 à avr 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlités de la F2ic - AgendAP. 2 ● Repères ● Les réunions d’actionnaires F2iC/CLIFF MARcHés..P. 4 ● Les rachats d’actions, un des moteurs de la hausse récente des cours ● La tentation des privatisations, une tendance depuis 30 ans ! entRetienP. 8 ● Laurent Babikian, Director Investor Engagement, CDP Europe dossieR..P. 10 ● 10 ans après Lehman, a-t-on tiré toutes les leçons de la crise ? Sommaire PédAgogieP. 16 ● Ces chiffres qui font bouger les marchés club PRAtiqueP. 20 ● Comment bien créer un club d’investissement inVestiR AutReMentP. 22 ● Le crowdfunding immobilier  : acteur incontournable ou futur absent de la Real Estech ? Vie de la FédéRAtionP. 24 ● L'Assemblée nationale adopte le PEA jeunes pour les 18-25 ans et assouplit les règles du PEA. Editeur  : Fédération des Investisseurs Individuels & des Clubs d’Investissement Immeuble Praetorium 14 place des Reflets 92054 PARIS LA DEFENSE CEDEX Tél.  : 01 42 60 12 47 Fax  : 01 42 60 10 14 Courriel  : info@f2ic.fr www.f2ic.fr EDITORIAL Directeur de la publication  : Charles-Henri d’Auvigny Directeur de la rédaction  : Aldo Sicurani Ont participé à ce numéro  : Céline Mahinc, Véronique Guisquet-Cordoliani et Roxana Hakimi-Tabrizi. Charles-Henri d’Auvigny Président Dix ans après une lourde crise ! Depuis quelques semaines, on nous rappelle la crise des marchés financiers de 2008. Mais cette crise avait débuté dès l’été 2007. Il faut la disparition d’une banque pour que la planète s’enflamme. Depuis cette crise dite des « subprimes », les marchés financiers ont aussi connu la crise des dettes souveraines comme celle de la Grèce en 2011. L’économie mondiale, et plus particulièrement les économies des pays occidentaux, ont donc connu une époque compliquée pour leur croissance. Les interventions des Etats et des banques centrales ont permis de traverser ces crises sans conséquences dramatiques comme l’Occident a pu en connaître dans les années qui ont suivi la crise de 1929. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les crises sont derrière nous et que nous allons vivre des prochaines années fastes. Il nous faut rester vigilants car le taux d’endettement des Etats, des entreprises et des ménages a atteint des niveaux exceptionnels. Les tensions commerciales entre Etats, la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne sont des facteurs qui peuvent déstabiliser les entreprises. Nous ne sommes donc pas à l’abri de mouvements de baisse dans les prochains mois. Un des remèdes à ce taux d’endettement est le financement des entreprises sur des fonds propres. Il est donc important que les Français en prennent conscience. C’est pourquoi la Fédération a initié et soutenu la création d’un PEA pour les jeunes entre 18 et 25 ans, tout en leur permettant de rester rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Nous portons ce projet depuis le printemps 2016. Nous sommes fiers de vous annoncer que cette disposition a été inscrite dans le projet de loi PACTE adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Nous remercions vivement Mesdames Nadia Hai et Olivia Grégoire, députées, qui ont porté cette idée lors de la discussion parlementaire. Avec ce PEA jeune, nous allons pouvoir former les jeunes à l’investissement productif dans les entreprises tout en contribuant à leur financement. Ainsi les jeunes pourront entre autres accompagner financièrement les start-ups qu’ils souhaitent  : la leur ou celles de leurs amis. Nous sommes heureux de fêter les 50 ans de votre Fédération et nous espérons que nous continuerons, encore de nombreuses années, à promouvoir avec vous l’investissement dans nos entreprises françaises auprès de nos concitoyens. Régie publicitaire, conception et réalisation  : Ediazur Tél.  : 04 93 49 27 09 - Fax.  : 04 93 49 27 03 Courriel  : ediazur@ediazur.com Graphiste  : Corinne Lefebvre Photo couverture  : Fotolia.com  : Eisenhans Photos intérieures  : Fotolia.com  : Richard Villalon, shocky, tverdohlib, Sergey Ilin, adrian_ilie825, Iryna. Novembre 2018 - N°64 - INFORM@CTIONS <1>
ACTUALITÉ - AGENDA Vu dans la presse <2> Novembre 2018 - N°64 - INFORM@CTIONS « » La World Federation of Investors, la WF of Young Investors et la F2iC tiennent congrès à Paris. Paris a été la capitale mondiale de l’actionnariat individuel pendant deux jours – les 25 et 26 octobre derniers –à l’occasion desquels les nombreux participants ont célébré le cinquantenaire des clubs d’investissement en France. C’est en effet au cœur des événements de Mai, alors que Daniel Cohn-Bendit et ses camarades chargeaient joyeusement la maréchaussée, que la rue de Rivoli (on ne disait pas encore Bercy) a eu l’idée pour le moins originale et visionnaire de s’engager en matière d’éducation financière par le biais de cet outil pratique. En décembre 1968, le premier conseil d’administration de l’Association nationale des clubs d’investissement, notre ancêtre, se réunissait avant l’enregistrement officiel de l’ANCI l’année suivante. Depuis, ce sont plus de deux millions d’épargnants qui ont suivi ces cours de conduite de la Bourse. Réunis dans l’auditorium d’Euronext à La Défense, une cinquantaine de participants venus essentiellement d’Europe, d’Afrique et des Etats-Unis ont débattu sur l’avenir de l’actionnariat individuel dont l’influence n’a cessé de s’éroder depuis trente ans. Si l’éducation financière est un vecteur majeur de transmission de la culture de la prise de risque, tout repose néanmoins sur la participation de deux populations cibles  : les jeunes et les salariés. Dans un monde en plein bouleversement numérique, les congressistes ont convenu qu’il était primordial de trouver les outils adéquats pour des cibles qui sont désormais multiples et pour lesquelles il faut des messages différenciés et adaptés. » les Millennials à l’honneur chez investir… Justement, l’hebdomadaire boursier et patrimonial se penche également sur cette question de la relève dans son édition du 6 octobre. Partant du constat que la nouvelle génération, née à partir de 1980 et qualifiée de Millennials, représente environ 25% de la population mondiale, le journal a demandé à 50 patrons et personnalités de plancher sur le sujet. De Maxime Aiach, président d’Acadomia à Alain Wilmouth, Pdg de 2CRSI, en passant par Bernard Arnault, Didier Deschamps, Luc Ferry, Benoît Potier ou Carlos Tavares, le diagnostic n’est pas toujours très flatteur  : goût du luxe, absence de manières, rejet de l’autorité, difficultés à s’adapter aux contraintes du travail. Mais ces travers sont largement compensés par des qualités autrement utiles pour l’entreprise et la société  : accélérateurs du changement, souci de transparence, volonté de formation permanente, engagée mais pas idéologue, connectivité… En bref, un florilège d’opinions variées et souvent très fines sur une génération qui s’apprête à prendre les rênes. » …et cible des entreprises du luxe Le Monde s’intéresse à la façon d’investir dans le secteur du luxe à travers des fonds et ETF. Ils ne sont pas légion (une dizaine recensés par Morningstar) et pour cause  : rien qu’en France, numéro un mondial du luxe, moins d’une dizaine de valeurs sont cotées à la Bourse de Paris. Elles souffrent depuis le début de l’été après un parcours boursier éclatant. Les choses ne vont plus si bien en Chine où l’on traque la corruption. Mais le tourisme mondial continue de connaître une bonne dynamique. Et puis il y a les Millennials. « Il y a dix ans, les marques de luxe avaient du mal à séduire les jeunes. Internet et les réseaux sociaux ont changé la donne. Instagram accentue l’obses-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :