In Vivo n°18 sep à déc 2019
In Vivo n°18 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de sep à déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre Hospitalier Universitaire Vaudois

  • Format : (170 x 230) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : plongée au coeur d'un essai clinique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
START-UP PROTHÈSES Des premiers patients ont été équipés de liners (chaussettes en silicone) sur mesure réalisés par la spin-off de la HEIG-VD Swiss Motion Technologies. Destinés aux personnes amputées d’un membre inférieur, ces objets fabriqués par impression 3D servent à faire la jonction entre le moignon et la prothèse. ONCOLOGIE L’accélérateur de particules du CERN fournit aussi des applications pratiques, à l’exemple de la technologie de « protonthérapie » découverte en ses murs. Cette technique de radiothérapie irradie les cellules cancéreuses avec un faisceau de protons. La société britannique AVO, dont le centre de R&D est basé à Genève, annonce le premier traitement d’un patient avec cette technologie en 2020. URGENCES La 5 e édition de l’Arkathon, axée sur la santé digitale, s’est déroulée du 12 au 14 avril à Sion. Le 1er prix, doté de 15’000 de francs, est revenu à Alexandre Sierro, Luc Bovet et Raphaël Balet. Les entrepreneurs ont développé une application qui permet à la centrale d’alarme du 144 de géolocaliser les médecins disponibles en temps réel. IMPLANT Volumina Medical a été récompensée pour son implant injectable, qui comble des déficits en tissus mous, à la suite, par exemple, d’une chirurgie pour un cancer du sein. Son dispositif, actuellement en phase de tests précliniques, a remporté la Startup Champions Seed Night de l’EPFL et Venturelab. IN SITU HEALTH VALLEY 6 2 e édition de La santé en Suisse Diagnostic numérique valaisan BIG DATA Il se nomme ExaMode et va occuper les chercheurs de l’Institut informatique de gestion de la HES-SO Valais basé à Sierre pendant quatre ans. Ce projet financé par des fonds pour la recherche scientifique de l’Union européenne à hauteur d’un million de francs se concentre sur le développement de modèles informatiques qui traitent des données médicales volumineuses sur des infrastructures de calcul à grande échelle. Il s’agit d’analyses de nombreuses images histopathologiques en très haute définition de tissus, issus de biopsies de cancers et autres pathologies afin d’établir des diagnostics. « La pharma compte de plus en plus sur les grandes universités pour la recherche et s’appuie sur des prestataires de services pour développer ses molécules. » ERNESTO BERTARELLI EX-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SERONO, INTERVIEWÉ PAR BILAN EN MAI 2019 RÉIMPRESSION Véritable succès de librairie, l’ouvrage du médecin urgentiste Simon Regard, La santé en Suisse, paru aux Éditions LEP en 2012 et illustré par feu Mix & Remix, avait écoulé ses 10’000 exemplaires. Une seconde édition publiée en début d’année prend la relève. « Dans le domaine du système de santé suisse, l’information est soit fragmentée, soit orientée selon les liens d’intérêt. J’ai donc voulu offrir des données factuelles aux lecteurs », explique l’auteur. L’APPLICATION IDENTIFICATION DE SERPENTS Les amateurs et professionnels des serpents et de l’intelligence artificielle ont été mis à contribution par l’intermédiaire d’une action participative imaginée par l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’UNIGE. L’objectif était de concevoir une application pour smartphone qui permette d’identifier un serpent – et ainsi de réagir en conséquence en cas de morsure. Le défi pour les connaisseurs de serpents s’est terminé le 4 mars, mais celui destiné aux connaisseurs de l’IA est toujours en cours. DR
DR, AMYKERK, ERIC DÉROZE IN SITU HEALTH VALLEY Médicaments  : syndrome du rayon vide De plus en plus de produits thérapeutiques de base manquent en Suisse. Les hôpitaux doivent rationner, tandis que les malades s’exposent aux effets secondaires de traitements de substitution. POLITIQUE En avril dernier, l’association Parkinson Suisse alertait sur les difficultés d’approvisionnement de douze préparations médicales pour traiter cette maladie chronique. « L’indisponibilité des antiparkinsoniens, qui est à l’origine d’interruptions de plusieurs jours dans le traitement, peut être dangereuse pour les patients », s’inquiétait le Dr Stephan Bohlhalter, président du comité consultatif de l’association. Si des produits de remplacement restent disponibles, la substitution peut engendrer des effets secondaires nécessitant une hospitalisation. Cette situation ne se limite pas aux antiparkinsoniens. Selon le site drugshortage.ch, une initiative du cabinet en planification pharmaceutique institutionnelle Martinelli Consulting, 553 médicaments rencontraient des difficultés d’approvisionnement en mai 2019. Parmi ceux-ci, des médicaments de première nécessité comme l’antibiotique Augmentin injectable ou le stylo d’injection d’adrénaline EpiPen, que les personnes allergiques aux abeilles ou aux crustacés devraient porter constamment sur elles. « Les ruptures de stock sont devenues un problème aigu, confirme la pharmacienne cantonale vaudoise Marie-Christine Grouzmann. Je reçois quotidiennement des mises à jour de l’Office fédéral de l’approvisionnement économique (OFAE), qui tient une liste de la disponibilité des médicaments jugés essentiels pour lesquels les fabricants sont tenus de conserver des stocks. Mais malgré ces mesures, les pharmaciens sont constamment en train de jongler avec ce qui est disponible. » Une des causes de ces difficultés d’approvisionnement tient à la délocalisation des infrastructures de production. « Même si un médicament est vendu par plusieurs fabricants de génériques, il arrive souvent qu’une seule usine en Chine ou en Inde 7 TEXTE  : SYLVAIN MENÉTREY EN HAUT  : STEPHAN BOHLHALTER, NEUROLOGUE, PRÉSIDENT DU COMITÉ CONSULTATIF DE L’ASSOCIATION PARKINSON SUISSE ; AU CENTRE  : STYLO D’INJECTION EPIPEN ; EN BAS  : THIERRY BUCLIN, MÉDECIN- CHEF DU SERVICE DE PHARMACOLOGIE CLINIQUE DU CHUV. produise le principe actif. Il suffit que l’usine soit victime d’un incendie ou qu’elle soit déclarée non conforme lors d’un contrôle des autorités, et toute la chaîne de production s’effondre », explique Thierry Buclin, médecin-chef du Service de pharmacologie clinique du CHUV. Le modèle « toyotiste » avec ses flux tendus et ses stocks limités rend l’industrie vulnérable à ces incidents. Les pénuries concernent essentiellement des substances thérapeutiques de base, comme des chimiothérapies classiques, des vaccins ou des antibiotiques. « Les stratèges de la Pharma se préoccupent peu des vieilles molécules qui ne sont plus sous brevet, dont la production est délocalisée dans les pays où la main-d’œuvre est bon marché », analyse le spécialiste du CHUV. La liste de l’OFAE demeure pour l’instant l’une des rares mesures mises en œuvre par les autorités. Une solution plus interventionniste défendue par les pharmaciens d’hôpitaux et certains politiciens serait de changer le rôle de la pharmacie de l’armée. « Cette unité qui fabrique des antidotes pourrait, à l’avenir, produire des antibiotiques et des médicaments qui n’intéressent pas l’industrie pharmaceutique sur le plan commercial », avance Marie-Christine Grouzmann. La conseillère nationale socialiste soleuroise Bea Heim milite pour la création d’une « pharmacie du peuple » sur le modèle suédois, qui serait formée d’un réseau composé de la pharmacie de l’armée et de PME spécialisées dans les génériques. « Le Conseil fédéral a indiqué qu’une modification de la loi en ce sens serait envisagée si les pénuries s’aggravaient. À mon avis, il ne faudrait pas tarder, car l’ensemble du processus législatif dure environ quatre ans et en parallèle, la concentration de la production s’accélère. » Il s’agira alors de surmonter au Parlement l’influence des lobbies pharmaceutiques qui cherchent à détricoter les lois contraignantes./



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 1In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 2-3In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 4-5In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 6-7In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 8-9In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 10-11In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 12-13In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 14-15In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 16-17In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 18-19In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 20-21In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 22-23In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 24-25In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 26-27In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 28-29In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 30-31In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 32-33In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 34-35In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 36-37In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 38-39In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 40-41In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 42-43In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 44-45In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 46-47In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 48-49In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 50-51In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 52-53In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 54-55In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 56-57In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 58-59In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 60-61In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 62-63In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 64-65In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 66-67In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 68-69In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 70-71In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 72-73In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 74-75In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 76-77In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 78-79In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 80