In Vivo n°18 sep à déc 2019
In Vivo n°18 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de sep à déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre Hospitalier Universitaire Vaudois

  • Format : (170 x 230) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : plongée au coeur d'un essai clinique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
dans un box de consultation assez sobre, au 6 C’est e étage du bâtiment principal du CHUV, que les patients pressentis pour participer à l’essai clinique baptisé « ATA- TIL » découvrent ce qui les attend. À lui seul, le titre du formulaire de consentement tient sur trois lignes  : « Étude de phase I pour évaluer la faisabilité et la sécurité d’un transfert adoptif de lymphocytes T autologues infiltrant la tumeur en combinaison 1 AU FOCUS ESSAI CLINIQUE CONSEN- TEMENT Étapes, effets secondaires, substances actives aux noms barbares, risques et bénéfices, traitement sans garantie de réussite  : dès le premier rendez-vous, la Dre Angela Orcurto, cheffe de clinique au sein du Service d’immuno-oncologie, aborde les choses sans détour, afin que les patients comprennent bien « la nature, l’importance et l’étendue de l’étude ». Même si le cancer a résisté aux traitements suivis précédemment, « les patients doivent savoir s’ils ont d’autres choix à disposition, et qu’ils peuvent en tout temps retirer leur consentement et sortir de l’essai, sans justification aucune », souligne-t-elle. Au terme de l’entretien, ils disposeront d’un « temps raisonnable de réflexion » à la maison, avec leurs proches, avant de prendre leur décision. « S’il y a une chose que j’ai bien comprise, c’est que ce traitement n’est pas comme les autres ! » s’exclame Robert*, l’un des tout premiers à avoir donné son accord. « Je n’ai pas hésité un seul instant à dire oui, car le principe me paraît très logique  : on enlève vos cellules, on les booste et on les réinjecte », confie quant à lui Pierre*, qui a tout de même choisi d’être accompagné de son beau-fils. « Ce n’est pas que je ne comprends pas, mais je lui confie la fonction de relais pour que ce soit lui qui explique à ma famille. Sinon ça me fait trop », précise-t-il. 20 CHIFFRES 328 Nombre de décès liés à un mélanome chaque année en Suisse, selon l’Institut national pour l’épidémiologie et l’enregistrement du cancer NICER./180 pages C’est ce que « pèse » le protocole de recherche pour l’essai clinique ATATIL, qui cible le mélanome métastatique./800 Nombre d’essais cliniques en immunothérapie en cours dans le monde, selon un décompte de l’American Cancer Society en date de juillet 2018. avec de l’IL-2 suivi d’un rattrapage avec nivolumab chez des patients atteints d’un mélanome métastatique avancé. » Dans la foulée, ont été rédigées 27 pages détaillant un processus d’une rare complexité, qui a nécessité un an de préparation et la formation spécifique de 65 professionnels de l’hôpital, sous la conduite du Prof. George Coukos, chef du Département d’oncologie UNIL CHUV (voir interview, p.26), et de la Prof. Lana Kandalaft, responsable du Centre des thérapies expérimentales. Au cœur de cet essai, la thérapie cellulaire adoptive consiste à prélever les lymphocytes T ayant infiltré la tumeur – en anglais, « Tumor Infiltrating Lymphocytes », ou « TILs » – du patient, à les faire proliférer en laboratoire, puis à les perfuser au même patient après avoir préparé le terrain par chimiothérapie. Comme ces cellules proviennent de la tumeur ellemême, elles vont la reconnaître et l’attaquer pour la détruire une fois réinjectées dans le corps. Pionnière en la matière, l’équipe du Dr Steven A. Rosenberg, du National Cancer Institute, aux États-Unis, a montré une régression du cancer avoisinant les 50% chez les patients ayant reçu la perfusion de lymphocytes T, et une régression complète de la tumeur dans les cinq années qui suivent chez 15% d’entre eux. Premier centre en Suisse à proposer cette forme d’immunothérapie personnalisée (voir encadré, p.25), le CHUV s’appuie sur un laboratoire certifié garantissant la manipulation et la modification des cellules dans des conditions strictes de sécurité, et sur une équipe médico-infirmière formée, capable de gérer entre autres les effets secondaires. L’un des plus redoutés par les patients est la perte des cheveux, causée par la chimiothérapie qui précède la perfusion des TILs. Mais la liste est longue de six pages et « il peut y avoir des réactions au traitement que personne n’a encore jamais envisagées », souligne la Dre Orcurto. C’est d’ailleurs le principal enjeu de cette phase I  : observer les effets du traitement chez une dizaine de participants, avant de pouvoir envisager une phase II, ou
LE « MAKING OF » D’UN ESSAI « Il peut s’écouler jusqu’à 20 ans avant qu’un produit ou un traitement développé en laboratoire soit disponible pour les patients. Or, face à une maladie aussi redoutable que le cancer, on ne peut pas se permettre de perdre de temps », résume Lana Kandalaft, responsable du Centre des thérapies expérimentales du CHUV. PHASE I 10 à 80 participants Vise à tester la tolérance du traitement. Les effets de sa diffusion dans le corps sont observés  : l’absorption, la distribution et la transformation de l’organisme. 5 SEMAINES POUR RÉUSSIR FOCUS ESSAI CLINIQUE MISSION CONCEPTION PHASE II 100 à 300 participants Vise à tester la sécurité et l’efficacité du traitement. La définition de la dose est établie et les effets secondaires relevés. Cette phase est aussi appelée « étude pilote ». « étude pilote », élargie à une centaine de volontaires (voir encadré ci-dessus). « Nous n’allons de l’avant que si le bénéfice attendu pour les patients supplante le risque », rappelle à cet égard Lana Kandalaft. « La liste de tous les effets secondaires fait peur, mais j’ai choisi d’écouter les spécialistes, en qui j’ai confiance », confie Robert. Du côté de Pierre, 21 Transformer le plus efficacement et le plus rapidement possible une découverte scientifique en traitement médical. L’essai clinique, tel qu’il est conçu par les équipes du Centre des thérapies expérimentales, doit satisfaire trois critères fondamentaux  : la sûreté, la faisabilité et l’efficacité. SOUMISSION Lorsque le protocole a pris forme et qu’il répond à ces trois critères, il est soumis aux autorités  : l’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic et la Commission cantonale d’éthique de la recherche sur l’être humain, qui se concentre plus particulièrement sur les enjeux liés au consentement. Si et seulement si ces deux instances donnent leur feu vert, l’essai peut débuter. PHASE III 1’000 à 3’000 participants Les résultats du traitement expérimental sont comparés avec les traitements de référence actuels (ou placebo). Cette phase est aussi appelée « étude pivot ». PHASE IV Le traitement est disponible. Un suivi rapproché est maintenu. Cette phase est aussi appelée « postmarketing ». l’approche est un peu différente  : « Bien sûr, ça m’angoisse de savoir que je vais avoir des effets secondaires plus ou moins graves. Je sais par exemple que je vais perdre mes cheveux, mais j’ai emporté une casquette et j’aime penser que ça ira. » Nul doute  : les deux hommes sont des « coriaces », et ce trait de caractère a aussi son importance, selon le Prof. George Coukos, investigateur principal de l’étude. AU CONSENTEMENT Le protocole est expliqué en détail au patient, qui doit donner son accord formel. Espoirs, risques, effets secondaires  : aucune question n’est esquivée.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 1In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 2-3In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 4-5In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 6-7In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 8-9In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 10-11In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 12-13In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 14-15In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 16-17In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 18-19In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 20-21In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 22-23In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 24-25In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 26-27In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 28-29In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 30-31In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 32-33In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 34-35In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 36-37In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 38-39In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 40-41In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 42-43In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 44-45In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 46-47In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 48-49In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 50-51In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 52-53In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 54-55In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 56-57In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 58-59In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 60-61In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 62-63In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 64-65In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 66-67In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 68-69In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 70-71In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 72-73In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 74-75In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 76-77In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 78-79In Vivo numéro 18 sep à déc 2019 Page 80