Illimité n°293 novembre 2019
Illimité n°293 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°293 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (197 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : mémoire vive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Tout le mundi l’est beau Des valeurs égalitaires impossibles à transmettre, une morale individualiste déchirant les familles  : voilà le constat dressé en beauté par Gloria Mundi, sous le regard mélancolique de Robert Guédiguian. Le film commence par une naissance, celle de la petite Gloria, qui disparaîtra ensuite pour céder la place aux aînés. Pourquoi en avoir fait la grande absente du récit ? — Débuter avec cette naissance, c’est une manière de signifier que la gloire du monde, la gloria mundi, est toujours à portée de main. Tout enfant qui naît, dans n’importe quel endroit du globe, c’est la possibilité de rendre l’humanité plus glorieuse. Et le film va montrer tout ce qui, au sein de notre société, contrecarre les possibilités pour cet enfant de vivre une belle vie. Tout simplement. C’est l’emprise d’un déterminisme social, qui va la faire évoluer dans une époque ultra-compétitive ? — Exactement, celle dans laquelle vit sa jeune mère (Anaïs Demoustier,ndlr) en concurrence avec sa demi-sœur patronne de sa boutique alors qu’ellemême n’est que vendeuse. Le monde d’aujourd’hui se plie à un individualisme forcené, devenu fou, un narcissisme qui empêche de concevoir une forme de réussite autre qu’individuelle. Et on voudrait nous faire croire que cet individualisme est naturel. Les pauvres finissent par croire que leur souffrance est normale, qu’ils sont simplement moins beaux, moins blancs, plus faibles. Je pense évidemment tout le contraire  : la morale gouvernant nos vies pourrait changer, et elle y gagnerait beaucoup, si elle devenait plus collective, plus fraternelle. Gloria Mundi s’est fait contre la victoire provisoire du capitalisme Gloria Mundi sortie le 27 novembre ROBERT GUÉDIGUIAN « Tout enfant qui naît, c’est la possibilité de rendre l’humanité plus glorieuse. » financier – car toutes les victoires sont provisoires, dans l’Histoire… D’autres cinéastes, comme Ken Loach, dressent le même constat dans leurs derniers films, mais en racontant des trajectoires individuelles de héros seuls face au système – à l’anglo-saxonne, finalement. Mais vous, vous adoptez une narration indécrottablement polyphonique… — Loach, c’est un grand frère, comme on dit dans les cités ! C’est vrai, je travaille rarement sur un personnage principal, il y en a toujours cinq ou six. Même Marie-Jo et ses deux amours, malgré le prénom de l’héroïne dans le titre, c’était la possibilité de reconstruire le collectif à trois. Pour qui se préoccupe du peuple, la polyphonie me semble une bonne chose. Mais on a du mal à se détacher du modèle américain de John Wayne. Et malgré tout, il y a quelque chose dans Gloria Mundi qui tient du film noir américain  : tous les clans de la famille se cachent des choses, et ne roulent que pour leur propre intérêt… — Très juste, merci de le noter  : j’ai voulu faire une série B d’auteur… Une sorte de thriller RKO, mais à ma sauce ! Mes convictions ne m’empêchent pas d’aimer les narrations d’Hollywood. D’ailleurs, Qu’elle était verte ma vallée, de John Ford, c’est un magnifique film sur le peuple au travail. Et pour moi, comme spectateur ou comme cinéaste, le héros c’est toujours le peuple… A.V DR
* LA PHOTOGRAPHIE CHANGE. Panasonic France 1-7 rue du 19 mars 1962 - 92230 Gennevilliers RCS Nanterre  : B 445 283 757 Succursale de Panasonic Marketing Europe GMBH Siège social  : 43 Hagenauer Strasse, 65203 Wiesbaden (Allemagne) - Wiesbaden HRB 13178. LUMIX S – LE PLEIN FORMAT NOUVELLE GÉNÉRATION Conçue et développée pour la photographie et la vidéo professionnelle d’exception, la nouvelle série LUMIX S est unique grâce à son design et ses performances sans compromis. Avec trois appareils aux capteurs plein format 47 MP (S1R) et 24 MP (S1, S1H), la gamme LUMIX S offre une qualité d’image optimale. Le viseur sans précédent de ces trois boîtiers repousse les limites de la résolution à un niveau incomparable avec 5.760K points, et la Double Stabilisation d’image DUAL I.S.2 sur 5 + 2 axes permet d’obtenir des photos et vidéos sans aucun flou de bougé avec un gain de 6.5 stops, une première dans le Plein Format 1. Dotés de l’enregistrement vidéo en 4K 60p/50p pour les S1 et S1R et jusqu’en 6K 24p pour le S1H, les trois boîtiers sont conçus pour affronter les situations les plus difficiles avec leur châssis en alliage de magnésium ultra robuste et tropicalisé. La monture L 2 - en alliance avec LEICA et Sigma – permet d’offrir une gamme d’objectifs riche et complète, en donnant accès aux gammes respectives des trois marques, diversifiées et évolutives. Découvrez nos offres promotionnelles sur Panasonic.com, onglet « promotions ». 1 La Double Stabilisation Dual I.S.2 peut être utilisée avec les objectifs S-R24105 et S-R70200 à compter du 1er Février 2019. 2 L-Mount est une marque déposée de LEICA Camera AG. LE PLEIN FORMAT SANS COMPROMIS *



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :