In Vivo n°18 sep à déc 2019
In Vivo n°18 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de sep à déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre Hospitalier Universitaire Vaudois

  • Format : (170 x 230) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : plongée au coeur d'un essai clinique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
MENS SANA INTERVIEW IV Connaître ou non la vérité peut-il influer sur le processus de guérison ? SF C’est une question complexe. Du point de vue de certains psychologues, être informé de la gravité d’un état peut décourager le patient et provoquer des effets délétères sur la santé. Mais ce que j’ai pu observer, c’est que ne pas connaître la vérité a souvent un effet négatif. J’ai assisté à de nombreuses consultations lors desquelles le patient ne voyait pas du tout pourquoi on lui proposait de recommencer rapidement une chimiothérapie, puisqu’on lui disait que tout allait bien. Parfois la discussion durait très longtemps, le patient cherchant à en savoir plus, jusqu’à ce que, après 45 minutes de discussion, le médecin, à bout de nerfs, lui lance en pleine figure qu’il y avait une reprise métastatique, ce qui déclenchait l’accord du patient pour la reprise d’un traitement. On voit ainsi que ne pas donner l’information nécessaire peut empêcher le patient de prendre les bonnes décisions. « BEAUCOUP DE MÉDECINS ÉVITENT LE TERME ‘MÉTASTASE’, PAR PEUR DE TROP INQUIÉTER LE PATIENT » IV Omissions, dissimulations, fausses informations… À partir de quand parle-t-on de mensonge ? SF Je parle de mensonge à partir du moment où le locuteur lui-même considère qu’il ne dit pas la vérité. Il est intéressant de noter qu’il existe toute une littérature sur cette question, produite par les médecins eux-mêmes  : essais, témoignages, expériences… Chacun y va de sa position sur le sujet, ils en discutent beaucoup entre eux. Mais tout se passe comme si, lorsqu’on n’est pas médecin, on ne pouvait pas s’autoriser à utiliser ce terme  : il y a quelque chose d’iconoclaste à parler du mensonge des médecins quand on n’est pas soi-même médecin. 32 IV Quelles sont les raisons qui poussent les professionnels de la santé à mentir aux patients ou à leurs proches ? SF Il y a des médecins qui ne veulent pas faire de tort au malade, on parle souvent dans ce cas de mensonge par humanité. D’autres mentent parce qu’ils jugent le malade incapable de comprendre l’information sur son état de santé. D’autres encore, parce qu’ils le pensent incapable de supporter la vérité. En revanche, ceux qui plaident pour que la vérité soit dite le font soit pour une raison utilitaire – ils considèrent que dire la vérité est nécessaire pour favoriser l’adhésion du patient à sa prise en charge – soit pour défendre une position de principe  : le droit du patient à l’information qui le concerne. IV Le personnel médico-soignant est-il forcément conscient de ses pratiques ? SF Non, je crois que beaucoup de médecins qui développent un discours lénifiant pour adoucir un petit peu la vérité ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de mentir ou de dissimuler la vérité, en particulier avec des patients issus de certains milieux sociaux. IV Tout le monde n’est pas égal face au mensonge ? SF Effectivement, bon nombre de médecins considèrent que les patients ne sont pas aptes à comprendre ou à entendre les informations, ce qu’ils mettent sur le compte de leurs capacités cognitives ou psychologiques. En réalité, on se rend compte qu’il s’agit d’un jugement à l’égard de personnes qui appartiennent à des milieux sociaux populaires. Il y a là quelque chose qui n’est pas forcément conscient chez les médecins. Je BIOGRAPHIE La Française Sylvie Fainzang est anthropologue et directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale à Paris. Ses travaux actuels portent sur les enjeux liés aux processus d’automédicalisation et de démédicalisation. Elle est par ailleurs rédactrice en chef de la revue Anthropologie & Santé. me souviens d’une consultation où le médecin a fourni des explications exhaustives à un chef d’entreprise affichant une certaine prestance, alors que ce dernier n’avait absolument pas envie de connaître tous les détails de sa maladie. À l’inverse, j’ai pu observer des gens de milieux défavorisés extrêmement demandeurs d’informations, et à qui elle était dissimulée. Il n’y a pas nécessairement congruence entre le milieu social et l’aptitude du patient à recevoir l’information sur son mal.
MENS SANA INTERVIEW IV Le mensonge est-il réservé aux cas de maladies graves ? SF On peut aussi le retrouver lors de situations plus bénignes, par exemple quand un médecin veut convaincre un patient de prendre un médicament en lui disant qu’il ne présente aucun effet indésirable. Mais il est vrai que la question se pose de manière plus cruciale en cas de pathologies graves. Dans le cadre de mes recherches, j’ai ainsi pu constater que le mot « cancer » était désormais facilement utilisé, tout comme l’expression « tumeur cancéreuse ». Par contre, il y a eu un déplacement du tabou sur le mot « métastase ». C’est un terme que beaucoup de médecins évitent d’employer, par peur de trop inquiéter le patient. Ici, c’est l’aggravation qui est cachée, plutôt que la maladie elle-même. Tout se passe comme si révéler le diagnostic, c’était délivrer un pronostic. « LE CODE DÉONTOLOGIQUE PERMET AUX MÉDECINS DE CACHER CERTAINES CHOSES AUX MALADES » IV L’obtention d’informations par les patients via internet constitue aussi une remise en question du pouvoir des médecins. Comment le vivent-ils ? SF Certains médecins l’acceptent tout à fait bien, se rendant compte que cela fait désormais partie de notre société. D’autres praticiens, malheureusement relativement nombreux, ridiculisent le patient ou se moquent de lui  : « Ah ! Vous êtes allé voir Dr Google. » Conséquence  : cela va induire une pratique de dissimulation de la part du malade, empêchant le médecin d’infirmer de fausses informations. Il serait plus judicieux d’expliquer qu’il IV Les patients ne sont pas en reste en matière de existe des sites médicaux spécialisés très sérieux cachotteries  : non-respect du traitement, minimisation ou exagération des symptômes. Avec quels effets à côté de forums ou de blogs moins pertinents. ⁄ sur les pratiques médicales ? SF Souvent, le patient ne veut pas dire au médecin qu’il n’a pas pris son traitement ou qu’il n’a pas respecté les recommandations médicales, de peur d’être jugé. On retrouve aussi une dimension sociologique assez frappante  : ce sont les personnes issues de groupes sociaux défavorisés qui adoptent le plus une posture infantile avec leur médecin, comme un enfant qui ment à ses parents par peur de se faire gronder. Ils préfèrent prétendre avoir bien pris leur médicament, même si c’est faux, plutôt que de revendiquer la non-observance de leur traitement. Cela peut poser toutes sortes de problèmes  : 33 le médecin peut être amené à changer de traitement, le croyant inefficace. Inversement, le patient peut ressentir des effets indésirables sérieux, sans en parler à son praticien. IV Le mensonge en médecine induit-il aussi des problèmes à un niveau sociétal ? SF Oui, dans la mesure où cette pratique va à l’encontre des valeurs de la « démocratie sanitaire » que sont l’autonomie et la responsabilisation du patient. Il faut dire que le médecin se retrouve pris entre des consignes contraires  : la loi dit qu’il doit parfaitement informer le malade, alors que le code déontologique lui permet de cacher certaines choses au malade s’il s’estime fondé à le faire, quitte à le traiter comme un enfant. De même, le patient doit gérer à la fois l’injonction à s’affirmer comme individu autonome et responsable, et la peur du médecin, qui reste une figure d’autorité. La relation médecin-malade est en pleine mutation aujourd’hui, marquée par ces contradictions.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 1In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 2-3In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 4-5In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 6-7In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 8-9In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 10-11In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 12-13In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 14-15In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 16-17In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 18-19In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 20-21In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 22-23In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 24-25In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 26-27In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 28-29In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 30-31In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 32-33In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 34-35In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 36-37In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 38-39In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 40-41In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 42-43In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 44-45In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 46-47In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 48-49In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 50-51In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 52-53In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 54-55In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 56-57In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 58-59In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 60-61In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 62-63In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 64-65In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 66-67In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 68-69In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 70-71In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 72-73In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 74-75In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 76-77In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 78-79In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 80